livres actu Livres Actu

Accueil > Marco Denevi > Rosa, ce soir

Acheter ce livre - 19.8 €


103654ème dans les ventes


Marco Denevi

0 abonné

Œuvres principalesMarco Denevi (Saenz Peña, 12 mai 1922 - Buenos Aires, 12 décembre 1998) est un écrivain argentin.

Rosa, ce soir (1999)

De Marco Denevi chez J. Losfeld
(1 vote, note moyenne : 5.0)

Camilo Canegato, restaurateur de tableaux et peintre à ses heures, vit depuis douze ans, à Buenos Aires, dans une pension de famille tenue par une veuve et ses trois filles. Vieux garçon timide et complexé, Camilo subit les sarcasmes des autres pensionnaires jusqu'au jour où sa liaison avec une belle jeune fille, Rosa, est découverte par le biais d'une correspondance assidue. Très vite, on les marie, on organise un week-end de noces et c'est le drame : Rosa est retrouvée assassinée quelques heures plus tard...Rosa, ce soir se présente comme un roman de mystère traditionnel et un roman à clés. L'intrigue est subtilement menée, l'engrenage diabolique et le double jeu des personnages tient le lecteur en haleine jusqu'au surprenant dénouement. L'humour noir et incisif de Marco Denevi souligne la misère et la faiblesse humaines incarnées par les personnages de ce roman, grotesques caricatures d'eux-mêmes.

Paru le 07-05-1999 - Format : Broché - 228 pages - 22 x 15 x 1 cm - 339 g - ISBN 10 : 2909906914 - ISBN 13 : 9782909906911

Collection : Littérature étrangère/Joëlle Losfeld

Tags : récits, roman, fantastique, témoignage, correspondance, romans policiers et polars, mystère, drame, quête, étude de moeurs, roman à énigme, romanesque, onirique, humour noir, ironie, manipulation, peintre, histoire d'amour, littérature argentine, argentine.

Citations de Rosa, ce soir (2)

Je vivais ma chair et mon sang. Mais c'est par la forme que nous nous appréhendons les uns les autres, et nous croyons stupidement que la forme est toujours le signal fidèle de la substance. Et quand elle ne l'est pas? Quand la forme exprime le contraire de ce qu'est la substance? Quand la forme trahit la substance? Qui modère cette erreur? Le bossu et le nain que les gens voient passer près d'eux sont peut-être plus malheureux que ces gens ne le croient, parce que les gens croient que l'être du nain et du bossu est bossu et nain lui aussi. Et peut-être que non, peut-être que non. Peut-être que l'être d'une personne contrefaite est le même que celui d'une personne belle, mais nous prétendons que la personne contrefaite vit selon sa forme, et c'est là qu'est la tragédie, parce que la forme ne se vit pas, elle se perçoit, et elle se perçoit de l'extérieur. Ce que chacun vit, c'est sa substance.

La première: quand un art est muet, parce qu'il n'a rien à dire, voilà que se présente le premier venu, peut-être celui qui connaît le moins cet art, peut-être celui qui l'aime le moins, car l'ignorance et l'indifférence le rendront plus audacieux, et il lui tord le cou, il lui arrache des cris d'agonie, et sur le moment tout le monde croit que cet art vient de resssusciter et que ces cris sont sa nouvelle voix. Et quand on s'aperçoit de son erreur, des fleuves d'encre ont coulé, les tableaux se sont vendus, et chaque musée a sa salle consacrée au farceur en question. Qui anéantira toute cette gloire?


Critiques de Rosa, ce soir : avis de lecteurs (1)


  • Critique de Rosa, ce soir par jonathan27 (Babelio)

    Roman à plusieurs voix d'une histoire d'amour qui se finira tragiquement. Tout au long du roman, les différentes versions de cette histoire, les témoignages forcément subjectifs des divers protagonist...

    Lire la critique complète >
    Par jonathan27 - publiée le 10/09/2016

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter