livres actu Livres Actu

Accueil > Michèle Desbordes > La demande

Acheter ce livre - 11.6 €


60060ème dans les ventes


Michèle Desbordes

0 abonné

Michèle Desbordes, née le 4 août 1940 à Saint-Cyr-en-Val (Loiret) et morte le 24 janvier 2006 à Baule (Loiret), à 65 ans, est un écrivain français. Conservateur de bibliothèques universitaires, elle a reçu plusieurs prix pour son récit La Demande sur... Plus >

La demande (1998)

De Michèle Desbordes chez Verdier
(31 votes, note moyenne : 3.0)

A la fin de sa vie, sur l'invitation du roi de France, un maître italien, peintre et architecte, quitte son pays.
Accompagné de ses élèves, il fait le long voyage jusqu'à la Loire où il aura sa demeure. On lui donne une servante. La relation de cette rencontre, en vérité bouleversante, impossible à cerner dans une formule, est le cœur du roman servi par la prose tendue, insidieuse et dense de Michèle Desbordes qui porte - magistralement - le récit jusqu'à son point d'orgue : la demande.

Paru le 01-10-1998 - Format : Broché - 128 pages - 22 x 14 x 1 cm - 190 g - ISBN 10 : 2864323036 - ISBN 13 : 9782864323037

Collection : Litt Francaise

Tags : roman, roman historique, histoire, création artistique, silence, servante, leonard de vinci, écrivain femme, ouvrage primé, prix france télévision, loire, peintre, peinture, artiste, voyages, france, littérature française, italie, renaissance, 16ème siècle, roman, roman historique, histoire, silence, servante, leonard de vinci, écrivain femme, listes, ouvrage primé, prix france télévision, loire, peintre, peinture, artiste, voyages, france, littérature française, 20ème siècle, renaissance, 16ème siècle.

Citations de La demande (8)

Plus que jamais elle se taisait, et le silence et le regard détourné parlaient mieux que n'auraient fait les paroles, ils disaient l'habitde et la résignation, en elle parlaient toutes celles qui s'asseyaient sans rien dire près des fenêtres et croisaient les mains dans leurs jupes, comme en lui qu'elle regardait d'un regard fatigué vivaient tous les idiots, ce qu'ils voyaient n'était qu'un infime, misérable fragment du temps, sans fin ni commencement, depuis longtemps et pendant longtemps encore des gens comme eux s'arrêteraient dans une rue ou un jardin pour regarder un vieil âme ou un idiot, les observeraient en se disant qu'ils regardaient un âne et un idiot de tous les temps, inchangés, éternels comme le ciel et le soleil, les profondeurs effrayantes de la terre, le malheur, le bonheur.

Il la regardait comme on regarde ce que l'on découvre, sans faveur ni complaisance. Aux derniers jours du printemps elle dut prendre l'habitude du regard sur elle, se dire que le maître pouvait observer le serviteur comme il observait un arbre ou une couleur de ciel, un cadavre dans un fossé, parfois les choses les plus inattendues tranquillement et sans histoires devenaient si banales et ordinaires que si elles venaient à manquer la vie en était encore plus difficile, quand il se détournait elle le remarquait, puis l'air de rien se détournait à son tour. Il parlait des habitudes, de ce qui commençait et de ce qui finissait. Il dessinait un visage, ni homme ni femme ni enfant, cherchait dans les cartons d'anciens dessins, le regard clair sous la paupière transparente, l'amas de boucles, recommençait, comparait, en Italie ils avaient parlé de l'ange, des délicatesses de fleur meurtrie à peine éclose, du creux du cerne sur la joue, cette impression de chaleur, de peau brûlante, l'émotion, le plaisir, comment savoir, tout parfois avait été si magnifique.

Elle marchait avec une vaillance qui faisait penser au bonheur.

Lorsqu'elle remontait l'allée, elle souriait. La petite silhouette claire brillait dans le matin. Il lui en était reconnaissant. Il pensait qu'elle ignorait les images folles, rêves de bonheur ou de plaisir. Qu'elle n'avait connu ni le trouble ni l'attente. Ni la peur de tout perdre. Qu'elle s'était tenue à l'écart, par prudence, heureuse des jours tranquilles, du bol de soupe et du pain frais dans son torchon le matin sur le coin de la table, et le soir de l'odeur qui montait des terres, du pas des chevaux qui rentraient.

Tout recommençait toujours des choses annoncées. Il n'y aurait jamais que la mort pour y mettre fin.

... l'âcre, le revêche besoin de se taire.

Existe en version audio, lue par Lionel Epaillard (2h35)

[...] lui demandant ce qu'ils ne demandaient jamais qu'aux Italiens, la beauté, et plus encore que la beauté, la certitude de la beauté.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de La demande : avis de lecteurs (18)


  • Critique de La demande par (Babelio)

    J'ai lu ce livre après avoir lu "l'obsession Vinci" c'est un peu la suite et fin :) C'est aussi un hymne au temps qui passe doucement en fin de vie... l'écriture est belle. Je le conseille comme livre...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 22/04/2020

  • Critique de La demande par Flocava1 (Babelio)

    Un livre subtil fin et délicat qui se lit d'un trait comme un hors temps. Très beau et touchant.

    Lire la critique complète >
    Par Flocava1 - publiée le 22/04/2020

  • Critique de La demande par ohfom (Babelio)

    A mon tour de ne pas être convaincu par ce petit livre que les excellentes éditions Verdier poche viennent de ressortir en l'accompagnant d'une 4e de couverture fort élogieuse. Malgré les premières pa...

    Lire la critique complète >
    Par ohfom - publiée le 20/03/2020

  • Critique de La demande par fabbahia (Babelio)

    Un livre poétique où tout est dit sans être dit. Où les silences et les 'non-regards' donnent un sens à des vies qui suivent le rythme de la nature, des saisons, des années avec une langueur et un ren...

    Lire la critique complète >
    Par fabbahia - publiée le 03/03/2020

  • Critique de La demande par chadik (Babelio)

    J'ai trouvé ce roman par hasard chez un bouquiniste, pensant avec nostalgie à ma visite du Clos Lucé. Dans ce court récit, où le maître, Léonard de Vinci, n'est jamais nommé, nous suivons l'arrivé d'u...

    Lire la critique complète >
    Par chadik - publiée le 12/01/2020

  • Critique de La demande par naba45 (Babelio)

    J'ai lu presque d'une traite ,sans me forcer,oserais-je dire avec plaisir ? La Demande de Michèle Desbordes,car ce récit sur les dernières années d'un peintre ,qu'on devine être Léonard de Vinci et de...

    Lire la critique complète >
    Par naba45 - publiée le 29/05/2019

  • Critique de La demande par MonCharivariLitteraire (Babelio)

    Michèle Desbordes peint un tableau silencieux. celui de la fin de vie d'un peintre en France que l'on devine aisément être Léonard de Vinci bien que son nom ne soit jamais prononcé. Mais il n'est pas ...

    Lire la critique complète >
    Par MonCharivariLitteraire - publiée le 06/07/2018

  • Critique de La demande par domisylzen (Babelio)

    Enroulé dans cette poésie, je survole cette fin de vie. La douceur des mots, la tendresse des regards, d'une infinie sensibilité. L'émotion de l'autre font de cette oeuvre, une oeuvre à part. Un...

    Lire la critique complète >
    Par domisylzen - publiée le 04/07/2017

  • Critique de La demande par Gwenaweb (Babelio)

    Comment est-ce qu'un livre aussi petit peut être aussi imbuvable ? Quelle lente et pénible agonie… Je n'en pouvais plus en arrivant à la fin. Des descriptions lentes et inutiles d'un paysage sans i...

    Lire la critique complète >
    Par Gwenaweb - publiée le 23/07/2016

  • Critique de La demande par Sandrion (Babelio)

    Un court roman tout en douceur et en sobriété, mettant en scène la fin de vie d'un vieux peintre ressemblant bien fort à Léonard de Vinci, et qui passe avec ses élèves et sa vieille servante une ou de...

    Lire la critique complète >
    Par Sandrion - publiée le 14/05/2016

  • Critique de La demande par Floccus (Babelio)

    [Livre audio lu par Lionel Epaillard] Une lecture inutilement lyrique, laissant traîner systématiquement les dernières syllabes des phrases pour donner de l'emphase, me donne d'emblée l'envie de la...

    Lire la critique complète >
    Par Floccus - publiée le 28/02/2013

  • Critique de La demande par dancingbrave (Babelio)

    Magnifique poème ou roman poétique qui nous retrace les deux dernières années de la vie de Léonard de Vinci. La langue est d'une douceur inouïe toute en caresses, en bonheurs. La vie s'écoule calmem...

    Lire la critique complète >
    Par dancingbrave - publiée le 18/12/2012

  • Critique de La demande par sylire (Babelio)

    Un maître italien (on imagine qu'il s'agit de Léonard de Vinci) arrive sur les bords de Loire, invité par un roi de France. Accompagné de ses élèves, il s'installe dans une maison où se trouve une ser...

    Lire la critique complète >
    Par sylire - publiée le 03/11/2012

  • Critique de La demande par (Babelio)

    Une belle promenade en bord de Loire à travers ce livre, et à travers les "coulisses" de la vie de Léonard de Vinci. L'envie de retourner sur ses traces à Amboise,au Clos-Lucé..

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 14/06/2012

  • Critique de La demande par estrella_oscura (Babelio)

    Lui, l'artiste, quitte un beau jour l'Italie pour ne plus y revenir. Il sait qu'il mourra en France, dans ce château près d'Orléans, entouré de ses travaux pour le Roi et de sa solitude d'exilé. Elle,...

    Lire la critique complète >
    Par estrella_oscura - publiée le 08/02/2012

  • Critique de La demande par Norlane (Babelio)

    Dans une langue fluide et déroutante à la fois, on suit le lien silencieux entre le vieux Léonard de Vinci venu d'Italie avec ses élèves jusqu'au bord de Loire pour y terminer sa vie de travaux et une...

    Lire la critique complète >
    Par Norlane - publiée le 23/11/2010

  • Critique de La demande par patacaisse (Babelio)

    Ce livre narre la relation entre une servante et un maître italien. Cette relation basée sur le respect, le silence, l'observation de l'autre. Ce livre décrit la façon dont ils s'apprivoisent. Un trè...

    Lire la critique complète >
    Par patacaisse - publiée le 15/01/2009

  • Critique de La demande par fbalestas (Babelio)

    Michèle Desbordes imagine la rencontre improbable entre un Maître italien et la servante du manoir qui les accueille sur les bords de Loire. Ce maître italien - son nom n'est jamais dévoilé mais on...

    Lire la critique complète >
    Par fbalestas - publiée le 19/11/2017
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de La demande

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter