livres actu Livres Actu

Accueil > Jean Luc Seigle > Excusez-moi pour la poussière

Acheter ce livre - 10.0 €



Jean Luc Seigle

0 abonné

Jean-Luc Seigle est dramaturge et auteur de plusieurs romans, parmi lesquels, aux Éditions Flammarion, En vieillissant les hommes pleurent (Grand Prix RTL/Lire 2012) et Je vous écris dans le noir (Grand Prix des lectrices de Elle 2016). Il publiera, ... Plus >

Excusez-moi pour la poussière (2016)

De Jean Luc Seigle chez Flammarion
(7 votes, note moyenne : 4.7)

Elle ne chante pas et pourtant Dorothy Parker a tout d'une diva. Habillée par Dior, elle observe l'Amérique de son temps avec un sens de l'humour décapant qui n'a d'égal que son élégance. Subversive, alcoolique, cruelle, indignée, elle égratigne la société américaine qui ne rêve plus. Auteur de quelque quatre-vingts nouvelles, elle a fait de sa vie le roman que l'Amérique attendait et qu'elle n'a jamais écrit. Excusez-moi pour la poussière, c'est l'épitaphe qu'elle aurait souhaitée sur son urne funéraire. C'est aussi la pièce que lui consacre Jean-Luc Seigle, interprétée par Natalia Dontcheva et mise en scène par Arnaud Sélignac au théâtre Le Lucernaire en janvier 2016.

Paru le 13-01-2016 - Format : Broché - 120 pages - 19 x 12 x 0 cm - 95 g - ISBN 10 : 2081379732 - ISBN 13 : 9782081379732

Collection : Theatre, Poesie

Tags : années 50, littérature française, amour, new york, humour, cinéma americain, monologue, écrivain, séparation, hollywood, rencontre, écrivain femme, hôtel, whisky, huis-clos, critique littéraire, biographie romancée, biographie, théâtre, comédie.

Citations de Excusez-moi pour la poussière (10)

Vous pensez que si j'avais eu une aussi bonne éducation que je le prétends, je n'aurais pas pris les positions que j'ai prises dans ma vie ? ...Et encore, vous n'avez pas vu les positions que je suis capable de prendre au lit ! ... Non je ne suis pas vulgaire ! Vulgaire vient du nom latin vulgaris qui veut dire commun et ce qui est commun, en ce moment c'est vous, messieurs ! (page 33)

Quand on pense que le temps de vie d'un chien est plus long que le temps de vie d'un mariage, ça donne à réfléchir sur la vie des animaux..et sur le mariage.

Mon père a quand même fait une jolie fortune en exploitant ses ouvriers soixante-dix heures par semaine pour un salaire de misère. Mail il est mort pauvre, comme eux. Preuve qu'il y a une justice.

C'est important d'avoir des amis riches sinon vos ratez beaucoup de choses à New York. Mais les autres ... les femmes d'intérieur ! Celles-là, je les déteste. Tellement ligotées au bonheur. Non mais faut voir comment elles font attention à tout ce qui pourrait mettre en péril ce bonheur de rien du tout. Primo, repousser discrètement les maîtresses éventuelles de leur mari avec une naïveté feinte, mais efficace ; deuzio, n'avoir que des amies très laides ; tertio, n'avoir qu'une seule idée en tête toute la journée : le dîner du soir. Ah ! ce dîner du soir, pris en famille autour du héros qui rentre du travail comme s'il était allé chasser leur pitance au péril de sa vie ! C'est ça, ce qu'elles réussissent le mieux dans leurs jolies robes roses : faire croire à un employé de banque qu'il est un homme préhistorique ! (page 16)

Ceci dit j'ai été élevée dans le luxe, mon père a quand même fait une jolie fortune en exploitant ses ouvriers soixante-dix heures par semaine pour un salaire de misère. Mais il est mort pauvre, comme eux. Preuve qu'il y a une justice. (page 33)

C'est difficile d'écrire un roman. Oui, c'est difficile! Il faut du souffle! Et moi je n'arrive qu'à écrire des histoires asthmatiques . Et puis l'écriture des scénarios c'est une saloperie, t'imagines pas! Ça te prend tout ton sang littéraire et après tu n'as plus envie de rien, tu as déjà tout épuisé dans un texte dont tout le monde se fout et que tout le monde tripote comme une fille un peu sale.

Mon Dieu, tous ces acteurs, ils sont tous trop beaux, même quant ils sont moches ! ...Sauf quand ils se jettent sur le buffet et sur les boisons comme s'ils n'avaient pas mangé depuis une semaine...C'est là qu'on voit qu'ils n'ont pas perdu leur réflexes de pauvres ! ...en attendant, ils réussissent à traverser la vie en étoiles... filantes quelquefois. Star ! on se demande qui a inventé ça. Pas un juif ! Ceci dit à Hollywood les étoiles finissent toute sur le trottoir, comme si tout le monde au fond savait que la chute inévitable d'une étoile se terminait toujours dans le caniveau... (page 50)

C'est difficile d'écrire un roman. Oui, c'est difficile ! Il faut du souffle ! Et moi, je n'arrive qu'à écrire des histoires asthmatiques.

Et dire que ce qui m'attend c'est une vraie vie de femme ...d'intérieur. Pourquoi nous les femmes finissons toujours par croire qu'une maison, un bout de jardin, une machine à laver, un frigo, un mari, un enfant et un chien c'est la panacée?

Il n'y a que les gens apparemment ordinaires qui sont des sujets intéressants.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Excusez-moi pour la poussière : avis de lecteurs (7)


  • Critique de Excusez-moi pour la poussière par nath45 (Babelio)

    Une petite pièce de théâtre, un hommage à un écrivain des années 50, Dorothy Parker. Auteur que je ne connaissais pas et là je remercie Jean Luc Seigle qui sous sa plume je suppose très proche de ce...

    Lire la critique complète >
    Par nath45 - publiée le 18/01/2016

  • Critique de Excusez-moi pour la poussière par Colani (Babelio)

    Un vrai petit bijou, tout simplement !

    Lire la critique complète >
    Par Colani - publiée le 10/02/2016

  • Critique de Excusez-moi pour la poussière par SophieLesBasBleus (Babelio)

    "Excusez-moi pour la poussière" est une pièce de théâtre, ou plutôt un "one-woman-show" qui met en scène Dorothy Parker à différents moments de sa vie. De conversations téléphoniques en bout...

    Lire la critique complète >
    Par SophieLesBasBleus - publiée le 13/02/2016

  • Critique de Excusez-moi pour la poussière par lireetcourir (Babelio)

    Cinquante-cinq minutes de lecture et de pur bonheur , Dorothy Parker ou Dottie est un personnage immanquable. Forte tête. Alcoolique. Amoureuse, mariée deux fois avec même homme. C'est aussi une fémin...

    Lire la critique complète >
    Par lireetcourir - publiée le 25/02/2016

  • Critique de Excusez-moi pour la poussière par claraetlesmots (Babelio)

    Cette pièce de théâtre écrite par Jean-Luc Seigle (du théâtre ? Oui et j'avoue n'en avoir pas lu depuis le temps du collège/lycée) met en scène Dorothy Parker. Et Jean-Luc Seigle se glisse dans sa pea...

    Lire la critique complète >
    Par claraetlesmots - publiée le 21/05/2016

  • Critique de Excusez-moi pour la poussière par Marti94 (Babelio)

    Quel personnage ! Je découvre Dorothy Parker et j'en suis enchantée. Je ne sais si ses nouvelles sont aussi drôles qu'elle mais j'ai bien envie de la lire car j'apprécie déjà la femme qui a tiré la v...

    Lire la critique complète >
    Par Marti94 - publiée le 19/07/2016

  • Critique de Excusez-moi pour la poussière par Montana (Babelio)

    J'avoue que j'avais quelques réticences à me lancer dans la lecture d'une retranscription d'une pièce de théâtre. Et bien, j'ai été TRES agréablement surprise et ce pour plusieurs raisons : D'abo...

    Lire la critique complète >
    Par Montana - publiée le 16/10/2016
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Excusez-moi pour la poussière

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter