livres actu Livres Actu

Accueil > Jérôme Garcin > Pour Jean Prévost

Acheter ce livre - 14.2 €



Jérôme Garcin

0 abonné

Jérôme Garcin, né le 4 octobre 1956 à Paris, est un journaliste et écrivain français. Il dirige le service culturel du Nouvel Observateur, produit et anime l'émission Le Masque et la Plume sur France Inter, et est membre du comité de lecture de la Co... Plus >

Pour Jean Prévost (1994)

De Jérôme Garcin chez Gallimard
(6 votes, note moyenne : 4.0)

Le 1ᵉʳ août 1944 tombait, au pied du Vercors, Jean Prévost, alias capitaine Goderville, les armes à la main. Il avait quarante-trois ans, la fureur de vivre libre, et la passion d'écrire.Romancier, essayiste, poète, ce chroniqueur brillant de La NRF avait publié une trentaine de livres et travaillait encore à une étude sur Baudelaire quand il entra dans la Résistance. Élève d'Alain, complice de Saint-Exupéry, et protégé de Martin du Gard, il a été journaliste, champion de boxe, et stendhalien...Curieux de cinéma, d'architecture, d'économie, de politique et de sport, ce normalien au tempérament fougueux fut sans doute, dans les années 30, l'intellectuel le plus curieux de son siècle. Il rêvait de le comprendre et ambitionnait d'être utile à ses contemporains.Jérôme Garcin raconte, en les mêlant intimement, l'œuvre et la vie de l'auteur de Dix-huitième année. Avec ferveur, il sort de l'oubli un grand esprit ; avec émotion, il plaide pour qu'on relise, cinquante ans après sa mort, cet humaniste exemplaire.

Paru le 13-01-1994 - Format : Broché - 192 pages - 21 x 14 x 1 cm - 234 g - ISBN 10 : 2070737020 - ISBN 13 : 9782070737024

Collection : Hors Série Littérature

Tags : 20ème siècle, littérature française, littérature francophone, boxe, prix médicis essai, ouvrage primé, résistance, humaniste, romain, oubli, romanesque, art de vivre, amnésie, passion, combat, architecture, biographie, journalisme, chroniques, récits, années 30, 20ème siècle, littérature française, littérature francophone, boxe, sport, cinema, nazisme, politique, ouvrage primé, résistance, romain, romanesque, art de vivre, journaliste, amnésie, combat, biographie, monographie, chroniques.

Citations de Pour Jean Prévost (10)

Le journalisme est, décidément , sa seconde nature. Il aime la rapidité, les défis quotidiens du métier. Cet intellectuel raffiné n'en finit pas de craindre l'autisme de ses pairs. La guerre ajoute à son devoir d'humanisme. (p. 119)

L'oubli est en effet la forme la plus raffinée, la plus hypocrite, des trahisons.

C'est un personnage de Stendhal né dans un paysage flaubertien et développé dans un conte de Maupassant dont Malraux eût écrit la fin.

Et dans -La Terre est aux hommes-, essai précédemment cité, Prévost signe une provocante défense et illustration de "l'émigrant de vingt ans: le jour où il met le pied dans un nouveau pays, il apporte avec lui, même s'il n'a pas un sou, une valeur très réelle: il est, dès le premier jour, un homme fait et un travailleur (...) l'homme qui débarque est un capital vivant, dont sa patrie adoptive, même temporaire, pourra profiter. (...) Ainsi le capital humain que constituait ce jeune homme pauvre, sans un sou, sans relations, obligé de travailler dès le premier jour dans les conditions les plus dures, est entièrement acquis à sa nouvelle patrie. (p. 54-55)

Quand, en mars 1935, il célèbre Hugo, pour le cinquantenaire de sa mort, Prévost dessine en vérité son propre portrait: " Le devoir de l'homme de Lettres est de présenter des utopies, de faire désirer aux hommes un état meilleur (...) (p. 52)

Somme toute, les Français boudent l'œuvre passionnante d'un auteur qui a eu le mauvais goût de mourir pour eux.

Il rêve d'harmonie, de simplicité, de symétrie, d'équilibre, de lignes pures et verticales à la façon, aujourd'hui, d'un Wilmotte; où il rappelle que, loin de toute hiérarchie arbitraire, chaque matière a sa beauté; où, enfin et surtout, il supplie les constructeurs de ne point oublier, contrairement à leurs prédécesseurs du XIXe siècle, que leurs œuvres sont destinés à accueillir des êtres vivants, qu'elles seront habitées (...)(p. 106)

L'encyclopédisme de Prévost n'est pas une façon de paraître, mais une manière d'être. Il veut savoir, pour se connaître. Il lui importe moins d'améliorer sa phrase que lui-même. C'est ce qu'il aime tant chez Stendhal, son modèle: "Le prosateur ne doit se donner qu'un outil, qui est lui-même; il puise dans son cœur sans cesse fouillé, pétri par lui et repétri. Art d'écrire, art de vivre, art de penser, se fondent en une seule création." Prévost ne conçoit pas qu'on puisse réussir son œuvre sans réussir sa vie. Ce serait pis qu'un vice de forme: une défectuosité de fond. (p. 102)

Douze ans plus tard, dans son premier roman, -Les coups-, l'ouvrier Jean Meckert posera à son tour les questions lancées par Prévost: comment aimer quand on n'a pas appris les mots pour dire l'amour ? Comment exister sans singer le bourgeois ni tricher avec ses origines ? Les poings remplacent-ils la syntaxe, l'émotion, le verbe (....) ? (p. 87-88)

Faut-il citer davantage Prévost pour saisir l'encyclopédiste qu'il fut, non seulement dans ses écrits , mais aussi sur le terrain ? (...)On pense à Stendhal, alors consul de France à Civitavecchia, écrivant à M. di Fiore, le 1er novembre 1834: " Que de caractères froids, que de géomètres seraient heureux, ou du moins tranquilles et satisfaits à ma place ! Mais mon âme à moi, est un feu qui souffre s'il ne flambe pas. Il me faut trois ou quatre pieds cubes d'idées nouvelles par jour, comme il faut du charbon à un bateau à vapeur" (p. 111)

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Pour Jean Prévost : avis de lecteurs (3)


  • Critique de Pour Jean Prévost par Herve-Lionel (Babelio)

    N°950- Août 2015 POUR JEAN PREVOST - Jérôme Garcin- Gallimard J'avoue bien volontiers que j'en ai parfois un peu assez de supporter le solipsisme des écrivains qui semblent n'avoir pour centre...

    Lire la critique complète >
    Par Herve-Lionel - publiée le 10/08/2015

  • Critique de Pour Jean Prévost par JPB (Babelio)

    Jérôme Garcin n'est pas que l'animateur classique d'une émission qui ne l'est pas moins, c'est aussi un écrivain au sens noble du terme. Ce récit sur Jean Prévost, qu'il semble admirer sincèrement, m'...

    Lire la critique complète >
    Par JPB - publiée le 30/01/2016

  • Critique de Pour Jean Prévost par Jeanraphael (Babelio)

    Il m' a passionné avec son livre, ce bon Jérôme. il mène son affaire avec brio, admiration, cohérence et non sans un certain sens épique. On avait tout à craindre de ce qui ressemblait de loin à un s...

    Lire la critique complète >
    Par Jeanraphael - publiée le 16/02/2018

Ils parlent de Pour Jean Prévost

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter