livres actu Livres Actu

Accueil > Guy De Maupassant > Yvette

Acheter ce livre - 4.0 €


64852ème dans les ventes


Guy De Maupassant

0 abonné

Yvette (2013)

De Guy De Maupassant chez Flammarion

Yvette Maupassant Dans le salon de Mme Obardl, repaire d'aventuriers et de courtisanes, les hommes n'ont d'yeux que pour la fille de la maîtresse des lieux, la belle Yvette. Parmi les princes de pacotille qui viennent conter fleurette à cette dernière, Servigny est bien décidé à devenir son premier amant. Fasciné par la sensualité de la jeune fille, mais désarmé par sa candeur, ce noble désargenté et plein de verve s'interroge : « Est-ce une gamine charmante ou une abominable coquine ? » Yvette est-elle assez ingénue pour ignorer les coulisses du demi-monde parisien ? Et finira-t-elle par exercer, comme sa mère, le métier des marquises trop décolletées ? Dans ce récit troublant, Maupassant dresse le portrait d'une jeune fille romanesque brutalement projetée dans une sordide réalité.

Paru le 09-10-2013 - Format : Broché - 171 pages - 18 x 13 x 1 cm - 164 g - ISBN 10 : 2081249928 - ISBN 13 : 9782081249929

Collection : Gf

Tags : 19ème siècle, Paris (France), littérature française, france, prostitution, féminité, condition de la femme, amour, fées, naturalisme, demi-mondaines, société, réalisme, bourgeoisie, drame, assassinats, recueil, classique, nouvelles, roman.

Citations de Yvette (10)

Et elle se résolut à la mort.Elle s'y décida tout d'un coup, tranquillement, comme s'il s'agissait d'un voyage, sans réfléchir, sans voir la mort, sans comprendre que c'est la fin sans recommencement, le départ sans retour, l'adieu éternel à la terre, à la vie.

Yvette pensait : " J e vais mourir ! Je vais mourir ! " .Et son cœur gonflé de sanglots , crevant de peine , l' étouffait .Ellesentait en elle un besoin de demander grâce à quel qu' un,d' être sauvée, d' être aimée .

Eh bien, oui, je suis une courtisane. Après ? Si je n'étais pas une courtisane, moi, tu serais aujourd'hui une cuisinière, toi, comme j'étais autrefois, et tu ferais des journées de trente sous, et tu laverais la vaisselle, et ta maîtresse t'enverrait à la boucherie, entends-tu ? Et elle te ficherait à la porte si tu flânais, tandis que tu flânes toute la journée parce que je suis courtisane. Voilà. Quand on n'est rien qu'une bonne, une pauvre fille avec cinquante francs d'économies, il faut savoir se tirer d'affaire, si on ne veut pas crever dans la peau d'une meurt-de-faim ; et il n'y a pas deux moyens pour nous, il n'y en a pas deux, entends-tu ! Quand on est servante ! Nous ne pouvons pas faire fortune, nous, avec des places, ni avec des tripotages de bourse. Nous n'avons rien que notre corps, rien que notre corps. (...) Tant pis ! Quand on est belle fille, faut vivre de ça, ou bien souffrir de misère toute sa vie... toute sa vie... pas de choix.

Vrai parisien , d' ailleurs , léger , sceptique , changeant , entraînable,énergique,et irrésolu , capable de tout et de rien , égoïste par principe et généreux par élan , il mangeait ses rentes avec modération et s' amusait avec hygiène .

"Qu'avez-vous donc, Mademoiselle? je vous trouve changée depuis l'autre semaine. Vous êtes devenue une personne toute raisonnable".Yvette répondit: "C'est la campagne qui m'a fait ça. Je ne suis plus la même. Je me sens tout drôle. Moi, d'ailleurs, je ne me ressemble jamais deux jours de suite. Aujourd'hui, j'aurai l'air d'une folle, et demain d'une élégie; je change comme le temps, je ne sais pas pourquoi.Voyez-vous, je suis capable de tout, suivant les moments. Il y a des jours où je tuerais des gens, pas des bêtes, jamais je ne tuerais des bêtes, mais des gens, oui, puis d'autres jours où je pleure pour un rien. Il me passe dans la tête un tas d'idées différentes. Ça dépend aussi comment on se lève. Chaque matin, en m'éveillant, je ne pourrais dire ce que je serai jusqu'au soir. Ce sont peut-être nos rêves qui nous disposent comme ça. Ça dépend aussi du livre que je viens de lire..."

C'est d'ailleurs une lectrice de romans enragée (...). Chaque semaine, la Librairie Nouvelle lui adresse, de ma part, tout ce qui a paru, et je crois qu'elle lit tout, pêle-mêle.ça doit faire dans sa tête une étrange salade..Cette bouillie de lecture est peut-être pour quelque chose dans les allures singulières de cette fille. Quand on contemple l'existence à travers quinze mille romans, on doit la voir sous un drôle de jour et se faire, sur les choses, des idées assez baroques.

Elle sentait bien, avec son flair de courtisane, que sa fille ne pourrait épouser un homme riche et du vrai monde que par un hasard tout à fait improbable, par une de ces surprises de l'amour qui placent des aventurières sur les trônes.

En arithmétique, un et un font deux. En amour, un et un devraient faire un.

- Eh bien ! oui, je suis une courtisane. Après ? Si je n'étais pas une courtisane, moi, tu serais aujourd'hui une cuisinière, toi, comme j'étais autrefois, et tu ferais des journées de trente sous, et tu laverais la vaisselle, et ta maîtresse t'enverrait à la boucherie, entends-tu ? et elle te ficherait à la porte si tu flânais, tandis que tu flânes toute la journée parce que je suis une courtisane. Voilà. Quand on n'est rien qu'une bonne, une pauvre fille avec cinquante francs d'économies, il faut savoir se tirer d'affaire, si on ne veut pas crever dans la peau d'une meurt-de-faim ; et il n'y a pas deux moyens pour nous, il n'y en a pas deux, entends-tu ? quand on est servante ! Nous ne pouvons pas faire fortune, nous, avec des places, ni avec des tripotages de bourse. Nous n'avons rien que notre corps, rien que notre corps.

La mer fouette la côte de sa vague courte et monotone. De petits nuages blancs passent vite à travers le grand ciel bleu, emportés par le vent rapide, comme des oiseaux ; et le village, dans le pli du vallon qui descend vers l'océan, se chauffe au soleil. Tout à l'entrée, une maison, seule, au bord de la route. C'est une petite demeure de pêcheur, aux murs d'argile, au toit de chaume empanaché d'iris bleus. Un chat dort sur la fenêtre, et des giroflées épanouies font, au pied du mur, un beau bourrelet de fleurs blanches, sur qui bourdonne un peuple de mouches.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Yvette : avis de lecteurs (14)


  • Critique de Yvette par Woland (Babelio)

    Par où commencer Maupassant ? Par ses nouvelles, c'est certain. Mais laquelle ? Il y en a tant et de si attachantes ... Prenez "Yvette" par exemple, qui a aujourd'hui les honneurs de notre Cale...

    Lire la critique complète >
    Par Woland - publiée le 14/12/2007

  • Critique de Yvette par fredho (Babelio)

    « Yvette » cette nouvelle de Maupassant nous conte l'éducation d'Yvette une jeune fille dont la mère est une courtisane prénommée la Marquise Orbadi. Yvette belle jeune fille, candide, passionnée, ch...

    Lire la critique complète >
    Par fredho - publiée le 15/01/2013

  • Critique de Yvette par (Babelio)

    Yvette est l'une des meilleures nouvelles qui nous révèlent l'ingénieux talent de narrateur, en même temps ambigu, de notre très cher Maupassant, une nouvelle bien structurée, bien construite qu'on ac...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 27/09/2014

  • Critique de Yvette par Nastasia-B (Babelio)

    Yvette est un recueil savoureux, solide, travaillé et très — trop — peu célébré de Guy de Maupassant. Aucune nouvelle n'y est peut-être exceptionnelle, mais le niveau d'ensemble est vraiment très bon ...

    Lire la critique complète >
    Par Nastasia-B - publiée le 05/11/2014

  • Critique de Yvette par docAxiome (Babelio)

    Met la lumière sur une société partagé entre le monde mondain et les bordels malfamé.

    Lire la critique complète >
    Par docAxiome - publiée le 13/01/2016

  • Critique de Yvette par cmpf (Babelio)

    Recueil de huit nouvelles, toutes pessimistes. Qu'il s'agisse de la première qui donne son nom au livre, et qui met en scène une jeune fille élevée dans le monde de la galanterie, et qui ne voit p...

    Lire la critique complète >
    Par cmpf - publiée le 10/06/2016

  • Critique de Yvette par (Babelio)

    tres bon livre je le recommande a partir de 12ans

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 01/10/2016

  • Critique de Yvette par DD78 (Babelio)

    La lecture de "Yvette", de Maupassant, est tout d'abord un tendre clin d'oeil à ma grand-mère, dont c'était le prénom, et qui nous a quittés il y a peu. C'était aussi pour moi l'occasion de me replong...

    Lire la critique complète >
    Par DD78 - publiée le 19/10/2016

  • Critique de Yvette par sarahdu91 (Babelio)

    Neuf nouvelles qui se suivent chez Maupassant mais qui ne se ressemblent pas. Les émotions sont toujours au coeur du récit, des scènes de campagne pour: "Le retour","L'abandonné","Le ga...

    Lire la critique complète >
    Par sarahdu91 - publiée le 07/06/2017

  • Critique de Yvette par aouatef79 (Babelio)

    Yvette est une nouvelle de Guy de Maupassant . Celle-ci et et sept autres constituent le recueil éponyme . Avec cette nouvelle, l' auteur nous conte le monde des courtisanes et ses arcanes...

    Lire la critique complète >
    Par aouatef79 - publiée le 20/08/2017

  • Critique de Yvette par Vermeer (Babelio)

    Lire Maupassant est toujours un grand plaisir : une qualité d'écriture exceptionnelle, la mise en scène de différents milieux, une grande perspicacité psychologique, une vision certes pessimiste mais ...

    Lire la critique complète >
    Par Vermeer - publiée le 30/09/2017

  • Critique de Yvette par Allantvers (Babelio)

    Pour une fois je ne comparerai pas ce recueil de Maupassant à une boîte de confiseries variées, il y manque trop de sucre et de couleurs : d'Yvette, nouvelle qui ouvre le recueil, à Berthe qui le clô...

    Lire la critique complète >
    Par Allantvers - publiée le 16/07/2018

  • Critique de Yvette par Silenceonlit (Babelio)

    Yvette est une jeune fille éduquée par une aventurière qui se fait appeler Marquise. La jeune fille, encore assez naïve face au milieu dans lequel elle évolue, se laisse courtiser par Servigny. Si ell...

    Lire la critique complète >
    Par Silenceonlit - publiée le 23/08/2018

  • Critique de Yvette par YesAgainOneMorePage (Babelio)

    Une nouvelle très courte, qui plonge ses lecteurs dans le XIXe siècle, dans le monde des courtisanes, pour ne pas dire prostitution doré. Maupassant nous décrit ici une jeune femme mystérieuse à l'...

    Lire la critique complète >
    Par YesAgainOneMorePage - publiée le 12/11/2018
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Yvette

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter