livres actu Livres Actu

Accueil > Joseph Roth > La Marche de Radetzky

Acheter ce livre - 7.9 €


7218ème dans les ventes


Joseph Roth

0 abonné

Joseph Roth est né en 1894 près de Brody, en Ukraine. Ses études de germanistique à l'université de Vienne sont interrompues par la Première Guerre mondiale à laquelle il participe. La paix revenue, il débute dans le journalisme. De 1923 à 1931, il t... Plus >

La Marche de Radetzky (2008)

De Joseph Roth chez Points
(57 votes, note moyenne : 4.3)

Sur le champ de bataille brumeux de Solferino, le sous-lieutenant Trotta sauve la vie de l'empereur d'Autriche. Cet acte de bravoure lui vaut d'être anobli. Arrachés à leur condition de paysans slovènes, les membres de la famille Von Trotta voient leur destin bouleversé. Sur trois générations, l'auguste faveur se transforme en une malédiction irrémédiable... Un grand requiem sur le déclin et la chute de la monarchie austro-hongroise.

Paru le 17-04-2008 - Format : Poche - 416 pages - 17 x 10 x 0 cm - 234 g - ISBN 10 : 2757808230 - ISBN 13 : 9782757808238

Collection : Points

Tags : 20ème siècle, littérature allemande, autriche, littérature autrichienne, guerre, militaire, autriche-hongrie, autrichiens, empire austro-hongrois, armées, décadence, nostalgie, noblesse, tendresse, empire, histoire, roman historique, historique, roman, littérature.

Citations de La Marche de Radetzky (10)

Etes-vous satisfait ? demanda-t-il ensuite au jeune homme ?_ A parler franchement, répondit le fils du chef de musique, c'est un peu ennuyeux._ Ennuyeux ? demanda le préfet. A Vienne ?_ Oui, dit le jeune Nechwal. C'est que, voyez-vous, monsieur le préfet, quand on est dans une petite garnison, on ne se rend pas compte qu'on n'a pas d'argent !Le préfet se sentait froissé. Il trouvait qu'il n'était pas convenable de parler d'argent et craignait que le sous-lieutenant n'eût voulu faire allusion à la situation pécuniaire plus brillante de Charles-Joseph._ Il est vrai que mon fils est à la frontière, dit M. von Trotta, mais il s'est toujours bien tiré d'affaire, même dans la cavalerie.Il accentua le dernier mot. Pour la première fois, il lui était pénible que Charles-Joseph eût quitté les uhlans. Cette sorte de Nechwal ne se rencontrait pas dans la cavalerie ! Et la pensée que le fils de ce chef de musique s'imaginait peut-être avoir quelque ressemblance avec le jeune Trotta causait au préfet une souffrance presque physique. Il décida d'accabler le musicien. C'est un véritable traître à la patrie qu'il flairait en ce jouvenceau qui lui paraissait avoir un "nez tchèque"._ Aimez-vous la profession militaire ? demanda le préfet._ Franchement, je pourrais m'imaginer un meilleur métier._ Meilleur ? Comment cela ?_ Un métier plus pratique, dit le jeune Nechwal._ Il n'est donc pas "pratique" de se battre pour sa patrie, à supposer toutefois qu'on ait des dispositions "pratiques" ?_ Mais c'est qu'on ne se bat pas du tout, riposta le sous-lieutenant. Et si on en vient à se battre un jour, alors ce ne sera peut-être pas tellement "pratique"._ Pourquoi donc ?_ Parce que nous perdrons sûrement la guerre, dit Nechwal, le sous-lieutenant, et, non sans méchanceté, comme le nota le préfet, il ajouta : Les temps ont changé !

[...] ... Joseph Trotta, baron von Sipolje, reçut de mauvaise grâce, comme un affront, les faveurs impériales. Sans lui, on mena, et perdit, la campagne contre les Prussiens. Il était amer. Déjà, ses tempes devenaient d'argent, ses yeux ternes, son pas était lent, sa main lourde, sa bouche plus silencieuse qu'auparavant. Bien qu'il fût dans ses meilleures années, il paraissait vieillir vite. Il avait été chassé de ce paradis qu'était sa foi rudimentaire en l'Empereur, la vertu, la vérité et le droit. Prisonnier de la résignation et du mutisme, il découvrait que la ruse fonde la pérennité du monde, la force des lois et l'éclat des majestés. L'Empereur en ayant occasionnellement exprimé le désir, le texte n° 15 [le texte incriminé par Trotta et dont il voulait la révision ou le retrait] disparut des manuels de lecture de la monarchie. Le nom de Trotta subsista exclusivement dans les annales du régiment. ... [...]

- Tu mens ! dit-elle enfin, grossier par politesse et elle l'étreignit dans un nouveau déferlement de gratitude. Les lumières blanches ds gares défilaient devant la portière,illuminaient le compartiment, éclairaient le pâle visage de la femme et semblaient lui dénuder une fois de plus les épaules. Le sous lieutenant reposait sur sa poitrine comme un enfant. Elle éprouvait une souffrance bienfaisante, bienheureuse, maternelle. C'était un amour maternel qui circulait dans ses bras et les remplissait d'une force neuve. Elle voulait du bien à son amant comme à son propre enfant, comme s'il était issu de son sein, de ce même sein qui l'acceuillait en ce moment...- mon enfant, mon enfant! répétait-elle.

Mon deuxième de Joseph Roth après Job, le roman d'un homme simple dans lequel il relate la vie des communautés juives à travers la vie d'un maître d'école...vivant sa foi dans les épreuves jusqu'à s'épuiser et à renier Dieu comme un Job dans tes temps modernes, appelant même Dieu "ispravnik" le comparant ainsi au chef de la police du temps tsars...même avec ce titre très évocateur, l'auteur arrive à maintenir un suspens, à pousser le lecteur à poursuivre jusqu'à une fin palpitante et heureuse...Comme dans ce roman, la "marche de Radetzky" est un ragrd lucide sur un monde qui disparait dans cette histoire d'une famille relatée sur quatre générations sous la monarchie Austro hongroise. L'auteur y brosse le portrait critique et satirique de cette monarchie en relatant l'histoire de la famille "TROTTA" qui s'élèvera grâce à un acte de bravoure du jeune lieutenant TROTTA en sauvant un emprereur très maladroit qui a failli se faire tuer lors de la Bataille de Solférino...L'empereur reconnaisant anoblit TROTTA, la génération suivante vivra avec le flambeau de ce geste jusqu'au déclin annoncé de la monarchie...il y a dans ce recit une forme de nostalgie qu'on retrouve dans le premier roman évoqué plus haut...même si l'auteur avance dans l'humour, il n'en reste pas moins que ce sont des tragédies qui s'écrivent au fil des pages...A lire FORCEMENT LES DEUX

Tout ce qui grandissait avait besoin de beaucoup de temps pour grandir, tout ce qui disparaissait avait besoin de beaucoup de temps pour se faire oublier. Mais tout ce qui avait existé un jour avait laissé des traces et l'on vivait alors de souvenirs comme l'on vit aujourd'hui de la faculté d'oublier vite et définitivement.

La caserne se trouvait au nord de la ville. Elle fermait la large route bien entretenue qui renaissait derrière le bâtiment de brique rouge et s'enfonçait dans la campagne. La caserne semblait plantée dans la province slave, comme un signe du pouvoir impérial et royal de l'armée des Habsbourg. Elle barrait même le passage à l'antique voie que les migrations séculaires des peuples slaves avaient rendue si large et si spacieuse. La route était forcée de lui céder la place. Elle traçait un arc de cercle autour de la caserne. Quand on était à l'extrémité septentrionale de la ville, au bout de la rue, à l'endroit où les maisons rapetissaient de plus en plus et finissaient par se transformer en huttes villageoises, on pouvait apercevoir, au loin, par temps clair, la large porte voûtée, jaune et noire, de la caserne, présentée à la ville comme un gigantesque écu habsbourgeois, une menace, une protection ou les deux à la fois.

[...] ... Trois jours plus tard, on mettait dans sa tombe le corps de M. von Trotta. Le maire de la ville de W* prononça un discours. Et comme tous les discours de ce temps, le sien aussi commença par la guerre. Puis le maire dit encore que le préfet avait donné à l'Empereur son fils unique et qu'il avait continué malgré tout à vivre et à servir. Cependant, la pluie arrivait, infatigable, sur les têtes nues des personnes rassemblées autour de la fosse. Un frémissement, un bruissement s'échappaient des buissons, des couronnes et des fleurs mouillées. Dans la tenue de médecin-chef de la territoriale, qui lui était inhabituelle, le Docteur Skowronnek [médecin et ami du disparu] essayait de garder la position martiale du garde-à-vous bien que, en sa qualité de civil, il ne la tînt aucunement pour l'expression d'une piété exemplaire. "La mort n'est pas un médecin d'état-major, après tout !" se disait le docteur. Puis il fut l'un des premiers à s'approcher de la fosse. (...)Comme il quittait le cimetière, le maire l'invita à partager sa voiture. Le docteur y monta.- "J'aurais bien dit encore," déclara le maire, "que Monsieur von Trotta ne pouvait pas survivre à l'Empereur. Ne croyez-vous pas, docteur ?- Je ne sais pas," répondit Skowronnek. "Je crois qu'ils ne pouvaient, ni l'un, ni l'autre, survivre à l'Autriche." ... [...]

Ils venaient. Ils venaient du cabaret. Leur chant les précédait, un chant que le sous-lieutenant n'avais jamais entendu encore, qu'on avait à peine entendu jusque-là dans la contrée. C'était "l'Internationale" chantée en trois langues (..) Le sous-lieutenant éprouva un vague sentiment de la fin du monde. Il se rappela les brillantes couleurs de la Fête-Dieu et, un instant, il lui sembla que le sombre nuage des rebelles déferlait à la rencontre du cortège impérial. Un seul et furtif instant, le sous-lieutenant reçut le sublime pouvoir de penser en images, il vit les temps rouler l'un contre l'autre comme deux blocs de rocher, et lui-même, le sous-lieutenant, était broyé entre les deux.

On dirait même que Dieu en personne ne veut plus porter la responsabilité du monde.

L'Empereur était un vieil homme. C'était le plus vieil empereur du monde. Autour de lui, la mort traçait des cercles, des cercles, elle fauchait, fauchait. Déjà le champ était entièrement vide et, seul, l'Empereur s'y dressait encore, telle une tige oubliée, attendant. Depuis de nombreuses années, le regard vague de ses prunelles claires et dures se perdait en un vague lointain... Dans sa maison, il trottinait à pas menus. Mais aussitôt qu'il foulait le sol de la rue, il essayait de rendre ses cuisses dures, ses genoux élastiques, ses pieds légers, son dos droit. Il emplissait ses yeux d'une artificielle bonté, véritable qualité des yeux d'un empereur. Alors ses yeux semblaient regarder tous ceux qui le regardaient et saluer tous ceux qui le saluaient. Mais en réalité les visages ne faisaient que passer devant eux, planant, volant, sans les effleurer, et ils restaient braqués sur cette ligne délicate et fine qui marque la limite entre la vie et la mort, au bord de cet horizon que les vieillards ne cessent pas de voir, même quand il leur est caché par des maisons, des forêts, des montagnes. Les gens croyaient François-Joseph moins renseigné qu'eux, mais peut-être en savait-il plus long que beaucoup. Il voyait le soleil décliner sur son empire, mais il n'en disait rien.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de La Marche de Radetzky : avis de lecteurs (59)


  • Critique de La Marche de Radetzky par Marot (Amazon)

    cette famille von trotta navigue dans un empire immense et décadent ,du point de vue de l'auteur.les militaires et les préfets de la monarchie y sont bien dépeints.Aucune peinture de cette société ,vienne n'e...

    Lire la critique complète >
    Par Marot - publiée le 28/04/2012

  • Critique de La Marche de Radetzky par Truemyosotiis (Amazon)

    Ce livre est une oeuvre magnifique, il est tout à la fois, de la grande littérature, de l'histoire, celle de l'Autriche et la fin des Halsbourg, les relations père - fils avant 1916, le lourd devoir de transmis...

    Lire la critique complète >
    Par Truemyosotiis - publiée le 07/09/2011

  • Critique de La Marche de Radetzky par Mikapique (Amazon)

    Bien écrit, mais on s'endort au fil de ce long roman qui se passe essentiellement dans une ville de garnison autrichienne. Idéal à l'heure de la sieste.

    Lire la critique complète >
    Par Mikapique - publiée le 21/07/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par Client d'Amazon (Amazon)

    Il faut avoir le coeur bien accroché pour commencer à le lire. Il est statique et lent, comme tout bon livre classique. Ne vous attendez pas à de la lumière et à du Block buster, mais à des larmes, de la pluie ...

    Lire la critique complète >
    Par Client d'Amazon - publiée le 12/08/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par Oiseau Moqueur (Amazon)

    J'aime l'histoire et l'Europe centrale et j'ai commenté ici quelques livres de F Fejto et JP Bled. Je ne pouvais pas ne pas lire Joseph Roth et je ne suis pas déçu. Je n'ai guère à ajouter aux autres commentair...

    Lire la critique complète >
    Par Oiseau Moqueur - publiée le 15/12/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par Ilias (Amazon)

    Grand et beau roman, sur un monde qui disparaît, et un empire multiethnique qui pourrait sans doute nous aider à réfléchir à l’avenir de l’Europe. Roth n’y décrit pas une humanité bien admirable (à part l’ordon...

    Lire la critique complète >
    Par Ilias - publiée le 28/12/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par bobbyschanno (Amazon)

    Pour raconter la déliquescence de la monarchie des Habsbourg, Joseph Roth choisit, plutôt que l'évocation des soubresauts de la grande Histoire, la description du chant millénaire des oiseaux, du bruit de la pl...

    Lire la critique complète >
    Par bobbyschanno - publiée le 31/07/2016

  • Critique de La Marche de Radetzky par opus79 (Amazon)

    Joseph Roth, écrivain et journaliste autrichien mort en exil à Paris en 1939, nous a légué la marche de Radetzky, sorte de testament du défunt empire Austro-Hongrois. Il y raconte l'histoire des von Trotta : Ch...

    Lire la critique complète >
    Par opus79 - publiée le 02/08/2013

  • Critique de La Marche de Radetzky par Aneth (Amazon)

    Je suis très satisfaite de cette éd. qui est au programme de l'agrégation. Le texte, bien que dense, est aéré et agréable à lire. Je recommande cette éd.

    Lire la critique complète >
    Par Aneth - publiée le 17/08/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par NICOLE BAZIN (Amazon)

    J'ai apprécié ce livre, mais j'ai trouvé le début beaucoup trop court par rapport à l'ensemble du récit. Les lecteurs aimant l'histoire et les anciens empires seront satisfaits, la morale et l'honneur sont au c...

    Lire la critique complète >
    Par NICOLE BAZIN - publiée le 06/08/2014

  • Critique de La Marche de Radetzky par Un amateur éclectique (Amazon)

    Un chef-d’œuvre, ni plus, ni moins, ce roman est un chef-d’œuvre. Des livres bons, plaisants, excellents, remuants, bouleversants, il y en a à la pelle ; des chefs-d’œuvre, des purs et durs, des romans dont on ...

    Lire la critique complète >
    Par Un amateur éclectique - publiée le 13/11/2014

  • Critique de La Marche de Radetzky par André G (Amazon)

    Avant de visiter Vienne, on m'a conseillé de lire ce livre. Avec raison.Fascinant déclin d'une puissance avec un brin de nostalgie

    Lire la critique complète >
    Par André G - publiée le 09/08/2013

  • Critique de La Marche de Radetzky par Jacques ARNOL-STEPHAN (Amazon)

    Une magnifique histoire sur la mort d'un Empire multi-séculaire. Une histoire sans événement, déroutante et intérieure, mais qui sait rendre à merveille ce que fut la fin de l'Empire des Habsbourg.

    Lire la critique complète >
    Par Jacques ARNOL-STEPHAN - publiée le 21/10/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par Pierre Latour (Amazon)

    Ce livre est l'un des chef-d'oeuvres du XXème siècle. Une légende du siècle. Ecrit dans un style à la fois extrêmement riche et poétique, et en même d'un temps d'une grande fluidité. C'est un roman poignant, qu...

    Lire la critique complète >
    Par Pierre Latour - publiée le 30/05/2014

  • Critique de La Marche de Radetzky par Bringue Tournier Laura (Amazon)

    Sublime Joseph Roth! Que n'ai-je lu ce livre plus tôt. Ce livre sur une famille, les Trotta, qui sera témoin et acteur de la chute du royaume austro-hongrois, de la faiblesse de l'Empereur François-Joseph qui v...

    Lire la critique complète >
    Par Bringue Tournier Laura - publiée le 28/04/2013

  • Critique de La Marche de Radetzky par bonneville (Amazon)

    ai découvert cet auteur qui a une écriture dynamique et poétique à la fois. Le thème pouvait être à priori rébarbatif or, J. Roth sait susciter l'interet du lecteur en évoquant la suite à chaque fin de chapit...

    Lire la critique complète >
    Par bonneville - publiée le 28/01/2013

  • Critique de La Marche de Radetzky par Client d'Amazon (Amazon)

    C'est un roman saisissant sur la filiation et sur la responsabilité morale de l'individu face au patrimoine familiale et à l'Histoire dans un monde qui se meurt.

    Lire la critique complète >
    Par Client d'Amazon - publiée le 15/10/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par maitre (Amazon)

    Livre sublime et simple, qui résume le destin de l'empire austro-hongrois et de ses sujetsA lire absolument et de toute urgence

    Lire la critique complète >
    Par maitre - publiée le 20/07/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par méduse (Amazon)

    bien racontée, qui raconte la fin d'une époque dont la limite sera la 1ère Guerre mondiale ; très bien écrit et original. Traduction de qualité.

    Lire la critique complète >
    Par méduse - publiée le 30/07/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par Pollo (Amazon)

    Ouvrage d'une grande tristesse sur la fin d'un Empire sclérosé dans lequel les protagonistes sont prisonniers de leur rang jusque dans les causes de leur mort.

    Lire la critique complète >
    Par Pollo - publiée le 18/11/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par Marcatand Y. (Amazon)

    Un livre passionnant sur la chute de ce colosse aux pieds d'argile à travers les générations d'une famille.Classique avec un grand C

    Lire la critique complète >
    Par Marcatand Y. - publiée le 31/10/2016

  • Critique de La Marche de Radetzky par patdily (Amazon)

    Dans la lignée des romans du 19 éme, tout tourne autour de l'argent et de maman... J'attendais un récit sur l'époque et l'écroulement de l'empire, tout est vu au niveau particulier de l'individu.

    Lire la critique complète >
    Par patdily - publiée le 01/07/2019

  • Critique de La Marche de Radetzky par pascale (Amazon)

    Ce style sec, dépourvu de tout sentimentalisme, trouve son explication dans le fait qu'il n'y a aucune place pour les envolées lyriques pour décrire une période de l'histoire annonciatrice de tous les maux qui ...

    Lire la critique complète >
    Par pascale - publiée le 03/06/2020

  • Critique de La Marche de Radetzky par CHACHAPACO (Amazon)

    Tres bien traduit en français, ce livre est un grand moment de lecture, comme lire Balzac ou Maupassant...Je ne comprenais pas en quoi il était annonciateur de l'arrivée du nazisme jusqu'à ce que j'ai lu la der...

    Lire la critique complète >
    Par CHACHAPACO - publiée le 19/03/2020

  • Critique de La Marche de Radetzky par Christelle Bouley (Amazon)

    Joseph Roth, écrivain autrichien d'origine juive, ami de Stefan Zweig à qui il consacra une intense correspondance, nous offre ici un très beau roman historique, plein de nostalgie face à un monde qui va peu à...

    Lire la critique complète >
    Par Christelle Bouley - publiée le 07/03/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par Romur (Amazon)

    La Marche de Radetzky salue la victoire des autrichiens sur les italiens en 1848. Mais c’est sous le sceau de la bataille de Solferino, défaite autrichienne face aux italiens alliés aux français, que se déroule...

    Lire la critique complète >
    Par Romur - publiée le 02/12/2018

  • Critique de La Marche de Radetzky par Woland (Babelio)

    Radetzkymarsch Traduction : Blanche Gidon et Alain Huriot Doucement, avec une tendresse infinie et les grimaces ironiques, et même bouffonnes, d'un enfant qui veut dissimuler aux adultes son envie...

    Lire la critique complète >
    Par Woland - publiée le 17/03/2009

  • Critique de La Marche de Radetzky par lolo71 (Babelio)

    A la veille de la première guerre mondiale, le puissant empire austro-hongrois vit ses dernières années. Les signes avant-coureurs sont là pour qui est assez lucide pour les voir : la montée des natio...

    Lire la critique complète >
    Par lolo71 - publiée le 21/10/2009

  • Critique de La Marche de Radetzky par LVI (Babelio)

    Empire blues ! C'est un roman de 1933 de l'auteur autrichien Moses Joseph Roth (1894-1939), qui est né et qui a grandi dans un ‘Schtetl' de la monarchie austro-hongroise situé à la frontière avec...

    Lire la critique complète >
    Par LVI - publiée le 24/03/2012

  • Critique de La Marche de Radetzky par (Babelio)

    Ce livre, que j'ai lu plusieurs fois, à des années d'intervalle, m'a chaque fois fascinée, sans que je puisse éclaircir l'objet de la fascination. Écriture? Personnage principal ? Société décrite ?

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 02/05/2013

  • Critique de La Marche de Radetzky par bgbg (Babelio)

    La marche de Radetzky, par Joseph Roth. J'avais lu deux livres de Joseph Roth - Job et Hôtel Savoy -, et je prenais cet écrivain pour un conteur, un raconteur d'histoires, plus proche d'Isaac Bashevis...

    Lire la critique complète >
    Par bgbg - publiée le 07/01/2014

  • Critique de La Marche de Radetzky par Anagnostes (Babelio)

    Grand classique de la littérature en langue allemande, sur lequel beaucoup a été écrit et dont le résumé a été bien fait sur ce site Babelio. Joseph Roth écrit une très belle prose, bien rendue dans l...

    Lire la critique complète >
    Par Anagnostes - publiée le 29/06/2014

  • Critique de La Marche de Radetzky par ElizaLectures (Babelio)

    L'histoire des von Trotta se confond avec les cinquante dernières années de l'empire austro-hongrois, « monstre » aux quinze langues qui s'est effondré en 1918 : tout commence par une famille de paysa...

    Lire la critique complète >
    Par ElizaLectures - publiée le 04/11/2014

  • Critique de La Marche de Radetzky par GrandGousierGuerin (Babelio)

    Qui n'a pas déjà entendu la marche de Radetzky si ce n'est au concert du Nouvel An donné par l'Orchestre Philarmonique de Vienne ? Tiens … Je me suis même renseigné (cf. Wikipedia) : « Depuis 1958, le...

    Lire la critique complète >
    Par GrandGousierGuerin - publiée le 20/09/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par plina (Babelio)

    Un livre qui nous emporte dans l'Europe à un moment clé de son histoire, le début du 20ème siècle et la chute de l'empire austro-hongrois.Nous suivons le parcours d'une famille ou plutôt d'un grand-pè...

    Lire la critique complète >
    Par plina - publiée le 22/12/2015

  • Critique de La Marche de Radetzky par (Babelio)

    Quelle merveille ! Joseph Roth nous transporte aux confins du futur ex-empire austro-hongrois avec une lucidité si chère aux auteurs germanophones et au-travers de cet homme nous devinons la confusion...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 19/02/2016

  • Critique de La Marche de Radetzky par oblo (Babelio)

    Les mesures de la marche militaire de Johann Strauss sont entraînantes et renvoient de la guerre une image triomphante. C'est sous le signe de cette douce nostalgie du si puissant empire autrichien, c...

    Lire la critique complète >
    Par oblo - publiée le 05/03/2016

  • Critique de La Marche de Radetzky par Nadouch (Babelio)

    Découvert par hasard grâce à ma liseuse (roman téléchargé gratuitement car "tombé" dans le domaine public...), ce roman ne me serait jamais passé dans les mains sans ce hasard, justement... L'histoire...

    Lire la critique complète >
    Par Nadouch - publiée le 07/11/2016

  • Critique de La Marche de Radetzky par ivredelivres (Babelio)

    A quel moment de la lecture sait-on que l'on a en main un chef-d'oeuvre ? Quand insensiblement on ralentit sa lecture, quand on se surprend à relire une phrase, un paragraphe, juste pour le plaisir, ...

    Lire la critique complète >
    Par ivredelivres - publiée le 07/12/2016

  • Critique de La Marche de Radetzky par Nikoz (Babelio)

    Un chef d'oeuvre, mais sans génie. Il manque un petit quelque chose à l'oeuvre de Roth, comme il a manqué un petit quelque chose à l'Empire.

    Lire la critique complète >
    Par Nikoz - publiée le 26/12/2016

  • Critique de La Marche de Radetzky par Lombrederrierelesmots (Babelio)

    Une lecture austère et pleine d'un ennui macabre. Cette oeuvre nous fait suivre la vie de trois générations d'une même famille, la famille von Trotta. Le héros de Solferino, le grand père, instaure un ...

    Lire la critique complète >
    Par Lombrederrierelesmots - publiée le 21/03/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par allard95 (Babelio)

    Nous sommes là en présence d'un roman "fort", comme on les écrivait autrefois: personnages exigeants, complexes, sensibles, mais non sans faiblesses. Joseph Roth l'a publié en 1932. Il s'agit de l'his...

    Lire la critique complète >
    Par allard95 - publiée le 22/04/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par MarieLbf (Babelio)

    En bref. J'ai moyennement apprécié cette oeuvre, le roman est assez long, les personnages sont froids mais c'est peut-être mieut comme ça parce que ce roman raconte l'écroulement d'un Empire (Austro-H...

    Lire la critique complète >
    Par MarieLbf - publiée le 19/08/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par gwenj (Babelio)

    A quoi reconnait-on un grand auteur ou un auteur classique? C'est, en autre, lorsque les émotions décrites et les situations évoquées nous parlent et ce même si le roman a plus d'un siècle. C'est le...

    Lire la critique complète >
    Par gwenj - publiée le 30/08/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par PsycheeDelik (Babelio)

    Faire cette chronique me semble ardue... Je n'ai ni détesté, ni vraiment aimé cette oeuvre. Du moins, je vais tout de même essayer d'exprimer mon ressenti face à cette lecture. J'ai apprécié la mani...

    Lire la critique complète >
    Par PsycheeDelik - publiée le 10/12/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par vivianpb (Babelio)

    Pour de vrai je n'aime pas beaucoup la marche de Radetzky de je-ne-sais-quel-Strauss. Musique pompier qui me rappelle avec tendre nostalgie les concerts du Nouvel an qu'aimaient écouter mes grands-pa...

    Lire la critique complète >
    Par vivianpb - publiée le 27/12/2017

  • Critique de La Marche de Radetzky par oiseaulire (Babelio)

    Ce livre est magnifique : le thème en est la chute de l'Empire austro-hongrois observée à travers les vicissitudes d'une famille fictive anoblie sous le nom de von Trotta : le premier d'entre eux à n'...

    Lire la critique complète >
    Par oiseaulire - publiée le 08/02/2018

  • Critique de La Marche de Radetzky par candlemas (Babelio)

    La Marche de Radetzky est indéniablement un roman historique, témoignage de grande valeur de la fin de l'empire austro-hongrois, de son apogée en 1859 à la décadence, accélérée par la la 1ère Guerre ...

    Lire la critique complète >
    Par candlemas - publiée le 06/03/2018

  • Critique de La Marche de Radetzky par MarieLK (Babelio)

    "roman où l'on voit l'Europe sombrer aux prémices de la première guerre mondiale, aux confins de l'Empire austro-hongrois qui vit ses dernières heures : désoeuvrement de l'armée, revendications des pe...

    Lire la critique complète >
    Par MarieLK - publiée le 15/03/2018

  • Critique de La Marche de Radetzky par PO67 (Babelio)

    A travers la confrontation entre deux générations, un père et un fils tous deux marqués par l'acte héroïque du grand-père qui sauva l'Empereur, ce roman est l'occasion pour Joseph Roth de montrer l'ef...

    Lire la critique complète >
    Par PO67 - publiée le 22/05/2018

  • Critique de La Marche de Radetzky par Allantvers (Babelio)

    Il y a eu ‘Les Buddenbrook', il y a eu ‘Les Thibaut', il y a eu ‘Le guépard', et maintenant viennent s'ajouter les Von Trotta à la galerie de ces personnages somptueux qui marquent dans mon panthéon l...

    Lire la critique complète >
    Par Allantvers - publiée le 29/05/2018

  • Critique de La Marche de Radetzky par GeorgesSmiley (Babelio)

    « J'aurais bien dit encore, déclara le maire que M. von Trotta ne pouvait pas survivre à l'Empereur. Ne croyez-vous pas, docteur ? Je ne sais pas, répondit Skowronnek. Je crois qu'ils ne pouvaient ni ...

    Lire la critique complète >
    Par GeorgesSmiley - publiée le 12/05/2019

  • Critique de La Marche de Radetzky par Perlaa (Babelio)

    « Révolutionnaire », « minorités nationales », tels sont les mots tabous avec lesquels le préfet von Trotta ne peut se familiariser. Un peu comme si le refus de prononcer ces mots en atténuait leur v...

    Lire la critique complète >
    Par Perlaa - publiée le 28/10/2019

  • Critique de La Marche de Radetzky par Allaroundthecorner (Babelio)

    Durant tout le roman, l'auteur va s'évertuer à mettre en avant la puissance de l'empire, enfin plutôt, la puissance de l'empereur qui est l'empire, à l'image des Trotta qui le sont tout autant. Cett...

    Lire la critique complète >
    Par Allaroundthecorner - publiée le 22/11/2019

  • Critique de La Marche de Radetzky par Vermeer (Babelio)

    Récit de la fin du glorieux Empire austro hongrois à travers la ridicule famille Trotta. En sauvant le jeune empereur François Joseph à la bataille de Solférino, le jeune lieutenant von Trotta est an...

    Lire la critique complète >
    Par Vermeer - publiée le 23/11/2019

  • Critique de La Marche de Radetzky par JohnFerguson (Babelio)

    Le livre-monde de Joseph Roth est sûrement l'un des plus importants du tournant du XXe siècle. Puissamment ancrée dans son temps, si libre dans son esprit, cette fresque romanesque raconte autant la c...

    Lire la critique complète >
    Par JohnFerguson - publiée le 18/01/2020

  • Critique de La Marche de Radetzky par jmb33320 (Babelio)

    « En Charles-Joseph se réveillaient les vieux rêves puérils et héroïques, qui, aux vacances, sur le balcon paternel, l'envahissaient et le comblaient de bonheur, aux accents de la Marche de Radetzky. ...

    Lire la critique complète >
    Par jmb33320 - publiée le 25/01/2020

  • Critique de La Marche de Radetzky par (Babelio)

    Dans ce roman parut en 1932, l'écrivain et journaliste Joseph Roth raconte le déclin puis la chute de l'empire austro-hongrois à travers l'histoire d'une famille, les Trotta. Il y a d'abord le grand-p...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 03/03/2020

  • Critique de La Marche de Radetzky par PhilippeCastellain (Babelio)

    Depuis que je suis sur Babelio, j'avais envie de faire la critique de ‘La marche de Radetzky'. Mais ce roman en apparence simple se dérobait. C'est le roman de la fin d'un monde. De la fin de l'empire...

    Lire la critique complète >
    Par PhilippeCastellain - publiée le 16/04/2020
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de La Marche de Radetzky

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter