livres actu Livres Actu

Accueil > Mario Vargas Llosa > La tante Julia et le scribouillard

Acheter ce livre - 23.3 €



Mario Vargas Llosa

0 abonné

Mario Vargas (né le 1er décembre 1928 à Sucre en Bolivie, décédé le 20 juillet 2017 en France) est un artiste peintre bolivien. 1928 : Mario Eloy Vargas Cardenas né le 1er décembre à Sucre (Bolivie). Il perd sa mère à l’âge de 14 ans. On la retrouve ... Plus >

La tante Julia et le scribouillard (1980)

De Mario Vargas Llosa chez Gallimard
(96 votes, note moyenne : 4.0)

Lorsque la table du déjeuner familial est desservie et que s'annonce un après-midi sans surprise et sans sorties, que faire ? En Amérique latine, des millions d'hommes - et surtout de femmes - attendent alors le moment de tourner le bouton de la radio pour absorber leur dose quotidienne de rire, de larmes et de rêve. C'est derrière les feux de cette rampe-là, faussement clinquante, que le grand romancier péruvien nous mène : acteurs vieillis dont seule la voix séduit encore, tâcherons de l'écriture dévorés par le halo d'une gloire illusoire, requins de l'audio-visuel artisans de la misère de leurs «créateurs». Pedro Camacho, un as du feuilleton radio, arrive alors à Lima. Il n'a d'autre vie que celle de ses personnages et de leurs intrigues. Enfermé jour et nuit dans la loge de l'immeuble de la radio, il manipule les destinées de ces êtres imaginaires qui font battre le cœur des auditeurs. Mais voilà que, au comble de la gloire, son esprit s'embrume : comme des chevaux fous, ses héros franchissent les barrières, font irruption dans des histoires qui ne sont pas les leurs et engendrent une avalanche de catastrophes : les auditeurs affolés portent plainte... En contrepoint, nous est contée l'histoire de «Varguitas» : à dix-huit ans, il poursuit, mollement, des études de droit, comme l'exige son père. Installé dans un cagibi, il gagne quelques sous en rédigeant les bulletins de nouvelles pour la radio de Lima et rêve de faire publier les nouvelles qu'il écrit à ses (nombreux) moments perdus. Pour la première fois, Mario Vargas Llosa parle ici à la première personne et raconte son histoire : «Varguitas» n'est autre que lui et la tante Julia, fraîchement divorcée, de quinze ans son aînée, a bien existé. Malgré l'opprobre familial et le rocambolesque bureaucratique, il finira par l'épouser. Il est difficile de mieux conjuguer le rétro, le kitsch et le mélo que Mario Vargas Llosa le fait dans ce livre, l'un des plus éblouissants témoignages sur ce qu'est aujourd'hui le vécu, le ressenti, le rêvé de l'homme moyen en Amérique latine.

Paru le 02-01-1980 - Format : Broché - 400 pages - 21 x 15 x 3 cm - 515 g - ISBN 10 : 2070289389 - ISBN 13 : 9782070289387

Collection : Du Monde Entier

Tags : roman feuilleton, littérature, roman, roman autobiographique, biographie, autobiographie, adapté au cinéma, prix nobel, humour, amour, autofiction, littérature sud-américaine, radio, prix nobel de littérature, littérature péruvienne, littérature espagnole, pérou, amérique du sud, années 50, 20ème siècle, roman feuilleton, littérature, roman, roman autobiographique, biographie, autobiographie, adapté au cinéma, prix nobel, humour, amour, autofiction, littérature sud-américaine, radio, prix nobel de littérature, littérature péruvienne, littérature espagnole, pérou, amérique du sud, années 50, 20ème siècle.

Citations de La tante Julia et le scribouillard (10)

Je lui expliquai que l'amour n'existait pas, que c'était une invention d'un Italien appelé Pétrarque et des troubadours provençaux. Que ce que les gens croyaient être un jaillissement cristallin de l'émotion, une pure effusion du sentiment, était le désir instinctif des chats en chaleur dissimulé sous les belles paroles et les mythes de la littérature. Je ne croyais rien à cela, mais je voulais me rendre intéressant.

- Ce qu'il y a de terrible pour une femme divorcée, ce n'est pas que tous les hommes se croient obligés de te faire des propositions, m'informait tante Julia. Mais qu'ils pensent, puisque tu es une femme divorcée, qu'il n'est pas besoin de romantisme. Ils ne te font pas la cour, ils ne t'adressent pas de propos galants, ils te proposent la chose de but en blanc le plus vulgairement du monde. Ça me met hors de moi. [...]

[...] je lui affirmai que, quelles que soient les différences, l'amour basé sur le physique pur durait peu. Avec la disparition de la nouveauté, avec la routine, l'attrait sexuel diminuait et finalement mourait (surtout chez l'homme), et le couple ne pouvait alors survivre que s'il y avait entre eux d'autres aimants : spirituels, intellectuels, moraux.

Et elle me rappela que la famille se faisait des illusions sur mon compte, que j'étais l'espoir de la tribu. C'était vrai : ma cancéreuse famille attendait de moi que je devienne un jour millionnaire, ou, dans le pire des cas, président de la République.

Nous analysâmes, Javier et moi, les possibilités qu'avait Pedro Camacho de matérialiser ses visées homicides sur le Grand Pablito et nous convînmes que le sort de ce dernier dépendait exclusivement des sondages : si la progression d'écoute des feuilletons se maintenait, il serait sacrifié sans miséricorde.

C'étaient naturellement les mots "art" et "artistiques" qui revenaient le plus souvent dans ce fiévreux discours, comme quelque formule magique qui ouvrait et expliquait tout. Mais, plus insolite que les paroles du scribe bolivien, il fallait voir la ferveur avec laquelle il les proférait et, peut-être plus encore, l'effet qu'elles provoquaient. Il parlait en gesticulant et en se dressant, de la voix fanatique de l'homme qui est en possession d'une vérité urgente et doit la propager, la partager, l'imposer.

Je tentai la même enquête auprès des autres parents et les résultats furent indécis. Les tantes Gaby, Laura, Olga et Hortensia aimaient les feuilletons radio parce qu'ils étaient amusants, tristes ou puissants, parce qu'ils distrayaient et les faisaient rêver, vivre des choses impossibles dans la vie réelle, parce qu'ils enseignaient quelques vérités ou parce qu'elles se sentaient l'âme romantique.

Je lui racontais toute ma vie, pas ma vie passée mais celle que j'aurais plus tard, quand je vivrais à Paris et serais écrivain. Je lui dis que je voulais écrire depuis que j'avais lu pour la première fois Alexandre Dumas, et que je rêvais depuis de me rendre en France et de vivre dans une mansarde, dans le quartier des artistes, entièrement voué à la littérature, la chose la plus formidable au monde.p.114

Tout d'abord il n'avait eu que des mâles, au nombre de deux. Mais voilà, jamais il n'avait pensé que doña Zoila pût enfanter des femelles. Rude coup pour lui. La première fille constitua une déception, quelque chose qu'on pouvait attribuer au hasard. Mais comme la quatrième grossesse déboucha aussi sur un être sans phallus ni testicules visibles, don Federico atterré à l'idée de procréer désormais des êtres incomplets, interrompit drastiquement toute velléité de descendance (ce pourquoi il remplaça le grand lit dans leur chambre par deux lits jumeaux.)

Je suis quelqu'un qui déteste les demi-teintes, l'eau trouble, le café faible. J'aime le oui ou le non, les hommes virils et les femmes féminines, le jour ou la nuit. Dans mes œuvres il y a toujours des aristocrates ou la plèbe, des prostitués ou des madones. La mésocratie ne m'inspire pas plus moi que mon public.- Vous ressemblez aux écrivains romantiques, eus-je l'idée de lui dire, malencontreusement.- En tout cas, ce sont eux qui me ressemblent, sauta-t-il sur sa chaise avec ressentiment. Je n'ai jamais plagié personne. On peut me reprocher tout sauf cette infamie. En revanche, moi, on m'a volé de la façon la plus inique.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de La tante Julia et le scribouillard : avis de lecteurs (48)


  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Larrebat (Babelio)

    "La tante Julia et le scribouillard" de Mario Vargas Llosa. Entre les vides greniers et les cadeaux des ami(e)s, je ne sais plus comment certains livres arrivent dans ma bibliothèque. Dans tous le.....

    Lire la critique complète >
    Par Larrebat - publiée le 11/05/2020

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par LudovicThibault2 (Babelio)

    En Amérique latine, des millions d'hommes - et surtout de femmes - attendent le moment de tourner le bouton de la radio pour absorber leur dose quotidienne de rire, de larmes et de rêve. Le rêve de l...

    Lire la critique complète >
    Par LudovicThibault2 - publiée le 19/04/2020

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par MarieLywood (Babelio)

    En écrivant cette critique mon objectif est de convaincre tous ceux qui n'ont pas encore lu ce roman de le découvrir sans tarder. Il s'agit sans contexte d'un coup de coeur pour moi et de l'une de mes ...

    Lire la critique complète >
    Par MarieLywood - publiée le 09/04/2020

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Cricri08 (Babelio)

    Une découverte très plaisante : un roman en partie autobiographique (pour la partie histoire d'amour avec la tante Julia). Quant au "scribouillard" il s'agit de Pedro, chargé d'écrire des feuilletons ...

    Lire la critique complète >
    Par Cricri08 - publiée le 29/03/2020

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Shan_Ze (Babelio)

    J'ai lu ce roman il y a quelques mois déjà, à l'occasion d'un cercle de lecture amical. De Mario Vargas Llosa, j'avais lu Eloge de la marâtre, dans un style plus piquant, sensuel. Avec Tante Julia, on...

    Lire la critique complète >
    Par Shan_Ze - publiée le 19/03/2020

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par liseusenserie (Babelio)

    Si loufoque et magnifique

    Lire la critique complète >
    Par liseusenserie - publiée le 07/12/2019

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par americo (Babelio)

    Un de mes livres préférés. L'apprentissage de l'amour et de la littérature pour Mario Vargas Llossa dans ce roman en partie autobiographique, dit la 4ème de couverture. Mais c'est avant tout très drô...

    Lire la critique complète >
    Par americo - publiée le 13/10/2019

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par ConfidencesLitteraires (Babelio)

    Il y a des auteur.e.s qui aiment - ou veulent - faire de leurs romans de vraies expériences de lecture. Qu'un roman ne soit pas simplement une histoire, aussi belle, passionnante ou essentielle soit-e...

    Lire la critique complète >
    Par ConfidencesLitteraires - publiée le 16/09/2019

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Givry (Babelio)

    Un jeune homme travaille dans une radio au Pérou au siècle dernier. Il y rencontre un bolivien amateur de feuilletons. Celui-ci déteste les argentins et invente des histoires toute la journée. C'est u...

    Lire la critique complète >
    Par Givry - publiée le 13/08/2019

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Allantvers (Babelio)

    Quel régal, mais quel régal que ce livre! Il contient tout ce qui m'enchante dans la littérature : une puissance d'évocation qui emporte, une plongée empathique dans la vie des autres, la convocation ...

    Lire la critique complète >
    Par Allantvers - publiée le 04/05/2019

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par taganga2000 (Babelio)

    Varguitas, alias Vargas Llosa, alors âgé de 18 ans, est le rédacteur en chef de la rubrique informations de la radio Panamericana à Lima. C'est alors qu'il fait la connaissance de la belle et pétillan...

    Lire la critique complète >
    Par taganga2000 - publiée le 18/01/2019

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par venividiosculavi (Babelio)

    Tante Julia, c'est une jeune (trop vieille ?) femme divorcée, la soeur de la femme de l'oncle de l'auteur du récit. Lui est étudiant en droit sans vocation, à ses heures perdues éditorialiste pour une ...

    Lire la critique complète >
    Par venividiosculavi - publiée le 20/10/2018

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par FredMartineau (Babelio)

    Passant mes vacances d'été en Amérique du Sud, il m'avait semblé approprié, ne serait-ce que pour épuiser le temps du trajet en avion, d'emporter des auteurs du cru. La tante Julia et le scribouillard...

    Lire la critique complète >
    Par FredMartineau - publiée le 15/08/2018

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Rhodopsine (Babelio)

    Le prix Nobel me faisait craindre un livre ennuyeux. Quelle bonne surprise! c'est un joyeux et savant montage de roman tout ce qu'il y a de classique et de chapitres étonnants aux personnages hauts en...

    Lire la critique complète >
    Par Rhodopsine - publiée le 21/06/2018

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par julienrilzel (Babelio)

    En vue de l'aspect exutoire qui est à l'origine du roman, l'écrivain prend ici une réelle liberté d'écriture dont rêve tout auteur, notamment au travers de ces feuilletons dont nous pourrons jouir en ...

    Lire la critique complète >
    Par julienrilzel - publiée le 08/04/2018

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Lucullus (Babelio)

    Je viens de le terminer ! C'est magnifique, éblouissant d'imagination, de fantaisie et d'ironie. Le personnage du "scribouillard" est une création passionnante, originale et très réussie. Le roman s.....

    Lire la critique complète >
    Par Lucullus - publiée le 31/12/2017

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Carteroutiere (Babelio)

    Deux livres pour le prix d'un ! En fait vous avez les amours de Tante Julia avec Varguitas (celui qui est le héros du livre) et entre chaque chapitre les histoires du scribouillard Pedro Camacho qui é...

    Lire la critique complète >
    Par Carteroutiere - publiée le 27/11/2017

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Yuean (Babelio)

    Le narrateur s'amourache d'une tante par alliance, fraîchement divorcée. Ils veulent vivre leur amour et faire face au scandale, sur fond de feuilletons radiophoniques. On est forcé d'admirer une f...

    Lire la critique complète >
    Par Yuean - publiée le 07/04/2017

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par zellereb (Babelio)

    Ce livre m'a fait découvrir Vargas Llosa et m'a plongée dans l'univers de l'impossible, de la douce folie, et celui des feuilletons radiophoniques, dans un monde où le rêve sait encore rejoindre la ré...

    Lire la critique complète >
    Par zellereb - publiée le 28/12/2016

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par sterne_arctique (Babelio)

    Livre en cours de lecture : première "claque" dès le premier chapitre : portraits truculents, hauts en couleur, un humour jubilatoire... Je savoure... Qu'il est bon d'entamer une lecture dans la jo.....

    Lire la critique complète >
    Par sterne_arctique - publiée le 23/06/2016

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par lacazavent (Babelio)

    Un roman bien plus complexe que ne peut le laisser envisager la quatrième de couverture. L' inspiration y est abordé sous tous ses angles. Il nous faut un peu de temps pour comprendre comment fonction...

    Lire la critique complète >
    Par lacazavent - publiée le 26/05/2016

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par sylvaine (Babelio)

    Direction Lima Pérou, années 50 , dictature du général A.Odriac. "Varguitas", alias Mario Vargas LLosa, futur prix Nobel de littérature, travaille comme directeur du Service d'Informations de la Radi...

    Lire la critique complète >
    Par sylvaine - publiée le 03/05/2016

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Crazynath (Babelio)

    Première lecture de Mario Vargas Llosa et j'en ressort enchantée. La tante Julia et le scribouillard est une lecture fort plaisante qui démontre le talent de son auteur. Le titre est un rien trompe...

    Lire la critique complète >
    Par Crazynath - publiée le 25/04/2016

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par vlimonov (Babelio)

    "La tante Julia et le Scribouillard" ? Un de ces excellents moments de lecture qui s'accrochent à la mémoire. Vargas Llosa réussit là une éducation sentimentale où l'outrance le dispute à la truculen...

    Lire la critique complète >
    Par vlimonov - publiée le 28/03/2016

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par floka (Babelio)

    Voilà une grande déception de lecture en ce début d'année, je ne m'attendais pas du tout à ça et j'ai du me forcé de le terminer. L'écriture en soi n'est pas mauvaise et c'est plutôt fluide mais le...

    Lire la critique complète >
    Par floka - publiée le 15/01/2016

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par LiliaVernalia (Babelio)

    Sous couvert d'autobiographie romancée, c'est en réalité un histoire bien plus complexe de la société péruvienne des années 50 que nous raconte Mario Vargas Llosa. Si, en effet, tous les chapitres imp...

    Lire la critique complète >
    Par LiliaVernalia - publiée le 31/12/2015

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Livretoi (Babelio)

    Roman classé dans la rubrique "Rire" de la Bibliothèque idéale de Pivot avec cette notice : " Les personnages d'un feuilletoniste de la télé péruvienne débordent l'imagination de leur créateur. &...

    Lire la critique complète >
    Par Livretoi - publiée le 31/05/2015

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Baluzo (Babelio)

    Quelle belle oeuvre! Découvert en écoutant les breves de l'émission L'esprit public de Philippe Meyer sur France Culture, je n'ai pas été déçu! Histoire pétillante et parsemée de petits récits tout au...

    Lire la critique complète >
    Par Baluzo - publiée le 30/05/2015

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Myrinna (Babelio)

    Un Vargas LLosa, comparable aux auteurs français du 19ième siècle. Malheureusement, j'ai moyennement aimé car j'ai trouvé l'écriture assez désuète et brouillonne. Des mises en abîmes malencontreus...

    Lire la critique complète >
    Par Myrinna - publiée le 23/01/2015

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Donna22 (Babelio)

    Lu dans le cadre du challenge Nobel 2013 / 2014. Lecture 11/15. Si on devait dessiner dans le temps la courbe de mon ressenti de la première à la dernière page, celle-ci ressemblerait à la pente d...

    Lire la critique complète >
    Par Donna22 - publiée le 01/09/2014

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Puszi (Babelio)

    Livre offert par une amie de mon groupe de lecture. C'est le premier livre de Mario-Vargas Llosa que je lis. Et je ne connais rien à la littérature péruvienne et même plus globalement des pays latino-...

    Lire la critique complète >
    Par Puszi - publiée le 11/06/2014

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par milan (Babelio)

    Ce type est génial, absolument génial. Je m'explique: il y a trois sortes d'écrivains (surement plus, mais c'est tout ce qui me vient à l'esprit pour l'instant), d'abord ceux qui écrivent comme s'ils...

    Lire la critique complète >
    Par milan - publiée le 09/05/2014

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par holognec (Babelio)

    Très sympa. Et d'une de ces maestria!! (Jubilatoire. 8-P )

    Lire la critique complète >
    Par holognec - publiée le 10/03/2014

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Gwen21 (Babelio)

    Eh, eh, le scribouillard n'est pas celui qu'on croit ! Première et quatrième de couvertures obligent (et j'en profite ici pour m'insurger contre cette satanée habitude qu'ont certains éditeurs de ...

    Lire la critique complète >
    Par Gwen21 - publiée le 18/02/2014

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Annette55 (Babelio)

    Livre baroque ,un peu délirant ,joyeux,très différent des autres ouvrages de ce grand écrivain! J'ai beaucoup aimé ! Lu il y a longtemps!

    Lire la critique complète >
    Par Annette55 - publiée le 01/11/2013

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par simo_chartres (Babelio)

    histoire tr bof mais je suis quand même arrivé au bout du livre, fin très décevante style histoire holywoodienne...d'ailleurs tout le déroulement du livre est tr lent, démarrage de l'intrigue assez pr...

    Lire la critique complète >
    Par simo_chartres - publiée le 12/02/2013

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par majolo (Babelio)

    C'est un roman foisonnant, loufoque mais très poétique qui raconte les premières années de la vie d'adulte de l'auteur, alors qu'il a 18 ans, vit à Lima dans son Pérou natal et qu'il tombe amoureux fo...

    Lire la critique complète >
    Par majolo - publiée le 24/11/2012

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Soundandfury (Babelio)

    D'inspiration autobiographique, un roman jubilatoire, qui ne cesse de nous surprendre par là où on ne s'y attend pas. Sous la plume habile de l'auteur, le scribouillard n'est peut être pas celui qu'on...

    Lire la critique complète >
    Par Soundandfury - publiée le 25/06/2012

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par (Babelio)

    Quatrième de couverture : "A dix-huit ans, "Varguitas" fait mollement des études de droit, travaille un peu à la radio, écrit des nouvelles et est éperdument amoureux de la tante Julia, belle div...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 22/03/2012

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par eli-re (Babelio)

    On s'y perd un peu, mais j'ai passé un bon moment aux côtés d'une histoire farfelue écrite avec beaucoup de talent !

    Lire la critique complète >
    Par eli-re - publiée le 23/01/2012

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par zhivago (Babelio)

    Pas terminé encore, mais je ne peux pas attendre pour vous recommander de lire la scène de l'interrogation du chapitre VI. Une pièce d'anthologie comique hilarante!!!

    Lire la critique complète >
    Par zhivago - publiée le 01/01/2012

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par zazy (Babelio)

    Ce roman est structuré entre les chapitres impairs et les chapitres pairs. Dans les Chapitres impairs Nous découvrons l'histoire de Varguitas, jeune homme de 18 ans vivant chez ses grands-parents ent...

    Lire la critique complète >
    Par zazy - publiée le 25/07/2011

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par EFar (Babelio)

    J'avais aimé le film du même nom, où Peter Falk interprétait à merveille un scribouillard difficile à cerner. Alors j'ai essayé le livre. J'étais un peu inquiété par l'ombre officielle du prix Nobel q...

    Lire la critique complète >
    Par EFar - publiée le 22/07/2011

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par JPB (Babelio)

    C'est le premier livre que je lis du prix Nobel de littérature 2010 et je dois dire que je n'ai pas été aussi impressionné que je l'imaginais. Cependant, j'avoue que je me suis laissé prendre par une ...

    Lire la critique complète >
    Par JPB - publiée le 26/02/2011

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par JeanLouisBOIS (Babelio)

    L'édition que j'ai eu sous les yeux (Gallimard, 1979) souffre d'une traduction parfois fautive ou qui obscurcit le texte jusqu'à le rendre difficilement compréhensible. Voici deux exemples parmi une d...

    Lire la critique complète >
    Par JeanLouisBOIS - publiée le 13/10/2010

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par JeanLouisBOIS (Babelio)

    Livre formé de vingt chapitres, La Tante Julia et le scribouillard alterne un roman à forte teneur autobiographique(chapitres impairs) et des histoires totalement indépendantes (chapitres pairs). Cett...

    Lire la critique complète >
    Par JeanLouisBOIS - publiée le 29/07/2010

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Cleo (Babelio)

    Ce livre part dans tous les sens, et est tout simplement génial. L'histoire principale entrecoupée de petites histoires donne un rythme très vif au récit. Et que dire du style de Mario Vargas Llosa qu...

    Lire la critique complète >
    Par Cleo - publiée le 14/05/2010

  • Critique de La tante Julia et le scribouillard par Sasoolero (Babelio)

    Mario Vargas Llosa nous raconte sa propre histoire quand à ses dix-huit ans, apprenti écrivain, étudiant et journaliste, il tombe amoureux de sa tante par alliance et se marie avec elle. J'ai adoré l'...

    Lire la critique complète >
    Par Sasoolero - publiée le 26/08/2009
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de La tante Julia et le scribouillard

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter