livres actu Livres Actu

Accueil > Ovide > L'Art d'aimer

Acheter ce livre - 25.5 €



Ovide

0 abonné

Œuvres principalesOvide, en latin Publius Ovidius Naso, né en 43 av. J.-C. à Sulmone (en italien Sulmona) dans le centre de l'Italie et mort en 17 ou 18 ap. J.-C., en exil à Tomis (l'actuelle Constanţa en Roumanie), est un poète latin qui vécut dura... Plus >

L'Art d'aimer (1924)

De Ovide chez Belles Lettres
(32 votes, note moyenne : 3.4)

C'est aux environs immédiats de l'ère chrétienne qu'Ovide compose et publie son Traité de l'Amour, plus connu sous le nom d'Art d'Aimer. Le poète, célébré pour Les Amours et Les Héroïdes, se fait docteur ès amours et livre à son lecteur trois leçons magistrales, pleines d'humour et de grâce. Où rencontrer les femmes? Comment s'attacher ses conquêtes? Comment plaire à un homme? Telles sont les questions auxquelles répondent les trois livres de cette grammaire amoureuse.

Notre édition comporte une introduction présentant de manière synthétique le poème, sa place dans l'œuvre d'Ovide, ainsi que la traduction manuscrite. Les Avertissements du correcteur, Philippe Heuzé, proposent de judicieuses pistes de lecture. D'abondantes notes, viennent, tout au long du texte, faciliter la lecture, notamment en éclairant les allusions mythologiques. L'ouvrage est complété par un apparat critique et un index des noms propres.

Paru le 01-01-1924 - Format : Broché - 193 pages - 20 x 12 x 1 cm - 208 g - ISBN 10 : 2251011196 - ISBN 13 : 9782251011196

Collection : Collection Des Universités De France Série Latine

Tags : littérature, roman, essai, poésie, classique, mythes, séduction, amour, antiquité, rome antique, mythologie, érotisme, philosophie, latin, littérature latine, rome, italie, littérature italienne, littérature antique, antique, littérature, roman, essai, poésie, classique, séduction, traité, amour, antiquité, rome antique, mythologie, érotisme, philosophie, latin, littérature latine, rome, italie, littérature italienne, littérature antique, antique.

Citations de L'Art d'aimer (10)

La beauté est un bien fragile: tout ce qui s'ajoute aux années la diminue ; elle se flétrit par sa durée même ; ni les violettes, ni les lis à la corolle ouverte ne sont toujours en fleurs, et, la rose tombée, l'épine se dresse seule. Toi aussi, bel adolescent, tu connaîtras bientôt les cheveux blancs ; tu connaîtras bientôt les rides, qui sillonnent le corps. Forme-toi maintenant l'esprit, bien durable, qui sera l'appui de ta beauté: seul il subsiste jusqu'au bûcher funèbre.

L'âge.Ne t'informe pas de son âge, ni du consul sous lequel elle est née, surtout si elle n'est plus dans la fleur de l'âge. (...) Jeunes gens, cet âge, ou même un âge plus avancé n'es tpas inutile ; oui, ce champ qu'on dédaigne portera des moissons ; oui ce champ est bon à ensemencer. (... ) A cet âge les femmes sont plus savantes en l'amoureux travail , et qui possèdent l'expérience qui seule fait les artistes. par des soins elles compensent les outrages du temps ; elle se prêteront pour l'amour à mille attitudes (...) chez elle le plaisir nait sans provocation artificielle ; pour qu'il soit vraiment agréable il faut que la femme et l'homme y prennent part également (...) je hais la femme qui se livre parce qu'elle doit se livrer, et qui, n'éprouvant rien , songe à son tricotage.

L'amour est de nature peu traitable.

Et il ne faut pas moins de talent pour garder les conquêtes que pour les faire: dans l'un il y a du hasard, l'autre sera l'oeuvre de mon art.

C'est par la simple élégance que doivent plaire les hommes : que leur peau soit hâlée par les exercices du Champ de Mars ; que leur toge aille bien et n'ait pas de taches. Que ta chaussure soit bien correctement nouée ; que les agrafes ne soient pas rouillées. Que ton pied ne soit pas perdu et ne nage pas dans un soulier trop large ; qu'une coupe maladroite n'enlaidisse pas et ne hérisse pas ta chevelure ; que tes cheveux, que ta barbe soient taillés par une main experte, que tes ongles soient bien coupés et propres, qu'aucun poil ne se dresse dans les narines ; qu'une haleine désagréable ne sorte pas d'une bouche malodorante, et que l'odeur du mâle, père du troupeau, ne blesse pas les narines. Tout le reste, abandonne-le soit aux jeunes filles lascives, soit aux hommes qui, contre nature, cherchent l'amour d'un homme.

Une ivresse véritable inspire le dégoût ; une ivresse feinte peut avoir son utilité.

Pour juger de la beauté, la nuit et le vin sont de mauvais conseillers.

Vénus a fixé son empire dans la ville de son cher Énée.

L'amour est une espèce de service militaire. Arrière, hommes lâches ; ce ne sont pas des hommes pusillanimes qui doivent garder ces étendards. La nuit, l'hiver, de longues routes, de cruels chemins, toutes les épreuves, voilà ce qu'on endure dans ce camp de plaisir. Souvent tu devras supporter la pluie que, du ciel, verse à flots un nuage, et souvent, transi de froid, tu coucheras sur la terre nue.

L'amour est de nature peu traitable; souvent même il me résiste; mais c'est un enfant; cet âge est souple et facile à diriger. Chiron éleva le jeune Achille aux sons de la lyre, et, par cet art paisible, dompta son naturel sauvage : celui qui tant de fois fit trembler ses ennemis, qui tant de fois effraya même ses compagnons d'armes, on le vit, dit-on, craintif devant un faible vieillard et docile à la voix de son maître, tendre au châtiment des mains dont Hector devait sentir le poids. Chiron fut le précepteur du fils de Pélée; moi je suis celui de l'amour; tous deux enfants redoutables, tous deux fils d'une déesse. Mais on soumet au joug le front du fier taureau; le coursier généreux broie en vain sous sa dent le frein qui l'asservit : moi aussi, je réduirai l'Amour, bien que son arc blesse mon cœur, et qu'il secoue sur moi sa torche enflammée. Plus ses traits sont aigus, plus ses feux sont brillants, plus ils m'excitent à venger mes blessures. Je ne chercherai point, Phébus, à faire croire que je tiens de toi l'art que j'enseigne : ce n'est point le chant des oiseaux qui me l'a révélé; Clio et ses sœurs ne me sont point apparues, comme à Hésiode, lorsqu'il paissait son troupeau dans les vallons d'Accra. L'expérience est mon guide; obéissez au poète qui possède à fond son sujet. La vérité préside à mes chants; toi, mère des amours, seconde mes efforts !

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de L'Art d'aimer : avis de lecteurs (17)


  • Critique de L'Art d'aimer par rorospigo (Babelio)

    Si peu de choses ont changées depuis 2000 ans ! Bien sûr on lit dans cet ouvrages quelques visions arriérées sur les conditions de la femme et même en une phrase sur les relations entre maîtres et élè...

    Lire la critique complète >
    Par rorospigo - publiée le 04/05/2020

  • Critique de L'Art d'aimer par Papyriri (Babelio)

    Mon bon Ovide franchement ce n est pas " l art d'Aimer " mais l Art de Draguer que tu as écrit .Ta chance est d'être mort depuis 2000 ans Car si tu as été exilé sans espoir de retour par Auguste , p...

    Lire la critique complète >
    Par Papyriri - publiée le 14/10/2019

  • Critique de L'Art d'aimer par StephanieIsReading (Babelio)

    Quand Ovide entreprend d'initier le lecteur à l'art d'aimer et de séduire, il cherche à donner les clés du plaisir amoureux et de la sérénité de l'amour. Même s'il semble accorder autant d'importance ...

    Lire la critique complète >
    Par StephanieIsReading - publiée le 07/07/2019

  • Critique de L'Art d'aimer par candlemas (Babelio)

    Après mon commentaire du Banquet, il me semblait naturel d'enchainer sur L'Art d'Aimer d'Ovide. Passant de la Grèce à Rome - et du rapport entre hommes au rapport hommes-femmes- et contemporain du Chr...

    Lire la critique complète >
    Par candlemas - publiée le 21/12/2017

  • Critique de L'Art d'aimer par TanePistache (Babelio)

    Je n'ai pas pu m'empêcher de le lire au second degré, en croisant les doigts très fort pour qu'Ovide ne se prenne pas au sérieux (surtout dans la partie séduction). Parce que, lu comme ça, c'est drôle...

    Lire la critique complète >
    Par TanePistache - publiée le 21/08/2017

  • Critique de L'Art d'aimer par frconstant (Babelio)

    Avec son traité relatif à « L'art d'aimer », Ovide, pas spécialement connu pour son humour et sa maîtrise managériale d'un second degré, se revendique poète et homme d'expérience. Dont acte. Pourtant,...

    Lire la critique complète >
    Par frconstant - publiée le 23/05/2017

  • Critique de L'Art d'aimer par Chasto (Babelio)

    Caricature de moeurs et ironie au nouvel ordre moral par cette liberté d'aimer et d'exister. La valeur fondamentale de l'être et de ses élans s'affiche à ces lignes de découverte unique.

    Lire la critique complète >
    Par Chasto - publiée le 11/04/2017

  • Critique de L'Art d'aimer par Cathy74 (Babelio)

    J'ai lu ce livre toute jeunette, en furetant dans la bibliothèque éclectique de ma famille. N'ayant pas eu l'obligation de l'analyser ou de disserter dessus en vue d'un examen, j'en pris connaissance ...

    Lire la critique complète >
    Par Cathy74 - publiée le 10/07/2016

  • Critique de L'Art d'aimer par Ysane (Babelio)

    Petite incartade dans l'antiquité, une première pour moi! C'est une lecture qui m'a fait sourire bien souvent. La forme est vieillotte mais le contenu m'apparait encore bien actuel si on l'ajuste que...

    Lire la critique complète >
    Par Ysane - publiée le 13/05/2016

  • Critique de L'Art d'aimer par book-en-stock (Babelio)

    Voici un livre que je souhaitais lire depuis longtemps; le challenge «Pioche dans ma PAL de mars 2016» m'en a donné l'occasion. Il s'agit d'un petit format, 96 pages dans la collection Librio. Cepend...

    Lire la critique complète >
    Par book-en-stock - publiée le 28/03/2016

  • Critique de L'Art d'aimer par Mirpoint (Babelio)

    Ovide, ou comment l'Art d'aimer se métamorphose en Art du viol.

    Lire la critique complète >
    Par Mirpoint - publiée le 13/03/2016

  • Critique de L'Art d'aimer par Gwen21 (Babelio)

    Quand on se penche sur la littérature antique, on peut légitimement éprouver quelque frilosité à l'idée de se plonger dans des textes si anciens qu'on les taxerait un peu facilement de "poussiéreux". ...

    Lire la critique complète >
    Par Gwen21 - publiée le 06/03/2014

  • Critique de L'Art d'aimer par ahasverus (Babelio)

    Sur les conseils d'une amie, je suis allé à la bibliothèque Nucéra, à Nice, chercher cet ouvrage d'Ovide. J'ai eu la surprise de voir que les SDF avait investi les lieux, comme dans "à la recherche de...

    Lire la critique complète >
    Par ahasverus - publiée le 28/06/2013

  • Critique de L'Art d'aimer par (Babelio)

    Ovide a écrit un best seller ! L'art d'aimer, c'est tellement actuel ! Une partie homme, une partie femme, sur l'art de se mettre en valeur et de séduire. Avec beaucoup d'humour Ovide nous raconte tou...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 24/02/2012

  • Critique de L'Art d'aimer par livr0ns-n0us (Babelio)

    J'ai découvert ce petit livre sur insistance de mon grand-père qui désirait que je mette au moins un classique antique dans la liste de mon challenge ABC 2011 proposé par Nanet. Je n'étais pas enchant...

    Lire la critique complète >
    Par livr0ns-n0us - publiée le 28/12/2011

  • Critique de L'Art d'aimer par mathilde08 (Babelio)

    J'ai dû le lire cette année pour le bac et franchement c'est pas un regret ! C'est un livre bien sympathique, avec bien sûr quelques remarques légèrement misogynes ! Mais j'ai quand même apprécié étud...

    Lire la critique complète >
    Par mathilde08 - publiée le 11/06/2011

  • Critique de L'Art d'aimer par Elvira (Babelio)

    Dans ce « manuel » drôlissime, Ovide nous donne des conseils pour séduire celui ou celle qui nous intéresse puis pour le ou la garder. Ces conseils sont bien entendus à prendre au second degré ! On pa...

    Lire la critique complète >
    Par Elvira - publiée le 15/05/2011
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de L'Art d'aimer

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter