livres actu Livres Actu

Accueil > Guy De Maupassant > Les dimanches d'un bourgeois de Paris

Acheter ce livre - 10.2 €


146945ème dans les ventes


Guy De Maupassant

0 abonné

Les dimanches d'un bourgeois de Paris (2011)

De Guy De Maupassant chez Manucius
(6 votes, note moyenne : 3.8)

En mai 1880, à l’instar de J.-K. Huysmans, Guy de Maupassant, qui vient de connaître un premier grand succès littéraire avec Boule de suif, est sollicité par Arthur Meyer, propriétaire du Gaulois, pour écrire une chronique hebdomadaire dans son journal.

Dès le 21 mai, le patron de presse annonce à ses lecteurs qu’« un bataillon renouvelé de chroniqueurs, pris parmi les jeunes, nous donnera presque chaque jour un article de tête qui sera intéressant, j’en réponds : nous aurons (…), Les dimanches d’un bourgeois de Paris, par Guy de Maupassant, le jeune maître en qui Flaubert voyait déjà son continuateur ; Les Mystères de Paris, par M. Huysmans, un réaliste de la nouvelle école ».

Désireux d’écrire pour les journaux, Maupassant accepte l’offre de Meyer et produit entre les mois de mai et août une dizaine d’articles (ou nouvelles) qui narre les aventures de Monsieur Patissot, figure caricaturale du parfait bureaucrate, cousin proche de Bouvard et Pécuchet ou de Messieurs Berrichon et Bougran.

Patissot donc, modeste employé de bureau, voit son existence bouleversée le jour où il apprend qu’il est menacé d’apoplexie s’il ne s’adonne pas à l’exercice physique. Pour satisfaire aux recommandations de la faculté, il décide de bouleverser son quotidien en dédiant ses fins de semaines à la promenade. Ces excursions vont bien entendu donner prétexte à diverses aventures, qui vont conduire le lecteur à apprécier le ridicule, la bêtise de cette petite bourgeoisie, aux revenus aussi étroits que ses idées ; mais également à découvrir les environs de Paris à la fin du XIXe siècle, où s’aventurer jusqu’à Colombes, Sèvres ou Meudon représentait encore une véritable expédition.

Extrait : Toute sa vie avait été sédentaire. Resté garçon par amour du repos et de la tranquillité, il exécrait le mouvement et le bruit. Ses dimanches étaient généralement passés à lire des romans d’aventures et à régler avec soin des transparents qu’il offrait ensuite à ses collègues. Il n’avait pris, en son existence, que trois congés, de huit jours chacun, pour déménager. Mais quelquefois, aux grandes fêtes, il partait par un train de plaisir à destination de Dieppe ou du Havre, afin d’élever son âme au spectacle imposant de la mer.

Il vivait depuis longtemps tranquille, avec économie, tempérant par prudence, chaste d’ailleurs par tempérament, quand une inquiétude horrible l’envahit. Dans la rue, un soir, tout à coup, un étourdissement le prit qui lui fit craindre une attaque. S’étant transporté chez un médecin, il en obtint, moyennant cent sous, cette ordonnance : « M. X..., cinquante-deux ans, célibataire, employé. - Nature sanguine, menace de congestion. - Lotions d’eau froide, nourriture modérée, beaucoup d’exercice. « Montellier, D.M.P. »

Paru le 05-10-2011 - Format : Broché - 104 pages - 1 x 1 x 0 cm - 90 g - ISBN 10 : 2845781326 - ISBN 13 : 9782845781320

Collection : Littera

Tags : 19ème siècle, Paris (France), littérature francophone, pêche, critique sociale, ironie, dragon, Domaine public, expédition, bourgeoisie, portraits, banlieue, quête, classique, roman, satire, récits.

Citations de Les dimanches d'un bourgeois de Paris (6)

Il relisait à tout instant l'ordonnance, avec l'espoir, sans doute d'y trouver un sens inaperçu, de pénétrer la pensée secrète du médecin, et de découvrir aussi quel exercice favorable pourrait bien le mettre à l'abri de l'apoplexie.

À droite, une délégation d'antiques citoyennes sevrées d'époux, séchées dans le célibat, et exaspérées dans l'attente, faisait vis-à-vis à un groupe de citoyens réformateurs de l'humanité, qui n'avaient jamais coupé ni leur barbe ni leurs cheveux, pour indiquer sans doute l'infini de leurs aspirations.

Un grand désir de campagne lui était venu tout à coup, un besoin de s'attendrir devant les arbres, cette soif d'idéal champêtre qui hante au printemps les parisiens (....)Il leva les yeux aussitôt vers un petit carré de ciel qui apparaissait entre les toits, et il aperçut un morceau de bleu foncé, plein de soleil déjà, traversé sans cesse par des vols d'hirondelles qu'on ne pouvait suivre qu'une seconde.Il se dit que, de là-haut, elles devaient découvrir la campagne lointaine, la verdure des coteaux boisés, tout un déploiement d'horizons.

Vous avez le beau rôle, mesdames, puisque vous êtes pour nous la séduction de la vie, l'illusion sans fin, l'éternelle récompense de nos efforts. Ne cherchez donc point à en changer. Vous ne réussirez pas d'ailleurs.

Ce sera une fête ; ce que M. Patissot, bourgeois de Paris, appelle une fête : une de ces innombrables cohues qui, pendant quinze heures, roulent d'un bout à l'autre de la cité toutes les laideurs physiques chamarrées d'oripeaux, une houle de corps en transpiration où ballotteront, à côté de la lourde commère à rubans tricolores, engraissée derrière son comptoir et geignant d'essoufflement, l'employé rachitique remorquant sa femme et son mioche, l'ouvrier portant le sien à califourchon sur la tête, le provincial ahuri, à la physionomie de crétin stupéfait, le palefrenier rasé légèrement, encore parfumé d'écurie.

Il était plein de ce bon sens qui confine à la bêtise.


Critiques de Les dimanches d'un bourgeois de Paris : avis de lecteurs (6)


  • Critique de Les dimanches d'un bourgeois de Paris par Stemili51 (Babelio)

    Les dimanches de M. Patissot, bourgeois parisien, qui décide de faire de l'exercice pour éviter l'apoplexie, sous les conseils de son médecin. Ainsi, on le suit en excursion, à la pêche à la ligne, à ...

    Lire la critique complète >
    Par Stemili51 - publiée le 31/07/2012

  • Critique de Les dimanches d'un bourgeois de Paris par biblivore56 (Babelio)

    On suit au fil de plusieurs dimanches les péripéties de ce magnifique ahuri. On se retrouve rapidement entouré de monsieur Hulot, de Bourvil. Sur une apparence de naïveté, on assiste à une critique ac...

    Lire la critique complète >
    Par biblivore56 - publiée le 18/08/2014

  • Critique de Les dimanches d'un bourgeois de Paris par vicim (Babelio)

    C'est un court récit de Maupassant comme il sait en faire mais ici avec l'ironie en plus. L'auteur réussit à dresser le portrait d'un personnage à la fois touchant et ridicule. A la manière de Molière...

    Lire la critique complète >
    Par vicim - publiée le 10/10/2014

  • Critique de Les dimanches d'un bourgeois de Paris par Deleatur (Babelio)

    Lire Maupassant est toujours un bonheur, même si l'on peut considérer que Les Dimanches d'un bourgeois de Paris constitue un texte mineur dans son oeuvre gigantesque. Difficile de dire que ce récit d'...

    Lire la critique complète >
    Par Deleatur - publiée le 28/01/2018

  • Critique de Les dimanches d'un bourgeois de Paris par Griselda20116 (Babelio)

    Le brave et terne monsieur Patissot, personnage central de cette histoire, à qui jamais rien n'est arrivé et qui mène une vie ennuyeuse à l'extrême, se décide à partir à l'aventure tous les dimanches....

    Lire la critique complète >
    Par Griselda20116 - publiée le 06/03/2019

  • Critique de Les dimanches d'un bourgeois de Paris par Agathocle (Babelio)

    Quelle méchanceté jubilatoire !! Les dimanches de cet homme sont atroces et Maupassant raconte ça comme si c'était des vrais petits bonheurs alors que c'est tellement pathétique !!!!

    Lire la critique complète >
    Par Agathocle - publiée le 26/03/2019

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter