livres actu Livres Actu

Accueil > Lucien Bodard > La guerre d'Indochine

Acheter ce livre - 29.4 €


15085ème dans les ventes


Lucien Bodard

0 abonné

Œuvres principalesLucien Bodard, né à Chongqing en Chine le 9 janvier 1914 et mort le 2 mars 1998 en son domicile du 7e arrondissement de Paris, est un écrivain et un journaliste français ancien grand reporter à France Soir et récompensé par le Prix ... Plus >

La guerre d'Indochine (1990)

De Lucien Bodard chez Grasset
(18 votes, note moyenne : 4.4)

Les trois volumes de La Guerre d'Indochine, pour la première fois réunis en un seul volume. Lucien Bodard balaie en près de mille deux cents pages quinze années tragiques où se mêlent l'espoir et les larmes. Parce qu'il a croisé les acteurs de cette guerre, il les fait revivre avec force : Giap, de Lattre, Bao Dai et les autres. C'est le récit d'un auteur qui a vécu son sujet, qui sait les dangers de la jungle, la fraîcheur des hauts plateaux. Et il y a ces lieux, oubliés parfois, Dien Bien Phu, bien sûr, mais aussi Vinh Yen, Lang Son, Cao Bang, la R.C.4... Lieux amers et drôles. Qui se souvient du Saïgon des bandits, des piastres et des jeux, cité de jouissance célèbre dans tout l'Orient ? De l'aventure à l'humiliation, des jours tendres aux pluies cruelles, voici l'histoire d'une guerre, l'histoire de deux pays, passion désordonnée et proche où notre innocence s'est perdue.

Paru le 01-10-1990 - 1176 pages - 24 x 15 x 4 cm - 1340 g - ISBN 10 : 2246552915 - ISBN 13 : 9782246552918

Collection : Documents Français

Tags : asie, orient, montagnes, guerre d'indochine, histoire militaire, armée française, guerre, Récits personnels français, colonisation, indochine, viêt-minh, corps expéditionnaire, annam, cochinchine, tonkin, cefeo, paresse, drogue, histoire, tragédie grecque.

Citations de La guerre d'Indochine (8)

Il me semblait que l'Indochine portant en germe nos déboires ultérieurs en Algérie et en Afrique, il fallait tenter de déchiffrer ce qui s'était joué là-bas, et de quelle manière, pour expliquer notre histoire la plus récente. Indochine fatale, Indochine matrice de tout...

Un des mystères de la guerre, c'est l'effondrement. On ne peut jamais prévoir le moment où, pour une troupe ou une garnison, l'épuisement amène la fin. Cela s'écroule tout à coup.Le deuil et l'amertume accablent le Corps expéditionnaire. Car, pour tous les combattants du Tonkin et de l'Indochine, Dien Bien Phu, c'était plus que la vie.

Les Français combattent bravement, même après avoir perdu la foi. Dien Bien Phu avait été pour tout le Corps expéditionnaire le symbole suprême : ce devait être un tournoi qui désignerait le vainqueur. Mais, après la catastrophe prévisible et pourtant incroyable, les soldats éprouvent le dégoût d'eux-mêmes. En quelques heures la troupe est devenue morne. Par la chaleur de l'été tonkinois, les officiers et les hommes font encore les gestes nécessaires pour contenir l'ennemi qui déferle. Mais ce n'est plus que par discipline

Les Viets nous expliquaient qu'ils avaient gagné parce qu'ils avaient un idéal. Ils nous reprochaient d'en manquer. Je leur parlais du farouche courage de mes jeunes paras de Dien Bien Phu. Ils me répondaient : « L'héroïsme seul est-il une solution ? »

Les Vietminh faisaient sans cesse leur autocritique et s'amélioraient. De notre côté, nous nous entre-décorions, nous proclamions que tout allait bien et nos généraux se haïssaient. Les états-majors fonctionnaient à plein, fabriquant sans cesse de nouvelles conceptions stratégiques, toujours plus optimistes, théoriques et intellectuelles. Il suffisait d'une erreur pour que tout notre système s'effondre.

Les risques sont énormes et inutiles. Les Français n'asphyxient aucunement Ho Chi Minh, ils ne le gênent même pas. Les Vietminh sont parfaitement tranquilles dans leur « quadrilatère » impénétrable, où ils s'organisent méthodiquement. Ho Chi Minh se constitue méticuleusement, implacablement un parti dur – un pur parti communiste – et une armée populaire de choc. Les techniciens de Mao Tsétoung, envoyés depuis Yenan et la Mandchourie à travers les zones tenues par le Kuomintang, l'aident. De Chine aussi arrivent toutes sortes de contrebandes, en particulier des armes et des munitions.

Je voulais encore essayer de comprendre comment on avait pu en arriver là, au désastre du Corps expéditionnaire, à Dien Bien Phu. Je voulais démonter les engrenages, démêler l'écheveau des erreurs, des négligences, des fatuités, des mauvais calculs, des confusions, des ambiguïtés, des trahisons et des ignominies, dire la dégradation qui avait mené, de manière inéluctable, à la catastrophe. Me captivait également l'art de la guerre tel qu'il s'était exercé alors. L'Orient comme une drogue, le duel englobant tout : les armes et les âmes, la force physique et l'instinct, le pays, la boue, la nuit, la végétation, les corps et tous les recoins des cervelles, l'utilisation de l'argent, l'utilisation de la vertu, l'utilisation de l'horreur, le sens de la politesse et celui de la cruauté, le maniement de la terreur et celui de la persuasion.

Il s'agit d'une confrontation totale, où les armes sont d'un emploi secondaire. Les Français mettent en jeu tous leurs moyens, les Vietminh les leurs, pour agir sur les hommes et se les approprier. Deux civilisations superposées, emmêlées, sont aux prises dans un combat total. Les Français disposent des choses apparentes, de la société légale, établie. Les Viets sont partout en dessous, dans ce qui est caché. Les deux camps font appel aux instincts opposés de l'homme, les Français offrant la vie normale, la prospérité, les avantages de l'Occident, les Viets proposant l'orgueil et la révolte. Les uns favorisent les riches et les possédants, les autres les pauvres.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de La guerre d'Indochine : avis de lecteurs (19)


  • Critique de La guerre d'Indochine par ALAIN REMI (Amazon)

    Monument et chef d'oeuvre que je relis à quinze ans d'écart avec autant de passion et d'écoeurement face aux lobbies français qui n'hésitaient pas à envoyer à la boucherie des jeunes français et d'autres nation...

    Lire la critique complète >
    Par ALAIN REMI - publiée le 23/05/2014

  • Critique de La guerre d'Indochine par sagaire jean-pierre (Amazon)

    Un récit passionnant de journaliste, sans complaisance, où l'on sent bien son amour pour cette partie du monde. Ses personnages complexes, équivoques et inquiétants, frères ennemis luttant les uns contre les au...

    Lire la critique complète >
    Par sagaire jean-pierre - publiée le 18/05/2009

  • Critique de La guerre d'Indochine par bir-hacheim (Amazon)

    Lucien Bodard n'était pas un historien mais un grand reporter envoyé spécial en Indochine de 1948 à 1955. A ce titre, il nous propose une somme imposante (près de 1200 pages) consacrée au conflit en Indochine e...

    Lire la critique complète >
    Par bir-hacheim - publiée le 08/01/2009

  • Critique de La guerre d'Indochine par HORIZON 2050 (Amazon)

    Lucien Bodard n'était pas un journaliste ou un historien comme les autres, il avait un talent exceptionnel pour peindre sans complaisances une situation ou des personnages. Cette superbe histoire (incomplète) d...

    Lire la critique complète >
    Par HORIZON 2050 - publiée le 17/12/2003

  • Critique de La guerre d'Indochine par Oiseau Moqueur (Amazon)

    La première partie "L'enlisement" traite de la période 46-49.Comme d'autres commentateurs le soulignent, il ne s'agit pas d'un ouvrage historique mais de chroniques d'un spectateur très affuté. On n'y trouve do...

    Lire la critique complète >
    Par Oiseau Moqueur - publiée le 25/07/2012

  • Critique de La guerre d'Indochine par Alain Bollaert (Amazon)

    Ces nombreuses anecdotes devraient illustrer un raisonnement analytique, Or ici, pas de raisonnement, pas de fil conducteur, pas de dates permettant de constater un évolution

    Lire la critique complète >
    Par Alain Bollaert - publiée le 04/09/2015

  • Critique de La guerre d'Indochine par Jacky HUDON (Amazon)

    Il faut l'avoir. C'est du Bodard, mais encore mieux! Un témoignage exceptionnel sur la Guerre d'Indo-Chine! Vous savez bien, la guerre faite pour protéger les plantations de caoutchouc de la famille Michelin, l...

    Lire la critique complète >
    Par Jacky HUDON - publiée le 25/11/2015

  • Critique de La guerre d'Indochine par Yves LEPOIX (Amazon)

    Envoi rapide, bon etat

    Lire la critique complète >
    Par Yves LEPOIX - publiée le 16/09/2019

  • Critique de La guerre d'Indochine par gwada (Amazon)

    Les causes lointaines de la perte de l'indochine

    Lire la critique complète >
    Par gwada - publiée le 24/07/2019

  • Critique de La guerre d'Indochine par Gérard (Amazon)

    Pour ma culture personnelle dans un moment d'histoire de la France

    Lire la critique complète >
    Par Gérard - publiée le 28/08/2019

  • Critique de La guerre d'Indochine par DESCANVELLE Gilles (Amazon)

    Magnifique ! Une somme

    Lire la critique complète >
    Par DESCANVELLE Gilles - publiée le 27/04/2019

  • Critique de La guerre d'Indochine par philTho (Amazon)

    Passionnant. Un témoin qui transporte dans une autre époque. Avec des descriptions tellement évocatrices des paysages, des personnages, de l’ambiguité De la période.

    Lire la critique complète >
    Par philTho - publiée le 03/04/2018

  • Critique de La guerre d'Indochine par jacques M (Amazon)

    Le meilleur livre sur l'indochine ,le pays de ma famille et de mes souffrances

    Lire la critique complète >
    Par jacques M - publiée le 08/03/2019

  • Critique de La guerre d'Indochine par Jean-louis Pioch (Amazon)

    Témoignage remarquable d'un très grand journaliste, une réédition incontournable à compléter avec le livre d'Erwan Bergot (Commandos de choc en Indochine) qui souligne la responsabilité également des Américains...

    Lire la critique complète >
    Par Jean-louis Pioch - publiée le 11/12/2018

  • Critique de La guerre d'Indochine par Acolty (Amazon)

    La guerre d’Indochine débitée en coupes microscopiques par un anatomopathologiste qui possède son sujet à fond. L. Bodart connaît le pays du nord au sud et d’est en ouest. Il connaît aussi tous les protagoniste...

    Lire la critique complète >
    Par Acolty - publiée le 25/11/2019

  • Critique de La guerre d'Indochine par MAM (Amazon)

    Voici un livre passionnant de Lucien Bodard écrit de façon vivante, comme un reportage.La 1ère partie est sur Saigon et la Cochinchine avec les personnages de l'époque, gouvernementaux, militaires, grandes entr...

    Lire la critique complète >
    Par MAM - publiée le 25/10/2017

  • Critique de La guerre d'Indochine par Birhacheim (Babelio)

    Lucien Bodard n'était pas un historien mais un grand reporter envoyé spécial en Indochine de 1948 à 1955. A ce titre, il nous propose une somme imposante (près de 1200 pages) consacrée au conflit en I...

    Lire la critique complète >
    Par Birhacheim - publiée le 03/10/2009

  • Critique de La guerre d'Indochine par yoda40 (Babelio)

    un pavé sur la guerre d'indochine par un grand reporter des passages parfois un peu en longueur mais cela reste un livre a posséder si l'on s intéresse a cette période .

    Lire la critique complète >
    Par yoda40 - publiée le 16/07/2012

  • Critique de La guerre d'Indochine par (Babelio)

    Quel talent de conteur, quelle galerie de portraits. Et combien l'Histoire est tragique. Ce livre est un bon antidote à la doxa avec laquelle on nous a bassinés depuis des décennies. On y côtoie l...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 23/02/2015
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de La guerre d'Indochine

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter