livres actu Livres Actu

Accueil > Geoffroy De Villehardouin > La conquête de Constantinople

Acheter ce livre - 12.5 €


45743ème dans les ventes


Geoffroy De Villehardouin

0 abonné

La conquête de Constantinople (2004)

De Geoffroy De Villehardouin chez Flammarion
(1 vote, note moyenne : 4.0)

Geoffroy De Villehardouin La Conquête de Constantinople Habile politique, meneur d'hommes écouté, Geoffroy de Villehardouin a joué un rôle important tout au long de la quatrième croisade, de 1200 à 1207, surtout au début (ambassade de Venise, choix de Boniface de Montferrat comme chef de l'armée) et à la fin, après la seconde prise de Constantinople. Ce fut, au sens médiéval du terme, un prudhomme qui, dans un monde tenté par l'individualisme - c'est le temps du chevalier errant -, a constamment recherché l'unité contre toutes les forces de dissolution. Sa sobre grandeur, son absence de complaisance envers soi-même, son refus de s'exhiber et sa discrétion forcent le respect et l'admiration, même s'il arrive que son récit soit tendancieux et défende les choix des grands. Comme l'a écrit Sainte-Beuve, «jusqu'à la fin sur la brèche, il porte intrépidement l'épée, il tient simplement la plume; c'est assez pour offrir à jamais, dans la série des historiens hommes d'action où il s'est placé, un des types les plus honorables et des plus complets de son temps».

Paru le 01-03-2004 - Format : Poche - 426 pages - 18 x 11 x 0 cm - 300 g - ISBN 10 : 2080711970 - ISBN 13 : 9782080711977

Collection : Gf (Flammarion)

Tags : récits, prose, aventure, autobiographie, témoignage, histoire, bataille, détournement, romanesque, expédition, chevaliers, croisades, historiographie, guerre, littérature française, venise, orient, moyen-âge, littérature médiévale, médiéval.

Citations de La conquête de Constantinople (2)

Or vous pouvez savoir qu'ils regardèrent beaucoup Constantinople ceux qui ne l'avaient jamais vue; ils ne pouvaient croire qu'une si riche ville pût exister dans tout le monde, quand ils virent ces hauts murs et ces riches tours dont elle était close tout à l'entour à la ronde, et ces riches palais et ces hautes églises, dont il y avait tant que personne ne l'eût pu croire s'il ne l'eût vu de ses yeux, et la longueur et la largeur de la ville qui sur toutes les autres était souveraine. Et sachez qu'il n'y eut homme si hardi à qui la chair ne frémît; et ce ne fut pas merveille; car jamais si grande affaire ne fut entreprise par aucune nation, depuis .

Et il était déjà tard, et ceux de l'armée (des croisés) étaient lassés de la bataille et du massacre. Ils commencèrent à s'assembler sur une grande place qui était à l'intérieur de Constantinople ; et ils décidèrent de camper près des murs et des tours qu'ils avaient conquises: car ils ne croyaient pas pouvoir vaincre la ville fût-ce en un mois, avec ses églises et ses palais fortifiés, et le peuple qui était dedans.


Critiques de La conquête de Constantinople : avis de lecteurs (2)


  • Critique de La conquête de Constantinople par finitysend (Babelio)

    C' est un récit très scénique , dynamique et très avenant , principalement sur la conquête de Constantinople lors de la quatrième croisade La langue de cette chronique , est émouvante car , c'est ...

    Lire la critique complète >
    Par finitysend - publiée le 29/09/2017

  • Critique de La conquête de Constantinople par (Babelio)

    Geoffroy De Villehardouin a écrit, dans un style très épuré, une chronique de la quatrième croisade à laquelle il participa activement avec d'autres barons francs. Il insiste surtout sur les faits pol...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 17/01/2017

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter