livres actu Livres Actu

Accueil > James Thomas Grady > Les Six Jours Du Condor N 641

Acheter ce livre - 8.15 €


40086ème dans les ventes


James Thomas Grady

0 abonné

James Thomas, né le 22 novembre 1980 à Schenectady (New York), est un joueur et entraîneur de basket-ball américain. À sa sortie du lycée, il intègre l'université du Texas à Austin. Il commence sa carrière professionnelle en NBA Development League d... Plus >

Les Six Jours Du Condor N 641 (2007)

De James Thomas Grady chez Rivages
(12 votes, note moyenne : 3.3)

A l'entrée d'un petit immeuble blanc de Washington D.C., une plaque anodine annonce: « Société Américaine de Littérature Historique ». Le bâtiment abrite en fait des bureaux de la CIA. Un matin, l'agent Ronald Malcolm, alias le condor, y découvre ses collègues baignant dans leur sang. Il comprend qu'il n'a échappé au massacre que par miracle et que désormais sa vie ne vaut pas cher. La réédition de ce roman, immortalisé par le film de Sydney Pollack avec Robert Redford et Faye Dunaway, permettra de redécouvrir – ou de découvrir – le best-seller de James Grady, plus que jamais d'actualité. Ce volume comprend également une nouvelle intitulée Condor.net, dans laquelle l'auteur reprend le personnage du condor, emporté dans une tourmente tout à fait contemporaine.

Paru le 18-04-2007 - Format : Poche - 282 pages - 1 x 1 x 0 cm - 170 g - ISBN 10 : 2743616628 - ISBN 13 : 9782743616625

Collection : Rivages/Noir

Tags : récits, aventure, roman, thriller, roman d'espionnage, romans policiers et polars, adaptation, innocence, espion, fuite, pétrole, adapté au cinéma, espionnage, cia, 11 septembre, antiquité, policier espionnage, états-unis, littérature américaine, 21ème siècle.

Citations de Les Six Jours Du Condor N 641 (2)

Dans le dédale officiel du monde de l'espionnage, j'ai une bonne réserve de situations confuses pour m'amuser. Un auteur dramatique de ma connaissance a prétendu un jour que le meilleur moyen de créer le chaos est de remplir une scène d'acteurs. Je me suis arrangé pour édifier mon capital sur léchais des autres.

Mark Twain a dit que l'Histoire ne se répétait pas, mais qu'il lui arrive de rimer, alors j'essaye d'imaginer ces rimes. (Condor.net)


Critiques de Les Six Jours Du Condor N 641 : avis de lecteurs (12)


  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par Davpunk (Babelio)

    Si l'adaptation cinéma est resté dans les mémoires, c'est moins le cas de ce roman, plutôt bon mais clairement pas aussi réussis... Malcolm bosse pour la CIA. En fait, il lit des romans pour vo...

    Lire la critique complète >
    Par Davpunk - publiée le 24/04/2020

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par hmurgia (Babelio)

    Le roman qui a été adapté en 1973 par Sidney Pollack avec Robert Redford a moins vieilli que le film, et l'auteur a écrit en 2003 une version courte post-attentat du World Trade center qui est ajouté...

    Lire la critique complète >
    Par hmurgia - publiée le 11/07/2018

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par Bazart (Babelio)

    La Box Fait Son Cinéma d'octobre dernier avait décidé de nous plonger dans l'univers de la CIA, avec un film a pratiquement lancé la vague actuelle des romans à tendance paranoïaque où le héros, i...

    Lire la critique complète >
    Par Bazart - publiée le 04/12/2017

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par sl972 (Babelio)

    Un modeste employé de la CIA, nom de code Condor, s'étant absenté pour acheter le déjeuner de son équipe, revient sur son lieu de travail pour découvrir que tous ses collègues ont été abattus pendant ...

    Lire la critique complète >
    Par sl972 - publiée le 23/09/2017

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par Michel7090 (Babelio)

    Ronald Malcolm travaille pour la CIA sous le pseudonyme de "Condor". C'est un employé subalterne dont la mission se borne à lire des ouvrages et en faire des synthèses. Sauf qu'un jour toute sa sec.....

    Lire la critique complète >
    Par Michel7090 - publiée le 23/11/2015

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par Zatlosan (Babelio)

    Pourquoi ai-je lu ce livre ? Pour voir si l'histoire était fidèle au film de Pollack... et bien.. que nenni ! La situation de départ est la même... Hormis la description du personnage, décrit comme pl...

    Lire la critique complète >
    Par Zatlosan - publiée le 13/11/2013

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par encoredunoir (Babelio)

    Les trois jours du Condor, réalisé en 1975 par Sydney Pollack avec Robert Redford et Faye Dunaway, est un film emblématique du cinéma américain des années 1970. À tel point d'ailleurs qu'il a éclipsé ...

    Lire la critique complète >
    Par encoredunoir - publiée le 31/07/2013

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par vdujardin (Babelio)

    Je ne suis pas très amateur de livres ou de films d'espionnage, je n'ai d'ailleurs pas vu l'adaptation de ce livre en trois jours (Les trois jours du Condor, de Sydney Pollack, avec Robert Redford et ...

    Lire la critique complète >
    Par vdujardin - publiée le 31/08/2012

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par patrick75 (Babelio)

    Encore une fois, j'ai préféré le film. L'action du livre, la manière de la raconter son peu crédible.Certains auteur s'oblige à remplir d'actions leurs récits, mais dans ce cas perdent en crédibilité,...

    Lire la critique complète >
    Par patrick75 - publiée le 20/05/2012

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par Eric75 (Babelio)

    Roman paru en 1974, autant dire une antiquité dans le genre littéraire dit "roman d'espionnage", et qui a pratiquement lancé la vague actuelle des romans à tendance paranoïaque (genre préféré des Robe...

    Lire la critique complète >
    Par Eric75 - publiée le 29/01/2011

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par MAS (Amazon)

    le film est meilleur! l l'intro au livre est inutile, la partie condor.net est par ailleurs absolument sans intérêt.... A éviter

    Lire la critique complète >
    Par MAS - publiée le 20/12/2015

  • Critique de Les Six Jours Du Condor N 641 par Silouane (Amazon)

    Nerveux avec une écriture implacable qui décrypte bien le monde de la CIA. L'adaptation cinématographique de S. Pollack de 1975 est tout aussi bonne avec un resplendissant jeune acteur nommé Redford Robert.

    Lire la critique complète >
    Par Silouane - publiée le 19/06/2008
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter