livres actu Livres Actu

Accueil > Jean Bertrand Pontalis > Le songe de Monomotapa

Acheter ce livre - 16.5 €


82462ème dans les ventes


Jean Bertrand Pontalis

0 abonné

Le songe de Monomotapa (2009)

De Jean Bertrand Pontalis chez Gallimard
(10 votes, note moyenne : 4.2)

L'amitié : comment elle naît, puis se tisse, se renforce et parfois se dissout d'elle-même ou s'achève par une rupture ? Les amitiés : il en est qui traversent le temps, d'autres qui sont éphémères et pourtant intenses. En une vingtaine de courts chapitres, alliant réflexion et histoires personnelles, ce livre, qui tient à la fois du roman et de l'essai, tente de cerner le rôle de l'amitié. Nous sert-elle à nous protéger des tourments de l'amour ? Si l'on en croit La Fontaine, «un ami véritable est une douce chose». Mais existe-t-il ailleurs qu'au pays imaginaire du Monomotapa ?
En une vingtaine de courts chapitres, alliant réflexion et histoires personnelles, ce livre, qui tient à la fois du roman et de l'essai, tente de cerner le rôle de l'amitié.

Paru le 04-02-2009 - Format : Broché - 176 pages - 1 x 1 x 1 cm - 203 g - ISBN 10 : 2070124193 - ISBN 13 : 9782070124190

Collection : Blanche

Tags : récits, fables, littérature, roman, essai, autobiographie, pratique, résistance, mélancolie, portraits, intime, amitié, psychanalyse, amour, philosophie, adolescence, grec.

Citations de Le songe de Monomotapa (10)

Qui est l'ami véritable ? Celui qui nous protège des tourments de l'amour, nous éloigne de la furie haineuse, fait reculer la mort. (p. 162)

1943 : une année des plus sombres et pourtant cette chambre étroite sans chauffage, sans eau courante, avec pour tout mobilier un lit, une table et une chaise, mais où pénétrait le soleil et d'où, la nuit, je voyais la lune éclairer la ville soumise au couvre-feu, oui, cette chambre où, rentré du lycée Henri-IV, je peinais sur mes dissertations et mes versions latines, restera à jamais celle où, dans la solitude qui était la mienne à l'époque, je fus non le plus heureux (j'étais loin de l'être), mais peut-être le plus proche de moi-même, dans cette alliance étrange qui n'a cessé de me tenir compagnie de mélancolie diffuse et d'appétit de vivre.

La rencontre avec la beauté se fait la ou on ne l'attend pas, au coin d'une rue (une petite statue comme oubliée là), sur la hauteur d'une colline (voyez ces trois cyprès), sur une place de village cernée d'arcades, et pas seulement dans ces lieux consacrés que sont les musées et les églises

Chaque année passée au lycée comme élève, j'eus un "meilleur ami", celui qu'on raccompagne chez lui et qui vous raccompagne à son tour, dans une succession d'allers et retours, comme si on ne devait jamais se quitter, et pourtant, on se quitte l'année suivante.[...] Ces amitiés d'une année se nouaient et se dénouaient pour ainsi dire toutes seules, aussi soudaines et imprévisibles dans leur naissance que dans leur effacement.

Pourquoi certaines de nos amitiés qui n'avaient pourtant rien de superficiel et qu'on avait les meilleures raisons de croire durables se sont-elles dissoutes ? Pas de fâcheries, pas de conflit, pas d'événement marquant qui puisse expliquer leur dissolution. Non, un détachement progressif, une lente séparation, un effacement qui ne résulte d'aucune décision. Simplement, des semaines ont passé, des mois, une année, sans que de part et d'autre on ait songé à se faire signe, à prendre des nouvelles. Quelque chose s'est dissous d'une manière à peine perceptible, sans éclat, en douceur. En douceur comme nous aimerions disparaître.

Entre eux,très vite, le courant passe. Ce courant n'est pas électrique, ce serait plutôt le courant d'un ruisseau, encore proche de sa source, un courant léger, joyeux, qui avance à vive allure et creuse son chemin

Dans la littérature, les exemples de cette disparité et de cette attraction réciproque abondent. Le premier qui me vient à l'esprit est celui de l'admirable récit de Fred Uhlman - l'Ami retrouvé- et de ses premières lignes: " il entra dans ma vie en février 1932 pour n'en jamais sortir [...] Je puis me rappeler le jour et l'heure où, pour la première fois, mon regard se posa sur ce garçon qui allait devenir la source de mon plus grand bonheur et de mon plus grand désespoir". Oui, l'amitié, elle aussi, connaît ses coups de foudre. (p.120)

L'ami n'est pas un alter ego, un autre moi-même. Je le veux autre que moi, il m'attire comme étant différent, pas trop quand-même, pas trop "autre" comme peut l'être l'autre sexe.

Dans l'amitié, ne serait-ce pas cela aussi que nous cherchons et qu'il nous arrive de trouver? Un moyen de nous soustraire à la violence anonyme du monde dit extérieur et aux tourments du monde dit interne.

Je m'aperçois que ceux que j'évoque ici ont en commun de m'avoir enseigné quelque chose. Aujourd'hui, le temps des professeurs étant depuis longtemps révolu, je crois bien que ce sont mes patients qui sont devenus mes éducateurs quand il se fient comme moi à la psychanalyse, malgré tout.Autres figures plus intimes: ma femme, mes enfants, quelques amis qui, jour après jour, réveillent mon goût de vivre quand il tend à faiblir. (p. 134)

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Le songe de Monomotapa : avis de lecteurs (10)


  • Critique de Le songe de Monomotapa par ECB (Babelio)

    J'ai aimé lire cet essai personnel et intime de Jean-Bertrand Pontalis. Le philosophe psychanalyste nous offre quelques définitions possibles de l'amitié, ou des amitiés si diverses dans leur h...

    Lire la critique complète >
    Par ECB - publiée le 21/05/2018

  • Critique de Le songe de Monomotapa par FredMartineau (Babelio)

    Ce livre faisait partie des livres offerts dans le cadre de la promotion Folio de l'été et c'est ainsi qu'il a atterri sur la pile de romans courts de ma table de chevet, celle toujours à ma portée en...

    Lire la critique complète >
    Par FredMartineau - publiée le 26/08/2017

  • Critique de Le songe de Monomotapa par Nayac (Babelio)

    L'amitié en une en 25 petits chapitres apportant autant d'éclairages sur quelques facettes de l'amitié. Tout ceci émaillé de quelques propositions quant à la nature de l'amitié et de ses ressorts ( p...

    Lire la critique complète >
    Par Nayac - publiée le 11/09/2016

  • Critique de Le songe de Monomotapa par aaahhh (Babelio)

    Véritable éloge de l'amitié, ce livre part un peu dans tous les sens mais se révèle très touchant.

    Lire la critique complète >
    Par aaahhh - publiée le 18/03/2012

  • Critique de Le songe de Monomotapa par Déchin (Amazon)

    Se lit facilement,pourtant riche de poèsie et de profondeur...L'amitié,aux multiples facettes,apporte énormément de chaleur dans le coeur.Elle génère majoritairement complicité et joie.Attention pourtant à quel...

    Lire la critique complète >
    Par Déchin - publiée le 12/08/2017

  • Critique de Le songe de Monomotapa par Marie Jo (Amazon)

    quoi dire que parfait, c'est une lecture d'une telle lucidité que c'en ai magique et d'une telle réalité bravo à l'auteur et merci pour le prix

    Lire la critique complète >
    Par Marie Jo - publiée le 20/03/2015

  • Critique de Le songe de Monomotapa par valerie J Stones (Amazon)

    ce livre traite l'amitie entre les hommes, et plutot entre les hommes intellectuels; les amities entre femmes sont assez differentes et pas representees.

    Lire la critique complète >
    Par valerie J Stones - publiée le 02/12/2013

  • Critique de Le songe de Monomotapa par foxie (Amazon)

    A 85 ans, l'auteur parle de l'amitié devenue vitale lorsque l'on atteint le grand âge. "Que sont mes amis devenus". Amitiés fugaces de l'enfance, amitiés adolescente qui forgent l'adulte en devenir, amitiés d'h...

    Lire la critique complète >
    Par foxie - publiée le 04/09/2011

  • Critique de Le songe de Monomotapa par Yvonne C. (Amazon)

    Très bon livre sur un sujet pas si simple : l'amitié. A mettre entre toutes les mains...

    Lire la critique complète >
    Par Yvonne C. - publiée le 01/09/2009

  • Critique de Le songe de Monomotapa par Guisanton. (Amazon)

    il n'y a pas d'amitié platonique,c'est d'ailleurs Platon lui-même qui le dit.J.B. Pontalis dans un retour en arrière passe en revue tous ses ami(e)s et s'interroge sur l'amitié, même celle qui s'est interrompu...

    Lire la critique complète >
    Par Guisanton. - publiée le 22/04/2009
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter