livres actu Livres Actu

Accueil > Luis Sepulveda > Le neveu d'Amérique


Citations de Le neveu d'Amérique (10)

Le commandant du régiment Tucapel - je ne cite pas son nom par un élémentaire respect du papier - était un admirateur fanatique du maréchal Rommel. [...] Lorsqu'il parlait de lui, il se métamorphosait en une caricature du sbire hitlérien.p. 24

Quand un Chilien veut exprimer un grand bien-être il dit : « Je suis heureux comme un chien plein de puces ». Carlos Pas Plus, préfère dire : « Je suis heureux comme un condor plein de puces. »

Dès le premier instant j'eus l'impression que cette femme sortait d'une peinture baroque ; les maîtres du baroque avaient peint des naines aux formes généreuses. C'était comme si l'un d'eux, ayant bizarrement perdu le sens des proportions, avait représenté Aparicia sous les traits d'une grande femme opulente, puis l'avait extraite du tableau afin de ne pas trahir l'école.

A un bout du comptoir, trois hommes bavardent. Ils parlent un anglais très britannique en se jetant des verres de gin derrière la cravate.Le gin n'est pas une boisson très appréciée en Terre de Feu, on l'utilise en général comme lotion après-rasage.p. 110

L'horloge sert à peser les retards. Il arrive aussi que l'horloge tombe en panne et comme l'auto perd de l'huile, l'horloge perd du temps.

Temuco est une ville triste, grise et pluvieuse. Nul ne l'imaginerait destinée au tourisme, et pourtant le régiment Tucapel devint une sorte de congrès international de sadiques. Outre les militaires chiliens, qui tant bien que mal étaient les amphitryons, assistaient aux interrogatoires des primates de l'intelligence militaire brésilienne - les pires -, des Américains du Département d'Etat, des paramilitaires argentins, des néo-fascistes italiens et même des hommes du Mossad.

Je pouvais revenir au Chili, mais je restais en Europe. Ils pouvaient revenir à Buenos Aires mais ils restaient en Patagonie. Cette conversation avec mes amis me confirma une fois de plus qu'on est de là où l'on se sent le mieux.

Page 84Bruce s'arrêta à Cucao, sur la côte orientale de l'île de Chiloé. Il avait une faim de loup depuis plusieurs jours et désirait manger sans toutefois se remplir exagérément la panse.- S'il vous plait, je voudrais manger quelque chose de léger, demanda-t-il au garçon du restaurant.On lui servit un demi gigot d'agneau grillé et lorsqu'il répéta qu'il voulait manger quelque chose de léger, il reçut une de ces réponses qui laissent sans voix :- C'était un agneau très maigre, Monsieur, vous n'en trouverez pas de plus léger dans toute l'île.

J'ai toujours éviter d'évoquer la prison pendant la dictature au Chili. J'ai évité d'en parler parce que la vie m'ayant toujours paru passionnante et digne d'être vécue jusqu'au dernier soupir, évoquer un accident aussi obscène me semblait une façon méprisable de l'insulter. Et puis parce que trop de livres de témoignages - la plupart très mauvais, malheureusement - ont été écrits sur le sujet.

Nous marchions dans Santiago un matin d'été. Mon grand-père m'avait déjà payé six limonades et autant de glaces qui me gonflaient l'estomac et je savais qu'il guettait le moment où j'aurais envie d'uriner. Peut-être se faisait il véritablement du souci pour mes reins lorsqu'il me demanda :- Alors, petit ? Tu as pas envie de pisser, bordel ? Avec tout ce que tu as bu !...Ma réponse logique, celle que j'avais l'habitude de souligner en serrant les jambes, aurait dû avoir l'accent d'une affirmation dramatique. Et lui, crachant le mégot de Farias qui pendait à ses lèvres, aurait soupiré avant de s'exclamer sur le ton le plus didactique :- Attends, petit. Attends et retiens-toi jusqu'à ce qu'on trouve la bonne église.Mais ce jour-là, j'avais décidé de mouiller mon pantalon, s'il le fallait, plutôt que de supporter encore une fois les engueulades d'un curé. Le gag consistant à me remplir de limonade pour ensuite me faire pisser à la porte des églises, nous l'avions maintes fois répété depuis que j'avais commencé à marcher et le vieux avait fait de moi son compagnon d'aventures, le petit complice de ces mauvais coup d'anarchiste à la retraite.Que de portes d'églises j'avais arrosées ! Et combien de curés et de bigotes avaient pu m'insulter !

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Le neveu d'Amérique : avis de lecteurs (25)


  • Critique de Le neveu d'Amérique par (Babelio)

    Jusqu'à présent, je n'avais lu qu'un seul roman (que j'avais beaucoup apprécié) de cet auteur, intitulé « Le vieux qui lisait des romans d'amour ». Et j'avais décidé que le prochain livre que je lir...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 17/05/2020

  • Critique de Le neveu d'Amérique par pasiondelalectura (Babelio)

    Le neveu d'Amérique ou Patagonia Express (1995) en espagnol est une relecture 20 ans après…cela a été un vrai plaisir et presque une redécouverte. Patagonia Express correspond à la période globe-trot...

    Lire la critique complète >
    Par pasiondelalectura - publiée le 16/05/2020

  • Critique de Le neveu d'Amérique par blandine5674 (Babelio)

    Savoureux voyages et rencontres, surtout pour le lecteur, de l'écrivain chilien. Démarrage avec son grand-père anarchiste qui le fait pisser sur les portes des églises et à qui il tiendra une promesse...

    Lire la critique complète >
    Par blandine5674 - publiée le 22/09/2019

  • Critique de Le neveu d'Amérique par michdesol (Babelio)

    L'auteur avait un jour promis de se rendre en Andalousie dans le village d'origine de sa famille. Au sortir des prisons de Pinochet c'est quelques étapes de ce voyage un peu erratique que nous sont ic...

    Lire la critique complète >
    Par michdesol - publiée le 09/06/2019

  • Critique de Le neveu d'Amérique par jblartigot (Babelio)

    Démarrer un livre par l'histoire d'un mec se faisant poser des électrodes sur les valseuses ça dresse le tableau. Ca pourrait être drôle si ce n'était pas la réalité. A lire absolument

    Lire la critique complète >
    Par jblartigot - publiée le 21/02/2019

  • Critique de Le neveu d'Amérique par ileana (Babelio)

    Le début est euphorisant : la justesse des images, l'évocation de sombres années en prison doublée de l'humour du désespoir. Cependant le propos s'effiloche au fil des pages. Les anecdotes, les péripé...

    Lire la critique complète >
    Par ileana - publiée le 29/03/2018

  • Critique de Le neveu d'Amérique par titiseb77 (Babelio)

    Court roman de Luis Sepulveda, je n'ai pas été emballé plus que ça, je garde pourtant un bon souvenir d'un de ses autres romans "Le vieux qui lisait des romans d'amour". Luis Sepulveda nous fait le r....

    Lire la critique complète >
    Par titiseb77 - publiée le 07/02/2018

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Roggy (Babelio)

    Luis Sepulveda écrit de manière concise, directe, avec beaucoup de franchise et d'humanité. Il célèbre et dévoile des pans entiers de sa personnalité, offrant ainsi un regard nouveau sur ses origines....

    Lire la critique complète >
    Par Roggy - publiée le 02/12/2017

  • Critique de Le neveu d'Amérique par domisylzen (Babelio)

    Si j'avais plutôt aimé, le vieux qui lisait des romans d'amour, je n'ai pas du tout accroché sur celui-là ...enfin pas trop. Pourquoi ? J'en sais trop rien. Trop décousu ? P'têt ben mon chéri. Ou p'tê...

    Lire la critique complète >
    Par domisylzen - publiée le 05/01/2017

  • Critique de Le neveu d'Amérique par SophiePatchouli (Babelio)

    Refermer un livre de Sepùlveda équivaut à terminer un voyage... On en sort tout éberlué, abasourdi, bouleversé... Tous nos repères sont à l'eau, on se sent comme lavé, comme neuf, comme avec l'envie d...

    Lire la critique complète >
    Par SophiePatchouli - publiée le 27/04/2016

  • Critique de Le neveu d'Amérique par frandj (Babelio)

    Ayant eu à nouveau le coup de coeur lors de ma relecture de "Le vieux qui lisait des romans d'amour", j'ai eu envie de lire un autre livre de Luis Sepulveda. Je viens donc de découvrir "Le neveu ...

    Lire la critique complète >
    Par frandj - publiée le 10/03/2016

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Vermeer (Babelio)

    Roman en grande partie autobiographique de l'auteur chilien emprisonné quelques années dans les prisons de Pinochet. Récit de voyages et surtout de rencontres à travers le continent sud-américain de ...

    Lire la critique complète >
    Par Vermeer - publiée le 09/03/2016

  • Critique de Le neveu d'Amérique par ClaireG (Babelio)

    Fabuleux conteur que Luis Sepulveda. Je continue la lecture de son oeuvre avec un plaisir sans cesse renouvelé. Ce qui l'intéresse, c'est rencontrer les gens, partager du temps et des histoires touj...

    Lire la critique complète >
    Par ClaireG - publiée le 06/02/2016

  • Critique de Le neveu d'Amérique par pdemweb1 (Babelio)

    Luis Sepulveda à regrouper ces récits en deux parties : l'origine des ces partis pris et, ces rencontres. Ses témoignages directs sur les tortures et sur la dictature Chilienne ont beaucoup de forces...

    Lire la critique complète >
    Par pdemweb1 - publiée le 01/03/2015

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Bellonzo (Babelio)

    Ca ne fait pas de mal de retourner de temps en temps en Amérique Latine sous la houlette de gens comme Coloane ou Sepulveda car les institutions Garcia Marquez ou Vargas Llosa ne sont pas pour moi. Mo...

    Lire la critique complète >
    Par Bellonzo - publiée le 31/01/2015

  • Critique de Le neveu d'Amérique par morin (Babelio)

    j'ai reçu cet ouvrage dans le cadre d'une campagne des éditions Points "un livre offert pour deux livres achetés". Si je ne l'avais pas reçu, je pense que je n'aurai jamais eu l'idée de l'acheter. ...

    Lire la critique complète >
    Par morin - publiée le 16/08/2014

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Bigmammy (Babelio)

    Un court recueil de récits de voyages qui sont autant de délices de lecture. Luis Sepulveda parcourt l'Amérique latine à la recherche de ses racines andalouses. Il lui est longtemps interdit de retou...

    Lire la critique complète >
    Par Bigmammy - publiée le 04/08/2014

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Under_the_Moon (Babelio)

    Dans Le Neveu d'Amérique, Luis Sepulveda nous raconte des épisodes qui ont marqué sa vie et on contribué en grande partie à faire de lui l'homme qu'il est devenu. Ce roman largement autobiographique e...

    Lire la critique complète >
    Par Under_the_Moon - publiée le 20/04/2014

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Herve-Lionel (Babelio)

    N°335- Avril 2009 LE NEVEU D'AMERIQUE - Luis SEPULVEDA- Métailié. (Traduit de l'espagnol par François Gaudry) Cela commence par un geste iconoclaste, où l'anticléricalisme le dispute à l'anar...

    Lire la critique complète >
    Par Herve-Lionel - publiée le 12/03/2014

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Chouchane (Babelio)

    Luis (Sépulvéda) est un petit garçon qui vit à Santiago du Chili quand son grand-père lui fait promettre de retourner un jour à Martos un petit village d'Andalousie d'où vient la famille Sépulvéda. Ce...

    Lire la critique complète >
    Par Chouchane - publiée le 19/11/2013

  • Critique de Le neveu d'Amérique par BenjaminDP (Babelio)

    Enfant, Luis Sepúlveda jure à son grand-père d'aller en Andalousie, terre d'origine de ce dernier. C'est l'histoire de ce voyage que le Chilien nous livre dans Le Neveu d'Amérique. Un long périple qui...

    Lire la critique complète >
    Par BenjaminDP - publiée le 15/09/2013

  • Critique de Le neveu d'Amérique par ClementineFerry (Babelio)

    Il faut attendre la page 80 pour rentrer pleinement dans l'univers de l'auteur, mais la suite est délicieuse. Une plongée au coeur de la Patagonie puis de l'Amazonie avec leur culture respective et le...

    Lire la critique complète >
    Par ClementineFerry - publiée le 21/06/2012

  • Critique de Le neveu d'Amérique par itzamna (Babelio)

    Cette succession de notes de voyage nous fait découvrir l'Amérique du sud des années 70. L'auteur nous fait partager l'atmosphère de ces pays en ces temps particulièrement douloureux de la région. Si ...

    Lire la critique complète >
    Par itzamna - publiée le 18/05/2012

  • Critique de Le neveu d'Amérique par le_Bison (Babelio)

    Désireux de retrouver l'Andalousie de son grand-père, Luis Sepúlveda se propose de faire un long voyage. Mais avant de parvenir au terme de son périple, Luis va parcourir l'Amérique Latine, traverser ...

    Lire la critique complète >
    Par le_Bison - publiée le 02/03/2012

  • Critique de Le neveu d'Amérique par Gangoueus (Babelio)

    Tout part d'une promesse d'un enfant chilien à son grand-père anarchiste qui a fuit la misère d'Espagne pour le continent américain... lire la suite

    Lire la critique complète >
    Par Gangoueus - publiée le 06/02/2009
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Le neveu d'Amérique

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter