livres actu Livres Actu

Accueil > Georges Simenon > Maigret.Maigret et la Grande Perche

Acheter ce livre - 5.6 €



Georges Simenon

0 abonné

Georges Simenon naît à Liège le 13 février 1903.Après des études chez les jésuites, il devient, en 1919, apprenti pâtissier, puis commis de librairie, et enfin reporter et billettiste à La Gazette de Liège. Il publie en souscription son premier roman... Plus >

Maigret.Maigret et la Grande Perche (1999)

De Georges Simenon chez Le Livre De Poche
(2 votes, note moyenne : 4.0)

« La Grande Perche », c'est Ernestine, une prostituée qui a eu jadis maille à partir avec le commissaire Maigret. C'est à lui, dont elle a pu apprécier l'humanité et l'indulgence, qu'elle vient confier le secret qui terrorise son mari. Au cours d'un cambriolage chez un dentiste de Neuilly, il a découvert le cadavre d'une femme dans la maison. Ainsi Maigret va-t-il faire la connaissance du Dr Guillaume Serre, veuf d'une première femme et, dit-il, quitté par la seconde, une Hollandaise du nom de Maria. Maria a-t-elle vraiment regagné Amsterdam ? Quels secrets ténébreux partagent le dentiste et sa mère, personnalité dominatrice dont il n'a manifestement jamais su s'affranchir ? Au terme d'un face à face tendu, l'intuition et l'ascendant psychologique de Maigret l'emporteront, lui révélant les abîmes que peuvent receler des existences en apparence très ordinaires.

Paru le 09-06-1999 - Format : Poche - 190 pages - 17 x 11 x 1 cm - 120 g - ISBN 10 : 2253142239 - ISBN 13 : 9782253142232

Collection : Policiers

Tags : récits, littérature, roman, classique, romans policiers et polars, délinquance, attente, fle, commissaire maigret, personnage récurrent, polar urbain, catholique, meurtre, crime, littérature francophone, littérature française, français, turc, littérature belge, 20ème siècle.

Citations de Maigret.Maigret et la Grande Perche (10)

Vous ne vous souvenez pas du jour ? Ni de l'heure ?— C'était le soir, assez tard. Attendez. Je m'étais relevée. Ne me regardez pas comme ça. Cela va me revenir.Elle avait l'air d'effectuer un calcul mental.

Boissier avait allumé une cigarette et deux doigts de sa main droite étaient brunis par le tabac, culottés comme une pipe.

Je ne sais pas comment vous tenez le coup avec le fils. Moi, avec la mère, je suis à bout. À la fin, je voyais des papillons me passer devant les yeux.

La rue était toute dorée par le soleil. On entendait le bruissement de la brise dans les grands arbres du Bois de Boulogne.Il y avait une grille noire, un peu plus loin, un carré de pelouse, une maison calme et ordonnée comme un couvent.Il y avait quelque part dans cette maison une vieille femme qui ressemblait à une Mère supérieure et une espèce de Turc avec qui Maigret avait un compte à régler.La vie était belle.

Ils changent tout le temps de femme de ménage. Moi, c'est ma dernière semaine. Dès qu'on connaît la maison, on s'en va.— Pourquoi ?— Vous croyez que c'est agréable de voir qu'on compte les morceaux de sucre dans le sucrier et qu'on vous choisit une pomme à moitié pourrie pour votre dessert ?

Voilà sa tête !Une tête d'ascète, en somme, bien plus que de voyou. La peau collait aux os, les narines étaient longues et pincées, et le regard avait une intensité quasi mystique.Même sur ces dures photographies de face et de profil, sans faux col, avec la pomme d'Adam qui saillait, on sentait l'immense solitude de l'homme dont la tristesse n'avait pourtant rien d'agressif.

Il n'avait rien d'important à y faire. Il cédait plutôt à sa manie d'aller renifler chez les gens pour mieux les comprendre.

Elle vous engueule ?— Elle ne m'a jamais engueulée. J'aurais bien voulu voir ça ! Mais c'est pis. Elle est trop polie, elle vous regarde d'un air désolé comme si vous étiez pour elle un objet dedécouragement.

— Comment est sa mère ? Une petite vieille très sèche, vêtue de noir, qui ne salue personne et ne paraît pas commode.

— Pourquoi ?— Parce que la vie n'est pas déjà si drôle.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Maigret.Maigret et la Grande Perche : avis de lecteurs (3)


  • Critique de Maigret.Maigret et la Grande Perche par Polars_urbains (Babelio)

    Décidément, les gabarits comptent dans Maigret et la grande perche, entre Ernestine, qui donne son nom au roman, son mari, un « homme chétif aux yeux inquiets » et un Maigret confronté à un suspect de...

    Lire la critique complète >
    Par Polars_urbains - publiée le 03/08/2018

  • Critique de Maigret.Maigret et la Grande Perche par (Babelio)

    On retrouve un Fascinant Maigret un phénomène : à la fois personnage mythique et familier, il nous subjugue par sa placidité et persévérance . Assuré par la déposition d'Ernestine, Maigret se ren...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 26/04/2016

  • Critique de Maigret.Maigret et la Grande Perche par Woland (Babelio)

    Vous avez déjà eu l'immense plaisir - et l'honneur tout aussi grand - de faire la connaissance de Didine dans "La Maison du Juge" et de Félicie dans "Félicie Est Là." Aujourd'hui, Nota Bene ...

    Lire la critique complète >
    Par Woland - publiée le 10/01/2015

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter