livres actu Livres Actu

Accueil > Marie Colot > Les baleines préfèrent le chocolat

Acheter ce livre - 11.5 €



Marie Colot

0 abonné

Marie Colot, née dans le Namurois en 1981, est une romancière belge pour la jeunesse.

Les baleines préfèrent le chocolat (2015)

De Marie Colot chez Alice
(5 votes, note moyenne : 4.6)

Comme un poisson dans l’eau

par Marie Colot

(illustrations de Rascal)

Le roman :

Angelina Bombardini arrive dans un nouvel établissement scolaire. Toute ronde et toute de rose vêtue, elle provoque rires et moqueries. Mais Angelina a du caractère et de la répartie. Et la voilà qui propose un concours de surnom original. Celui ou celle qui lui trouvera le surnom le plus sympa remportera une semaine de desserts. Spaghetti bolograisse, Moby dick, rouleau compresseur... sont proposés. Mais le verdict tombe vendredi à 16h00 : ce sera Burger.

La nouvelle école de Burger est très sélect. Il semble que le seul souci que les enfants n’aient pas, c’est l’argent. Sinon, ils se partagent les pères absents, les mères décédées, les divorces et les dépressions. Avec son optimisme, son caractère ouvert, son nom sans particule et sa famille unie, Burger n’est pas vraiment dans la norme. On dirait qu’elle n’a pas d’autre préoccupation que celle de ressembler un maximum à son idole Marylin.

Elle a pourtant une bête noire : la prof de piscine qui l’a pris en grippe à cause de son incompétence dans l’eau et son surpoids. Mais elle n’est pas du genre à baisser les bras. Alors, tous les mercredis après-midi, elle apprend à nager avec son amoureux, Lucien. Sauf un mercredi où elle se rend seule à la piscine.

On la retrouve à l’hôpital dans le coma. Chacun va donner sa version des faits ou un élément de l’affaire. Burger a-t-elle voulu se suicider, cédant finalement sous la pression ? Lui a-t-on joué un autre mauvais tour qui a mal tourné ?

Pendant ce temps, pour tenter d’influencer l’état de santé de Burger, ses amis décorent sa chambre de toutes les couleurs (surtout du rose), lui amènent Maf son chihuahua, des fleurs…

C’est la débandade dans la chambre d’hôpital.

Contrairement à son idole, Angelina finira par se réveiller.

Ce qu’il faut en penser :

Un roman qui foisonne de thèmes, comme tous ceux de Marie. On y parle d’image de soi, de malbouffe, de jalousie, de harcèlement, de problèmes familiaux et des répercussions qu’ils ont sur l’école...

Tout est abordé sur un ton léger et plein d’humour, sur fond de camaraderie ou de rivalités au sein d’une classe. Mais on sent la sensibilité et la fragilité de chaque enfant, même dissimulée sous les moqueries et la méchanceté.

L’auteur :

Née en 1981 en région namuroise, au sud de Bruxelles, Marie Colot passe son enfance à inventer des histoires, fabriquer des livres et jouer à l’école avec ses poupées. Devenue soi-disant grande, rien n’a vraiment changé pour elle : depuis 2006, elle enseigne le français à de futurs éducateurs à la Haute École Defré (Bruxelles). Elle anime aussi des ateliers de lecture pour les enfants, participe au jury de présélection du Prix Versele (l’équivalent du Prix Sorcières en Belgique) et s’essaie depuis peu dans le domaine du conte. À ses heures pas si perdues que ça, elle observe les passants, pense à tout et à rien, fait la sieste et mange de la crème brûlée.

Elle est l’auteur de trois autres romans, également publiés chez Alice Jeunesse : En toutes lettres et Souvenirs de ma nouvelle vie et À l’encre rouge. (En toutes lettres a déjà été réimprimé.)

Paru le 23-04-2015 - Format : Broché - 128 pages - 21 x 15 x 1 cm - 208 g - ISBN 10 : 2874262552 - ISBN 13 : 9782874262555

Collection : Deuzio

Tags : roman d'apprentissage, roman initiatique, roman, littérature jeunesse, jeunesse, relations humaines, bourgeoisie, cauchemars, amitié, coma, intimidation, acceptation, différence, boulimie, classe, obésité, adolescence, france, littérature française, littérature belge.

Citations de Les baleines préfèrent le chocolat (7)

lorsqu'un malheur survient, les âmes sensibles tiennent soudain à une simple copine d'école comme à une émeraude. Plusieurs élèves se retournent vers Archibald et sa bande, assis côte à côte au fond du local. Ils tirent des mines d'enterrement avant l'heure. Iris semble avoir épluché des kilos d'oignons tant ses yeux sont rouges et humides. Ce n'est quand même pas comme s'ils avaient perdu leur mère.

Burger avait les yeux fermés et la bouche couleur schtroumpfette. Ces tons allaient étonnamment bien à sa jolie bouille. J'avais l'impression qu'elle souriait. Proche de la mort, Burger restait la personne la plus vivante que je connaisse.

Burger, moi, je suis la seule à ne pas l'appeler de la sorte. Je décide toujours à la place des autres et personne ne change mes habitudes. J'ai opté pour Miss Calories, plus élégant.

Avec son rire gras et son joli visage rond, ce qui m'insupportait le plus, c'était son éternel sourire. Miss Calories n'avait pas l'air heureux, elle l'était vraiment. C'est un défaut XXl. Tous les crétins du Sacré-Cœur de Sainte-Marie de la Providence ont un précieux point commun : une vie sinistre d'enfants gâtés avec parents séparés, père absent ou mère dépressive. Cette mau- viette d'Iris cumule d'ailleurs les trois.

Il n'avait pas tort. À force de se moquer de son gabarit, on ne s'était pas aperçus à quel point elle était jolie. Burger avait de longs cheveux bouclés et scintillants, des yeux bruns rieurs, un petit nez parfait et des lèvres en cœur.Malgré tout, on a continué à la traiter de grosse parce que c'était la vérité. la fameuse qui sort de la bouche des enfants. Dans la nôtre, désormais, c'était un mot doux. Presque un compliment.

Ce roman pose la question de la différence : comment réussir à vivre et à être amoureuse quand on est obèse et adolescente?....

Burger, c'est son nom. Enfin, c'est le surnom qu'on lui a donné, car il n'y a pas de parents assez méchants pour prénommer leur fille comme un menu de fast-food. Mais des enfants assez cruels pour y penser, si. On a d'ailleurs fait pareil avec notre institutrice.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Les baleines préfèrent le chocolat : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Les baleines préfèrent le chocolat par therese_marie (Babelio)

    un de mes préféré!! Les personnages deviendront vos amis!

    Lire la critique complète >
    Par therese_marie - publiée le 28/09/2017

  • Critique de Les baleines préfèrent le chocolat par kadeline (Babelio)

    Très beau roman d'apprentissage qui met en avant l'importance de ne pas se fier aux apparences. C'est un message qui nous suit tout du long sans être moralisateur, il passe par petites touches, tout e...

    Lire la critique complète >
    Par kadeline - publiée le 03/10/2016

  • Critique de Les baleines préfèrent le chocolat par LesPapotisdeSophie (Babelio)

    Dans la classe de madame Moustache, il y a des meneurs, des élèves surs d'eux qui donnent des surnoms à tous. Lorsque Adeline arrive, toute de rose vetue et surtout assumant pleinement son sur poids, ...

    Lire la critique complète >
    Par LesPapotisdeSophie - publiée le 16/06/2016

  • Critique de Les baleines préfèrent le chocolat par cdidesprinces (Babelio)

    Angelina est nouvelle dans ce collège, drôle et sympathique, rapidement on l'appelle Burger ou Miss Calories à cause de ses kilos en trop. Mais elle ne manque pas de ressources ou de franc parler pour...

    Lire la critique complète >
    Par cdidesprinces - publiée le 08/11/2015

  • Critique de Les baleines préfèrent le chocolat par Virginie94 (Babelio)

    Dans une école privée regroupant des enfants très riche, arrive Angélina, une enfant en surpoids. Elle est immédiatement la cible de tous. Mais elle s'amuse elle-même de son surpoids, organise un conc...

    Lire la critique complète >
    Par Virginie94 - publiée le 20/10/2015

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter