livres actu Livres Actu

Accueil > Thomas Bernhard > Les Mange-pas-cher

Acheter ce livre - 11.2 €



Thomas Bernhard

0 abonné

Né le 10 février 1931 à Heerlen aux Pays-Bas, Thomas Bernhard est fils d'un cultivateur autrichien. Il fait ses études secondaires à Salzbourg et suit des cours de violon et de chant, puis de musicologie. Son premier recueil de poèmes paraît en 1957,... Plus >

Les Mange-pas-cher (2005)

De Thomas Bernhard chez Gallimard
(5 votes, note moyenne : 4.0)

« Voici l'un des plus beaux textes de Thomas Bernhard. Il date apparemment de la fin des années soixante-dix, et l'on y retrouve bien sûr les thèmes habituels : l'existence "au degré de difficulté le plus haut" d'un "être de l'esprit" engagé dans une recherche totale et mortelle. Ici, c'est la physiognomonie appliquée à quatre personnages ordinaires rencontrés à la cantine populaire (à ce qu'il y a de plus quotidien donc), dans le disocurs bernhardien en abyme, et en écho aux périodes difficiles dont parlent les romans autobiographiques.Mais au-delà de la thématique, ce texte est peut-être surtout, lui aussi, une composition grandiose, une magnifique dentelle, une partition magistrale dont les amateurs auront le plus grand plaisir à découvrir une variation supplémentaire. »Claude Porcell.
Voici l'un des plus beaux textes de Thomas Bernhard. Il date apparemment de la fin des années soixante-dix, et l'on y retrouve bien sûr les thèmes habituels : l'existence « au degré de difficulté le plus haut » d'un « être de l'esprit » engagé dans une recherche totale et mortelle...

Paru le 02-06-2005 - Format : Broché - 128 pages - 20 x 14 x 1 cm - 170 g - ISBN 10 : 2070734927 - ISBN 13 : 9782070734924

Collection : Du Monde Entier

Tags : littérature allemande, autriche, littérature germanique, roman autriche, cuisine, absurde, théorie, post-modernisme, germanique, obsessions, introspection, indépendance, surréalisme, autobiographie, roman, littérature.

Citations de Les Mange-pas-cher (4)

J'ai une jambe artificielle, un artifice pour jambe et je ne pouvais pas encore me servir de ma jambe artificielle, [...] je ne pouvais pas encore manier comme il fallait et de la façon requise pour ne pas se faire remarquer, dit Koller, aussi bien n'avait-il été libéré de l'hôpital Wilhelmi,e que le matin même et il avait fait de sa jambe artificielle ce qu'il appelait ses premiers pas de liberté.

Par nature, il avait été fait pour prendre un chemin de l'esprit, comme il l'appelait lui-même, et cela ne signifiait rien d'autre que de devoir marcher parfaitement seul. Mais c'était afin de vivre et d'exister pour ce degré de difficulté le plus haut qu'il était né.

Pour ce qui le concernait, disait-il, il avait très tôt déjà résolu de ne surtout suivre aucun conseil, de quelque côté qu'il vînt, et en fait il avait même pris pour règle de faire exactement ce qu'on lui avait déconseillé, ce contre quoi on l'avait mis en garde, et il s'était toujours avéré, quoique souvent beaucoup plus tard seulement, qu'il avait agi comme il le fallait en ne suivant aucun conseil, cela non seulement sur un plan tout à fait général, mais avant tout sur tous les plans de l'esprit.

Penser n'avait encore jamais été rendu dans sa perfection et son infini, avait dit Goldscchmidt à Koller. Rien de cela, aussi longtemps que rendre la pensée devrait passer par la langue, ne changerait.


Critiques de Les Mange-pas-cher : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Les Mange-pas-cher par Madimado (Babelio)

    Entre absurde et surréalisme, un texte perturbant. On hésite entre rire (nerveux) et pleurer (de dépit). Un bel excercice de style mais trop hermétique à mon goût.

    Lire la critique complète >
    Par Madimado - publiée le 18/05/2011

  • Critique de Les Mange-pas-cher par einherie (Babelio)

    Mon livre préféré de Thomas Bernhard !

    Lire la critique complète >
    Par einherie - publiée le 05/08/2012

  • Critique de Les Mange-pas-cher par arthurmary (Babelio)

    Pour avoir moi-même fréquenté les mange-pas-cher, je veux dire, pour les avoir fréquenté personnellement et aussi longtemps que cela fut nécessaire, il m'est possible à présent de confirmer la pertine...

    Lire la critique complète >
    Par arthurmary - publiée le 09/08/2012

  • Critique de Les Mange-pas-cher par richardlemire (Babelio)

    Récit «cubiste» introspectif. Koller est infirme. Il a perdu une jambe après avoir été victime d'une morsure de chien. Cet événement sans cesse ressassé tout au long du roman constitue pour lui néanmo...

    Lire la critique complète >
    Par richardlemire - publiée le 27/09/2015

  • Critique de Les Mange-pas-cher par zellereb (Babelio)

    Ce petit livre m'a un peu fait penser aux modifications de Butor, dans cette façon qu'a l'auteur de répéter sans cesse les mêmes mots, les mêmes petits bouts de phrases, comme pour accentuer un côté o...

    Lire la critique complète >
    Par zellereb - publiée le 23/04/2016

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter