livres actu Livres Actu

Accueil > Manuel Vazquez Montalban > Le prix


Citations de Le prix (10)

- J'accepte à une condition.- C'est le moment de la fixer.- Que le voyage de retour soit exactement le même que le voyage aller. Même voiture. Même avion. Même whisky. - C'est comme si c'était fait.

L'homme est l'esclave de ses paroles et le maître de ses silences.

Derrière cette apparente soumission à son père, il y a un Œdipe qui le pousse vers sa mère, victime du despotisme de son père, selon lui. En outre, Lázaro était très généreux. Il éprouvait un plaisir extrême à afficher des goûts raffinés devant la horde des parvenus du nouvel argent

Je croyais que la littérature me permettrait d'atteindre la tristesse visqueuse du monde, le rivage désenchanté d'un marais absurde, un animal immonde dans mes mains, aussi sauvage que le trou noir de ce corps qui me fait rêver.Il n'était pas soûl, mais il n'était pas non plus dans la logique du Gijôn ni dans l'embarras de son collègue qui lui répondait par des phrases insaisissables.

Parfois, ne pas lire une œuvre magistrale est le meilleur service qu'un lecteur puisse rendre à un auteur magistral. Savoir qu'il est bon, c'est bien suffisant.

Le roman policier idéal est celui dans lequel il n'y a pas de crime et donc pas d'assassin.

Si le lecteur attend le code convenu, il faut le berner. Alors, le roman policier de genre, par exemple, cesse d'être un roman policier. Et pour y parvenir, l'assassin ne doit être ni attendu ni inattendu : quoi de plus ringard qu'un assassin inattendu.

Carvalho s'approcha de la porte entrebâillée et vit par l'interstice la brune et la blonde, tendres comme des gazelles, mais raides comme des panthères prêtes à sauter à la gorge du financier le plus mythifié d'Espagne. Elles avaient un visage de fillettes trop sexuées pour leur âge, mais peut-être leurs visages tenaient-ils trop de la fillette pour les vibrations sexuelles qu'elles émettaient, surtout la blonde.

Les femmes teintes sont comme les cocktails. Une façon de créer une autre nature

Le spectacle était un défi au conservatisme alimentaire des passants, intimidés par les ennemis intérieurs engraissés à ces nourritures dangereuses. Dans tout ce qui était exposé, rien n'était mangeable, sauf les légumes et, encore, en quantités prudentes – comme si on pouvait manger des légumes prudemment. On ne peut pas manger prudemment. On ne doit pas manger prudemment. Si on ne peut pas manger, on ne mange pas, un point c'est tout.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Le prix : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Le prix par Cormorobin (Babelio)

    Bon, j'avoue, j'en suis à la page 140, mais je n'en peux plus, j'arrête. J'ai déjà failli arrêter au milieu des bavardages des quasi cent premières pages, je me suis accroché. Pépé est arrivé, j'ai cr...

    Lire la critique complète >
    Par Cormorobin - publiée le 11/04/2017

  • Critique de Le prix par PiDehombreux (Babelio)

    Il s'agit d'un polar à vocation littéraire dont le style est très particulier et propice à de nombreuses digressions plus ou moins intéressantes, souvent amusantes. Il faut rendre hommage au traducteu...

    Lire la critique complète >
    Par PiDehombreux - publiée le 07/01/2017

  • Critique de Le prix par bilodoh (Babelio)

    Pourquoi a-t-on parfois l'impression que ce n'est pas toujours la meilleure oeuvre qui gagne le prix and #8201;? Qu'est-ce qui peut bien se passer dans les coulisses and #8201;? C'est un peu le contexte de...

    Lire la critique complète >
    Par bilodoh - publiée le 27/05/2014

  • Critique de Le prix par Bigmammy (Babelio)

    Une longue caricature, à la manière d'un film de Luis Bunuel ou Pedro Almodovar, dont je m'étonne qu'elle n'ait pas encore fait l'objet d'une adaptation théâtrale. Celle d'une nuit-capharnaüm dans un ...

    Lire la critique complète >
    Par Bigmammy - publiée le 30/12/2013

  • Critique de Le prix par Scara (Babelio)

    Un multimillionnaire espagnol organise un prix littéraire, qu'il dote de la plus grosse récompense sonnante et trébuchante. ca fait tourner beaucoup de têtes, parmi les plus dignes. Le soir de la p...

    Lire la critique complète >
    Par Scara - publiée le 07/11/2012

Ils parlent de Le prix

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter