livres actu Livres Actu

Accueil > Hanif Kureishi > Quelque chose à te dire

Acheter ce livre - 23.3 €



Hanif Kureishi

0 abonné

Quelque chose à te dire (2008)

De Hanif Kureishi chez Bourgois
(13 votes, note moyenne : 2.6)

Jamal, psychanalyste d’une cinquantaine d’années, connaît un certain succès. Suivant le rythme de ses consultations, professionnelles et amicales, sa vie est marquée par la régularité et l’écoute. Cette sérénité apparente masque néanmoins de nombreux tourments personnels. Jamal n’a rien oublié de son enfance dans la banlieue des années 1970, d’un premier amour dont il n’a pas fait le deuil, et d’un événement tragique qui continue à le hanter… Tout vacille lorsque deux témoins d’un passé longtemps refoulé ressurgissent dans sa vie…
Hanif Kureishi restitue avec brio la liberté, l’euphorie et les luttes sociales qui ont marqué l’Angleterre pendant quarante ans. Il donne vie à des personnages magnifiques qui cherchent à donner un sens à leur existence chaotique.

« Quelque chose à te dire possède tout le mordant émotionnel et l’humour spirituel dont Hanif Kureishi peut faire preuve. Personne ne porte un regard aussi fin et affûté sur les modes de vie contemporains. » (William Boyd)

Paru le 28-08-2008 - Format : Broché - 568 pages - 21 x 13 x 2 cm - 549 g - ISBN 10 : 2267019922 - ISBN 13 : 9782267019926

Collection : Littérature étrangère

Tags : littérature, roman, théâtre, relations humaines, culpabilité, confessions, réfugiés, communauté pakistanaise, filiation, introspection, psychanalyse, psychologie, amours perdus, condition de la femme, royaume-uni, littérature anglaise, littérature britannique, pakistan, grande-bretagne, angleterre.

Citations de Quelque chose à te dire (10)

Mon fonds de commerce, c'est les secrets : on me paie pour les garder. Les secrets du désir, ce que les gens veulent réellement, ce qui leur fait le plus peur. Les secrets qui disent les difficultés de l'amour, de la sexualité, la douleur de la vie, la proximité de la mort, pourtant si éloignée. Pourquoi plaisir et châtiment sont-ils aussi étroitement liés ? Comment nos corps parlent-ils ? Pourquoi se rend-on malade ? Pourquoi veut-on échouer ? Pourquoi le plaisir est-il si dur à supporter ?

Je suis psychanalyste ; ou, pour le dire autrement, je suis un décrypteur d'esprits et de signes. Il arrive également qu'on m'appelle dépanneur, guérisseur, enquêteur, serrurier, fouille-merde ou, carrément, charlatan, voire imposteur. Tel un mécanicien allongé sous une voiture, je m'occupe de tout ce qui se trouve sous le capot, sous l'histoire officielle : fantasmes, souhaits, mensonges, rêves, cauchemars – le monde qui se cache sous le monde, le vrai sous le faux. Je prends donc au sérieux les trucs les plus bizarres, les plus insaisissables; je vais là où le langage n'a pas accès, là où il s'arrête, aux limites de l'«indicible» – et tôt le matin, qui plus est.Tout en mettant d'autres mots sur la souffrance, j'apprends comment le désir et la culpabilité perturbent et terrorisent les gens, je découvre les mystères qui consument l'esprit, déforment le corps ou, parfois, le mutilent, j'observe les blessures de l'expérience, rouvertes pour le bien d'une âme en pleine refonte.Au plus profond d'eux-mêmes, les gens sont plus fous qu'ils ne veulent bien le croire. Vous constatez qu'ils ont peur d'être dévorés et que leur propre envie de dévorer les autres les inquiète. Dans les cas les plus courants,ils imaginent aussi qu'ils vont exploser ou imploser, se dissoudre ou se faire posséder. Leur vie quotidienne est hantée par la peur que leur relation amoureuse puisse impliquer, entre autres choses, des échanges d'urine et d'excréments.Bien avant tout cela, j'adorais déjà les ragots – qualité indispensable pour ce genre d'activité. Aujourd'hui, j'en ai pour mon compte. C'est un fleuve d'immondices qui se déverse en moi, jour après jour, année après année. Comme beaucoup de modernistes, Freud s'intéressait tout particulièrement aux détritus : on pourrait dire qu'il est le premier artiste du «reste», dans la mesure où il trouvait du sens à ce qui est habituellement laissé de côté. Sale boulot que de plonger au cœur de l'humain.En ce moment, il y a quelque chose de nouveau dans ma vie. C'est une sorte d'inceste, mais qui aurait pu penser que cela arriverait un jour ? Ma grande sœur, Miriam, et mon meilleur ami, Henry, sont tombés fous amoureux. Et chacune de nos existences se trouve perturbée, bouleversée même, par cette invraisemblable liaison.

Dans un premier temps, j'ai envoyé des histoires à des magazines bas de gamme. Quand elles ont été publiées, les rédacteurs en chef ont commencé à m'en demander d'autres. Au début, je m'amusais bien. Je m'appliquais à organiser l'histoire autour d'une dynamique qui suivait le rythme du coït. J'appris à les écrire sans perdre trop de temps.(…) En fait, ce sont les mêmes mots qui reviennent inlassablement. Je m'étais constitué une liste des ingrédients de base du glossaire porno, bien relevés, particulièrement sonores – plus fort, plus fort, allez jouis, jouis ! et je savais que je pouvais en saupoudrer mes récits comme bon me semblait.(…) Je réussissais à pondre un livre porno en un week-end. Je ne tins pas longtemps la cadence. On dit que la pornographie est la malbouffe de l'amour : bientôt, je ne pouvais plus avaler un seul morceau de cette infâme nourriture. Etant encore jeune, j'étais tenté d'ajouter des éléments, de digresser, d'insérer des passages plus personnels. Que font les couples une fois le coït terminé ? Trouvent-ils la situation pénible, embarrassante, ennuyeuse ? (…) Notre carrière pornographique s'effondra le jour où j'écrivis un roman dont les deux personnages principaux, mariés par ailleurs, ne se voyaient que pour parler.

C'est à cette époque que je me suis vraiment mis à lire. C'était comme rencontrer un amant extraordinaire, qu'on ne quittera jamais.

Les gens parlent pour ne pas entendre certaines choses et ils écoutent pour éviter d'en dire trop.

J'étais un anorexique de la culture. Je ne retenais rien de solide. C'est mon père qui m'a donné le goût de la lecture et de l'écriture. Pour lui, écrire était un acte de foi qu'il pratiquait avec une assiduité religieuse.

e suis psychanalyste ; ou, pour le dire autrement, je suis un décrypteur d'esprits et de signes. Il arrive également qu'on m'appelle dépanneur, guérisseur, enquêteur, serrurier, fouille-merde ou, carrément, charlatan, voire imposteur. Tel un médecin allongé sous une voiture, je m'occupe de tout ce qui se trouve sous la capot, sous l'histoire officielle : fantasmes, souhaits, mensonges, rêves, cauchemars – le monde qui se cache sous le monde, le vrai sous le faux. Je prends donc au sérieux les trucs les plus bizarres, les plus insaisissables ; je vais là où le langage n'a pas accès, là où il s'arrête, aux limites de “l'indicible” – et tôt le matin, qui plus est.

« Contre la mort et l'autoritarisme, il n'y a qu'une seule chose, m'avait-il dit un jour.- L'amour ?- Je dirais plutôt la culture. Bien plus important. N'importe quel imbécile est capable de tomber amoureux ou de faire l'amour. Mais écrire une pièce, peindre un Rothko ou découvrir l'inconscient : est-ce que ce ne sont pas là d'incroyables prouesses de l'imagination et la seule façon de nier notre désir de meurtre ? »

En tant que thérapeute, de quel type de savoir suis-je détenteur? Ce que je fais est démodé, un peu décalé comparé à ce qu'offre désormais la médecine d'un point de vue technologique et scientifique. Bien que je ne fasse aucun examen et ne prescrive aucun médicament, je suis comme un médecin traditionnel dans la mesure où je soigne la personne dans son ensemble plus que la seule maladie. Au fond c'est moi qui suis le médicament et je constitue une partie intégrante de la cure. Non pas que les gens souhaitent réellement guérir. La maladie leur apporte plus de satisfactions qu'ils ne peuvent en supporter. Les patients sont des artistes inconscients de leur propre malheur. En fait, ce qu'ils appellent leur symptôme n'est autre que leur vie. Et ils ont intérêt à l'aimer! Il y a des gens qui préféreraient se faire tuer plutôt que de parler. Mon rôle se limite à laisser le sujet parler pendant un long moment. Chacun de nous deux prend ce qui se dit au sérieux, sachant que même quand les gens disent la vérité, ils mentent et que, quand ils parlent de quelqu'un d'autre, ils parlent d'eux.Je pose des questions concernant la famille, en remontant jusqu'aux grands-parents. De nos jours, vers quoi les gens qui souffrent peuvent-ils se tourner pour endiguer les désordres de leur désir?Quand on y réfléchit bien, qu'est-ce qui déclenche l'entrée en analyse? Une chose éminemment humaine: la reconnaissance d'une douleur inexplicable et une certaine forme de curiosité pour sa vie intérieure. Comment une analyse pourrait-elle ne pas être difficile ? Avoir vécu de telle manière pendant des années, des décennies même, et puis essayer de tout défaire par la parole, ce n'est pas une mince affaire. D'autant que ça ne réussit pas à tous les coups. Il n'y a aucune garantie de quoique ce soit, et c'est bien ainsi. Il y a toujours un risque.Malheureusement, et cela en surprend plus d'un, faire une analyse n'aide pas nécessairement à mieux se comporter, ni à être meilleur. A l'inverse on peut devenir plus empoisonnant, pus polémique, plus exigeant, plus conscient de ses désirs et moins susceptible de subir l'emprise des autres. En ce sens, la psychanalyse est subversive et libératrice. De fait il y a peu de gens qui, une fois vieux, se disent qu'ils auraient voulu vivre une vie plus vertueuse. D'après ce que j'entends dans mon cabinet, la plupart de mes patients regrettent de ne pas avoir commis davantage de péchés.Plus tard au cours de ma promenade, je me suis demandé pourquoi je sentais qu'il fallait que je me méfie de la « normalité ». Ce qu'il y a de frappant dans la normalité, c'est qu'elle n'a rien de normal. La normalité n'est pas autre chose que la dénomination bourgeoise de la folie ordinaire. En analyse, la plupart du temps, « l'enfant normal » désigne l'enfant sage et obéissant, celui qui veut surtout faire plaisir à ses parents et qui se crée ce que Winnicott a appelé un « faux self ». D'après Henry, l'obéissance est un des problèmes de ce monde, elle n'en est pas la solution, comme beaucoup ont pu le penser. Mais se peut-il qu'il existe une définition du normal qui ne soit pas synonyme d'ordinaire ou de terne ? Ou qui ne soit pas normative, ou ridiculement guindée ?Je me rappelais une histoire à propos de Proust qui, à la fin de sa vie, tournait désespérément les pages de la Recherche et constatait combien tous ses personnages étaient excentriques, voire anormaux. Comme si on pouvait écrire un roman, ou même fonder une société, à partir d'éléments fades et strictement conventionnels. Et puis il y a ceux qui couchent à droite à gauche, les frigides, les paniqués, les abusifs et les abusés, ceux qui ont le vertige, ceux qui se tailladent, ceux qui s'affament, ceux qui se font vomir, ceux qui se sentent pris au piège et ceux qui se sentent trop libres, les épuisés et les hyperactifs, et les enchainés à vie à leurs bêtises. J'entends les récits de tous. Je suis l'assistant de l'autobiographe, la sage-femme des fantasmes, je rouvre les anciennes plaies, je libère la parole et la transforme en art érotique, je démasque les vérités illusoires. L'analyse rend le familier étrange, elle nous conduit à nous demander où s'arrêtent les rêves et où commencent la réalité – si tant est que la réalité commence jamais.J'ai rencontré mon premier analyste, un Pakistanais du nom de Tahir Hussein, quelques mois après avoir quitté l'université, alors qu'avec Ajita, les choses avaient pris une tournure plus que singulière. Ajita et moi nous étions quittés sans imaginer que nous ne nous reverrions pas. Nous n'étions pas brouillés. Notre amour ne s'était pas épuisé. Il avait été violemment interrompu.Toutes ses déclarations d'adoration me manquaient. Ses baisers, ses éloges, ses encouragements et cette façon qu'elle avait de dire « merci, merci » quand elle jouissait. De toutes les femmes que j'ai connues, elle était le plus inoubliablement tendre, vulnérable, désinhibée, pareille à une beauté espagnole de Goya, ses longs cheveux noirs dissimulant son visage quand elle s'occupait de ma verge. Elle m'appelait son joli garçon, disait qu'elle aimait ma voix, qu'elle trouvait « bien timbré ».Je l'avais attendue pendant des mois, pensant qu'un jour elle réapparaitrait. Je la voyais dans la rue, dans des trains en partance, dans mes rêves et mes cauchemars. J'entrai dans un bar et elle était là, à m'attendre. Je l'entendais qui m'appelait, avec son léger accent indien, de mon lever à mon coucher.Cependant j'avais bien reçu le message qui était plus que clair, finalement : elle n'était plus intéressée. Elle m'avait dit qu'elle m'aimait mais, en définitive, elle ne voulait pas de moi. Ajita était partie. Je n'avais pas envie de guérir, mais il le faudrait bien un jour. En ce moment, elle devait être avec un autre homme, peut-être était-elle mariée. Pour elle, j'étais de l'histoire ancienne et j'imagine qu'elle m'avait plus ou moins oublié.

Il y a des gens qui préféreraient se faire tuer plutôt que de parler. Mon rôle se limite à laisser parler le sujet pendant un long moment. Chacun de nous deux prend ce qui se dit au sérieux, sachant que même quand les gens disent la vérité, ils mentent et que, quand ils parlent de quelqu'un d'autre, ils parlent d'eux.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Quelque chose à te dire : avis de lecteurs (13)


  • Critique de Quelque chose à te dire par jmb33320 (Babelio)

    J'espérais retrouver la drôlerie du "Bouddha de banlieue" et j'ai été un peu déçu. J'ai trouvé l'intrigue assez plate mais les personnages sont attachants. Jamal, psychanalyste de renom va t-il retrou...

    Lire la critique complète >
    Par jmb33320 - publiée le 18/05/2018

  • Critique de Quelque chose à te dire par lesptitchats (Babelio)

    Personnellement, j'ai été très déçue par ce livre... peut-être parce que j'attendais tellement de cet auteur... Rien ne trouve grâce à mes yeux... Bref commençons : Sa description des quartiers p...

    Lire la critique complète >
    Par lesptitchats - publiée le 29/07/2016

  • Critique de Quelque chose à te dire par sophronie (Babelio)

    Un roman assez bon, mais qui aurait mérité d'être épuré sur les parties qui commentent les faits ou circonstances historiques. L'auteur a beaucoup travaillé la psychologie de ses personnages presque ...

    Lire la critique complète >
    Par sophronie - publiée le 08/08/2015

  • Critique de Quelque chose à te dire par Anouschka (Babelio)

    Attention chef d'oeuvre!! L'écriture y est ciselée, précise, authentique, affutée, sincère... je manque de mot pour décrire cette fabuleuse lecture. Une finesse psychologique sans pareil, d'une su...

    Lire la critique complète >
    Par Anouschka - publiée le 10/06/2015

  • Critique de Quelque chose à te dire par vegalia (Babelio)

    Jamal soigne les âmes alors que lui-même est rongé par un secret et par un amour dont il n'a toujours pas fait le deuil. Sa sérénité n'est qu'un paravent contre ses angoisses, un passé lourd et en plu...

    Lire la critique complète >
    Par vegalia - publiée le 20/02/2015

  • Critique de Quelque chose à te dire par lisona (Babelio)

    Quelle lecture! C'est rythmé, critique, passionné.

    Lire la critique complète >
    Par lisona - publiée le 19/08/2014

  • Critique de Quelque chose à te dire par babycomeback44 (Babelio)

    Bon je suis arrivée à la moitié (péniblement) une lecture plate qui n'a pas éveillée mon intérêt (on,dirait un mauvais,telefilm de Bollywood ou pire un miteux téléfilm français nunuche)

    Lire la critique complète >
    Par babycomeback44 - publiée le 16/08/2014

  • Critique de Quelque chose à te dire par Moob (Babelio)

    Ce psychanalyste pakistanais nous mène dans les méandres du psychisme humain autant que dans les bas-fonds très réalistes londonien ! Les atmosphères des ethnies sont tout à fait vivantes et intéress...

    Lire la critique complète >
    Par Moob - publiée le 29/10/2012

  • Critique de Quelque chose à te dire par (Babelio)

    le meilleur livre que j'ai lu

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 16/07/2012

  • Critique de Quelque chose à te dire par Corboland78 (Babelio)

    Avec Hanif Kureishi nous sommes habitués aux bons romans, pour n'en citer que deux My Beautiful Laundrette (adapté au cinéma par Stephen Frears) ou Le Bouddha de banlieue. Ce nouveau bouquin ne me dém...

    Lire la critique complète >
    Par Corboland78 - publiée le 29/03/2012

  • Critique de Quelque chose à te dire par zazimuth (Babelio)

    Le héros est un brillant psychanalyste londonien d'origine pakistanaise. Au fil de l'histoire, nous découvrons son passé, son amour de jeune homme pour la belle Ajita, ses relations houleuses avec son...

    Lire la critique complète >
    Par zazimuth - publiée le 11/02/2012

  • Critique de Quelque chose à te dire par Alicej (Babelio)

    Pendant toute la première moitié du roman, j'ai trouvé l'intrigue trainante même si les personnages deviennent vite attachants. A partir du moment où le passé ressurgit, la respectabilité de Jamal,...

    Lire la critique complète >
    Par Alicej - publiée le 19/09/2010

  • Critique de Quelque chose à te dire par Alexmotamots (Babelio)

    Jamal, un psychiatre d'une cinquantaine d'années, connaît un certain succès. Mais sa sérénité apparente cache de nombreux tourments personnels. Jamal n'a jamais oublié son enfance dans la banlieue de ...

    Lire la critique complète >
    Par Alexmotamots - publiée le 25/03/2009
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Quelque chose à te dire

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter