livres actu Livres Actu

Accueil > John Le Carré > Le tailleur de Panama

Acheter ce livre - 7.95 €



John Le Carré

0 abonné

John Le Carré est né en 1931, en Grande-Bretagne, dans le Dorset. Après des études à l’université de Berne et à Oxford, il fut professeur à Eton.Secrétaire d’ambassade à Bonn puis consul à Hambourg, il quitte le Foreign Office, après le succès remp... Plus >

Le tailleur de Panama (2011)

De John Le Carré chez Points
(5 votes, note moyenne : 3.4)

Traduit de l'anglais par Mimi et Isabelle Perrin.

Paru le 24-08-2011 - Format : Poche - 427 pages - 18 x 11 x 0 cm - 233 g - ISBN 10 : 2020352869 - ISBN 13 : 9782020352864

Collection : Points

Tags : roman, roman d'espionnage, romans policiers et polars, propagande, espion, prisons, armes, panama, adapté au cinéma, inspiré d'une autre oeuvre, écrivain homme, espionnage, politique, littérature anglaise, littérature britannique, japonais, littérature anglophone, amérique centrale, angleterre, littérature du 20ème siècle.

Citations de Le tailleur de Panama (10)

"Les fonds secrets sont très durs à gérer, c'est bien connu, et il est quasiment impossible d'en retrouver la trace s'ils tombent entre de mauvaises mains. Raison de plus pour tenir les cordons de la bourse tant que nous en aurons la charge. J'ai demandé que la chancellerie soit équipée d'un coffre-fort... l'or et le reste y seront stockés, nous seuls en détiendrons les deux clés...Etes-vous riche, Nigel ?_ Non._ Moi non plus. Votre divorce vous a ruiné ?_ Oui._ C'est ce que je pensais. Et ce sera pareil pour moi. Phoebe a de gros besoins... C'est absurde la vie... Nous voici à l'âge mûr, sains de corps et d'esprit, nous avons commis quelques erreurs, nous les avons reconnues, nous en avons tiré la leçon, il nous reste encore quelques belles années avant la sénilité... Seule ombre au tableau : nous sommes fauchés."

Et sans nul doute là où il se rendait, personne ne lui demanderait jamais plus d'embellir les apparences, ni ne prendrait ses affabulations pour la terrible réalité.(point final).

Rien n'est plus prévisible que la propension des médias à répéter leurs inventions comme des perroquets et leur hantise de se faire doubler par la concurrence, peu importe que l'histoire soit vraie ou non parce que franchement, mes chéris, de nos jours dans la presse on n'a plus ni le personnel, ni le temps, ni l'envie, ni l'énergie, ni la culture, ni le sens minimal des responsabilités pour vérifier nos sources au-delà de couper-coller les textes des autres fumistes sur le sujet et de les ressasser comme parole d'évangile.

A vingt ans, marqué à vie par une enfance de privations et les horreurs de la pension, il estima qu'il avait payé à l'Angleterre un prix qu'aucun autre pays ne pouvait exiger de lui, et que dorénavant il méritait un retour sur investissements.Mais comment ? Sans profession ni diplôme, sans talents reconnus hors le terrain de golf et l'alcôve, son point fort était sa parfaite connaissance du pourrissement de l'Angleterre. Il lui fallait donc trouver une institution anglaise décadente qui lui restituerait ce que d'autres institutions décadentes lui avaient pris. Sa première idée fut la presse. Il avait quelques lettres, aucun scrupule et des comptes à régler - à première vue, le profil parfait pour intégrer la jeune et riche médiacratie. Mais après deux années prometteuses en tant que pigiste au Loughborough Evening Messenger, sa carrière prit brutalement fin quand il s'avéra qu'un de ses articles sulfureux intitulé "Les galipettes des ténors de la politique" avait eu pour source les confidences sur l'oreiller de l'épouse du rédacteur en chef.

« Dites-moi, Juan Carlos, j'ai cru comprendre qu'on allait vous confier la direction d'une importante commission parlementaire ? s'informa-t-il d'un ton sérieux. Je vais bientôt vous habiller pour votre inauguration présidentielle, si je comprends bien._ Importante ? répéta Juan Carlos avec un rire gras. La commission pauvreté ? C'est la plus minable de toutes. Pas de fonds, pas d'avenir. On reste assis à se regarder et à déplorer le sort des pauvres, et après on va s'offrir un bon gueuleton. »

Il réservait encore sa décision. Il faisait traîner, alors qu'une partie de lui brûlait de dire oui, ne fût-ce que pour mettre un terme à la gêne de ne pas répondre."Vous ne m'avez pas encore expliqué quel serait mon travail, Andy._ Jouer les antennes paraboliques, je vous l'ai dit._ Oui, mais que voulez-vous que je capte pour vous, au juste ?_ Pas grand chose. Juste l'équilibre des forces mondiales à l'aube du XXIème siècle, l'avenir du commerce international, l'échiquier politique panaméen, les opposants silencieux, les gars de l'autre côté du pont, comme vous dites. Que va-t-il se passer quand les Amerloques se retireront - s'ils le font ? Qui va rire et qui va pleurer le 31 décembre 1999 ? Qu'arrivera-t-il quand l'une des deux plus grandes voies navigables du monde sera vendue aux enchères et que le marteau sera tenu par une bande de bluffeurs sans scrupules ? Un jeu d'enfant... Plus quelques petites choses qui ne figurent pas encore au menu...Dans ce métier, il y a trente-six façons d'arriver à ses fins. On ne peut pas tout apprendre en une fois. Vous m'avez dit oui ou vous jouez les insaisissables à la Garbo ?"

"Je ne cesse de le répéter, c'est le nettoyage industriel qui détruit un vrai costume. Une fois que la saleté et la sueur se sont incrustées, ce qui se passe quand on le porte trop souvent, on se retrouve à la teinturerie, et c'est le commencement de la fin..."Osnard restait concentré sur les cravates." M. Braithwaite allait jusqu'à conseiller à ses clients de ne jamais aller chez le teinturier, poursuivit Pendel en haussant légèrement la voix. Qu'ils brossent leur costume, passent une éponge dessus si nécessaire et l'apportent au magasin une fois par an pour être lavé dans la Dee."Interrompant son examen des cravates, Osnard leva les yeux vers lui."Cette rivière est très réputée pour ses agents nettoyants, expliqua Pendel. La Dee est au costume ce que le Jourdain est au pèlerin."

"_ Nous avons le Pentagone avec nous, la volonté, les hommes entraînés, la technologie, le Sénat, le Congrès, le Parti républicain, le choix de la politique extérieure. Et nous tenons les médias en temps de guerre. La dernière fois, c'était mainmise totale, cette fois ce sera encore plus total. Personne ne nous arrête sauf nous-mêmes, Ben. Voilà la vérité."Il y eut un moment de silence, que Kirby fut le premier à rompre."Il faut toujours un peu de courage pour sauter le pas, grommela-t-il. Thatcher n'hésitait jamais. Les autres, là, ils ne font que ça."Le silence retomba."Et c'est comme ça qu'on perd des canaux", commenta Cavendish sans faire rire personne."Nouveau silence."Vous savez ce que (le général) Van m'a dit l'autre jour, Geoff ? demanda Elliot._ Quoi donc, mon vieux ?_ Tous les gens ont leur idée sur le rôle que doit jouer l'Amérique, surtout quand ils ne sont pas américains. En général, ils n'ont pas de rôle à eux. En général, ce sont des branleurs."

Le sourire est plus triste, la poignée de main plus longue, et M. Blüthner porte une cravate noire du magasin."Votre oncle Benjamin était un grand monsieur, dit-il en tapotant l'épaule de Pendel de sa petite main fragile._ Un géant, monsieur Blüthner._ Votre affaire prospère, Harry ?_ J'ai cette chance, monsieur Blüthner._ Cela ne vous inquiète pas que notre planète ne cesse de se réchauffer ? Bientôt personne n'achètera vos complets._ Monsieur Blüthner, quand Dieu a inventé le soleil, il a eu la sagesse d'inventer l'air conditionné."

"C'est l'ambassadeur d'Espagne, Excellence, cria Marco depuis le bureau. Il désire une audience privée._ Dites-lui demain soir, après les Taiwanais."Pendel se trouvait maintenant face à face avec le maître de l'univers, le seigneur de l'échiquier politique international et de l'équilibre des forces au XXIème siècle. Pendel glissait deux doigts derrière la ceinture présidentielle lorsque Marco annonça un autre appel d'un certain Manuel."Dites-lui mercredi, ordonna le président par-dessus le paravent."La taille présidentielle n'était pas facile à ajuster. Quand l'entrejambe allait bien, la longueur du pantalon ne convenait plus. Pendel rehaussa la ceinture, et le pantalon remonta au-dessus des chaussettes en soie du président, qui ressembla passagèrement à Charlie Chaplin.Et soudain, un calme plat s'abattit sur le sanctuaire, ce que Pendel avait décrit à Osnard comme l'oeil du typhon. Personne ne parlait, ni Marco, ni le président, ni les nombreux téléphones. Le maître espion s'agenouilla pour épingler le bas de la jambe gauche du pantalon présidentiel, mais sans perdre sa présence d'esprit."Oserai-je demander à Son Excellence si elle a pu prendre un peu de repos lors de sa triomphale tournée en Extrême-Orient ? Un peu de sport, peut-être ? Une promenade ? Quelques courses, si je puis me permettre cette audace ?"Et le téléphone restait muet, rien ne venait troubler la trêve bénie tandis que le gardien des clés du pouvoir universel songeait à sa réponse."Trop serré, déclara-t-il. Je suis trop serré, monsieur Braithwaite. Pourquoi ne voulez-vous donc pas que votre président respire, vous autres tailleurs ?"

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Le tailleur de Panama : avis de lecteurs (7)


  • Critique de Le tailleur de Panama par GeorgesSmiley (Babelio)

    Harry Pendel est Le Tailleur de Panama, le meilleur, l'unique et sublime confectionneur des élégances. Comme chez tout tailleur des beaux quartiers, on imagine les clients, tandis qu'il prend leurs me...

    Lire la critique complète >
    Par GeorgesSmiley - publiée le 26/03/2020

  • Critique de Le tailleur de Panama par bfauriaux (Babelio)

    Un tailleur qui se fait recruter par un espion du fait de ses relations dans le monde politique local: Voici ma trame de ce polar prenant ,pas le meilleur de l'auteur mais un bon livre quand meme qui ...

    Lire la critique complète >
    Par bfauriaux - publiée le 20/01/2020

  • Critique de Le tailleur de Panama par cvd64 (Babelio)

    Pas le Meilleur de J Le Carré mais il se laisse lire ; comment faire basculer la politique d'un pays par le mensonge d'un homme menteur et roublard "récupéré" par un espion sans scrupules

    Lire la critique complète >
    Par cvd64 - publiée le 21/04/2018

  • Critique de Le tailleur de Panama par (Babelio)

    Je me suis bien amusé en lisant ce livre. Certes c'est un hommage de Le Carré à Greene sans prétention et même si ce n'est pas le meilleur de cet auteur je n'en regrette pas la lecture. Sinon dans ce ...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 11/12/2017

  • Critique de Le tailleur de Panama par popie21 (Babelio)

    John Le Carré, ancien agent du renseignement britannique, était dans mon imaginaire une grande figure des romans d'espionnage et j'avais dans l'intention de le lire un jour. Au hasard, j'ai choisi «Le...

    Lire la critique complète >
    Par popie21 - publiée le 22/05/2017

  • Critique de Le tailleur de Panama par zarline (Babelio)

    Le tailleur de Panama est une lecture sympathique. Ce n'est sûrement pas le meilleur livre de John Le Carré. En fait, je dirais que c'est plus un hommage de l'auteur à Graham Greene, auquel il emprunt...

    Lire la critique complète >
    Par zarline - publiée le 23/06/2008

  • Critique de Le tailleur de Panama par (Babelio)

    Décidément je ne suis pas fan de John Le Carré. Ses romans sont touffus, fouillis, on a parfois du mal à s'y retrouver, même si je me suis pris à m'attacher à Harry Pendel et aux autres personnages du...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 28/04/2008
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Le tailleur de Panama

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter