livres actu Livres Actu

Accueil > Mario Vargas Llosa > Éloge de la marâtre

Acheter ce livre - 8.5 €


33138ème dans les ventes


Mario Vargas Llosa

0 abonné

Mario Vargas (né le 1er décembre 1928 à Sucre en Bolivie, décédé le 20 juillet 2017 en France) est un artiste peintre bolivien. 1928 : Mario Eloy Vargas Cardenas né le 1er décembre à Sucre (Bolivie). Il perd sa mère à l’âge de 14 ans. On la retrouve ... Plus >

Éloge de la marâtre (1992)

De Mario Vargas Llosa chez Gallimard
(14 votes, note moyenne : 4.0)

Don Rigoberto découvre le plaisir des sens entre les bras de doña Lucrecia, sa seconde épouse. Mais il a un rival en la personne de son propre fils, Alfonsito, qui, avec une blonde, enfantine et désarmante perversité, séduit sa marâtre. «Depuis cette nuit, elle avait la certitude que les rencontres clandestines avec l'enfant, d'une façon abscure et tortueuse, difficile à expliquer, enrichissaient sa relation matrimoniale, la rendaient piquante et inédite. Mais quelle sorte de morale est-ce là, Lucrecia ? se demandait-elle, effrayée. Comment est-ce possible que tu sois devenue ainsi, à ton âge, du jour au lendemain ? Elle ne pouvait le comprendre, mais ne s'efforçait pas non plus d'y parvenir. Elle préférait s'abandonner à cette situation contradictoire, où ses actes défiaient et transgressaient ses principes, à la suite de cette intense exaltation périlleuse qui était devenue pour elle la félicité. Un matin, en ouvrant les yeux, cette phrase lui vint aux lèvres : "J'ai conquis la souveraineté." Elle se sentit heureuse et émancipé, mais elle n'aurait pu préciser de quoi.» Dressant un malicieux catalogue de la luxure, Mario Vargas Llosa, sans s'écarter vraiment de la galerie de ses personnages habituels, avec ironie et truculence, réinvente le roman érotique.

Paru le 25-09-1992 - Format : Broché - 232 pages - 18 x 11 x 1 cm - 148 g - ISBN 10 : 2070385426 - ISBN 13 : 9782070385423

Collection : Folio

Tags : roman d'apprentissage, roman, drame, sensualité, innocence, exercices de style, enfance, corps, vice, manipulation, peinture, inceste, érotique, érotisme, littérature sud-américaine, prix nobel de littérature, littérature péruvienne, pérou, amérique du sud, contemporain.

Citations de Éloge de la marâtre (9)

Elle se sentait de bonne humeur et une délicieuse chaleur coulait dans ses veines, comme si son sang s'était transmué en vin tiède.

Je sais jouir. C'est une aptitude que j'ai perfectionnée sans relâche, au long du temps et de l'histoire, et j'affirme sans arrogance que j'ai atteint dans ce domaine à la sagesse. Je veux dire : l'art de butiner le nectar du plaisir de tous les fruits –même pourris- de la vie.

A quarante ans, on apprend beaucoup de choses […]. Parfois, Rigoberto, maintenant par exemple, il me semble que je renais. Et que je ne mourrai jamais.

Don Rigoberto plissa les yeux et poussa, faiblement. Il n'en fallait pas plus : il sentit sur-le-champ le bienfaisant chatouillis au rectum et la sensation que, là-dedans, dans les cavités du bas-ventre, quelque chose s'apprêtait humblement à partir et se dirigeait déjà vers cette porte de sortie qui, pour lui faciliter le passage, s'élargissait. […]Don Rigoberto sourit, content : « Chier, déféquer, excréter, sont-ce des synonymes de jouir ? » pensa-t-il. Oui, pourquoi pas ? A condition de le faire lentement et en se concentrant, en dégustant la chose, sans la moindre hâte, en s'attardant, en imprimant aux muscles de l'intestin un doux ébranlement, soutenu. Il ne fallait pas pousser mais guider, accompagner, escorter gracieusement le glissement des oboles vers la porte de sortie.

[…] Il s'était dit que l'idéal de perfection était peut-être possible pour l'individu isolé, circonscrit à une sphère limitée dans l'espace (la toilette ou la santé corporelle, par exemple, ou la pratique érotique) et dans le temps (les ablutions et les occupations nocturnes avant d'aller dormir).

Il n'est exercice ou fonction, débordement et rituel du corps ou de l'âme que nous n'ayons représentés pour lui, propriétaire privilégié de notre intimité depuis ses cachettes itinérantes. Il est notre bouffon ; mais il est aussi notre maître. Il nous sert et nous le servons. Sans qu'il nous ait touchées ni n'ait échangé un mot avec nous, nous l'avons fait jouir d'innombrables fois et il n'est pas faux de dire qu'en dépit de l'abîme infranchissable que nos différentes natures et notre âge ouvrent entre lui et moi, nous sommes plus unis que le couple d'amants le plus passionné.

Qu'il était beau! Je ne devrais pas le dire ainsi,mais il est certain que je n'avais jamais vu un être aussi harmonieux et doux, aux formes si parfaites, à la voix si subtile.C'est à peine si je pouvais le regarder: chaque fois que mes yeux se posaient sur ses tendres joues, sur son front éclatant ou sur les longs cils de ses grands yeux pleins de bonté et de sagesse, je sentais sur mon visage une aube chaude. Est-ce cela magnifié à tout le corps, ce que ressentent les jeunes filles quand elles tombent amoureuse?

C'était un petit bonhomme libre de préjugés, à l'instinct assuré, qui la chevauchait comme un habile cavalier.

Parce que la félicité était temporelle, individuelle, exceptionnellement à deux, très rarement à trois et jamais collective, municipale. Elle était cachée, perle dans sa coquille marine, dans certains rites ou activités cérémoniales qui offraient à l'humain des éclairs et des mirages de perfection. Il fallait se contenter de ces miettes pour ne pas vivre dans l'angoisse et le désespoir, en tendant les mains vers l'impossible.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Éloge de la marâtre : avis de lecteurs (14)


  • Critique de Éloge de la marâtre par (Babelio)

    Ce cher Mario nous gratifie d'une histoire gentille et un peu coquine. La lecture en est nettement plus agréable et distrayante que celle des articles de Closer consacrés aux histoires de cul des vede...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 03/01/2020

  • Critique de Éloge de la marâtre par BookyMary (Babelio)

    Quelques fois par an, l'envie me prend de trouver un livre au sujet un peu dérangeant voire tabou, et de me laisser happer par cet univers perturbant et fascinant à la fois. En cherchant bien j'ai tro...

    Lire la critique complète >
    Par BookyMary - publiée le 06/08/2019

  • Critique de Éloge de la marâtre par isallysun (Babelio)

    je n'avais pas lu le résumé avant de me lancer dans la lecture. J'ai donc été un peu surprise par le sujet dès le départ, mais quand on regarde la couverture, on se doute très bien que la sexualité se...

    Lire la critique complète >
    Par isallysun - publiée le 01/10/2018

  • Critique de Éloge de la marâtre par Fabricienne (Babelio)

    J'avoue ma surprise ... car je ne m'attendais en rien à ce type de littérature. Le titre : Éloge de la marâtre semble nous amène à penser de manière bienveillante à une relation entre une femme remari...

    Lire la critique complète >
    Par Fabricienne - publiée le 17/06/2017

  • Critique de Éloge de la marâtre par SophieChalandre (Babelio)

    Cette ritournelle de quatre personnes, Don Rigoberto, son fils, le chérubin Fonchito aux humeurs concupiscentes et équivoques, sa seconde épouse Lucrecia, une beauté quarantenaire aguicheuse qu'il aim...

    Lire la critique complète >
    Par SophieChalandre - publiée le 30/01/2017

  • Critique de Éloge de la marâtre par lacazavent (Babelio)

    C'est le premier livre que je lis de cet auteur. Je ne savais d'ailleurs absolument pas à quoi m'attendre. Ce fut donc une très bonne surprise. C'est un roman d'apprentissage de facture relativement c...

    Lire la critique complète >
    Par lacazavent - publiée le 26/05/2016

  • Critique de Éloge de la marâtre par Peluche0706 (Babelio)

    Lu dans le cadre du challenge Nobel 2013/2014 Très amoureux, Don Rigoberto épouse en secondes noces Doña Lucrecia. Ce couple a beaucoup de fantasmes. Ils s'octroient des petits noms faisant référen...

    Lire la critique complète >
    Par Peluche0706 - publiée le 29/08/2014

  • Critique de Éloge de la marâtre par Marcellina (Babelio)

    Jouissance et innocence riment bien ensemble... Séduction et perfection aussi... Et qu'en est-il quand le corps est soigné pour arriver au maximum du plaisir des sens ? Et qu'en est-il quand l'espr...

    Lire la critique complète >
    Par Marcellina - publiée le 22/07/2014

  • Critique de Éloge de la marâtre par Shan_Ze (Babelio)

    Lu il y a quelques années, j'avais beaucoup aimé l'écriture de Vargas Llosa. Le sujet de l'inceste est tabou mais les personnalités de Dona Lucrecia, la nouvelle femme de Don Rigoberto et du jeune Fon...

    Lire la critique complète >
    Par Shan_Ze - publiée le 23/06/2014

  • Critique de Éloge de la marâtre par Herve-Lionel (Babelio)

    N°279 - Août 2007 L'ELOGE DE LA MARATRE - Mario VARGAS LLOSA - Gallimard Editeur. Loin du registre qui a fait sa notoriété, l'auteur explore un univers familial particulier, celui, vu à la foi...

    Lire la critique complète >
    Par Herve-Lionel - publiée le 01/06/2014

  • Critique de Éloge de la marâtre par Junie (Babelio)

    "La beauté est un vice, merveilleux, de la forme" Le ton est donné dès l'exergue, il sera ici question de la beauté et de ses formes, mais aussi du vice. Commençons par là, puisque la beauté, ça p...

    Lire la critique complète >
    Par Junie - publiée le 23/01/2014

  • Critique de Éloge de la marâtre par colimasson (Babelio)

    Dans la pinacothèque de Mario Vargas Llosa, on déambule entre des tableaux de Jacob Jordaens, de François Boucher, de Francis Bacon, de Fra Angelico ou encore du Titien. L'exercice de style pourrait ê...

    Lire la critique complète >
    Par colimasson - publiée le 10/12/2013

  • Critique de Éloge de la marâtre par gridou (Babelio)

    ce court roman de Vargas Llosa sort complètement des sentiers battus. Il aurait pu s'appeler "éloge du corps", "éloge du plaisir" ou encore "éloge du fantasme" et on pourrait le qu...

    Lire la critique complète >
    Par gridou - publiée le 19/07/2013

  • Critique de Éloge de la marâtre par Marpesse (Babelio)

    Le roman s'ouvre sur ces mots : "Joyeux anniversaire belle-maman! (...) Tu es la meilleure, la plus jolie, et c'est à toi que je rêve toutes les nuits." Lucrecia croyait, en épousant en secondes n...

    Lire la critique complète >
    Par Marpesse - publiée le 28/08/2012
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Éloge de la marâtre

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter