livres actu Livres Actu

Accueil > ólafur Haukur Símonarson > Le Cadavre dans la voiture rouge

Acheter ce livre - 13.72 €


128950ème dans les ventes


ólafur Haukur Símonarson

0 abonné

Le Cadavre dans la voiture rouge (1998)

De ólafur Haukur Símonarson chez Presses Universitaires De Caen
(8 votes, note moyenne : 3.3)

De retour d'Allemagne, où il n'a pu obtenir son diplôme de chimiste, Jonas Halldorsson, abandonné par sa femme et privé de sa fille, se retrouve en Islande, tout d'abord à Reykjavik, et ensuite dans une bourgade perdue où son employeur qui est aussi son cousin l'a envoyé enseigner pour se débarrasser de lui. Jonas semble ainsi voué à vivre loin de tout dans un paisible ennui.Mais, dans cette « enclave perdue dans les ténèbres du monde », Jonas Halldorsson est moins attiré par ses élèves qu'intrigué par les activités étranges et troubles du clan qui règne secrètement sur ce petit port. Et, lorsqu'on découvrira un cadavre dans les eaux du port, l'enquête pourra commencer.Surtout connu en tant que dramaturge, Ólafur Haukur Símonarson, né en 1947, a implanté dans le fascinant paysage d'Islande un polar qui a su puiser aux meilleures sources des auteurs américains.Ce roman a obtenu le prix de littérature nordique décerné à l'occasion des Boréales de Normandie 1997.

Paru le 01-02-1998 - Format : Broché - 232 pages - 22 x 14 x 1 cm - 800 g - ISBN 10 : 2841330273 - ISBN 13 : 9782841330270

Collection : Litter Nordique

Tags : roman, roman noir, romans policiers et polars, cimetière, paysages, traditions, exotisme, rouge, voiture, solitude, disparition, divorce, pêche, meurtre, crime, islande, littérature islandaise, littérature nordique, policier nordique, contemporain.

Citations de Le Cadavre dans la voiture rouge (10)

On est plus méchant qu'on le voudrait, Frédéric. Les hommes sont comme des enfants, ils font le mal sans le savoir. (p.16)

- Voici longtemps qu'il nous semble préférable de vivre que de mourir en héros. (p.206)

Il était venu en retard, comme cela sied à un président, à un roi ou à un pape.(p.174)

Mais il savait aussi que, pour être estimé des autres hommes, il faut commencer pas s'estimer soi-même. Et, comme nous le savons, il est plus difficile de s'estimer soi-même que d'obtenir l'estime des autres. (p. 151)

Faire comme si de rien n'était. Ce sont les victoires en douceur qui sont les plus difficiles. La goutte qui use la pierre

[...] "Bienvenue à Litla-Sand !" Un grand panneau et, à la différence de ce genre d'écriteau, il ne penchait d'aucun côté. Et, au-dessous, avait été inscrit en lettres maladroites : Sauve qui peut !

Quel démon avait donc élu domicile dans cette maison? Et quelle brutalité ne s'y déchaînait-elle pas? Je m'étais imaginé, étant enfant, que la paix et la concorde régnaient en ce bas monde et qu'il n'y avait d'autre obligation que de se soutenir et de faire front commun contre cet unique adversaire: les vagues du grand large, le vent et la tempête. Au lieu de cela, je voyais régner la discorde et la méfiance. De toutes parts brillaient les yeux de la haine, jaunes comme ceux d'un chat

J'avais exulté à la pensée de pouvoir lire les livres qui m'attendaient depuis de nombreuses années et d'écouter la musique que je me réservais en attendant de pouvoir le faire dans le recueillement. C'est ce que j'avais anticipé. Pour être mon propre maître, collé à la vitre, tandis que la mer se brise en panaches d'écume contre les rochers, que le vent ébranle les murs, que rôde le méchant loup, que les mouettes exécutent leurs acrobaties et que les accords de Beethoven tourbillonnent dans la pièce

Le car avalait la route. Les barrières métalliques, les clôtures et les sections renforcées de la chaussée prirent fin. Des rochers se dressaient sur la gauche, des coulées de terre noire retenaient sur leurs bords des festons de neige. Et nous défilions sous des parois rocheuses toujours plus abruptes. Seulement deux traces minces comme des fils laissées par les voitures, rien du côté de la mer, sinon le bord de la route et puis le vide

[...] - Le brouillard est-il souvent aussi épais sur le plateau ? demandais-je.- Le brouillard ! s'exclama-t-il. Dans le coin, nous n'appelons pas ça du brouillard. C'est une belle journée d'été, mon garçon. Ce n'est que quand il faut faire marcher deux hommes devant la voiture qu'on peut parler de brouillard.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Le Cadavre dans la voiture rouge : avis de lecteurs (8)


  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par Tancrede50 (Babelio)

    Jonas Halldorsson arrive à Litla-Sand, petit port du nord de l'Islande, pour prendre un poste d'instituteur en remplacement de Halldor Ingimarsson, parti subitement en laissant toutes ses affaires. L'...

    Lire la critique complète >
    Par Tancrede50 - publiée le 22/11/2019

  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par polacrit (Babelio)

    Jonas, journaliste à ses heures, divorcé, chômeur, au bout du rouleau se voit contraint d'accepter un poste d'instituteur dans un petit port du nord de l'Islande, bien qu'il n'ait jamais enseigné. Au ...

    Lire la critique complète >
    Par polacrit - publiée le 16/07/2019

  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par floamaru (Babelio)

    Ce roman est une plongée dans l'air glacial d'un petit port d'Islande, avec ses secrets et ses menaces. On y retrouve cette ambiance que les auteurs islandais savent nous décrire... La lecture fut agr...

    Lire la critique complète >
    Par floamaru - publiée le 03/05/2019

  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par eb9122 (Babelio)

    J'ai bien aimé ce petit roman policier sans prétention ... Ce n'est pas du Nesbo ou de Lackberg, mais le style est agréable, le personnage principal attachant ... et le village flippant à souhait. A...

    Lire la critique complète >
    Par eb9122 - publiée le 05/11/2016

  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par bilodoh (Babelio)

    Un polar sans policier, un village sous le coup d'une omerta islandaise, des tensions familiales, des jeux d'amour et de pouvoir… Des vérités aux accents de mensonge, des amis qui sont peut-être de...

    Lire la critique complète >
    Par bilodoh - publiée le 23/12/2013

  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par BMR (Babelio)

    Depuis Arnaldur Indridason et ses polars, on sait que l'Islande est une destination plutôt sombre. Son compatriote, Olafur Haukur Simonarson, confirme avec un autre polar, Le cadavre dans la voiture ...

    Lire la critique complète >
    Par BMR - publiée le 29/10/2013

  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par yv1 (Babelio)

    Simonarson a écrit un roman de type roman noir américain des années 50, avec tous les codes y afférents. Le looser, la belle fille, les méchants tenant la ville, ... Tout cela dans un paysage typiquem...

    Lire la critique complète >
    Par yv1 - publiée le 18/02/2011

  • Critique de Le Cadavre dans la voiture rouge par pavlova (Babelio)

    Je suis très décue par ce livre ; l'intrigue est plate et les personnages inconsistants.

    Lire la critique complète >
    Par pavlova - publiée le 05/07/2009
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter