livres actu Livres Actu

Accueil > Gilles Leroy > Le château solitude

Acheter ce livre - 20.9 €


102663ème dans les ventes


Gilles Leroy

0 abonné

Gilles Leroy est un écrivain français né le 28 décembre 1958 à Bagneux (Hauts-de-Seine). Il a reçu le Prix Goncourt en 2007.

Le château solitude (2016)

De Gilles Leroy chez Grasset
(1 vote, note moyenne : 4.0)

Gilles Leroy propose, en vingt-six mots, un abécédaire égoïste et personnel où il se raconte tout entier. L’Autre, Désir, Géniteur, Jardin, Lire, Onarchie, Plaire, Rupture, Télévision, Wanderlust, Zéro, sont autant de thèmes que l’auteur explore avec fantaisie, intelligence et drôlerie. Chaque entrée donne lieu à des récits successifs, tour à tour souvenirs, anecdotes, pensées, coups de cœur ou coups de griffe, de sorte que se compose sous nos yeux une œuvre furieusement vivante et à la richesse galopante. Conçu en arborescence, Le château Solitude déploie, de toute sa densité, les multiples facettes de son auteur. Un récit en forme d’autoportrait mouvant, d’une sensibilité érudite et porté par une langue à l’irrésistible élégance.

Paru le 04-05-2016 - Format : Broché - 368 pages - 20 x 14 x 2 cm - 360 g - ISBN 10 : 2246851300 - ISBN 13 : 9782246851301

Collection : Vingt Six

Tags : récits, angoisse, solitude, humour, langue française.

Citations de Le château solitude (6)

« Sur le clavier, voulant écrire « désir », mes doigts tapent « désert »… »

C'est quand même inquiétant, cette époque malade des mots qui tient absolument à chasser du langage le mot efficace, le mot frontal, le mot flagrant qui frappe l'esprit et fait claquer la langue, pour son pâle succédané, son mol ersatz - sa cornegidouille. P182

J'évitais d'en parler, de peur de blesser. C'est une chose que j'ai apprise très tôt, dès la parole, je crois : il faut faire attention aux autres, y faire attention par deux fois; c'est-à-dire qu'il faut prendre soin d'eux et dans le même temps s'en méfier. Surtout, ne pas les mettre dans la position difficile de te haïr. Toujours penser aux autres; c'est l'impératif mondain qui tant fatigue qu'on en devient ours, on fuit ou on fait la gueule.P146

Au-delà de la connivence potache, je me rappelle combien était vif le plaisir de partager avec quelqu'un qui comprenait ce savoir inutile, gratuit, enfantin. Savoir pour rien, pour la beauté du mot, pour la liberté de penser ou pas. P86

Les livres que j'aime ont ce pouvoir de me mettre à l'abri du ressentiment et des passions tristes. P42

J'aime ce musicien israélien à la vie fêlée comme l'est sa voix. Un garçon beau, brillant, éternellement malheureux en amour, qui ose ce que peu d'hommes osent de nos jours, surtout les plus jeunes : dire le chagrin de l'amour perdu, à moins qu'il ne soit introuvable, femme après femme, d'une illusion à l'autre. Asaf Avidan a survécu à un cancer à vingt ans - mais c'est de survivre au désir qui le déchire et qu'il chante. P67


Critiques de Le château solitude : avis de lecteurs (2)


  • Critique de Le château solitude par (Babelio)

    J'ai apprécié les portraits de femme dressés dans une langue onctueuse par Gilles Leroy. Depuis quelques semaines, je chemine avec lui de façon plus précise et j'apprécie toujours autant la tournure d...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 13/06/2016

  • Critique de Le château solitude par Bazart (Babelio)

    Vingt-six, c'est le titre d'une récente collection des éditions Grasset, qui propose à des écrivains contemporains d'élaborer un abécédaire personnel, avec pour seule contrainte l'ordre alphabétique d...

    Lire la critique complète >
    Par Bazart - publiée le 24/05/2016

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter