livres actu Livres Actu

Accueil > George Sand > Mauprat

Acheter ce livre - 9.1 €



George Sand

0 abonné

Œuvres principalesGeorge Sand [ ʒɔʁʒ sɑ̃ːd][1], pseudonyme d'Amantine Aurore Lucile Dupin, par mariage baronne Dudevant, est une romancière, dramaturge, épistolière, critique littéraire et journaliste française, née à Paris le 1er juillet 1804 et mo... Plus >

Mauprat (1981)

De George Sand chez Gallimard
(22 votes, note moyenne : 4.3)

Les Mauprat : une famille de petits seigneurs berrichons, incultes et cruels, qui ne seraient pas déplacés dans un roman de Sade et perpétuent au dix-neuvième siècle les pires usages du monde féodal. À l'un d'eux, Bernard, on donne à violer sa cousine, Edmée. À force de courage, de grâce et de beauté, Edmée finira par dompter Bernard, par transformer la brute en homme véritable. Roman «noir» et roman socialiste en partie inspiré par les idées de Pierre Leroux, Mauprat marque le début du combat de George Sand pour les droits de la femme. «Adieu les ignobles passions, écrit-elle alors, et l'imbécile métier de dupe ! Que le mensonge soit flétri et que l'esclavage féminin ait aussi son Spartacus. Je le serai ou je mourrai à la peine.»

Paru le 15-09-1981 - Format : Broché - 480 pages - 18 x 11 x 2 cm - 230 g - ISBN 10 : 2070373118 - ISBN 13 : 9782070373116

Collection : Folio Classique

Tags : roman, roman historique, classique, histoire, campagne, gothique, jalousie, noblesse, champêtre, romantisme, paysannerie, Féodalité, révolution française, politique, socialisme, histoire d'amour, amour, féminisme, littérature française, 19ème siècle, roman, roman historique, classique, histoire, campagne, gothique, jalousie, noblesse, champêtre, romantisme, paysannerie, Féodalité, révolution française, politique, socialisme, histoire d'amour, amour, féminisme, littérature française, 19ème siècle.

Citations de Mauprat (10)

On ne change pas l'essence de son être, mais on dirige vers le bien ses facultés diverses ; on arrive presque à utiliser ses défauts ; c'est au reste le grand secret et le grand problème de l'éducation.

Quand pour se transformer de loup en homme, il faut une lutte de quarante et cinquante ans, il faudrait vivre cent ans par delà pour jouir de sa victoire.

Je suis pleinement satisfait, maître Patience, et je sens, au contraire, de l'amitié pour vous.- Ah ! C'est que je gratte l'œil qui vous démange !

« Je parvins à gouverner mes mouvements jusqu'à un certain point. Je ne me corrigeai jamais de l'orgueil et de la violence. On ne change pas l'essence de son être, mais on dirige vers le bien ses facultés diverses; on arrive presque à utiliser ses défauts; c'est au reste le grand secret et le grand problème de l'éducation. »

Ce sont les âmes douces et résignées du peuple qui entretiennent l'orgueil et la rudesse des grands.

Vous l'aimez parce qu'elle est belle comme la marguerite des prés, et moi je l'aime parce qu'elle est bonne comme la lune qui éclaire tout le monde. C'est une fille qui donne tout ce qu'elle a, qui ne porterait pas un joyau, parce qu'avec l'or d'une bague on peut faire vivre un homme pendant un an. Et, si elle rencontre dans son chemin un petit pied d'enfant blessé, elle ôtera son soulier pour le lui donner et s'en ira pied nu. Et puis c'est un cœur qui va droit, voyez-vous.

Le pauvre a assez souffert ; il se tournera contre le riche, et les châteaux tomberont, et les terres seront dépecées. Je ne verrai pas cela, mais vous le verrez ; il y aura dix chaumières à la place de ce parc, et dix familles vivront de son revenu.

Il y a des cabarets et d'autres lieux plus dangereux encore, où le gouvernement prélève, dit-on, ses bénéfices ; il y a aussi des prêtres qui montent en chaire pour nous dire ce que nous devons au seigneur de notre village, et jamais ce que notre seigneur nous doit. Il n'y a pas d'écoles où l'on nous enseigne nos droits, où l'on nous apprenne à distinguer nos vrais et honnêtes besoins des besoins honteux et funestes, où l'on nous dise enfin à quoi nous pouvons et devons penser quand nous avons sué tout le jour au profit d'autrui, et quand nous sommes assis, le soir, au seuil de nos cabanes à regarder les étoiles rouges sortir de l'horizon.

« Que je suis malheureux, disais-je avec des yeux pleins de larmes, que je suis malheureux de t'offenser toujours et d'être haï de plus en plus à mesure que je t'aime davantage ! »Edmée était de nature impérieuse et violente. Son caractère, habitué à la lutte, avait pris avec les années une énergie inflexible. Ce n'était plus la jeune fille tremblante, fortement inspirée, mais plus ingénieuse que téméraire à la défense, que j'avais serrée dans mes bras à la Roche-Mauprat ; c'était une femme intrépide et fière, qui se fût laissé égorger plutôt que de permettre une espérance audacieuse. D'ailleurs, c'était la femme qui se sait aimée avec passion et qui connaît sa puissance. Elle me repoussa donc avec dédain, et, comme je la suivais avec égarement, elle leva sa cravache sur moi et me menaça de me tracer une marque d'ignominie sur le visage, si j'osais toucher seulement à son étrier.

(…) Je vous déplais parce que je n'ai pas d'esprit, et vous aimez M. de la Marche parce qu'il sait dire des niaiseries dont je rougirais.- Et si, pour me plaire, dit-elle en souriant, après m'avoir écouté avec beaucoup d'attention, et sans retirer ma main que j'avais prise à travers le grillage ; si, pour être préféré à M. de la Marche, il fallait acquérir de l'esprit, comme vous dites, ne le feriez-vous pas ?- Je n'en sais rien, répondis-je après un instant d'hésitation ; peut-être serais assez fou pour cela, car je ne comprends rien au pouvoir que vous avez sur moi ; mais ce serait une grande lâcheté et une grande folie.- Pourquoi, Bernard ?- Parce qu'une femme qui n'aime pas un homme pour son bon cœur mais pour son bel esprit, ne vaut guère la peine que je me donnerais. Voilà ce qu'il me semble. »

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Mauprat : avis de lecteurs (11)


  • Critique de Mauprat par (Babelio)

    Bernard Mauprat, au crépuscule de sa vie, livre "l'histoire de (sa) vie" et sa longue confession tutoie aussi bien le récit gothique, le bildungsroman que le roman historique ou d'amour, le tout panac...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 13/04/2020

  • Critique de Mauprat par Vestia (Babelio)

    Un roman de cape et d'épée souvent, on se croirait dans Dumas. Avec en plus de la réflexion, de la philosophie. L'histoire racontée se passe dans les années 1770, dans ces années justement où les gran...

    Lire la critique complète >
    Par Vestia - publiée le 18/11/2019

  • Critique de Mauprat par saradombret1981 (Babelio)

    Mauprat, dont l'action se situe au 18ème siècle n'est pas un long roman. 434 pages aux éditions folio classique. Il aborde des thèmes tels que l'éducation, le féminisme, mais encore, l'égalité. Thè...

    Lire la critique complète >
    Par saradombret1981 - publiée le 06/03/2019

  • Critique de Mauprat par Taraxacum (Babelio)

    Mauprat a failli me tomber des mains une ou deux fois. Pas pour son style, que j'ai apprécié, ou le romanesque de son histoire, mais pour son narrateur. Que j'ai détesté ce Bernard ! Un brin d'expli...

    Lire la critique complète >
    Par Taraxacum - publiée le 01/09/2018

  • Critique de Mauprat par memma (Babelio)

    J'ai une relation particulière avec Mauprat, parce que ma mère me l'a lu tout haut quand j'étais petite, pour me consoler d'être malade alors que j'étais en vacances. Les textes de Sand sont aérés, ai...

    Lire la critique complète >
    Par memma - publiée le 27/11/2016

  • Critique de Mauprat par mguy (Babelio)

    Ce récit se situe dans le Berry. Bernard, personnage principal, est élevé par des seigneurs malfaisants et tyranniques, membres de sa famille. C'est dans des circonstances tragiques qu'il va être adop...

    Lire la critique complète >
    Par mguy - publiée le 12/05/2016

  • Critique de Mauprat par lelivredapres (Babelio)

    Je ne sais pas pour vous mais Mauprat, moi, cela ne me rappelait rien. La mare au diable, ou La petite fadette ou encore Consuelo, oui, mais ce titre, il me semble bien ne jamais l'avoir entendu aupar...

    Lire la critique complète >
    Par lelivredapres - publiée le 13/02/2014

  • Critique de Mauprat par Syl (Babelio)

    Quelques années avant et après la Révolution. « … sa santé robuste, sa taille droite, sa démarche ferme et l'absence de toute infirmité annoncent quinze ou vingt ans de moins. Sa figure m'eût sembl...

    Lire la critique complète >
    Par Syl - publiée le 13/04/2013

  • Critique de Mauprat par Missbouquin (Babelio)

    Après plusieurs textes peu intéressants cette semaine, j'ai décidé d'effectuer un retour aux sources ! Après avoir hésité entre Zola et Sand, tous les deux bien présents dans ma bibliothèque, j'ai fin...

    Lire la critique complète >
    Par Missbouquin - publiée le 11/12/2012

  • Critique de Mauprat par Titine75 (Babelio)

    A 80 ans, Bernard Mauprat décide de conter l'histoire remarquable de sa jeunesse et de sa famille. Deux branches fort dissemblables existaient chez les Mauprat : la branche aînée à laquelle appartenai...

    Lire la critique complète >
    Par Titine75 - publiée le 11/07/2011

  • Critique de Mauprat par ignatus-reilly (Babelio)

    Bernard de Mauprat à sept ans lorsqu'il se retrouve orphelin. Il est recueilli pas son grand-père Tristan de Mauprat. Il va aller habiter à la Roche-Mauprat, lieu sinistre où Tristan de Mauprat et ses...

    Lire la critique complète >
    Par ignatus-reilly - publiée le 26/11/2010
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Mauprat

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter