livres actu Livres Actu

Accueil > Guy De Maupassant > Les Prostituées

Acheter ce livre - 6.3 €



Guy De Maupassant

0 abonné

Les Prostituées (2015)

De Guy De Maupassant chez Gallimard
(1 vote, note moyenne : 4.0)

Dans ces nouvelles, choisies parmi bien d’autres, mettant en scène des «filles publiques» - leurs peines, leurs joies, leurs obligations -, Maupassant décrit, avec l'ironie qu'on lui connaît, une société du libre échange dont le moteur est l’argent et où circulent les corps, les pulsions, les désirs. Au-delà du réalisme cru, ces nouvelles ont le charme particulier des histoires sombres, tendres et édifiantes. Ce volume contient : Mademoiselle Fifi L’Odyssée d’une fille Le Lit 29 L’Armoire Le Port Boule de suif La Maison Tellier L’Ami Patience Ça ira Nuit de Noël Les Vingt-Cinq Francs de la supérieure

Paru le 10-09-2015 - Format : Broché - 288 pages - 18 x 17 x 1 cm - 180 g - ISBN 10 : 2070467171 - ISBN 13 : 9782070467174

Collection : Folio Classique

Tags : 19ème siècle, littérature française, prostitution, recueil, nouvelles.

Citations de Les Prostituées (3)

La maison Tellier :La maison était familiale, toute petite, peinte en jaune, à l'encoignure d'une rue derrière l'église Saint-Étienne ; et, par les fenêtres, on apercevait le bassin plein de navires qu'on déchargeait, le grand marais salant appelé “Retenue” et, derrière, la côte de la Vierge avec sa vieille chapelle toute grise.

La maison Tellier :En un clin d'œil la nouvelle se répandit, on ne sait comment, on ne sait par qui M. Philippe, le fils du banquier, poussa même la complaisance jusqu'à prévenir par un exprès M. Tournevau emprisonné dans sa famille. Le saleur avait justement chaque dimanche plusieurs cousins à dîner, et l'on prenait le café quand un homme se présenta avec une lettre à la main M. Tournevau, très ému, rompit l'enveloppe et devint pâle : il n'y avait que ces mots tracés au crayon : “Chargement de morues retrouvé ; navire entré au port ; bonne affaire pour vous. Venez vite. “Il fouilla dans ses poches, donna vingt centimes au porteur, et rougissant soudain jusqu'aux oreilles : “Il faut, dit-il, que je sorte.” Et il tendit à sa femme le billet laconique et mystérieux.

Des commandements criés d'une voix inconnue et gutturale montaient le long des maisons... tandis que derrière les volets fermés, des yeux guettaient ces hommes victorieux, maîtres de la cité, des fortunes et des vies par le "droit de guerre". Les habitants dans leurs chambres assombries, avaient l'affolement que donnent les cataclysmes, les grands bouleversements meurtriers de la terre, contre lesquels toute sagesse et toute force sont inutiles. Car la même sensation reparaît chaque fois que l'ordre établi des choses est renversé, que la sécurité n'existe plus, que tout ce que protégeaint les lois des hommes ou de la nature se trouve à la merci d'une brutalité inconsciente et féroce... l'armée glorieuse massacrant ceux qui se défendent, ... pillant au nom du Sabre et remerciant un Dieu au son du canon, sont autant de fléaux effrayants qui déconcertent toute croyance à la justice éternelle, toute la confiance qu'on nous enseigne en la protection du ciel et la raison de l'homme.


Critiques de Les Prostituées : avis de lecteurs (1)


  • Critique de Les Prostituées par bfauriaux (Babelio)

    Ici le sujet est clairement exposé dans le titre mais l'auteur reussit le tour de force de reer un ouvrage aere agreable mais jamais vulgaire tout en finesse et en harme: un trour de force qui place m...

    Lire la critique complète >
    Par bfauriaux - publiée le 28/11/2019

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter