livres actu Livres Actu

Accueil > Marie Ange Guillaume > Tout le cimetière en parle / nouvelles

Acheter ce livre - 14.2 €



Marie Ange Guillaume

0 abonné

Tout le cimetière en parle / nouvelles (2011)

De Marie Ange Guillaume chez Le Passage
(8 votes, note moyenne : 3.0)

Les états d’âme du jeune « opérateur funéraire » fraîchement embauché, venu présenter son catalogue de cercueils à sa cliente fraîchement orpheline de père. Le monsieur de 87 ans qui ne veut plus se laisser emmerder par son taux de cholestérol. Le fait divers sanglant chez le petit couple « sans histoire », comme on dit avant que la moquette soit repeinte en rouge. Le départ du chien et la détresse de son maître. La visite à l’amie dans son mouroir de luxe — on aurait voulu tout savoir d’elle, mais c’est trop tard et on parle météo. Le vieil homme magnifique à la vie si pleine, devenu la chose hospitalière d’une infirmière qui entre sans frapper. Le mortel qui veut durer et l’immortel qui se barbe : ça fait un partout…

La mort, sujet réputé antipathique, Marie-Ange Guillaume l’ausculte avec humour, colère parfois, larmes quand le chagrin déborde. Si bien que ce livre salutaire revigore le vivant — il est bon d’apprivoiser cette chose hostile et invivable, puisqu’elle nous pend au nez.

Marie-Ange Guillaume a écrit L’odeur de l’homme, Ils s’en allaient faire des enfants ailleurs, La Dernière nuit. Biographe de Desproges et Goscinny, elle a également signé des livres pour la jeunesse.

Paru le 15-03-2011 - Format : Broché - 123 pages - 21 x 14 x 0 cm - 162 g - ISBN 10 : 2847421645 - ISBN 13 : 9782847421644

Collection : Littérature

Tags : littérature, nouvelles, biographie, littérature pour enfants, témoignage, deuil, poetique, cimetière, solitude, maladie, écrivain femme, recueil, mort, peur de la mort, Vieillissement, vieillesse, humour noir, humour, religion, littérature française, littérature, nouvelles, biographie, littérature pour enfants, deuil, poetique, cimetière, triste, solitude, maladie, écrivain femme, recueil, mort, Vieillissement, insouciance de la jeunesse, vieillesse, ironie, humour noir, humour, littérature française.

Citations de Tout le cimetière en parle / nouvelles (10)

...de nobles âmes préconisent de savourer chaque jour comme si c'était le dernier. Chouette idée, j'ai essayé. Se lever à l'aube et contempler le dernier soleil de juin sur la dernière fleur en mâchant intensément la dernière tartine plongée dans le dernier café, c'est carrément crispant. On ne tient même pas jusqu'à la sieste (la dernière) et, vers 13 h 30, on décide de vivre dorénavant dans la futilité la plus venteuse.

Mon pauvre papa, tu étais si beau quand j'étais petite. Là, tu ressembles à un oeuf de Pâques, avec cette espèce de lanière autour de la tête - ça s'appelle un bâillon de contention, je le sais maintenant, c'est pour tenir ta mâchoire fermée. Tes yeux sont creusés et ta bouche aussi, comme aspirée de l'intérieur par un vent glacé - ça, c'est parce que tu as enlevé ton dentier pour dormir et que tu ne l'as pas remis pour mourir. Je caresse ton épaule , un tout petit peu, très vite, et je retire ma main terrifiée....Ma main séparée de la tienne depuis bien longtemps, et cette nuit, ma main terrifiée parce que tu ne réponds plus, tu n'es plus personne - et ce que je touche, c'est seulement la mort.

- aux pompes funèbres, ils m'ont dit que c'était 10 132 euros le tarif bordure et 5 795 euros pour l'intérieur des divisions. J'ai pris le tarif bordure, Jean-Charles il aimait bien être au bout de la rangée au théâtre, pour pouvoir sortir quand il se barbait. - là, c'est pas pareil... - quand même, ça fait plaisir, ce genre de petites attentions.

Je suis sur le mauvais versant de la montagne et je descend tout schuss comme un skieur sans freins qui va finir par s'éclater contre un sapin. Le matériel commence à merder plus ou moins discrètement - faiblesses diverses, douleurs variées, trucs qui calent, machins qui coincent, rides et flapissures des chairs - mais on tente de me convaincre que cette décrépitude, ressentie chaque jour comme une offense à ce que j'ai été, n'est qu'une broutille aisément réparable, youpi.

J'aurais voulu savoir si , toi , tu étais heureuse. Et si tu avais peur de partir, ou si tu avais trouvé le moyen d'aborder le néant sans colère. Mais on ne peut pas demander à un mourant s'il a peur du noir. On ne peut rien lui demander. Alors tu emportes tout avec toi, et c'est fini.

Non, je ne veux pas. Non, je n'irai pas me décomposer toute seule dans une boîte, la tête sur un oreiller de satin blanc. ... Je ne veux pas de ces regards détournés, de ces larmes que vous refoulez pour ne pas me faire peur. Je suis terrifiée, alors vous pouvez pleurer.

Le meilleur, dans l'oeuf, c'est le jaune. Alors maintenant que j'ai quatre-vingt sept ans ils ne vont pas m'emmerder avec leur cholesterol. C'est comme ça ici, ils veulent ton bien, de gré ou de force. Ils veulent que tu claques avec un cholestérol de moins de 2 grammes. En pleine forme et d'attaque pour conquérir le monde.

Chaque mort embarque un morceau de moi plus ou moins conséquent.

" Je ne suis pas bavard, et quand je l'ouvre, c'est pour livrer une info utile, genre "C'est pas le tout, mais demain j'ai du boulot". (Les garçons sont comme ça.) " (p.55)

Elle avait neuf ans et elle vivait déjà dans les livres, là où c'est beau. Ou moche, mais beaucoup moins chiant que la vraie vie. (p.54)

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Tout le cimetière en parle / nouvelles : avis de lecteurs (4)


  • Critique de Tout le cimetière en parle / nouvelles par redmary (Babelio)

    Petit recueil de nouvelles ayant pour thème la mort. J'en attendais peut être trop, peut être suis je trop gourmande d'humour noir ou de réflexions philosophiques... Au final, si certaines de ces nouv...

    Lire la critique complète >
    Par redmary - publiée le 12/06/2018

  • Critique de Tout le cimetière en parle / nouvelles par ingridfasquelle (Babelio)

    Dans ce recueil de courtes nouvelles, Marie-Ange Guillaume ausculte la mort avec humour, colère et émotion. Un sujet antipathique et morbide que l'auteure a su traiter à contre-pied, avec beaucoup de ...

    Lire la critique complète >
    Par ingridfasquelle - publiée le 20/08/2013

  • Critique de Tout le cimetière en parle / nouvelles par dupuisjluc (Babelio)

    Un petit recueil de trente textes, quelques un sur une demi-page, le plus long sur une petite douzaine… Le point commun entre ces textes divers : la mort sous toutes ces coutures, de l'intérieur, viol...

    Lire la critique complète >
    Par dupuisjluc - publiée le 27/01/2013

  • Critique de Tout le cimetière en parle / nouvelles par Ziliz (Babelio)

    --- HUMOUR NOIR ET DECAPANT ! Une trentaine de textes très brefs, de quelques lignes à moins d'une dizaine de pages. Les thèmes : la vieillesse, la maladie, la mort (pompes funèbres, épitaphes, cim...

    Lire la critique complète >
    Par Ziliz - publiée le 11/07/2012

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter