livres actu Livres Actu

Accueil > Joyce Maynard > Une adolescence américaine

Acheter ce livre - 17.0 €


84248ème dans les ventes


Joyce Maynard

0 abonné

Œuvres principalesDaphne Joyce Maynard, née le 5 novembre 1953 à Durham au New Hampshire, est une écrivain américaine, auteur de nombreux romans et essais.

Une adolescence américaine (2013)

De Joyce Maynard chez P. Rey
(16 votes, note moyenne : 3.0)

« J’ai grandi sans beaucoup d’illusions. Nous étions raisonnables, réalistes, prosaïques, sans romantisme, nous avions conscience des problèmes sociaux et étions politisés. Les Kennedy étaient les héros de nos contes de fées, l’intégration, la conquête de l’espace et la Bombe les trames de nos premières années scolaires… »

Lorsqu’elle témoigne ainsi sur sa génération, au tout début des années 1970, Joyce Maynard a dix-huit ans. Un article publié dans le New York Times lui avait valu des tonnes de courrier et l’attention de beaucoup, dont celle d’une légende de la littérature, J.D. Salinger, de trente-cinq ans son aîné.

Paru un an plus tard, Back in the Sixties en est la conséquence et la suite. À la fois mémoire, histoire culturelle, et critique sociale, cette série de courts essais établit, avec un étrange mélange de maturité et de fraîcheur, la chronique d’une adolescence américaine durant cette période charnière. Avec la crise de Cuba, la guerre du Vietnam, Pete Seeger, Joan Baez, Woodstock, les fleurs dans les cheveux, le Watergate, la minijupe, l’herbe. La très jeune auteure se fait aussi l’expert, avec une autorité parfois désarmante encore qu’irrésistible, des problèmes de son âge : l’anorexie, la minceur et le paraître, le rapport entre les sexes, les premières sorties, le Prince charmant boutonneux et la vierge aux pieds plats. Nous donnant, au final, un texte intemporel qui connut à sa parution un succès prodigieux.

Née dans le New Hampshire de parents tous deux professeurs, Joyce Maynard composait déjà des poèmes et des contes à l’âge de sept ans avant de publier, adolescente, des articles dans Seventeen et autres magazines de jeunes...

Auteure de nombreux essais et reportages, elle a, depuis, écrit plusieurs romans et une remarquable autobiographie (Et devant moi, le monde). Elle vit désormais entre la Californie et le Guatemala.

Paru le 11-04-2013 - Format : Broché - 192 pages - 21 x 14 x 2 cm - 346 g - ISBN 10 : 2848762985 - ISBN 13 : 9782848762982

Collection : Littérature étrangère

Tags : mémoires, contes de fées, non-fiction, roman, essai, autobiographie, légendes, drogue, anorexie, ennui, foi, révolution, politique, histoire d'amour, films, critique sociale, adolescence, américain, littérature américaine, années 60.

Citations de Une adolescence américaine (10)

Mais ma mère (amoureuse de la langue française, apprise dans les livres et non par les voyages) avait une amie - une Américaine de son âge qui nous semblait, à ma soeur et moi, follement glamour et exotique.Marion vivait à Paris. Célibataire endurcie, sans enfant (elle avait des amants, pas d'époux), elle habitait dans un minuscule studio où, d'après ce que nous avions pu comprendre, son régime alimentaire se composait pour l'essentiel de croissants, de café et de vin. Ma mère et elle étaient intimement liées depuis l'université

Certaines choses m'effrayaient – des choses qui paraissaient faciles et sans danger à d'autres filles de mon âge –, comme téléphoner à un garçon à propos d'un devoir de classe, grimper dans un télésiège, ou encore me promener dans le réfectoire de Yale pour y trouver un endroit où poser mon plateau. En revanche, l'idée de monter dans la voiture d'un étranger (souvent un homme) et de filer seule avec lui sur l'autoroute ne m'inquiétait pas le moins du monde.C'est cette même mixture bizarre de crainte et d'assurance, de sophistication et de naïveté, qui, sans doute, expliquent ma capacité à me présenter au New York Times comme un écrivain assez digne de considération pour être chargé d'un reportage – et qui, plus tard, me permit d'écrire au sujet d'un phénomène que j'appelais « l'embarras de la virginité »-, tout en demeurant incapable d'entrer dans un drugstore et d'acheter une boîte de tampons, ou de m'adresser à un garçon en le regardant droit dans les yeux.

Je les rangeais dans ma bibliothèque (par ordre alphabétique d'auteur) mais j'en lisais assez peu.Ce qui me séduisait le plus était l'idée de la lecture. Enveloppée d'un plaid devant la cheminée, le tonnerre et les éclairs se déchaînant dehors, une tasse de chocolat, une pomme ou un bol de pop-corn dans une main, Nancy Drew and the hidden stair-case dans l'autre, je m'arrêtais et pensais, à chaque phrase, que tout cela était vraiment bon et que je devrais le faire plus souvent.

Revenir sur le passé, je le fais pas sans réticence. Sentimentalité ou amertume – elles se nourrissent l'une de l'autre, c'est presque inévitable. Mais le fait est qu'il serait impossible de comprendre le futur sans le présent, pas plus que de savoir ce que nous sommes aujourd'hui sans revenir un instant, du moins, sur ce que nous avons été.

Nous étions encore assez jeunes pour nous sentir à l'aise avec les garçons, sauf que nous étions si pressées de grandir que nous prétendions avoir des sentiments sexy et éprouver le trouble que provoquent les béguins bien avant que ce trouble existe vraiment.

Comme certains se préparent à leur vieillesse, je me prépare à mes vingt ans

Je me suis attachée à trop de petits faits qui comptent peu et à trop peu de ceux qui comptent.

Gloria Steinem peut libérer, tout comme quelqu'un qui possède les clés d'une prison peut ouvrir une porte. Les féministes qu'elle attire ont les mêmes critères que moi, et pourtant je suis peu attirée par elles – elles aiment autant son style que je rejette le leur ; elles cherchent à se reconnaître en elle pour son physique, son audace, mais leur manque de grâce me décourage et je voudrais me dissocier d'elles, ces femmes trop vieilles pour s'habiller en jean et sans soutien-gorge, ces femmes avec leur crinière ébouriffée, ces femmes sèches dont les yeux révèlent la frustration et la colère.

La liberté, c'est choisir, et parfois choisir de ne pas être « libre ». Pour celle qui, empêtrée dans sa virginité, est incapable de savoir si cette idée est la sienne (« Est-ce que je veux vraiment coucher avec lui, ou est-ce que je veux être comme toutes les autres ? ») – pour elle, il existe un test tout prêt. Si elle désire réellement un homme, sans avoir été influencée, elle n'a pas à se poser la question ou à en être embarrassée. Son inexpérience et sa maladresse auront pour lui une sorte de fraîcheur, de grâce.

La révolution sexuelle. C'est un cliché, mais elle existe, c'est vrai, et elle envahit tout. Les vieilles excuses (« J'ai peur de tomber enceinte », « Je ne suis pas ce genre de fille ») ont disparu. Les contraceptifs, fiables et de plus en plus faciles à obtenir (pour celle qui a eu le courage de prendre des dispositions), rendent le sexe possible en dehors du mariage ; le changement des règles morales et un naturel accru l'ont banalisé.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Une adolescence américaine : avis de lecteurs (16)


  • Critique de Une adolescence américaine par Amandine (Amazon)

    J'ai voulu lire ce livre à la suite de "Et devant moi le monde" que j'avais bien aimé mais sans grande surprise j'ai été déçue de "Une adolescence américaine". Comme Joyce Maynard le dit dans "Et devant moi le ...

    Lire la critique complète >
    Par Amandine - publiée le 08/06/2017

  • Critique de Une adolescence américaine par Mutz Christia (Amazon)

    Livre facile à lire qui donne un petit aperçue des années 60 / 70. toutefois je trouve que c'est un peu fleur bleue.

    Lire la critique complète >
    Par Mutz Christia - publiée le 04/06/2013

  • Critique de Une adolescence américaine par Jean-pascal Guillet (Amazon)

    50 ans après sa parution aux States, les éditions Philippe Rey publient en France cet ouvrage de Joyce Maynard. Le livre s'ouvre sur un avant-propos de l'auteure écrit en 2012 pour l'édition française.Joyce May...

    Lire la critique complète >
    Par Jean-pascal Guillet - publiée le 02/05/2013

  • Critique de Une adolescence américaine par manonlitaussi (Babelio)

    Joyce Maynard raporte dans ce petit récit son adolescence de 1957, ses 12 ans à son entrée en faculté. A 18 ans elle a écrit au directeur du New York Times pour lui proposer des articles. Cet audace a...

    Lire la critique complète >
    Par manonlitaussi - publiée le 17/05/2019

  • Critique de Une adolescence américaine par Sevlipp (Babelio)

    Ce roman est un livre de souvenir d'une jeune fille de 19 ans sur son enfance et son adolescence. Quelle maturité. Les interrogations sur la vie sont toujours d'actualité. C'est bien écrit et la pério...

    Lire la critique complète >
    Par Sevlipp - publiée le 13/08/2018

  • Critique de Une adolescence américaine par saphoo (Babelio)

    Heureusement qu'il y a la préface réécrite par l'auteure en 2012, elle nous éclaire bien sur la teneur des écrits qui suivent. Il faut bien comprendre qu'elle était très jeune quand on lui a commandé ...

    Lire la critique complète >
    Par saphoo - publiée le 08/03/2018

  • Critique de Une adolescence américaine par simonis (Babelio)

    Oublier aussi vite qu'il est lu ... Je n'ai pas du tout accroché, un long blabla pas vraiment structuré sur une époque pourtant passionnante. Une suite de souvenirs, sans grand intérêt à mes yeux ... ...

    Lire la critique complète >
    Par simonis - publiée le 04/02/2017

  • Critique de Une adolescence américaine par MAPATOU (Babelio)

    Alors qu'elle était étudiante en première année à l'université de Yale, Joyce Maynard fit preuve de beaucoup de culot (ou d'insouciance). Elle adressa une lettre au directeur du New York Times dans la...

    Lire la critique complète >
    Par MAPATOU - publiée le 26/01/2017

  • Critique de Une adolescence américaine par Chatdebibliotheques (Babelio)

    Un livre assez intéressant, décousu, j'ai aimé le recul que prend l'auteure dans la préface

    Lire la critique complète >
    Par Chatdebibliotheques - publiée le 05/01/2017

  • Critique de Une adolescence américaine par (Babelio)

    Ma rencontre avec Joyce Maynard ou plus exactement avec son univers littéraire commence sur une erreur. J'ai acheté au début de l'été, Une Adolescence américaine persuadé qu'il s'agissait de Et devant...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 21/10/2015

  • Critique de Une adolescence américaine par Accalia (Babelio)

    Ce n'est pas un secret pour ceux qui suivent ce blog, j'aime vraiment beaucoup Joyce Maynard. J'ai lu plusieurs de ces romans, dont un coup de coeur avec Long week-end, qui est une histoire absolument ...

    Lire la critique complète >
    Par Accalia - publiée le 20/09/2015

  • Critique de Une adolescence américaine par Milleviesenune (Babelio)

    Je suis toujours curieuse d'en apprendre plus sur la vie des écrivains que je lis aussi je n'ai pas hésité longtemps avant de lire Une adolescence américaine, autobiographie dans laquelle Joyce Maynar...

    Lire la critique complète >
    Par Milleviesenune - publiée le 24/08/2015

  • Critique de Une adolescence américaine par claraetlesmots (Babelio)

    Ce livre a été écrit en 1972 par Joyce Maynard alors qu'elle n'avait que dix-neuf ans. Un an plus tôt, cette jeune fille s'était retrouvée sous les feux de rampe grâce à un article paru dans le New Yo...

    Lire la critique complète >
    Par claraetlesmots - publiée le 19/07/2013

  • Critique de Une adolescence américaine par sylire (Babelio)

    Ce livre de Joyce Maynard, publié en 2013 par Philippe Rey, a été écrit en 1972 par la romancière alors qu'elle n'avait que 19 ans. Il s'agit d'un recueil de chroniques ayant pour thème ses années d'a...

    Lire la critique complète >
    Par sylire - publiée le 31/05/2013

  • Critique de Une adolescence américaine par val-m-les-livres (Babelio)

    Dans ce livre composé d'articles publiés dans différents magazines américains et écrits quand l'auteure avait environ dix-huit ans, elle dresse un portrait d'une certaine jeunesse américaine des année...

    Lire la critique complète >
    Par val-m-les-livres - publiée le 29/05/2013

  • Critique de Une adolescence américaine par Olnapac (Babelio)

    J'ai voulu lire ce livre car le titre me plaisait bien et puis je suis une fana des USA donc ... :) Il faut savoir que c'est un livre qui a été vendu aux USA dans les années 70 et qui n'avait jamais ...

    Lire la critique complète >
    Par Olnapac - publiée le 07/05/2013
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter