livres actu Livres Actu

Accueil > Philippe Hauret > Que Dieu Me Pardonne

Acheter ce livre - 18.0 €


83811ème dans les ventes


Philippe Hauret

0 abonné

Que Dieu Me Pardonne (2017)

De Philippe Hauret chez Jigal
(11 votes, note moyenne : 4.1)

« Difficile de lâcher ce bouquin tant Philippe Hauret avec ses personnages criants de vérité vous entraîne dans leur désespoir, leur ennui, leur mal de vivre… Philippe Hauret, nouvelle belle voix du roman noir social. » Nyctalopes.

Ici, une banlieue tranquille, un quartier résidentiel et ses somptueuses maisons dans lesquelles le gratin de la ville coule des jours paisibles… À quelques encablures, une petite cité, grise et crasseuse. Avec sa bande de jeunes désœuvrés qui végètent du matin au soir. Deux univers qui se frôlent sans jamais se toucher.

 D’un côté, il y a Kader, le roi de la glande et des petits trafics, Mélissa, la belle plante qui rêve d’une vie meilleure… De l’autre, Rayan, le bourgeois fortuné mais un peu détraqué… Et au milieu, Mattis, le flic ténébreux, toujours en quête de rédemption.

 Une cohorte d’âmes égarées qui n’auraient jamais dû se croiser… Des destins qui s’emmêlent, des illusions perdues, des espoirs envolés… Et puis, cette petite mécanique qui se met en place comme une marche funèbre… implacable !

Paru le 18-05-2017 - Format : Broché - 208 pages - 21 x 14 x 2 cm - 220 g - ISBN 10 : 2377220088 - ISBN 13 : 9782377220083

Collection : Jigal Polar

Tags : récits, chroniques, romans policiers et polars, roman noir, drame, plantes, banlieue, mystique, justice, réaliste, innocence, préjugés, conte moderne, orphelins, rédemption, cité, noir, social, classes sociales, 21ème siècle.

Citations de Que Dieu Me Pardonne (6)

Et les années passent , l'enfant grandit , sevré de tout, la tête vide de culture , d'éducation, d'hygiène et d'estime de soi- même. Mais pas le choix , faut avancer , enfin , façon de dire , car à bien y regarder , on parlerait plutôt de piétinement ou d'enlisement. Un avenir mort-né, une vie pour rien , une pierre jetée au fond d'un lac , plouf , c'est fini , au suivant.

Epaulé par ses deux gardes du corps , le candidat à la prochaine élection munucipale descendit de voiture . Distancé dans les sondages il avait dû se résoudre à venir prospecter au-delà des quartiers pavillonnaires .Il se présenta , à la cool , en bras de chemise , cheveux lissés , sourire éclatant , avec le teint légèrement orangé de ceux qui abusent de la lampe à U.V. , arborant une grosse horloge dorée au poignet . On aurait pu le confondre avec un mac , ou un banquier.

Les gens ne se rendaient pas compte... Il fallait posséder un sacré mental pour passer une vie entière à buller ! L'argent n'évitait pas l'ennui, on pouvait même dire qu'il le favorisait. Que restait il une fois que vous aviez effectué le tour du monde 5 fois d'affilée, parcouru les greens les plus réputés, que vous vous étiez empiffré des mets les plus raffinés, aviez bu les crus les plus onéreux et aviez sauté toute une colonie de mannequins rachitiques ? En général, un sentiment de grande lassitude commençait à poindre, jusqu'au moment où il gangrenait votre cerveau, vous plongeant dans un état de catatonie absolu dont il était difficile de sortir autrement que par la drogue ou l'abus de boisson.

Il se concentra , certains mots lui semblaient familiers . De l'arabe ! Ils parlaient en arabe ! Sa mére avait donc raison .Allah existait et il venait de dépêcher des émissaires à sa rencontre .Kader espérait juste qu'il se montrerait magnanime . Car vu toutes les conneries qu'il venait d'accumuler durant sa courte vie , Allah pouvait très bien décider de l'envoyer moisir quelques centaines d'année au fin fond d'une loingtaine galaxie...

A vrai dire, peu importait le thème abordé , l'essentiel ètant de meubler leurs journéee en les noyant dans un flot de paroles ininterrompu , de tenir l'ennui â distance respectable , cet ennui omniprésent , presque palpable , qui s'immisçait dans chaque minute de leur existence et les renvoyait â cette sensation de vide insupportable.

Il en était là de ses considérations quand une Porsche 718 Cayman S bleu Miami le doubla en trombe. Mattis soupira. Encore ce petit bourge de Rayan Martel qui s'amusait à se faire peur. Tout le monde dans le coin connaissait sa voiture et le lieutenant l'avait déjà intercepté à maintes reprises pour divers manquements au Code de la route, mais il fallait croire que les amendes et les multiples retraits de points sur son permis ne suffisaient pas à dissuader ce barjot. Il hésita néanmoins quelques secondes avant de décider s'il voulait jouer à Starsky sans Hutch… Sa conscience professionnelle prit le dessus. Il plaqua son gyro sur le toit de sa Clio et enclencha la sirène deux tons. Mattis poussa ensuite les rapports au maximum pour tenter de regagner du terrain tout en sachant qu'il n'avait aucune chance de rattraper une cylindrée aussi puissante. Il n'eut pas besoin de faire sortir les tripes de son moteur, le bolide décèlera puis se gara sagement sur le bas-côté.


Critiques de Que Dieu Me Pardonne : avis de lecteurs (14)


  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par sandrinedurochat (Babelio)

    Vous l'aimez comment votre polar ? Noir et bien serré, je suppose? Comme moi^^ Cool, donc vous aimerez le très bon polar de Philippe Hauret: Je vous livre la recette de ce roman noir et serré... and #1...

    Lire la critique complète >
    Par sandrinedurochat - publiée le 12/10/2018

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par bergson (Babelio)

    des personnages au top des flics sympas ou racistes des bourgeois dérangés des habitants de banlieue avec diplôme mais pas de boulot des jeunes délinquants Tout ces personnages sont amenés par Phili...

    Lire la critique complète >
    Par bergson - publiée le 30/07/2018

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par (Babelio)

    L'écurie, on la connaît, les éditions Jigal, du polar rien que du polar. Philippe Hauret, on le connaît aussi avec son premier roman Je vis, je meurs. On s'était d'ailleurs noté avec les trois petits ...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 11/02/2018

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par NicolasElie (Babelio)

    De son dernier roman, nonobstant la fameuse phrase culte sur les enquêtes policières, je disais que « J'aurais aimé qu'il se lâche un peu plus, mais, encore une fois, c'est son premier roman. Et puis ...

    Lire la critique complète >
    Par NicolasElie - publiée le 03/12/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par (Babelio)

    Je découvre Philippe Hauret avec ce livre, car j'ai loupé la sortie du précédent " je vis je meurs" mais je vais me rattraper car " Que dieu me pardonne" fut vraiment un gros coup de coeur q...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 05/09/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par Loley (Babelio)

    Je suis impressionnée par la construction des personnages, c'est un élément qui revient souvent dans mes avis car j'y attache de l'importance. Je pense qu'on se souvient d'un roman en partie, grâce ...

    Lire la critique complète >
    Par Loley - publiée le 09/08/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par Polars_urbains (Babelio)

    Une histoire de rédemption, pourquoi pas si l'on s'en tient au titre. Au départ, c'est très manichéen, avec un duo de flics que tout oppose (Good cop / Bad cop), des riches et des pauvres, de belles v...

    Lire la critique complète >
    Par Polars_urbains - publiée le 30/07/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par (Babelio)

    Franck Mattis est un inspecteur en banlieue : petits trafics et vols sont son lot quotidien. Mais, contrairement à son équipier, il pense que ces gosses des cités, même s'ils prennent un mauvais chemi...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 24/07/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par purgi89 (Babelio)

    Je devais lire Je vis je meurs mais j'ai tardé. Je vais y remédier rapidement car Que Dieu me pardonne est une très belle découverte et j'ai hâte de retrouver la plume de Philippe Hauret. Voici un pol...

    Lire la critique complète >
    Par purgi89 - publiée le 02/07/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par yv1 (Babelio)

    Retour de Franck Mattis après Je vis je meurs, en meilleure forme. Un bon flic, sympa qui tente de faire son boulot au mieux, en respectant collègues et usagers, même les gens qu'il interroge. Toujour...

    Lire la critique complète >
    Par yv1 - publiée le 29/06/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par Andarta (Babelio)

    Je remercie en premier lieu Babelio ainsi que les Editions Jigal pour cet exemplaire de Que dieu me pardonne. Un jeune des cités désoeuvré, un rentier fortuné parti en vrille, son épouse alcoolique e...

    Lire la critique complète >
    Par Andarta - publiée le 22/06/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par Milene73 (Babelio)

    Voilà, j'ai terminé Dieu me pardonne de Philippe avec la même impression qu'avec Je vis, je meurs. Des destins qui s'entrecroisent, des milieux sociaux qui se toisent et parfois se rencontrent, des pe...

    Lire la critique complète >
    Par Milene73 - publiée le 04/06/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par djelisaweta (Babelio)

    Je remercie les Editions JIGAL et Babelio pour cette jolie découverte. Je ne connaissais pas du tout l'auteur mais le résumé était très alléchant. Les personnages de ce polar sont assez cliché, on a ...

    Lire la critique complète >
    Par djelisaweta - publiée le 26/05/2017

  • Critique de Que Dieu Me Pardonne par RomansNoirsEtPlus (Babelio)

    Ne vous laissez pas influencer par la couverture de ce roman . "Que Dieu me pardonne " n'est en aucun cas un livre sur l'occultisme , l'ésotérisme ou sur les rites sataniques . C'est plutôt un conte ....

    Lire la critique complète >
    Par RomansNoirsEtPlus - publiée le 26/05/2017
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter