livres actu Livres Actu

Accueil > Robert Silverberg > Les Déportés du Cambrien

Acheter ce livre - 6.1 €



Robert Silverberg

0 abonné

Né en 1935, extraordinairement prolifique, Robert Silverberg fut quatre fois lauréat du prix Nebula et cinq fois du prix Hugo. Des œuvres comme L’homme dans le labyrinthe, L’oreille interne, Les profondeurs de la Terre ou Les ailes de la nuit l’ont d... Plus >

Les Déportés du Cambrien (2002)

De Robert Silverberg chez Le Livre De Poche
(20 votes, note moyenne : 4.0)

Révolutionnaires de toutes obédiences, arrêtés par un gouvernement trop magnanime pour les condamner à mort, ils ont été déportés. Plus loin que l'Alaska, la Sibérie ou l'Antarctique. Dans le passé. L'ère primaire, le Cambrien. Un milliard d'années avant notre ère. Le Marteau, ce gigantesque piston à refouler dans le temps, les dépose sans espoir de retour dans un monde où la vie n'a pas encore quitté les océans. Avec les années, ils succombent peu à peu au désespoir et à la folie. Jusqu'à ce que soit déporté parmi eux Lew Hahn qui ne ressemble en rien à un prisonnier politique. Pourquoi a-t-il été condamné ? L'un des romans les plus poignants de Robert Silverberg.

Paru le 01-04-2002 - Format : Poche - 192 pages - 17 x 11 x 1 cm - 124 g - ISBN 10 : 2253072427 - ISBN 13 : 9782253072423

Collection : Imaginaire

Tags : roman, science-fiction, fantastique, thriller, suspense, mystère, solitude, prisons, folie, temps, futur, voyage dans le temps, préhistoire, révolution, communisme, totalitarisme, extrémisme, politique, états-unis, littérature américaine.

Citations de Les Déportés du Cambrien (10)

Il n'y avait ni arbres ni végétation. Derrière la cabane était l'océan ,vaste et gris .Le ciel aussi était gris . Même lorsqu'il ne pleuvait pas.

Barrett était bien placé pour savoir que les théoriciens politiques, affrontés à la réalité pragmatique d'un problème de survie, avaient vite fait de mettre leurs théories au rancart.

Les régimes totalitaires sont par essence capricieux et imprévisibles dans leur façon d'appliquer la loi. Le présent gouvernement ne faisait pas exception à la règle.

-- D'après mes estimations personnelles, dit Barrett, nous avons en ce moment entre trente et quarante aliénés définitifs sur un total de cent quarante pensionnaires.-- Ce n'est pas si mal, déclara Hahn, compte tenu de l'instabilité inhérente aux gens que l'on vous envoie et des conditions d'existence inhabituelles qu'ils rencontrent ici.-- Instabilité inhérente? répéta Barrett. Je n'en suis pas aussi sûr que vous. Nous pensions pour la plupart être parfaitement sains d'esprit et nous battre pour une juste cause. Vous croyez qu'il suffit d'être révolutionnaire pour avoir ipso facto l'esprit dérangé? Si vous pensez vraiment ainsi, Hahn, qu'est-ce que vous fichez donc parmi nous?

Le voyage dans le temps se faisait uniquement à contre-courant. Personne n'avait su expliquer exactement pourquoi, bien qu'il existât un grand nombre de théories futilement profondes sur les lois de l'entropie et sur l'infinie résistance à laquelle on se heurtait dès qu'il s'agissait de descendre le flux du temps, d'aller du passé vers le futur, à une autre vitesse que la normale.

- [...] J'étais le théoricien, il était le poseur de bombes. Les droits de l'homme le préoccupaient tellement qu'il était prêt à estropier tous ceux qui ne marchaient pas droit dans la voie du libéralisme bon teint.

Tu parles d'une recrue de génie qu'on a là! dit Bernstein en faisant craquer furieusement ses phalanges. Il y a un dictateur au pouvoir, la police secrète opère des arrestations chaque jour, la situation se détériore de plus en plus et il s'amuse à inventer des machines à voyager dans le temps.

Coupés de la réalité, prisonniers d'un monde sans vie et sans végétation, privés de matériaux, de machines et de matières premières, ils régresseraient en quelques mois à l'état de loques humaines en attendant la mort.

Dans ce monde sans vie où la présence de l'homme était déjà en soi une hérésie, la solitude et l'inaction faisaient d'effroyables ravages .

Ils n'arrivaient même pas à se mettre d'accord sur le texte d'un tract à distribuer devant les portes de la Maison Blanche, sans parler de l'élaboration d'un programme permettant de sauver la constitution. Ils étaient aussi divisés que les membres d'un club d'échecs lycéen, et à peu près aussi capables d'exercer une force politique quelconque.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Les Déportés du Cambrien : avis de lecteurs (22)


  • Critique de Les Déportés du Cambrien par AntoinePapillon (Babelio)

    Un roman plus que correct et rapide à lire de Silverberg. Un chute finale quelque peu décevante à mon goût mais qui ne dénature pas le récit dans son ensemble, un classique à lire en somme.

    Lire la critique complète >
    Par AntoinePapillon - publiée le 29/08/2019

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par VassagoTL (Babelio)

    Un de mes livres préférés de l'auteur, une histoire morale et sociale qui s'inscrit dans la SF moderne de l'époque.

    Lire la critique complète >
    Par VassagoTL - publiée le 30/06/2019

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Beatson (Babelio)

    Ce n'est pas une histoire de SF transcendante. La 4ème de couverture permet de comprendre le cadre. L'histoire se concentre sur un des révolutionnaires exilés, Jim Barrett, qui est devenu un des cadre...

    Lire la critique complète >
    Par Beatson - publiée le 13/06/2019

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Shan_Ze (Babelio)

    Nous sommes dans le cambrien, époque lointaine où seuls les trilobites vivent... ainsi qu'une centaine de déportés politiques dirigés par Jim Barrett. Ils ont été envoyés par le système politique de l...

    Lire la critique complète >
    Par Shan_Ze - publiée le 31/12/2018

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par jeanlucbabelio (Babelio)

    Seule l'idée de la déportation dans le Cambrien est intéressante, ensuite il n'y a rien de bon. Les références politiques mélangent tout, les personnages ne sont pas intéressants, et le récit limite s...

    Lire la critique complète >
    Par jeanlucbabelio - publiée le 28/08/2018

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par resogerath (Babelio)

    Dans un futur dystopique, les révolutionnaires sont déportés pour ne plus nuire à la société. Ils sont envoyé à un endroit dont on ne peut s'échapper : le passé mais un passé très lointain, environ un...

    Lire la critique complète >
    Par resogerath - publiée le 07/07/2018

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par basileusa (Babelio)

    Je découvre enfin l'auteur avec Les déportés du cambrien ! J'aime beaucoup l'idée d'envoyer les prisonniers politiques, via une machine à remonter le temps, vers l'ère cambrien, où les vertébrés n'exi...

    Lire la critique complète >
    Par basileusa - publiée le 11/05/2018

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Olloix (Babelio)

    Ce court roman m'a captivé. Un premier plan du scenario se déroule à la fin du 20ème siècle et au début du 21ème parmi un groupe de dissidents d'une dictature. Cette composante du scenario pourrait se...

    Lire la critique complète >
    Par Olloix - publiée le 04/02/2018

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Millencolin (Babelio)

    Une idée de départ vraiment excellente... ou comment trouver une alternative futuriste à la prison à perpétuité. C'est donc ici le postulat de départ. L'auteur se concentre sur un homme en particu...

    Lire la critique complète >
    Par Millencolin - publiée le 25/01/2018

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Acidus (Babelio)

    J'apprécie énormément Robert Silverberg, en particulier ses oeuvres écrites durant les années 60 et 70. Pourtant, ce court roman qu'est « Les déportés du Cambrien », publié en 1968, m'a déçu. Je n'y e...

    Lire la critique complète >
    Par Acidus - publiée le 04/03/2017

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par finitysend (Babelio)

    Les déportes du Cambrien . Une allégorie du goulag et un projet modeste mais une lecture sympathique . Un régime totalitaire se débarrasse de ses opposants politiques en les expédiant au cambrie...

    Lire la critique complète >
    Par finitysend - publiée le 22/09/2016

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Foxfire (Babelio)

    Un régime totalitaire se débarrasse de ses opposants politiques en les envoyant dans le passé, il y a plusieurs millions d'années, à la période du Cambrien, ère à laquelle la vie n'avait pas encore qu...

    Lire la critique complète >
    Par Foxfire - publiée le 31/08/2016

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Le_chien_critique (Babelio)

    Que faire d'opposants politiques jugés irrécupérables ? Les envoyer dans un bagne sur une île isolée ? Dans un goulag au froid polaire ? Trop de possibilités d'évasion. Leur faire subir la peine de ...

    Lire la critique complète >
    Par Le_chien_critique - publiée le 08/08/2016

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Fifrildi (Babelio)

    J'ai découvert ce livre sur Babelio. Publié en 1968 (1978 pour la traduction française) voilà un livre qui s'est fait attendre pour intégrer mon top 100. Je l'ai lu pour ainsi dire d'une traite. J...

    Lire la critique complète >
    Par Fifrildi - publiée le 22/06/2016

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par LeCombatOculaire (Babelio)

    Coup de maître pour un auteur que je ne connaissais pas encore. C'est un livre assez court, mais très dense en émotions, en revendications et en réflexion. La période qu'il recouvre - en dehors de cet...

    Lire la critique complète >
    Par LeCombatOculaire - publiée le 10/05/2016

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par BazaR (Babelio)

    Comment un gouvernement totalitaire doit-il traiter ses opposants ? La peine de mort ? Le goulag ? La Syndicature - gouvernement patchwork entre libéralisme et marxisme qui a renversé la démocratie au...

    Lire la critique complète >
    Par BazaR - publiée le 27/09/2015

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par bioprof (Babelio)

    Bienvenu au Paléozoïque ! Voilà ce que vous auriez pu entendre si comme les protagonistes de ce roman vous aviez milité ouvertement ou de façon plus clandestine dans l'univers mis en place par Silverb...

    Lire la critique complète >
    Par bioprof - publiée le 22/03/2015

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Masa (Babelio)

    Mon premier contact avec Robert Silverberg fut décevant (L'homme stochastique). Généralement, comme beaucoup, je reste sur ma première impression au risque de passer à côté de quelque chose. J'ai acqu...

    Lire la critique complète >
    Par Masa - publiée le 04/09/2014

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par Booklover75 (Babelio)

    L'un de mes romans préférés et que j'ai lu 3 fois !

    Lire la critique complète >
    Par Booklover75 - publiée le 22/05/2014

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par (Babelio)

    Un des nombreux bons livre de Sciences Ficion anticipative. Et si les opposants au "régime" étaient envoyé, aller simple, à la préhistoire ? BIEN AVANT la préhistoire. Et vous ? Souhaiteriez vous r...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 15/12/2013

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par (Babelio)

    Il ne fait pas bon être un opposant politique en ce début de XXIeme siècle. Que vous soyez arrêté et on vous envoie aussitôt dans la prison la plus sûre de la planète : le cambrien, soit un milliard d...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 29/10/2013

  • Critique de Les Déportés du Cambrien par MarcBibliotheca (Babelio)

    Paru en 1968 et traduit en français dix années plus tard le court roman Les déportés du Cambrien de la part du très prolifique auteur américain de science-fiction Robert Silverberg nous fait vivre une...

    Lire la critique complète >
    Par MarcBibliotheca - publiée le 02/06/2011
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter