livres actu Livres Actu

Accueil > Tonino Benacquista > La maldonne des sleepings

Acheter ce livre - 8.5 €



Tonino Benacquista

0 abonné

Après avoir exercé divers métiers qui ont servi de cadre à ses premiers romans, Tonino Benacquista construit une œuvre dont la notoriété croît sans cesse. Après les intrigues policières de La maldonne des sleepings et de La commedia des ratés, il é... Plus >

La maldonne des sleepings (1999)

De Tonino Benacquista chez Gallimard
(18 votes, note moyenne : 3.6)

«Dans les trains de nuit, mon boulot, c'est le sommeil des autres.Mais quand il s'agit de veiller sur un dormeur que l'Europe s'arrache, quand les contrôleurs, les douaniers et les énervés du cran d'arrêt cherchent à me poinçonner, je regrette le doux temps de l'Orient-Express...Tout ce que je désire, c'est éviter de me faire descendre à la prochaine...»

Paru le 01-06-1999 - Format : Broché - 288 pages - 18 x 11 x 1 cm - 151 g - ISBN 10 : 207040689X - ISBN 13 : 9782070406890

Collection : Folio Policier

Tags : roman, suspense, roman noir, thriller, romans policiers et polars, clandestins, noir, folio policier, vol, gares, trains, humour, france, littérature française, américain, venise, suisse, italie, littérature italienne, 20ème siècle.

Citations de La maldonne des sleepings (10)

Roulé en boule sur ma banquette, les poings crispés contre ma poitrine, je bloque ma respiration une bonne minute pour laisser passer une bouffée de violence.

C'est drôle, voir un flingue braqué sur moi m'a presque totalement éclairci les idées. La fatigue s'est dissoute, comme si elle avait senti qu'il valait mieux filer en douce, faute d'avoir le dernier mot.

J'ai vu suffisamment de visages à la sortie de cette gare pour pouvoir y lire quelque chose. Quelque chose de rare. Venezia Santa Lucia ressemble à toutes les gares italiennes, rectitude fasciste et marbre noir. Mais à peine met-on le pied sur la première marche qui descend vers la ville, on reçoit la première baffe esthétique : un panoramique sur le Grand Canal traversé par un pont blanc qui mène à une basilique.

La Bis me demande quel genre de maladie a Jean-Charles et je ne sais toujours pas quoi répondre. Puis, le regard terriblement grave, elle me demande si je ne suis pas en train de faire des "bad things". Des mauvaises choses...? C'est fou ce qu'un langage basique peut être cinglant. On est obligé de retrouver les principes élémentaires, le bien et le mal, le bon et le pas bon, le gentil est le méchant.Alors qu'il y a déjà tout le monde entre le gentil et le pas méchant. Toutes les armes me manquent, la nuance, l'euphémisme, l'ironie, ne restent que le ton et le regard et pour ça je ne suis pas très fort. J'aimerais lui dire que tout ce qui m'arrive est fâcheux, mais en même temps logique, qu'il y a de la recherche dans la fuite, de la ressource dans la fatigue, et de la distance chez le trouillard.

Du quai on ne voit rien de Dijon, hormis les néons clignotants d'un cabaret de strip-tease, le Club 21. J'ai toujours trouvé ça étrange. Le train repart et j'essaie d'imaginer que chaque soir, à Dijon, des femmes se déshabillent.

Je ne connais rien de plus savoureux que d'être pris pour un con par un Suisse.

Un jour j'ai demandé à un douanier quels pays avaient besoin d'un visa. Réponse : l'Asie, l'Afrique, le Proche et le Moyen-Orient, l'U.R.S.S., et une variété choisie d'Amérique du Sud.

Qu'il est triste le Venise de 19h32, l'hiver. À 19h28, les derniers voyageurs courent sur le quai, je les attends au pied de ma voiture, la 96. L'un d'eux me tend sa réservation couchette. — Lei parla italiano ? Ah vérole… l'accent milanais ! Il va me demander de le réveiller à Milano Centrale, un coup de quatre heures du mat'. Mes trente-huit autres clients descendaient presque tous au terminus, un coup de bol et ça me faisait une bonne nuit de huit heures. Tant pis.

De retour dans ma cabine je saisis le téléphone. A part les annonces contre le vol, je n'utilise ce machin qu'à des fins jubilatoires. Ou vengeresses, comme la fois où un controleur émêché s'est vaguement foutu de ma gueule. Un quart d'heure plus tard j'ai saisi l'appareil pour dire : "Mesdames et Messieurs les voyageurs, nous vous informons que le train est plein, et que le contrôleur aussi. " Il a compris que c'était moi mais n'a jamais pu vérifier.

-Je surveille les voleurs, ils refusent de sortir de ma voiture, qu'est-ce qu'on fait? - Quels voleurs? - ...? - Où t'as vu des voleurs? Non, c'est pas Dieu qui m'a envoyé ces mecs-là, c'est pas possible. A moins qu'il ne veuille me foutre dedans. - Ceux-là, là! Au fond. C'est des agents secrets, ou quoi? Mais pourquoi vous les laissez faire, bordel?! Ils me font un petit geste de la main qui veut dire « laisse tomber, à quoi bon... ». L'imparable système italien. Leur conception du bonheur... Plutôt que prendre le risque de formuler un truc pas clair on préfère le suggérer avec une petite mimique, je l'ai pas vraiment dit mais t'as quand même compris, hein? Les voleurs n'ont pas bougé d'un pouce, mais ils sourient, eux. Une fraction de seconde j'ai pensé qu'ils n'avaient eux-même envoyé deux émissaires en casquette pour m'inciter à rentrer gentiment chez moi. On me dit que tout va bien, on me demande si tous les billets ont bien été vus par les Suisses, on me souhaite une bonne nuit. Et on passe dans la voiture suivante. Comme ça. Un truc pareil n'est possible que de ce côté-ci des Alpes. Si je raconte ça à Paris on ne me croira jamais. Résultat : non seulement je suis toujours dans la merde, mais en plus, les deux marlous ont la bénédiction des autorités. Et maintenant, ce sont eux qui avancent vers moi. Tranquilles. Reculer, reculer jusqu'à l'armoire électrique, ils ne comprennent pas, ils avancent. Le bouton vert, le bouton rouge, et le petit, en haut, ce qu'il ne faut jamais toucher, l'interrupteur général. La clé carrée me glisse des mains, je repère le bouton, j'appuie, ça claque... Le noir absolu. Ils se sont arrêtés net.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de La maldonne des sleepings : avis de lecteurs (19)


  • Critique de La maldonne des sleepings par picokoa (Babelio)

    Le style inimitable et déjanté de Tonino Benacquista, dans un polar qui rappelle un peu Agatha Christie et son Orient-Express. Une intrigue haletante, des personnages bien croqués, d'une caricature a...

    Lire la critique complète >
    Par picokoa - publiée le 11/09/2019

  • Critique de La maldonne des sleepings par SergeTailler (Babelio)

    Premier roman de Benaquista qui révéle déja le talent et l'imagination fertile de l'auteur. Première lecture de Benaquista dont je suis devenu un lecteur inconditionnel

    Lire la critique complète >
    Par SergeTailler - publiée le 18/04/2019

  • Critique de La maldonne des sleepings par cafeaulait (Babelio)

    Une idée originale où le protagoniste poursuit une réflexion sur son identité au fur et à mesure que les kilomètres avancent dans le trajet que fait le train. C'est amusant. Un humour mordant

    Lire la critique complète >
    Par cafeaulait - publiée le 26/12/2016

  • Critique de La maldonne des sleepings par whynotgrove (Babelio)

    Petite histoire un peu déjantée où l'on retrouve un peu le style de Tonino mais il ne me laissera pas de souvenirs indélébiles.

    Lire la critique complète >
    Par whynotgrove - publiée le 08/11/2016

  • Critique de La maldonne des sleepings par MissAlfie (Babelio)

    Pour ce roman, Benacquista met en scène un homme de la nuit, un homme au métier qui semble hors d'âge, celui du couchettiste, sorte de steward des wagons-lits. Et comme le métier est particulier, le r...

    Lire la critique complète >
    Par MissAlfie - publiée le 19/12/2015

  • Critique de La maldonne des sleepings par ytsablog (Babelio)

    On peut mourir sans avoir vu Naples. On peut tout aussi bien calencher sans être allé à Venise… On peut même mourir en y allant… Surtout ceux qui décident, pour une raison qui m'échappe d'ailleurs, d'...

    Lire la critique complète >
    Par ytsablog - publiée le 22/10/2015

  • Critique de La maldonne des sleepings par zazimuth (Babelio)

    J'avais beaucoup aimé d'autres romans de cet auteur alors quand l'occasion s'est présentée de lire ce titre... Le héros, Antoine, est couchettiste pour les wagons-lits entre Paris et l'Italie. Le réc...

    Lire la critique complète >
    Par zazimuth - publiée le 25/07/2015

  • Critique de La maldonne des sleepings par Sydji (Babelio)

    Un histoire palpitante qui donne envie de parler de thriller pour présenter ce roman. Mais ce serait réducteur : il y a une grande originalité, à la fois dans l'intrigue et le cadre de l'histoire ains...

    Lire la critique complète >
    Par Sydji - publiée le 28/06/2015

  • Critique de La maldonne des sleepings par enlivrezvous (Babelio)

    Antoine, 22 ans, est couchettiste dans les trains wagons-lits qui relient la France à l'Italie. Les périples se suivent et se ressemblent : les plaintes des voyageurs insomniaques, l'intolérance des d...

    Lire la critique complète >
    Par enlivrezvous - publiée le 15/06/2015

  • Critique de La maldonne des sleepings par Cyril_lect (Babelio)

    Antoine est couchettiste sur le Paris-Venise, un couchettiste avec un caractère à coucher dehors. Il faut dire qu'il aurait du l'échanger son Paris-Venise de cette nuit avec son collègue qui voulai...

    Lire la critique complète >
    Par Cyril_lect - publiée le 02/02/2015

  • Critique de La maldonne des sleepings par andiston (Babelio)

    J'ai adoré l'univers du livre.

    Lire la critique complète >
    Par andiston - publiée le 19/05/2013

  • Critique de La maldonne des sleepings par Allantvers (Babelio)

    Benaquista excelle dans le roman noir. J'ai adoré celui-ci.

    Lire la critique complète >
    Par Allantvers - publiée le 28/03/2013

  • Critique de La maldonne des sleepings par Sarah_DD (Babelio)

    Le petit problème de ce livre était pour moi que la mauvaise humeur perpétuelle du couchettiste (le personnage principal) est assez contagieuse. Il ronchonne tellement qu'on a envie de faire pareil à ...

    Lire la critique complète >
    Par Sarah_DD - publiée le 25/05/2012

  • Critique de La maldonne des sleepings par (Babelio)

    Antoine, double fictionnel de Tonino Benacquista, est couchettiste entre la France et l'Italie. Il a la dent dure, la langue acerbe, et ne s'en laisse conter par personne… Entre son personnage -narrat...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 20/03/2012

  • Critique de La maldonne des sleepings par loutheo (Babelio)

    Pour ma part ce livre a été une découverte du style "polar" de Benacquista. L'écriture est très agréable et le style est bon, cependant j'ai trouvé que le démarrage était un peu long pour par la suit...

    Lire la critique complète >
    Par loutheo - publiée le 01/11/2011

  • Critique de La maldonne des sleepings par BoulieBouffeTout (Babelio)

    Un très bon Benacquista. Un franc parler, un style tranché un peu abrupt... Une histoire qui prend place dans un train le temps d'un Paris Venise. Du suspense, un poil de psychologie, deux ou trois...

    Lire la critique complète >
    Par BoulieBouffeTout - publiée le 20/07/2011

  • Critique de La maldonne des sleepings par shulien (Babelio)

    Bon roman qui raconte les mésaventures d'un couchetiste sur un trajet Paris-Venise, Venise-Paris. On se prend au jeu et on ne quitte pas le livre avant l'arrivée à destination !

    Lire la critique complète >
    Par shulien - publiée le 02/09/2010

  • Critique de La maldonne des sleepings par Lalivrophile (Babelio)

    Ce livre m'a provisoirement réconciliée avec Tonino Benacquista, dont c'est le premier roman. En effet, je n'ai pas vraiment aimé «Les morsures de l'aube», et j'ai franchement détesté «Quelqu'un d'aut...

    Lire la critique complète >
    Par Lalivrophile - publiée le 24/04/2010

  • Critique de La maldonne des sleepings par belledeschamps (Babelio)

    Un couchettiste se retrouve malgré lui à protéger un voyageur qui est au centre d'un enjeu médico-financier important. Cet homme est atteint d'une maladie rarissime et son sang est recherché par l'OMS...

    Lire la critique complète >
    Par belledeschamps - publiée le 21/05/2008
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de La maldonne des sleepings

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter