livres actu Livres Actu

Accueil > Tadeusz Wittlin > Beria, chef de la police secrète stalinienne

Acheter ce livre - 9.0 €



Tadeusz Wittlin

0 abonné

Beria, chef de la police secrète stalinienne (2014)

De Tadeusz Wittlin chez Nouveau Monde éditions

Dans l'ombre de Staline, Beria fut pendant quinze ans le chef de la police secrète soviétique et d'un réseau d'espionnage à l'échelle mondiale. Commandant en chef du tentaculaire NKVD, censeur de la presse et de la culture, ministre de l'Intérieur, administrateur des camps du goulag, maréchal de l'URSS, vice-président du conseil des ministres, Beria fut le véritable numéro 2 du régime, redouté même par ses pairs. Lors de la conférence de Yalta, Staline le présenta au président Roosevelt par cette boutade: « C'est notre Himmler! »
Originaire de Géorgie, il intègre au début des années 1920 la Tcheka, première police politique d'Union soviétique. En 1926, il dirige la répression du mouvement nationaliste géorgien, s'attirant ses premières distinctions. Dans les années 1930, il prend le contrôle du Parti communiste géorgien, et ne l'abandonnera plus. C'est déjà l'homme de confiance de Staline et l'organisateur des purges d'avant-guerre. À partir de 1938, il prend la direction du NKVD, la police politique préfigurant le KGB, et il y fait régner la terreur. Il est responsable des arrestations et de l'élimination des opposants.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Beria est l'instigateur des massacres de Katyn, et de déportations massives. Grâce aux renseignements glanés par ses services en Occident à partir de 1942, il initie le programme nucléaire soviétique et sera le « père » de la bombe russe.
Haï par ses collègues qui le jugent dangereux, Beria est arrêté peu après la mort de Staline sur ordre de Khrouchtchev. Accusé de complot et d'espionnage, selon une méthode qu'il a lui-même beaucoup pratiquée, il est exécuté dans des circonstances troubles.

Paru le 10-02-2014 - Format : Poche - 488 pages - 18 x 11 x 0 cm - 260 g - ISBN 10 : 2365838901 - ISBN 13 : 9782365838900

Collection : Poche Histoire

Tags : urss, georgie, seconde guerre mondiale, guerre civile, politique, histoire de la russie, révolution russe, police secrète, nkvd, staline, stalinisme, clandestins, années 20, compassion, police, propagande, goulag, espionnage, témoignage, biographie.

Citations de Beria, chef de la police secrète stalinienne (2)

Chacun de ces véhicules est escorté de quatre gardiens dont les fusils sont armés de baïonnettes. [...] C'est une plaine dégagée, loin de la ville, un endroit où le sol argileux ne convient pas aux cultures. Le camion s'arrête, mais les prisonniers ne sont pas débarqués. Ils doivent de nouveau attendre, parfois des heures. Finalement une élégante automobile fait son apparition et s'immobilise à quelque distance. Maintenant, les patriotes détenus, bousculés par les soldats, reçoivent l'ordre de descendre du camion. Ceux qui n'obéissent pas assez vite sont pressés à coups de crosses et à coups de pieds. Lorsque le dernier d'entre eux a quitté le camion, les hommes sont disposés en colonnes par six et conduits quelques centaines de mètres plus loin. Des tranchées y sont creusées. Les prisonniers s'alignent face à la tranchée. Les officiers Kvantaliani et Antichkine approchent. Aussitôt, l'exécution commence.Même pour l'exécution massive de cent vingt personnes, on n'utilise pas de mitrailleuses. Toute l'opération doit être menée aussi silencieusement que possible pour que le population de la ville ne l'entende pas.L'exécution terminée, les gardiens apportent des seaux de chaux vive et des pelles extraites de la cabine du conducteur. Ils versent la chaux sur les corps et les couvrent de terre. S'ils remarquent que quelqu'un vit encore, ils l'achèvent avec une pelle ou une crosse. [...]En noyant dans le sang le soulèvement qu'il a laissé éclater, Lavrenti a atteint son but. En récompense du service éminent rendu à l'Union Soviétique par la répression du soulèvement de la Géorgie et par l'élimination des parasites nationalistes, Staline décore Lavrenti Pavlovitch Beria de l'ordre du Drapeau Rouge.

Lavrenti Beria, chef de la police secrète rouge et l'un des meilleurs disciples de Staline, n'est pas plus humain envers les prisonniers de guerre que son alter ego Heinrich Himmler, chef de la Gestapo et l'un des meilleurs disciples d'Hitler. Rien d'étonnant à ce que Staline, lorsqu'il est de bonne humeur, appelle Beria "mon Himmler".


Critiques de Beria, chef de la police secrète stalinienne : avis de lecteurs (1)


  • Critique de Beria, chef de la police secrète stalinienne par (Babelio)

    Iboo ayant ouvert le sujet du stalinisme, profitons-en pour parler de l'un de ses personnages les moins connus et les plus puissants, qui fut aussi l'artisan de quelques-uns de ses pires crimes : Lavr...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 19/12/2017

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter