livres actu Livres Actu

Accueil > Jacques Spitz > Guerre Des Mouches (La)

Acheter ce livre


60482ème dans les ventes


Jacques Spitz

0 abonné

Jacques Spitz, né en 1896 à Nemours (Algérie française) et décédé en 1963 à Paris, est un écrivain français.

Guerre Des Mouches (La) (1997)

De Jacques Spitz chez Ombres
(21 votes, note moyenne : 4.3)

Paru le 29-08-1997 - Format : Poche - 160 pages - 16 x 12 x 1 cm - 140 g - ISBN 10 : 2841420671 - ISBN 13 : 9782841420674

Collection : Petite Bibliothèque Ombres

Tags : 20ème siècle, entre-deux-guerres, littérature francophone, littérature française, guerre, humour grinçant, apocalyptique, invasion, intelligence animale, mouches, fin du monde, insectes, scientifique, scénario, espace, peur, fiction, fantastique, science-fiction, roman.

Citations de Guerre Des Mouches (La) (10)

Le professeur Grimaud de la Vachardière, directeur du Muséum, haussa les épaules en réponse à la question des journalistes, et déclara en montrant ses galeries de reptiles empaillés :- L'intelligence des mouches, j'y croirai quand je serrai derrière ces vitrines, et que je verrai la musca assise dans mon fauteuil.

- Les circonstances sont pour vous, disait le vieux routier de Carnassier à ses collaborateurs. L'entomologiste, jusqu'à présent voué à une vie obscure, peut maintenant espérer connaître les succès d'un Alexandre ou d'un Napoléon, et voir se substituer à la renommée tardive et poussiéreuse des hommes de science, la gloire militaire et sonore des hommes d'action.Celui d'entre vous qui découvrira le moyen de nous débarrasser de la "Musca errabunda", le monde entier se jettera à ses pieds !....(extrait de "La guerre des mouches" paru à la "Nrf" en 1938)

Quand la jeune Micheline déboucha enfin square de la Sorbonne, Evarine se trouva face à face avec elle et, la regardant machinalement comme il faisait pour les mouches sorties du bocal d'élevage, il eut un sursaut : Micheline avait les yeux bleus, alors que les drosophiles n'avaient habitué Magne qu'à la gamme des rouges.

- Il est inconcevable qu'une humanité qui se dit civilisée puisse montrer tant d'indolence, portant à son flanc cette plaie couverte d'insectes qu'est l'Equateur de la planète. Que penseriez vous d'un homme qui continuerait à plaisanter au dessus de son apéritif quand un essaim de larves lui dévore le ventre ? Qu'en penseriez-vous, mes chers auditeurs ? Et bien, cet homme, c'est vous. Les générations à venir, s'il doit y avoir pour notre espèce un avenir, ce dont je commence à douter, s'étonneront de la légèreté coupable dont l'époque présente aura fait preuve. Nous ne devons plus avoir qu'une seule préoccupation, qu'un seul mot d'ordre : Tous contre les mouches ! Mort aux diptères !

Les palais qui s'écroulent font lever un bruit de tonnerre, les planètes qui se brisent allument au fond des cieux des éclairs qui durent des millénaires; l'anéantissement de ces choses réelles ne va pas sans éclats de grandeur.Pour la civilisation humaine, il n'en fut pas ainsi. Le décor factice que des siècles durant elle avait dressé sur le globe s'effondra muettement comme une robe de soi au fond d'un placard obscur. Il n'y eu rien pour finir, pas de grande bataille, pas de cri solennel, pas de mouvement d'ensemble, mais comme la forme d'un nuage se dissout dans le vent, comme le ciel du jour insensiblement devient le ciel du soir, l'espèce humaine, peu à peu se réduisit en poussière de petits groupes, de couples, puis d'individus isolés qui périrent au hasard de leur rencontre avec les insectes. Ainsi après avoir rempli l'air de ses cris, l'espace de ses inventions, les bibliothèques de ses spéculations et l'avenir de ses espoirs, l'humanité disparut sans laisser plus de traces qu'un oiseau dans le soir. Simplement un jour, il n'y eu plus personne sur les routes du monde. Le spectre de la connaissance était passé des mains de l'espèce humaine aux pattes de l'espèce mouche.

L'Europe, [...], souffrait d'une effroyable disette, et l'appétit germanique ne savait comment s'assouvir. Le génie inventif d'un moderne Liebig imagina de hacher menu les tonnes de mouches abattues pour en faire des ersatz de saucisses. [...], maintenant toute l'Allemagne se ruait sur ces saucisses de guerre, ces Kriegswürste, où çà et là l'aile brillante d'une mouche venait remplacer les petits carrés de lard du boudin d'autrefois.

Pour la première fois dans l'histoire, l'homme va avoir à lutter contre une autre intelligence que la sienne. Qu'elle sera l'issue de cette lutte ? À première vue, on pourrait être pessimiste. L'homme, plantigrade pesant, de constitution fragile, aux sens assez obtus, n'ayant que quatre membres dont deux consacrés à la locomotion, n'avait, pour assurer sa suprématie sur les espèces animales, que son intelligence. Lorsqu'il n'aura plus l'exclusivité de cette arme magique, [...]

Il faut peu de chose à un germe pour qu'il produise un monstre .

Du large on voyait des essaims vainqueurs tourbillonner au-dessus de la cote lybienne.Ils s'elevaient par moment comme de gigantesques nuages , comme des panaches plus noirs et menacants que celui de l'Etna en eruption.

La bêtise des hommes n'est dépassée que par leur ingratitude [...]. Plus on est bon avec ces animaux, plus ils vous en veulent.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Guerre Des Mouches (La) : avis de lecteurs (21)


  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Amazon Customer (Amazon)

    "Et si la terre se muait en un immense essaim de mouches s'envolant dans l'espace." Ecrit en 1938, c'est le seul ouvrage ddu français J. Spitz encore disponible. C'est un petit bijou à ne pas rater qui remet en...

    Lire la critique complète >
    Par Amazon Customer - publiée le 09/07/2004

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Gwen (Amazon)

    Rien n'est plus navrant pour qui aime la Littérature que de voir sombrer lentement dans l'oubli un auteur de qualité, aussi me désolé-je un peu plus chaque jour de la faible notoriété dont jouit Jacques Spitz, ...

    Lire la critique complète >
    Par Gwen - publiée le 24/07/2012

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Adanson (Amazon)

    Tout comme son compatriote "Maurice Renard" dont j'ai chroniqué sur ce site "Le Péril Bleu" et "Le Docteur Lerne", Jacques Spitz (1896 - 1963) est un excellent écrivain Français de Science-Fiction complètement ...

    Lire la critique complète >
    Par Adanson - publiée le 04/01/2015

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Adanson (Amazon)

    Je viens de relire ce petit livre qui est un classique de la SF française.Jacques Spitz (1896 - 1963) est un excellent écrivain Français de Science-Fiction complètement passé aux oubliettes de nos jours.Il fait...

    Lire la critique complète >
    Par Adanson - publiée le 23/10/2017

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par FS57 (Amazon)

    Intéressant ! un style très journalistique et descriptif. C'est surtout la fin et la morale qui est intéressante la dedans!

    Lire la critique complète >
    Par FS57 - publiée le 03/07/2014

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Anonyme (Amazon)

    On dévore ce livre du début à la fin même si, à certains moments, c'est assez répulsif toutes ces mouches...Et quand on le replace dans son époque (1938), on en reste tout surpris.

    Lire la critique complète >
    Par Anonyme - publiée le 24/10/2017

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Manu (Amazon)

    Conçu sur un ton sarcastique et pessimiste, l'auteur se base sur l'hypothèse (tout à fait vraisemblable) qu'aucune domination d'espèce n'est éternelle et que celle de l'homme prendra fin un jour (c'est en tout ...

    Lire la critique complète >
    Par Manu - publiée le 11/12/2016

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Vincent Becker (Amazon)

    On retrouve avec ce court roman la veine de la SF francophone de la première moitié du XXème siècle. Le style assez recherché n'est pas sans rappeler un J.H. Rosny Ainé, la thématique également d'ailleurs, rapp...

    Lire la critique complète >
    Par Vincent Becker - publiée le 07/03/2016

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Finity's end (Amazon)

    L'espèce humaine n'est pas invincible et ce petit roman soigné à la langue très classique , vient judicieusement nous le rappeler .Les mouches sont , ici , un fléaux quasi biblique , une redoutable métaphore qu...

    Lire la critique complète >
    Par Finity's end - publiée le 08/12/2012

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par GabySensei (Babelio)

    Les mouches deviennent intelligentes et décident d'éliminer l'humanité. Elles optimisent leur reproduction et nous submergent jusqu'à nous détruire. Jacques Spitz nous montre à travers cette histoire ...

    Lire la critique complète >
    Par GabySensei - publiée le 15/01/2012

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par gill (Babelio)

    Jules Evariste Magne est un modeste garçon de laboratoire. Il assiste, pour la modique somme de 400 francs par mois, le professeur Carnassier dans ses études sur l'hérédité. Sa tâche est de soigne...

    Lire la critique complète >
    Par gill - publiée le 31/08/2012

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par finitysend (Babelio)

    Excellent franchement .... L'espèce humaine n'est pas invincible et ce petit roman soigné à la langue très classique , vient judicieusement nous le rappeler . Les mouches sont , ici , un fléaux qu...

    Lire la critique complète >
    Par finitysend - publiée le 10/12/2012

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Windvaan (Babelio)

    Avec la lecture de "l'Oeil du purgatoire", j'avais déjà pu constater que J. Spitz, écrivain d'entre deux-guerres et rattaché au courant surréaliste, n'avait jamais été un défenseur du genre humain. C....

    Lire la critique complète >
    Par Windvaan - publiée le 06/03/2015

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par kalimera (Babelio)

    L'auteur de "La guerre des mouches" est français, il est mort en 1963 en nous laissant huit romans de sciences fiction absolument incroyables et souvent difficiles à trouver. Nous sommes les enfants ....

    Lire la critique complète >
    Par kalimera - publiée le 24/03/2015

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par Masa (Babelio)

    Ce fut en 1938 que parut pour la première fois « La guerre des mouches » de Jacques Spitz. Le texte fut retravaillé et réédité à titre posthume en 1970, soit sept ans après le décès de l'auteur. J'ai ...

    Lire la critique complète >
    Par Masa - publiée le 08/08/2015

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par tontonmomo (Babelio)

    J'ai lu ce livre il y très longtemps mais je me souviens d'un passage où le personnage principal (je pense) observe un mouche venant contaminer sciemment les yeux d'un enfant... prenant.

    Lire la critique complète >
    Par tontonmomo - publiée le 14/02/2016

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par msieurico (Babelio)

    Cette nouvelle fut une agréable surprise. Le récit se situe dans les années 30 (le livre fut écrit en 1938). Les mouches évoluent et massacrent les humains pays par pays créant un chaos sans précédent...

    Lire la critique complète >
    Par msieurico - publiée le 17/02/2016

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par TmbM (Babelio)

    Jules-Evariste Magne, entomologiste spécialiste des drosophiles et théoricien de l'évolution des mouches, n'aura jamais été aussi occupé que depuis la déclaration de guerre entre les hommes et celles-...

    Lire la critique complète >
    Par TmbM - publiée le 25/07/2016

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par (Babelio)

    Allez les mouches! Une terrible guerre que celle des hommes et des mouches. Ils détiennent tous les atouts, plus intelligents, plus costauds et plus fournis en armes de toutes sortes, par contre elle...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 26/01/2017

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par jamiK (Babelio)

    On démarre doucement, en suivant Juste-Evariste Magne, jeune chercheur travaillant sur l'hérédité des mouches sous la direction de Mr Carnassier. Une invasion de mouches se déclare en indochine où Mag...

    Lire la critique complète >
    Par jamiK - publiée le 17/06/2018

  • Critique de Guerre Des Mouches (La) par LeoLabs (Babelio)

    Un certain dicton nous dira: "C'est pas la petite bête qui va manger la grosse!". Dans ce court roman paru en 1938, Jacques Spitz, d'une élégante et délectable écriture nous prouve le contraire. Les m...

    Lire la critique complète >
    Par LeoLabs - publiée le 06/08/2019
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter