livres actu Livres Actu

Accueil > Marguerite Yourcenar

Marguerite Yourcenar

Née à Bruxelles le 8 juin 1903, Marguerite de Crayencour voyage en Suisse et en Italie avant de se fixer aux États-Unis en 1958. Grand Prix national des Lettres en 1974, elle fut la première femme élue à l'Académie française en 1980. Elle est décédée le 17 décembre 1987 dans l'île des Monts-Déserts.

Présentation de Marguerite Yourcenar (Wikipedia)

Marguerite Yourcenar[1], pseudonyme de Marguerite Cleenewerck de Crayencour, née le 8 juin 1903 à Bruxelles et morte le 17 décembre 1987 à Bar Harbor dans l'État du Maine (États-Unis), est une écrivaine française (naturalisée américaine en 1947). Romancière, nouvelliste et autobiographe, elle est aussi poétesse, traductrice, essayiste et critique littéraire. Elle fut la première femme élue membre de l'Académie française en 1980.

Livres de Marguerite Yourcenar

Citations de Marguerite Yourcenar (89)

Entre-temps, le ciel tout entier était devenu rose, non seulement à l'orient, comme il s'y attendait, mais de toutes parts, les nuages bas reflétant l'aurore. On ne s'orientait pas bien : tout semblait orient. Debout au fond de ce creux aux rebords doucement inclinés, il apercevait de tous côtés les dunes moutonnant vers la mer. Mais le grand bruit des vagues ne s'entendait plus à cette distance. On était bien là. Il se coucha précautionneusement sur l'herbe courte, près d'un bosquet d'arbousiers qui le protégeait d'un reste de vent. Il pourrait dormir un peu avant de rentrer, si le coeur lui disait de le faire. Il songea pourtant que si, par hasard, il mourait ainsi, il échapperait à toutes les formalités humaines : personne ne l'irait chercher là où il était ; le vieux Willem ne s'aviserait certainement pas qu'il eût désiré s'aventurer si loin. Ce qu'on retrouverait au printemps quand les braconniers dénicheurs d'oeufs viendraient ne vaudrait pas la peine d'être mis en terre.

– Un homme obscur - Une belle matinée

"Satis, amice", dit-il. Avant que les dernières gouttelettes se fussent écoulées le long des doigts de Nathanaël, le père Ange Guertin, du séminaire d'Annecy, n'était plus. Il était temps de remonter à bord. Nathanaël reprit sa capote, devenue inutile au défunt. Cet incident lui revint plusieurs fois en rêve par la suite, mais la personne à laquelle il apportait de l'eau changea souvent au cours des années. Certaines nuits, il lui semblait que celui qu'il essayait de secourir ainsi n'était autre que lui-même.

– Un homme obscur - Une belle matinée

Tout ce qui est beau s'éclaire de Dieu.

Le bonheur n'est peut-être qu'un malheur mieux supporté.

Nos défauts sont parfois les meilleurs adversaires que nous opposions à nos vices.

Avoir du mérite à s'abstenir d'une faute, c'est une façon d'être coupable.

Il y a une jouissance à savoir qu'on est pauvre, qu'on est seul et que personne ne songe à nous. Cela simplifie la vie.

Ce qui rend la pauvreté si dure, ce sont les privations, c'est la promiscuité.

Nous nous croyons purs tant que nous méprisons ce que nous ne désirons pas.

Je ne me tuerai pas, on oublie si vite les morts.

Le passé, pour peu qu'on y songe, est chose infiniment plus stable que le présent.

On n'est jamais tout à fait seul : par malheur, on est toujours avec soi-même.

Mes premières patries ont été des livres.

C'est avoir tort que d'avoir raison trop tôt.

Nous sommes tous distraits, parce que nous avons nos rêves.

Nous croyons à tort que la vie nous transforme : elle nous use.

Une once d'observation raisonnée vaut plus qu'une tonne de songes.

La vie est notre seul bien et notre seule malédiction.

La lettre écrite m'a enseigné à écouter la voix humaine.

La victoire et la défaite sont mêlées, confondues, rayons différents d'un même jour solaire.

On est bien que libre, et cacher ses opinions est encore plus gênant que de couvrir sa peau.

Personne ne sait encore si tout ne vit que pour mourir ou ne meurt que pour renaître.

Le courage consiste à donner raison aux choses quand nous ne pouvons les changer.

On ne traduit que son trouble : c'est toujours de soi-même qu'on parle.

Je ne sais pas à quoi nous serviraient nos tares, si elles ne nous enseignaient la pitié.

Les passants me semblent avoir l'aspect vague de figures qu'on voit dans les songes.

Il m'a toujours semblé que la musique ne devrait être que du silence.

Le génie n'est qu'une éloquence particulière, un don bruyant d'exprimer.

J'aime que le temps nous porte, et non qu'il nous entraîne.

On ne sait jamais, devant les nouveau-nés, quelle raison de pleurer leur fournira l'avenir.

Quand je perds tout, il me reste Dieu.

Nos œuvres représentent une période de notre existence que nous avons déjà franchie, à l'époque où nous les écrivons.

Le silence est fait de paroles que l’on n’a pas dites.

Le monde, pour chacun de nous, n'existe que dans la mesure où il confine à notre vie.

L'alcool dégrise. Après quelques gorgées de cognac, je ne pense plus à toi.

L'esprit humain répugne à s'accepter des mains du hasard, à n'être que le produit passager de chances.

Je crois que l'amitié demande presque autant d'art qu'une figure de danse réussie.

Je me suis gardé de faire de la vérité une idole, préférant lui laisser son nom plus humble d'exactitude.

Notre grande erreur est d'essayer d'obtenir de chacun en particulier les vertus qu'il n'a pas, et de négliger de cultiver celles qu'il possède.

Tout moment est dernier, parce qu’il est unique.

Rien de plus sale que l’amour-propre.

Toute loi trop souvent transgressée est mauvaise : c'est au législateur à l'abroger ou à la changer.

C'est un fait que les morts les plus chers, au bout de quelques mois, seraient, s'ils revenaient, des intrus dans l'existence des vivants.

Tout bonheur est un chef-d’oeuvre : la moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l'altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l'abêtit.

On ne doit plus craindre les mots lorsqu'on a consenti aux choses.

Beaucoup d'hommes se défont, peu d'hommes meurent.

On choisit son père plus souvent qu’on ne pense.

L’amour est un châtiment. Nous sommes punis de n’avoir pas pu rester seuls.

Il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin.

Rien n'est plus lent que la véritable naissance d'un homme.

Tout soldat rencontré dans un lieu désert tourne aisément au bandit.

C'est insulter les autres que de paraître dédaigner leurs joies.

Tout ce que les hommes ont dit de mieux a été dit en grec.

Laissons le choix au Hasard, cet homme de paille de Dieu.

Qui serait assez insensé pour mourir sans avoir fait le tour de sa prison !

Tout bonheur est une innocence.

Tout être qui a vécu l'aventure humaine est moi.

Tous nous serions transformés si nous avions le courage d’être ce que nous sommes.

La mémoire de la plupart des hommes est un cimetière abandonné, où gisent sans honneurs des morts qu'ils ont cessé de chérir.

Construire, c'est collaborer avec la terre : c'est mettre une marque humaine sur un paysage qui en sera modifié à jamais.

Peu de bipèdes depuis Adam ont mérité le nom d'homme.

La tendresse du père est presque toujours en conflit avec les intérêts du chef.

Qu'est la volupté elle même, sinon un moment d'attention passionnée au corps ?

On n'est pas libre tant qu'on désire, qu'on veut, qu'on craint peut-être tant qu'on vit .

Un triomphe ne sied guère qu'aux morts. Vivant, il se trouve toujours quelqu'un pour nous reprocher nos faiblesses.

Des moments libres. Toute vie bien réglée a les siens, et qui ne sait pas les provoquer ne sait pas vivre.

L'emploi qu'un homme finit par obtenir est rarement celui pour lequel il se croyait préparé et dans lequel il pensait pouvoir être utile.

C'est au moment où l'on rejette tous les principes qu'il convient de se munir de scrupules.

Il y a un apaisement au fond de toute grande impuissance.

Il n'y a pas d'amour malheureux : on ne possède que ce qu'on ne possède pas. Il n'y a pas d'amour heureux : ce qu'on possède, on ne le possède plus.

La nature humaine change peut tout en étant capable d'une plasticité extraordinaire à l'extérieur.

Très peu d'hommes et de femmes existent par eux-mêmes, ont le courage de dire oui ou non par eux-mêmes.

La relation entre l'écrivain et ses personnages est difficile à décrire. C'est un peu la même qu'entre des parents et des enfants.

Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté pour la première fois un coup d’oeil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été les livres.

Ce qui nous rassure du sommeil, c'est qu'on en sort, et qu'on en sort inchangé, puisqu'une interdiction bizarre nous empêche de rapporter avec nous l'exact résidu de nos songes.

Les villes portent les stigmates des passages du temps, occasionnellement les promesses d’époques futures.

On ne bâtit un bonheur que sur un fondement de désespoir. Je crois que je vais pouvoir me mettre à construire.

Bien plutôt qu'anthropomorphiser l'animal, l'homme a choisi le plus souvent de sacraliser en s'animalisant.

L'insolite et l'illicite, deux ingrédients indispensables de toute pornographie.

Manier les mots, les soupeser, en explorer le sens, est une manière de faire l'amour...

Tâchons d'entrer dans la mort les yeux ouverts.

La protection de l'animal, c'est au fond le même combat que la protection de l'homme.

Le "moi" est une commodité grammaticale, philosophique, psychologique.

Les conventions finissent par former les êtres.

L'histoire ne s'intéresse qu'aux privilégiés.

Les êtres finissent toujours par vous échapper.

Les lois sont dangereuses quand elles retardent sur les moeurs. Elles le sont davantage lorsqu’elles se mêlent de les précéder.

Quand on aime la vie, on aime le passé, parce que c’est le présent tel qu’il a survécu dans la mémoire humaine.

Il y a plus d’une sagesse, et toutes sont nécessaires au monde ; il n’est pas mauvais qu’elles alternent.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter