livres actu Livres Actu

Accueil > Guy De Maupassant > La maison Tellier


Citations de La maison Tellier (10)

Lorsque les premiers beaux jours arrivent, que la terre s'éveille et reverdit, que la tiédeur parfumée de l'air nous caresse la peau, entre dans la poitrine, semble pénétrer au cœur lui-même, il nous vient des désirs vagues de bonheurs indéfinis, des envies de courir, d'aller au hasard, de chercher aventure, de boire du printemps.

Je m'en allais à petits pas dans ces rues de tombes, où les voisins ne voisinent point, ne couchent plus ensemble et ne lisent pas de journaux.(Les Tombales)

Madame ,issue d' une bonne famille de paysans du département de l' Eure, avait accepté cette profession absolument comme elle serait devenue modiste ou lingère .

Une bonne omelette que suivit une andouille grillée, arrosée de bon cidre piquant, rendit la gaieté à tout le monde. Rivet, pour trinquer, avait pris un verre, et sa femme servait, faisait la cuisine, apportait les plats, les enlevait, murmurant à l'oreille de chacun : " En avez-vous à votre désir ? " Extrait de "La maison Tellier"

Elle tomba lourdement à ses pieds et elle gémit en versant des flots de larmes. - Qu'est-ce que t'as contre moi? Il se mit à crier, jurant:- J'ai que je n'ai pas d'éfant, nom de Dieu! Quand on prend une femme, c'n'est pas fait pour rester tout seuls tous les deux jusqu'à la fin. V'là c'que j'ai. Quand une vache n'a point de viaux, c'est qu'elle ne vaut rien. Quand une femme n'a point d'éfant, c'est aussi qu'elle ne vaut rien. Elle pleurait, balbutiant, répétant: - C'n'est point d'ma faute! c'n'est point d'ma faute! Alors il s'adoucit un peu et il ajouta:- J'te dis pas, mais c'est contrariant tout de même. (Histoire d'une fille de ferme)

Mais on se fatigue de tout, et principalement des femmes.(Les Tombales)

La nuit était noire, pleine d'astres, parcourue par une haleine embrasée, par un souffle pesant. Elle promenait sur les visages une caresse chaude, faisait respirer plus vite, haleter un peu, tant elle semblait épaissie et lourde.Les crapauds, par tout l'horizon, lançaient leur note métallique et courte. Un oiseau inconnu modulait quelques sons qui arrivaient affaiblis par la distance. Sur les larges gazons la lune versait une molle clarté, comme une poussière de ouate ; elle pénétrait les feuillages, faisait couler la lumière sur l'écorce argentée des peupliers, criblait de sa pluie brillante les sommets frémissants des grands arbres.

Alors commença le délire, ce délire fuyant des gens de la campagne qui se croient frappés par un sort, un besoin fou de partir, de s'échapper, de courir devant le malheur comme un vaisseau devant la tempête. « Histoire d'une fille de ferme »

Fumant, les coudes sur la table, un verre de fine champagne à moitié plein devant son assiette, engourdi dans une atmosphère de tabac aromatisé par le café chaud, il semblait chez lui tout à fait, comme certains êtres sont chez eux absolument, en certains lieux et en certains moments, comme une dévote dans une chapelle, comme un poisson rouge dans son bocal. « Les tombales »

Et puis, j'aime les cimetières parce que ce sont des villes monstrueuses, prodigieusement habitées. Songez donc à ce qu'il y a de morts dans ce petit espace, à toutes les générations de Parisiens qui sont logés là, pour toujours, troglodytes définitifs enfermés dans leurs petits caveaux, dans leurs petits trous couverts d'une pierre ou marqués d'une croix, tandis que les vivants occupent tant de place et font tant de bruit, les imbéciles. « Les tombales »

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de La maison Tellier : avis de lecteurs (2)


  • Critique de La maison Tellier par karenbzh (Babelio)

    Un samedi soir, les clients de la maison Tellier, bordel notoire, trouvent porte close. Désespérés, les habitués errent comme des âmes en peine dans les rues de la ville et la tension monte tandis que...

    Lire la critique complète >
    Par karenbzh - publiée le 01/06/2020

  • Critique de La maison Tellier par Chasto (Babelio)

    Nouvelles de l'hypocrisie et de la cupidité chère à l'auteur. Des "horizontales" qui passent aux "tombales", l'ironie n'est pas loin, surtout " en absence pour communion". Petit f...

    Lire la critique complète >
    Par Chasto - publiée le 06/07/2020

Ils parlent de La maison Tellier

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter