livres actu Livres Actu

Accueil > Pierre Sansot > Du bon usage de la lenteur

Acheter ce livre



Pierre Sansot

0 abonné

Pierre Sansot, né le 9 juin 1928 à Antibes et mort le 6 mai 2005 à Grenoble, est un anthropologue, philosophe et sociologue français.


Citations de Du bon usage de la lenteur (10)

Ce qui est nouveau, c'est que l'agir (qui dépasse les frontières du travail) apparaît aujourd'hui comme une valeur supérieure, comme si, faute d'agir, un individu s'exténuait et disparaissait. De ce fait, les rêveurs, ceux qui contemplent ou qui prient, qui aiment silencieusement ou qui se contentent du plaisir d'exister, dérangent et sont stigmatisés.

Autour de moi, on parle d'interaction, d'interactivité, d'Internet. (...) Je voudrais faire remarquer que nous nous éloignons de l'écoute. Avec ces nouvelles technologies nous avons affaire à des individus qui échangent des informations, plus rarement des émotions. Ce n'est pas par hasard que la notion d'agir revient souvent dans ces expressions - on en oublie la richesse du pâtir, du laisser-être, du laisser-advenir. Nos amis se félicitent de pouvoir se brancher sur un Japonais, un étudiant de l'Ohio, et d'être à leur tour sollicités de tous les points, de tous les réseaux du globe. Quelle peut être la qualité d'un échange qui débute sous ces fâcheux auspices et aussi brutalement? J'aime qu'un visiteur, même s'il m'est proche, demeure sur le seuil, qu'il frappe à ma porte, que j'aie à deviner le sens de sa visite, parfois en vertu de la seule amitié. (....)

Ecouter ne constitue pas le pôle passif de l'échange, comme si chacun d'entre nous prenait à tour de rôle l'initiative. Il me faut beaucoup de vigilance et d'intériorité créatrice pour susciter cet ESPACE D'ACCUEIL dans lequel les propos de l'autre pourront prendre place.Recevoir, se montrer capable de recevoir, nécessite autant d'initiative et de générosité que donner, à tel point que les égoïstes, les infirmes de l'échange, ne sauront jamais écouter. Il ne suffit pas qu'ils ouvrent toutes grandes leurs oreilles ou qu'ils cherchent à comprendre ce qui leur est dit. Il leur faudrait d'un geste superbe instaurer un vide stellaire dans lequel les mots de l'autre voltigent, papillonnent avant de se loger à leur aise. De même nous nous effaçons devant les choses pour qu'elles emplissent notre regard; A la suite de quoi se produit une sorte d'expérience merveilleuse. Une pensée autre que la mienne prend sens en moi. Je ne la traque pas, je ne cours pas après elle, je ne l'interprète pas. (...) Ainsi, en me démettant je m'enrichis, en oubliant de prendre l'intitiative et d'aller au plus pressé, en acceptant les intempéries, les temps morts et les silences, je m'augmente d'une autre expérience.

Un homme libre c'est un individu qui prend conscience des nécessités qui pèsent sur lui et qui tente de les contrarier, ou mieux de les utiliser pour s'épanouir.

Avoir la patience d'attendre celui ou celle qui nous élira et que nous élirons. Une telle attitude exige une âme forte, soucieuse de vérité. Nous sommes pour la plupart impatients de jouer le rôle excitant, gratifiant d'amoureux(se). Parce que tout est signe, il nous est facile de décider et de jurer que c'est là un grand amour. Ou encore, nous croyons plausible d'essayer le scénario à plusieurs reprises, de le peaufiner avant qu'il nous infuse l'harmonie souhaitée. Nous multiplions les castings pour dénicher un figurant à peu près convenable. Nous n'admettons pas que l'amour est un événement improbable et que, sans doute, il ne nous échoira pas. Davantage, nous revendiquons un droit à l'amour tout comme un droit au bonheur, au logement, au travail.

     La lenteur n'est pas la marque d'un esprit dépourvu d'agilité ou d'un tempérament flegmatique. Elle peut signifier que chacu-ne de nos actions importe, que nous ne devons pas l'entrepren-dre à la hâte avec le souci de nous en débarrasser.

Quand nous cherchons à nous connaître, il vient un moment où la vase remonte à la surface. Décrétez alors qu'il s'agit d'une vaine entreprise puisqu'il n'existe pas de sujet. Portez plutôt attention à toutes les marionnettes qui composent votre personnage. Amusez-vous à les manier avec plus de dextérité. Changer la position du chapeau de l'un. Ajustez le pourpoint de l'autre. Réjouissez-vous de disposer d'un théâtre aussi riche.

Demain naîtra un autre jour. Demain je redeviendrai un voyant. J'approcherai mes mains des choses. Je ferai tourner la roue des saisons : printemps, été, automne, hiver, tout me sera bon. J'accompagnerai la lumière jusqu'à son déclin et la nuit jusqu'à son déchirement. Ce monde en loques, je le vêtirai d'une parure royale ou plutôt, connaissant mes véritables impulsions, je lui déroberai quelques haillons.Demain, une nouvelle fois, je mesurerai ma chance d'être encore un vivant.

En exaltant l'agir sous sa forme la plus large, on l'a étendu en dehors du monde et de temps de travail. En particulier, il se donne comme vertu majeure là où l'on parlait de repos et non point du loisir, et il envahira tous les âges de la vie.

Ordonner une cave [à vin], c'est se livrer à un acte de foi dans l'avenir.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Du bon usage de la lenteur : avis de lecteurs (6)


  • Critique de Du bon usage de la lenteur par (Babelio)

    Un art de vivre...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 29/08/2017

  • Critique de Du bon usage de la lenteur par Cacha (Babelio)

    Philosophie au charme suranné.

    Lire la critique complète >
    Par Cacha - publiée le 16/06/2015

  • Critique de Du bon usage de la lenteur par Mammny (Babelio)

    Réflexions sur la politique de la ville, de la culture... Qu'en est-il de la lenteur dans notre société où tout va vite? A lire pour se reprendre et retrouver une forme de sérénité.

    Lire la critique complète >
    Par Mammny - publiée le 18/09/2013

  • Critique de Du bon usage de la lenteur par brigittelascombe (Babelio)

    "Moderato cantabile" prône Pierre Sansot dans son essai autobiographique: Du bon usage de la lenteur. L'auteur (essayiste contemporain) aime flâner (pour "s'accomoder du temps" sans se bousc...

    Lire la critique complète >
    Par brigittelascombe - publiée le 22/03/2012

  • Critique de Du bon usage de la lenteur par kathy (Babelio)

    Pierre Sansot appartient à cette nouvelle famille d'écrivains, les « chroniqueurs du peu ». « L'art du peu » se manifestant dans une manière de vivre de la sagesse. Dans son ouvrage, Du bon usage ...

    Lire la critique complète >
    Par kathy - publiée le 17/03/2012

  • Critique de Du bon usage de la lenteur par AnneCath (Babelio)

    Il en est de certains livres comme de certains lieux. Dès les premiers instants, ils nous parlent de choses dont nous avons une connaissance intime depuis toujours, mais que nous n'avions jamais pris...

    Lire la critique complète >
    Par AnneCath - publiée le 27/07/2011

Ils parlent de Du bon usage de la lenteur

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter