livres actu Livres Actu

Accueil > Herbert H. Lieberman > Le concierge


Citations de Le concierge (7)

En outre il ignorait d'où lui venait ce sentiment. Ce n'était pas simplement dû au fait qu'une grande partie de sa vie, et une chose dans laquelle il avait investi une importante part de lui-même pendant des années, paraissaient lui échapper.

En regardant le Dr Ngongoro franchir la gigantesque porte à tambour pour monter dans la limousine qui l'attendait devant la porte de l'hôtel, Paladine se demanda ce qu'avait bien pu lui dire la femme de chambre. Dans sa précipitation à tout nettoyer et remettre en ordre dans la suite 1804, aurait-il oublié un détail ?fin du chapitre 10

Au même moment, la porte s'ouvrit. C'était la première fois que Bates voyait d'aussi près le comte Gobbo. L'homme était de petite taille et légèrement voûté. En maillot de corps, caleçon et chaussettes, il finissait d'ôter la mousse à raser sur son visage de lutin grimaçant. _ Entre, Sando, dit-il avec un large sourire, et il tendit les bras à l'enfant. Ah, voilà mon grand garçon ! Puis il s'agenouilla pour étreindre l'enfant, qui sembla se raidir, Bates ne put s'empêcher de le remarquer. La porte de la chambre 1804 refermée sur eux, Bates resta figé sur place un instant. Il n'aurait su dire pourquoi cette scène banale lui procurait un tel sentiment de malaise.

_"Tenez, voilà pour vous, ma jolie" qu'il me dit, racontait une femme de chambre en imitant un des clients. Et ce vieux radin me colle un billet de cinq dollars dans la main. Vous vous rendez compte ? Pendant trois semaines, j'ai changé ses draps pleins de pisse, et il a le culot de me filer cinq dollars. A sa place, j'aurais honte.

_ Il y a eu un crime ici ! s'exclama Bates en ayant l'impression que sa voix venait de loin. Il ne faut toucher à rien. La police doit d'abord... _ Croyez-moi, monsieur Bates, je sais parfaitement ce qui s'est passé et ce que doit faire la police. Qu'ils fassent leur métier. Moi, je fais le mien. _ Mais ce... ce que...La réponse du concierge, son ton autoritaire et déterminé ne souffraient aucune discussion. _ Ce que vous faites est illégal ! Devant le spectacle qui s'offrait à lui, Bates fut soudain frappé par l'inanité de ses paroles. _ Écoutez-moi, reprit le concierge en s'interrompant dans sa tâche. Le compte avait quelques petits vices assez vilains. Mais c'était quand même un homme bien. Inutile que sa famille et lui soient déshonorés par sa conduite jusque dans la mort. Ça ne servira à rien. En disant cela, il commença à rouler l'édredon taché de sang. _ J'ai besoin d'un coup de main, monsieur Bates. Voulez-vous bien m'aider ? _ Vous aider ? s'exclama Bates en s'etranglant. Non, je ne peux pas vous aider. Je ne peux pas ! Si je vous aide, je deviens... complice.

_ Quand vous êtes arrivé ici, reprit-il, je vous ai prévenu. Dans ce métier, vous verrez et entendrez certaines choses qu'il faut apprendre à oublier, vous ai-je dit. Vous êtes un instrument, pas une conscience. Parfois, mais pas toujours, on vous demande de rendre un service et, en fonction de la personne qui vous le demande, même si cela ne vous plaît pas, vous le faites quand même. Cela fait partie du métier. Vous faites ce qu'on vous demande et ensuite vous oublier.

_"Vous n'étiez pas censé entendre tout ce que vous avez entendu là-haut. Je suis entièrement responsable. Je vous ai envoyé chercher, mais je crainds que madame Daschiel vous ai fait entrer un peu trop prématurément. Cela constituera votre premier test. Qualité numéro un d'un bon concierge : l'amnésie professionnelle. Je suis sûr que vous me comprenez, monsieur Bates".

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Le concierge : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Le concierge par Mazure (Babelio)

    Bonne description d'un hôtel de luxe et de ses arcanes.

    Lire la critique complète >
    Par Mazure - publiée le 25/05/2017

  • Critique de Le concierge par Zora-la-Rousse (Babelio)

    Herbert Lieberman est un auteur un peu à part pour moi, car conseillé par quelqu'un qui m'est très cher...Alors, après Nécropolis, La nuit du solstice et le maître de Frazé, j'ai attaqué ce nouveau ro...

    Lire la critique complète >
    Par Zora-la-Rousse - publiée le 07/04/2017

  • Critique de Le concierge par carnet-de-voyage (Babelio)

    Gerro Paladine est le Maestro. Roger Paladine est concierge en chef au Parker Regency Hotel, à New York, a quelques pas de Central Park.... "Gerro" pour les intimes, a de la bouteille. Il connait...

    Lire la critique complète >
    Par carnet-de-voyage - publiée le 13/11/2016

  • Critique de Le concierge par polarKP (Babelio)

    Herbert Lieberman n'est pas un auteur de polar comme les autres, car dans ses romans policiers, il y traite de thèmes médicaux, comme dans Nécropolis ou Le tueur et son ombre ; mais aussi de thèmes so...

    Lire la critique complète >
    Par polarKP - publiée le 22/06/2014

  • Critique de Le concierge par Scara (Babelio)

    Herbert Liebermann n'écrit pas pour faire plaisir à ses lecteurs, remplir leurs attentes et entrer dans ces moules qu'inconsciemment nous avons en tête. Non. Herbert Liebermann écrit des histoires...

    Lire la critique complète >
    Par Scara - publiée le 31/07/2012

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter