livres actu Livres Actu

Accueil > Jean Genet > Notre-Dame des fleurs

Acheter ce livre - 8.5 €



Jean Genet

0 abonné

Romancier, dramaturge et poète, né de père inconnu à Paris en 1910. Mena une vie errante de révolté marqué par l'univers carcéral. Mort à Paris en 1986. Plus >

Notre-Dame des fleurs (1976)

De Jean Genet chez Gallimard

«Weidmann vous apparut dans une édition de cinq heures, la tête emmaillotée de bandelettes blanches, religieuse et encore aviateur blessé, tombé dans les seigles, un jour de septembre pareil à celui où fut connu le nom de Notre-Dame-des-Fleurs. Son beau visage multiplié par les linotypes s'abattit sur Paris et sur la France, au plus profond des villages perdus, dans les châteaux et les chaumières, révélant aux bourgeois attristés que leur vie quotidienne est frôlée d'assassins enchanteurs, élevés sournoisement jusqu'à leur sommeil qu'ils vont traverser, par quelque escalier d'office qui, complice pour eux, n'a pas grincé. Sous son image, éclataient d'aurore ses crimes : meurtre 1, meurtre 2, meurtre 3 et jusqu'à six, disaient sa gloire secrète et préparaient sa gloire future.»Jean Genet.

Paru le 08-12-1976 - Format : Broché - 384 pages - 1 x 1 x 0 cm - 188 g - ISBN 10 : 2070368602 - ISBN 13 : 9782070368600

Collection : Folio

Tags : jean genêt, 20ème siècle, classique français, littérature française, france, crime, meurtre, homosexualité, amours homosexuelles, amour, nouveau lyrisme, vol, travesti, prisons, gay, classique, poésie, roman, littérature, récits.

Citations de Notre-Dame des fleurs (10)

Déjà l'assassin force mon respect. Non seulement parce qu'il a connu une expérience rare, mais qu'il s'érige en dieu, soudain, sur un autel, qu'il soit de planches basculantes ou d'air azuré. Je parle, bien entendu, de l'assassin conscient, voire cynique, qui ose prendre sur soi de donner la mort sans en vouloir référer à quel-que puissance, d'aucun ordre, car le soldat qui tue n'engage pas sa responsabilité, ni le fou, ni le jaloux, ni celui qui sait qu'il aura le pardon : mais bien celui que l'on dit réprouvé, qui, en face que de soi-même, hésite encore à regarder au fond d'un puits où, pieds joints, en un bond d'une risible audace, il s'est, curieux prospecteur, lancé. Un homme perdu.

Weidmann vous apparut dans une édition de cinq heures, la tête emmaillotée de bandelettes blanches, religieuse et encore aviateur blessé, tombé dans les seigles, un jour de septembre pareil à celui où fut connu le nom de Notre-Dame-des-Fleurs.

Notre-Dame ne pensait à rien, et c'est ce qui lui donnait l'air de tout savoir d'emblée, comme par une sorte de grâce.

Bien m'en prit d'élever l'égoïste masturbation à la dignité de culte ! Que commence le geste, une transposition immonde et surnaturelle décale la vérité. Tout en moi devient adorateur. La vision extérieure des accessoires de mon désir m'isole, très loin du monde.Plaisir solitaire, geste de solitude qui fait que tu te suffis à toi-même, possédant les autres intimement, qui servent ton plaisir sans qu'ils s'en doutent, plaisir qui donne, même quand tu veilles, à tes moindres gestes cet air d'indifférence suprême à l'égard de tous et aussi cette allure maladroite telle que, si un jour tu couches dans ton lit un garçon, tu crois t'être cogné le front à une dalle de granit.

Je me recouche jusqu'à l'heure du pain. L'atmosphère de la nuit, l'odeur qui monte des latrines bouchées, débordantes de merde et d'eau jaune, font les souvenirs d'enfance se soulever comme une terre noire minée par les taupes.

Les hommes doués d'une folle imagination doivent avoir en retour cette grande faculté poétique: nier notre univers et ses valeurs, afin d'agir sur lui avec une aisance souveraine.

Seules dans la cellule, sur un rythme presque de sein (elles battent comme une bouche), les latrines de faïence blanche accordent leur haleine consolante. Elles sont humaines.

Comme tous les enfants, adolescents ou hommes mûrs, j'ai souri volontiers, même j'ai ri aux éclats, mais au fur et à mesure que ma vie entrait dans le résolu, je l'ai dramatisée.

Je veux chanter l'assassinat, puisque j'aime les assassins. Sans fard le chanter. Sans prétendre, par exemple, que je veuille obtenir par lui la rédemption, encore que j'en aie grande envie, j'aimerais tuer. Je l'ai dit plus haut, plutôt qu'un vieux, tuer un beau garçon blond, afin qu'unis déjà par le lien verbal qui joint l'assassin à l'assassiné (l'un étant grâce à l'autre), je sois, aux jours et nuits de mélancolie désespérée, visité par un gracieux fantôme dont je serais le château hanté. Mais que me soit épargnée l'horreur d'accoucher d'un mort de soixante ans ou qui serait une femme, jeune ou vieille. J'en ai assez de satisfaire sournoisement mes désirs de meurtre en admirant la pompe impériale des couchers de soleil. Assez mes yeux s'y sont baignés. Passons à mes mains.

« Ma bonne, ma tendre amie, ma cellule ! Réduit de moi seul, je t'aime tant ! » (p. 121)

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Notre-Dame des fleurs : avis de lecteurs (6)


  • Critique de Notre-Dame des fleurs par johaylex (Babelio)

    La plus belle plume française du XXè siècle et l'une des plus grandes de tous les temps. L'histoire n'est pas essentielle, une simple confession mêlée d'imagination, mais sublimée par une langue hors ...

    Lire la critique complète >
    Par johaylex - publiée le 15/10/2011

  • Critique de Notre-Dame des fleurs par pve735 (Babelio)

    Une prose poétique sans pareille, des images à couper le souffle, il parle d'une réalité difficile en mots féériques. Il joue avec les mots bien plus que la plupart des écrivains. C'est un écrivain de...

    Lire la critique complète >
    Par pve735 - publiée le 05/10/2014

  • Critique de Notre-Dame des fleurs par (Babelio)

    Un roman dont je salue l'originalité sans pour autant adhérer totalement au style

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 26/12/2017

  • Critique de Notre-Dame des fleurs par colimasson (Babelio)

    Il y avait une époque, avant la gay pride, le mariage pour tous et les études sur le genre, où être un pédé ou un travelo ne déchaînait pas une foule de questions métaphysiques destinées à détourner l...

    Lire la critique complète >
    Par colimasson - publiée le 25/09/2018

  • Critique de Notre-Dame des fleurs par (Babelio)

    En 1942, incarcéré et en attente de jugement, Jean Genet invente pour pour enchanter ses nuits carcérales, un monde fictif et réhabilite l'homosexualité dans une langue somptueuse et lyrique. Il se me...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 18/10/2018

  • Critique de Notre-Dame des fleurs par ghermoul48 (Babelio)

    Je l'ai trouvé extraordinaire en ayant bien assimiler Ces récits,il répond bien à mes aspirations que je concorde. and #127982; l'auteur Jean genet extravagant

    Lire la critique complète >
    Par ghermoul48 - publiée le 22/03/2019

Ils parlent de Notre-Dame des fleurs

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter