livres actu Livres Actu

Accueil > Valérie Rouzeau > Va où

Acheter ce livre - 16.0 €



Valérie Rouzeau

0 abonné

Valérie Rouzeau, née le 22 août 1967 à Cosne-sur-Loire, est une poétesse et traductrice française.

Va où (1990)

De Valérie Rouzeau chez Le Temps Qu'il Fait
(1 vote, note moyenne : 4.0)

Paru le 01-10-1990 - Format : Broché - 120 pages - 1 x 1 x 0 cm - 224 g - ISBN 10 : 2868533612 - ISBN 13 : 9782868533616

Collection : Litterature

Tags : prose, poésie contemporaine, deuil, recueil, temps qui passe, Ciel, montagnes, littérature française.

Citations de Va où (10)

Je pense aux personnes merveilleuses de ma vie je pense à vous mes amis vous mes inconnus innombrables je pense à Robert Desnos dont les yeux étaient des perles je pense à Rimbaud le jeune homme vert qui rougissait jusqu'aux oreilles je pense à d'Aubigné couché avec ses pistoletsJe pense aux personnes à merveille dans ma vie mes frères loin mes potes en allés mes jamais rencontrés je pense au cœur de ma mère solitaire je pense sur la tête de mon père je pense à mes aïeux en rangs d'oignons dessous la terre je pense à ma grand-mère sempiternelle qui avait le blues toujours dans sa vieille blouseJe pense aux personnes de merveilleuse à vie je pense à leurs coups de mains je pense à leurs coups de pieds au soleil cou coupé et à baise m'encore je pense à leurs coups de reins je pense à leurs coups de désJe pense aux personnes qui me merveillent la vie d'hier à aujourd'hui et jusqu'au lendemain la merveille de leurs voix de leurs rires et chagrins je pense à eux longtemps je pense à eux très vite je pense à elles aussi je pense partout à luiJe pense aux personnes dans ma vie merveilleusement je pense merveilleusement aux personnes de ma vie car je n'oublie personne personne et pas même moi je pense à tout le monde et m'y trouve comprise je pense à moi qui pense à vous et à merveille

Nous sommes sur la même longueur d'ondesla plupart du temps tous les deux sous le même coin de parapluieDe plume en plume je radoucisLe ciel a parfois la couleur d'un sucre trempé dans l'eau-de-vie

Me remettre en état de marcheTout recopier cent fois ça m'apprendra par coeurRéparer mes erreurs de frappe

Si je perdais mon temps il me ferait ce coup-là de me retrouver

C'est une histoire d'atomes crochus à la folieNous voguerons tous les jours glissants et toutes les nuits

Je songe à Guillaume à Robert à leurs rimes réellesautant que d'avoir vécu d'avoir en dix-huit enquarante-cinqLeurs rimes qui consolent un peu d'amour de pastoujoursLeurs rimes leurs mots qui se croisent et s'embrassent etse font du platC'est plus vrai à ma bouche que le rouge des baisers àmes yeux que bleu ciel à mon oreille qu'une boucleJe ne peux pas me perdre puisque graine leurs parolestout du long et l'air du temps les renouvelle tout letemps et me pousse et me met au parfumJe sens leur solitude parmi les pigeons qui ne volent plusjamais et mes coups de piedJe sens ma solitude jusqu'aux ailes de mon nez (p. 18)

Des pages pour ne pas vivre idiote pour m'entraînerau testament et en même temps purger ma peinePour aimer frères et soeurs humains réparer toute ma méchancetéTrouver si le silence est d'or avant qu'il devienne dela boueLa mort ne fait pas mal qu'à l'âme si vous restez assislongtemps sur le marbre d'un disparu cherAutant de pensées de jetées dans le vague d'un rêveéveilléUn songe à répéter encore ni folle ni sage et ni françoiseVoilà pour m'apprendre à la fin pour m'exercer au jourle jour au soleil et au jour sans jour(p. 73)

Je vais me raccorder au tempo d'alexandre et plutôt deux fois qu'une je vais me retaperJournalière tous les jours je vais me rassembler ici mêmeen des lignes de vie d'amour de chanceLe coeur toquant réglo c'est pour tout voir en beau contremauvaise fortune en bodoni corps douzeEt pour les pieds dactyles et les doigts dactylos et pourles rues courues la campagne gifléeJe vais tout ramasser comme des morceaux choisis je vaisraccommoder mes hauts avec mes bas je vais merevenir je vais me revenir Pour Laurence (p. 56)

Un jour jamais plus je ne saurai retourner dans ma vie

Ma bouche ne fera pas d'histoire quand s'agira de la fermer ce sera tout moi mon silence toute moi ma rengaine arrêtée

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Va où : avis de lecteurs (1)


  • Critique de Va où par Davjo (Babelio)

    Au début, c'est déconcertant à lire et puis on y prend goût assez vite. Déconcertant parce que ce n'est pas une prose classique sujet-verbe-complément, il faut aller chercher le sens, quêter les image...

    Lire la critique complète >
    Par Davjo - publiée le 19/08/2014

Ils parlent de Va où

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter