livres actu Livres Actu

Accueil > Héraclite D'ephèse > Fragments

Acheter ce livre - 29.5 €


7364ème dans les ventes


Héraclite D'ephèse

0 abonné

Fragments (2011)

De Héraclite D'ephèse chez Puf
(5 votes, note moyenne : 4.2)

Quel est le véritable Héraclite ? Celui de Hegel ? Celui de Nietzsche ? Celui de Heidegger ? Un autre ? La présente édition des Fragments de son œuvre perdue vise, en conjuguant l'étude philologique et l'analyse philosophique, à restituer, autant que cela est possible, la pensée même d'Héraclite, dans son unité et sa cohérence. Ce qui surgit ainsi des ruines du texte est une structure belle, un cosmos, une sorte de temple grec déployant son harmonie dans la durée. Chaque fragment apporte sa précision nécessaire ; chacun est complémentaire de tous les autres; même si quelques-uns, plus décisifs, jouent le rôle de pierres d'angle. De ce temple, profondément logique, émanent un rayonnement, une sagesse, un appel, un espoir. De l'éternelle vérité, aucun philosophe fut-il jamais dans une proximité plus grande ?

Avec Héraclite, dit Hegel, « la terre est en vue ».

HÉRACLITE.

Texte établi, traduit et commenté par Marcel Conche, professeur émérite à la Sorbonne.

Paru le 01-05-2011 - Format : Broché - 496 pages - 2 x 1 x 0 cm - 659 g - ISBN 10 : 2130589464 - ISBN 13 : 9782130589464

Collection : Epimethee

Tags : littérature grecque, grèce, grec, littérature française, philosophie, antiquité, philosophie grecque, philosophie politique, philosophe, théorie, grecs, occident, culpabilité, démocratie, maladie, histoire, témoignage, classique, poésie, poèmes.

Citations de Fragments (11)

Dieu est jour nuit, hiver été, guerre paix, satiété faim ; il se différencie comme (le feu), quand il est mêlé d'aromates, est nommé suivant le parfum de chacun d'eux.-> Dieu est les contraires dans leur unité, non séparément. Or les parfums sont saisis séparément (c'est le styrax, ou la myrrhe, ou l'encens, etc.), non par couples de contraires. La comparaison paraît donc absolument impropre à nous représenter le rapport de Dieu aux contraires. Mais comment l'aurait-elle pu ? L'unité des contraires ne peut être saisie que par l'intelligence (νοῦς) ; les parfums sont sentis – et nommés d'après la perception sensible. Selon les substances aromatiques jetées dans le feu, le feu unique reçoit des noms divers. De même le dieu, l'Un, est nommé « jour », « nuit », « hiver », « été » ... , mais pas plus qu'on ne s'aperçoit qu'on nomme le feu, on ne s'aperçoit qu'on nomme Dieu. Il est insaisissable à celui qui ne nomme pas en voyant l'unité qui relie les noms. Telle est la condition des nombreux qui disent « jour », « nuit », « hiver », « été », etc. – en quoi ils n'ont pas tort car les apparences sont là (l'illusion consiste seulement à les réifier en êtres) -, mais dans le jour, la nuit, etc., ne voient pas Dieu, cela parce qu'ils ne voient pas Dieu aussi bien dans la nuit que dans le jour (car ils sont un, B 57), aussi bien dans l'hiver que dans l'été, dans la guerre que dans la paix, dans la famine que dans la satiété. Dans l'ordre humain, ils conçoivent la paix sans la guerre, la satiété sans la famine ; ils se figurent que l'un des contraires peut exister sans l'autre – d'une manière générale, le bien sans le mal.Le dieu-un se différencie : il éclate en phénomènes multiples qui sont la diversité et la richesse du monde. Il se présente en mille facettes, sous mille aspects nommés de noms divers. Pourtant il est oublié, ou plutôt ignoré, méconnu, car il n'est aucun aspect particulier, ni rien derrière les aspects, mais seulement leur unité. Or les polloi nomment, disent la nuit et le jour, mais ils ne savent pas dire « jour nuit », c'est-à-dire non pas un nom seul, mais un nom et un autre. En particulier, dans le domaine humain, ils ne savent pas unir le bien et le mal. Dieu n'est rien d'autre que le monde en tant qu'un, unique et uni, où le « mal » est aussi actif et efficace pour le maintien de l'ensemble que le bien. (commentaire de Marcel Conche, pp. 379 & 382-383)

Rien n'est permanent, sauf le changement.

Le grand savoir n'enseigne pas l'intelligence. (Traduction Marcel Conche)

Le soleil est nouveau chaque jour.

Le rien existe aussi bien que le quelque chose.Maximes, 143

Toutes les choses sont habitées d'âmes et d'anges.Maximes, 140

Rien n'est permanent, sauf le changement. Seul le changement est éternel.Maximes, 142

Pour les éveillés, il y a un monde un et commun, tandis que parmi ceux qui dorment, chacun s'en détourne vers le sien propre.

Il faut éteindre la démesure plus encore qu'un incendie.

La bonté est le chemin le plus court vers la bonne réputation.Maximes, 135

Les ânes préféreraient la paille à l'or.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Fragments : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Fragments par chartel (Babelio)

    Celui qui lit le grec ancien aura forcément plus de plaisir à méditer les adages héraclitéens, mais l'inculte que je suis n'en a pas moins apprécié les perspectives que l'éphésien a su ouvrir au monde...

    Lire la critique complète >
    Par chartel - publiée le 23/02/2014

  • Critique de Fragments par LionelBonhouvrier (Babelio)

    * Philosophe grec de l'IMPERMANENCE, né à Éphèse (vers 542-vers 480 av. J.-C.). L'être est éternellement en devenir. Nulle chose demeure ce qu'elle est, tout passe en son contraire. * A. Premier pens...

    Lire la critique complète >
    Par LionelBonhouvrier - publiée le 21/12/2014

  • Critique de Fragments par Neshouma (Babelio)

    cette lecture (instructive) m'a fait découvrir à quel point les fragments parvenus jusqu'à nous sont peu nombreux. Qui aujourd'hui peut prétendre savoir vraiment qui était Héraclite ?.... Personne.

    Lire la critique complète >
    Par Neshouma - publiée le 13/08/2017

  • Critique de Fragments par karkarot (Babelio)

    C'est bien dur de "critiquer" Héraclite d'Ephèse, dit l'Obscur. Outre ce surnom, limpide, on ne connait ce philosophe présocratique que grâce à quelques fragments rapportés par Platon, Diogène Laërce ...

    Lire la critique complète >
    Par karkarot - publiée le 12/09/2018

  • Critique de Fragments par laboro (Babelio)

    J'ai lu cet ouvrage à la suite d'un cours sur les présocratiques donné par l'Université Laval. Il s'agit d'une étude historique et philosophique exceptionnelle qui s'adresse à des lecteurs très averti...

    Lire la critique complète >
    Par laboro - publiée le 17/02/2020

Ils parlent de Fragments

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter