livres actu Livres Actu

Accueil > Sophocle > Les Trachiniennes

Acheter ce livre - 10.2 €


77066ème dans les ventes


Sophocle

0 abonné

Œuvres principalesSophocle (en grec ancien Σοφοκλῆς / Sophoklễs), né à Colone en -495 et mort en -406, est l'un des trois grands dramaturges grecs dont l'œuvre nous est partiellement parvenue, avec Eschyle et Euripide. Il est principalement l'auteur ... Plus >

Les Trachiniennes (2011)

De Sophocle chez Actes Sud
(2 votes, note moyenne : 3.5)

Déjanire attend le retour de son époux Héraclès dont elle apprend la passion pour une autre femme. Déjanire espère pouvoir raviver les sentiments éteints grâce au sang du centaure Nessos.3 femmes, 5 hommes et un choeur de femmes / durée estimée : 2 h .

Paru le 28-05-2011 - Format : Broché - 56 pages - 21 x 15 x 0 cm - 76 g - ISBN 10 : 2742797335 - ISBN 13 : 9782742797332

Collection : Actes Sud Papiers

Tags : grèce, meurtre, mythologie, mythologie grecque, super-héros, grèce antique, antiquité, hercule, drame, folie, mythes, jalousie, assassinats, grotesque, angoisse, action, classique, théâtre, tragédie grecque, tragédie.

Citations de Les Trachiniennes (10)

DEJANIRE. – C'est une sagesse vieille comme le monde qui dit que de toute vie mortelle il faut attendre le terme avant d'affirmer qu'elle fut heureuse ou malheureuse. Hélas ! je n'ai pas besoin d'être allée chez Hadès pour savoir combien l'infortune aura pesé sur la mienne.

HERACLES : - […] Mon fils, aie pitié de ton père ! Tire ton glaive et ne crains point le blâme : frappe là, sous la clavicule, et guéris-moi des tourments par lesquels ta mère -l'impie !- excita mes fureurs ! Ah ! puissé-je à son tour la voir tomber, et de la même mort dont je péris, mourir ! Frère de Zeus, Hadès, dispensateur de paix, envoie au malheureux la mort à tire-d'aile ! Endors, endors enfin ses forces consumées…

Ce que l'avenir nous réserve, nul ne saurait le prévoir ; mais l'heure présente est lourde d'affliction pour nous, de honte pour eux, et, pour celui qu'ils ont frappé, d'une souffrance qui passe les forces humaines.

CHANT DU CHŒUR. – […] Soit dit sans te blesser, ce trop d'inquiétude, je ne l'approuve pas. Je dis qu'il ne faut pas toujours décourager ton espérance, De sort affranchi des douleurs, jamais le roi tout-puissant, le fils de Cronos lui-même n'en assigne aux mortels ; mais la joie et la peine alternent pour chacun, comme en leur parcours circulaire passent les étoiles de l'Ourse, Rien n'est constant pour les mortels, ni la nuit d'astres diaprée, ni les revers, ni la richesse ; brusquement, quittant l'un, de l'autre s'approchant, ainsi va le bonheur, ainsi l'adversité.

DÉJANIRE: Finalement la décision qu'apporta Zeus-Arbitre fut heureuse... Heureuse? voire! Élue comme épouse d'Héraclès, devenue sa compagne, je ne cesse d'aller d'angoisse en angoisse : elles me rongent. Je me fais tant de souci pour lui ! La chagrin me hante : la nuit le lègue à la nuit, qui ne l'écarte que pour le remplacer.

[HÉRACLÈS] Une prédiction m'a été faite jadis par mon père: "Tu ne périras point par le fait d'âme qui vive, mais par un mort déjà relégué dans l'outre-tombe." Et c'est bien le monstre, le centaure, qui, selon la divine prédiction, m'a tué, moi vivant, après sa mort.

[HÉRACLÈS] Va, mon fils, ne te dérobe pas, aie pitié de moi, qui fais pitié à tous, et qui hurle et sanglote comme une petite fille... Cela, personne avant ce jour, ne prétendra qu'il l'a vu faire à Héraclès : sans une plainte, je suivais toujours mon rude chemin. Mais à présent, tombé de si haut, on me voit me conduire comme une femmelette ! Quelle misère !

[Le chœur à Déjanire]Oui, j'ai des reproches à te faire:je te les adresse avec déférence,mais sans biaiser: tu ne devrais pas,je te le dis, laisser flétrirtes pensées d'heureux avenir!Être à l'abri de la douleur,même le Tout-Puissant, le Roi fils de Cronosne l'a point assigné aux mortels; non: sur touspeine et joie vont leur cercle,comme la ronde que décriventles étoiles de la Grande Ourse.

HÉRACLÈS : Va, mon fils, fais cela ; aie pitié de celui qui a droit à mille pitiés, qui crie et qui pleure ici comme une fille, alors que cela, personne ne peut dire qu'il l'ait jamais vu faire à l'homme que je fus. Toujours, sans une plainte, je suivais les douleurs. Mais cette fois, sous pareil coup, je me révèle, hélas ! une simple femme...

[DÉJANIRE] Là-devant, malheureuse que je suis, je ne sais à quelle pensée me jeter, mais je vois que j'ai fait quelque chose d'épouvantable. Car enfin, quel motif, quelle dette avait-il, ce centaure, au moment de mourir, pour me montrer de la bienveillance, à moi qui était cause de sa mort ? Impossible ! S'il me cajolait, c'était pour obtenir la perte de celui qui l'avait frappé (Héraclès). Et moi, je ne le comprends que trop tard, quand cela ne sert plus à rien. C'est moi seule, si mon pressentiment ne me trompe pas, c'est moi, misérable, qui aurait détruit sa vie !

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Les Trachiniennes : avis de lecteurs (4)


  • Critique de Les Trachiniennes par colimasson (Babelio)

    Après nous avoir caraboché le chou avec des histoires d'héros qui se précipitent dans le royaume des morts pour essuyer une humiliation (Ajax), pour venger un frère (Antigone), pour accomplir un oracl...

    Lire la critique complète >
    Par colimasson - publiée le 14/08/2013

  • Critique de Les Trachiniennes par BazaR (Babelio)

    Héraclès est un demi-dieu, un super-héros ; il fracasse les méchants, il balaie le souk que les dieux ont laissé lors de la création du monde. On l'admire, le mec. Et pourtant, des magazines comme Clo...

    Lire la critique complète >
    Par BazaR - publiée le 29/11/2015

  • Critique de Les Trachiniennes par (Babelio)

    Les Trachiniennes retracent la fin de la vie d'Héraclès. Si celui-ci est archi connu pour ses exploits et en particulier ses 12 travaux, il n'en a pas moins des facettes obscures. Demi Dieu, fils d...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 10/11/2018

  • Critique de Les Trachiniennes par (Babelio)

    Ah mince, une pièce de Sophocle que je n'aime pas ! C'est pas comme si les pièces de Sophocle pullulaient dans la nature... Ma déception tient probablement à la composition de la pièce, ce sur quoi je...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 07/03/2020

Ils parlent de Les Trachiniennes

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter