livres actu Livres Actu

Accueil > John Harvey > De cendre et d'os

Acheter ce livre - 9.65 €



John Harvey

0 abonné

De cendre et d'os (2008)

De John Harvey chez Rivages
(8 votes, note moyenne : 4.0)

Paru le 09-04-2008 - Format : Poche - 460 pages - 1 x 1 x 0 cm - 234 g - ISBN 10 : 274361806X - ISBN 13 : 9782743618063

Collection : Rivages/Noir

Tags : roman, roman noir, thriller, romans policiers et polars, scénario, culpabilité, vin, viol, enquêtes, drogue, cornouailles, corruption, psychologie, meurtre, crime, littérature britannique, littérature anglaise, londres, anglais, angleterre.

Citations de De cendre et d'os (10)

Karen soupira et tapota la poche de sa veste, dans l'espoir d'y trouver une pastille de menthe. Depuis qu'elle avait arrêté de fumer, au premier de l'an, elle pratiquait le suicide dentaire.

- Il a pas tardé à revenir la queue entre les jambes, vous savez. En me suppliant de le reprendre. - Ce que vous avez fait. Levant la main, Tina écarta les cheveux de son visage.- Regardez-moi, on ne risque pas vraiment de me prendre pour Miss Pays de Galles, n'est-ce pas? Je suis qu'un petit tas avec un gros cul et une cervelle de piaf. On apprend à se contenter de ce qu'on peut avoir.

Il avait envie de croire qu'ils tenaient leur bonhomme, mais refusait de crier victoire trop vite, préférant s'en tenir au vieil adage concernant l'opéra : ce n'est pas terminé tant que la grosse dame n'a pas chanté. Page 178 - Rivages Thriller

Jamais il ne cesserait d'être surpris par l'immensité de l'amour qu'il avait pour sa fille ; jamais.

Six mignonnettes de scotch s'alignaient, vides, sur la table devant lui : lentement, systématiquement, il avait lavé sa plaie à l'alcool, il avait pansé son impuissance et sa culpabilité.

S'il y avait bien une chose propre à donner immanquablement à Elder l'impression qu'il vieillissait, c'était un samedi soir dans un pub de Camden. Les tables, lourdes et carrées, étaient envahies, surchargées de bouteilles vides et de verres, noyées sous un flot de bière et les fanfaronnades des buveurs. Pas un seul siège de libre où que ce soit. Au bar, une mêlée, sur trois rangs. Un téléviseur grand écran diffusant en continu des clips musicaux que personne n'écoutait, que personne ne regardait. La fumée de cigarette où s'insinuait l'odeur immédiatement reconnaissable du cannabis. Des voix qui s'élevaient, tonitruantes, par-dessus un mélange de reggae et une sorte de rock marteau-pilon réduit à sa plus simple expression. Son âge mis à part, ce qui distinguait Elder de la masse, c'était le fait qu'aucune partie de son anatomie n'était percée pour s'orner d'un anneau ou d'un bijou, et qu'il n'était pas vêtu de noir.

Au début, Elder s'était demandé s'il s'habituerait un jour au climat de cette partie de la Cornouailles. En général, tel un môme prédélinquant de cinq ans tout au plus, ce fichu climat était incapable de se concentrer plus de cinq minutes à la fois sans se disperser. Le soleil était suivi de violentes averses pratiquement horizontales, puis il brillait de nouveau et pendant tous ces bouleversements, soleil et pluie, le vent, quasi inévitable, soufflait en permanence. « Ça vous fouette le sang », disaient les autochtones - quand ils daignaient ouvrir la bouche - si Elder se plaignait.Puis, par une fin d'après-midi des derniers jours d'octobre, alors que la nuit tombait, il prit conscience que pendant trois jours pleins le brouillard venu de l'Atlantique, mêlé à la brume qui voilait les collines, ne s'était pas dissipé un seul instant, noyant tout sous un gris immuable qui traversait une pluie violente, implacable et incessante.

– Kennet est ici ?– Avec son avocat. Ils décident d'une stratégie. (Karen sourit.) C'est un gamin qui sort tout juste de la fac. Il a une tête à avoir besoin d'une stratégie, lui aussi – pour nouer ses lacets le matin.

Un peu plus loin dans la rue, quelqu'un se tenait dans la semi-pénombre. Une silhouette, et pas grand chose de plus. Grande et large d'épaules devant la haie en surplomb. Une forme. Un homme. Bien qu'elle ne pût distinguer son visage, elle savait qu'il braquait son regard sur elle. Qu'il l'observait.

Il buvait trop, il passait trop de temps seul. Pourquoi cela se passait-il aussi bien en Cornouailles ‒ peut-être la vie qui lui procurait le plus de satisfactions ‒ mais pas ici, dans la capitale ?

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de De cendre et d'os : avis de lecteurs (8)


  • Critique de De cendre et d'os par Bouton (Babelio)

    Deuxième tome des aventures de Frank Elder. J'ai trouvé qu'il y avait moins de description de paysage mais il pleut toujours autant ! Peut-être pour ajouter une atmosphère de froideur à ce roman noir....

    Lire la critique complète >
    Par Bouton - publiée le 17/02/2020

  • Critique de De cendre et d'os par Sharon (Babelio)

    Nous avons tous, un jour ou l'autre, vu un épisode de séries télévisées dans lequel la fille/la soeur/la nièce du héros était victime d'un enlèvement/d'une violente agression/d'une tentative de meurtr...

    Lire la critique complète >
    Par Sharon - publiée le 17/10/2019

  • Critique de De cendre et d'os par nameless (Babelio)

    De cendre et d'os est le deuxième roman dont Frank Elder est le personnage principal, De chair et de sang étant le premier. Je précise d'emblée qu'il vaut mieux, si possible, lire ces histoires dans l...

    Lire la critique complète >
    Par nameless - publiée le 27/10/2015

  • Critique de De cendre et d'os par nina2loin (Babelio)

    Dans ce deuxième volet de la trilogie concernant Frank Elder, l'auteur s'attache davantage au côté policier pur avec l'enquête plutôt que le côté psychologique des personnages, ce qui en fait une lect...

    Lire la critique complète >
    Par nina2loin - publiée le 10/06/2012

  • Critique de De cendre et d'os par le_Bison (Babelio)

    Franck Elder est un flic à la retraite. Mais comme le temps est beaucoup plus long dans les Cornouailles (et plus qu'ailleurs), il se permet quelques piges pour aider ses anciens collègues sur des aff...

    Lire la critique complète >
    Par le_Bison - publiée le 27/02/2012

  • Critique de De cendre et d'os par bertrandbdx (Babelio)

    Franck Elder, jeune retraité de la police s'était finalement résolu a aider ses ex-collègues pour mettre hors d'état de nuire un délinquant sexuel. Mais son engagement s'était payé au prix fort avec l...

    Lire la critique complète >
    Par bertrandbdx - publiée le 05/12/2011

  • Critique de De cendre et d'os par Fromtheavenue (Babelio)

    Franck Elder reprend du service sur un nouveau meurtre, celui d'un sergent de police qu'il a connu des années auparavant. On retrouve avec plaisir les personnages qu'on avait laissés dans "De chair et...

    Lire la critique complète >
    Par Fromtheavenue - publiée le 26/10/2010

  • Critique de De cendre et d'os par nescio667 (Babelio)

    Toujours à la retraite, Frank Elder ne peut s'empêcher de penser régulièrement à la dernière affaire qu'il l'avait temporairement sorti de son repaire des Cornouailles. Appelé à la rescousse par un de...

    Lire la critique complète >
    Par nescio667 - publiée le 30/05/2008
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter