livres actu Livres Actu

Accueil > Françoise Dolto > Essais, II : Sexualité féminine

Acheter ce livre - 11.5 €


9975ème dans les ventes


Françoise Dolto

0 abonné

Françoise Dolto (née le 6 novembre 1908, dans le 16e arrondissement de Paris et morte le 25 août 1988 dans le 5e arrondissement de la même ville) est une pédiatre et psychanalyste française. Elle s'intéresse particulièrement à la psychanalyse des enf... Plus >

Essais, II : Sexualité féminine (1999)

De Françoise Dolto chez Gallimard

«Je souhaite intéresser ici les lecteurs au témoignage d'une femme sur les femmes. Sous le titre général de La libido génitale et son destin féminin, je vais essayer, dépouillant le mot destin de ses résonances fatales, magiques ou déterministes, de témoigner en femme, en mère et en psychanalyste pratiquant depuis plus de vingt ans des faits d'observation que j'ai pu glaner concernant la sexualité dans son développement chez les filles, ne retenant ici que les traits que j'ai pu rencontrer chez le plus grand nombre.»À partir de cette expérience clinique très riche, Françoise Dolto explore le cheminement dynamique, de la naissance à la vieillesse, d'une libido au féminin, elle en suit les manifestations dans la vie érotique et passionnelle, dans la relation à l'autre et à la famille, déployant pour ce faire toutes les harmoniques du désir et de l'amour.

Paru le 01-11-1999 - Format : Broché - 608 pages - 18 x 11 x 2 cm - 324 g - ISBN 10 : 2070404323 - ISBN 13 : 9782070404322

Collection : Folio Essais

Tags : essai, civilisation, sexe, symbolique, sexualité, langage, libido, écrivain femme, cogitations, freudisme, Féminité (psychologie), Psychanalyse et femmes, psychologie, psychanalyse, maternité, érotisme, santé, sexualité féminine, féminisme, 20ème siècle.

Citations de Essais, II : Sexualité féminine (10)

Si l'amour existe entre deux personnes, l'harmonie sexuelle s'ensuit.

Ce qui est dommage aussi, c'est qu'il s'agit surtout de fantasme de perfection de l'amour vu uniquement dans le sens physique et orgastique, alors que ce dont un être humain a le plus besoin c'est d'une évolution vers plus d'humanisation de ses rapports. Ce n'est pas dans la recherche du corps, surtout du sien propre, qu'il va la trouver, mais dans la relation d'amour avec l'autre.

Dans la rencontre des sexes les émois doivent s'échanger dans une médiation émotionnelle exprimée en paroles pour que les jeux érotiques deviennent entre partenaires un langage d'amour humain, et pas seulement des figures de copulation stéréotypées ou acrobatiques, à effet hygiénique voulu et effet fécondateur éventuel.

Tout autre est la valeur de l'orgasme survenant dans l'union de deux personnes liées l'une à l'autre par le lien de l'amour. Les coïts sont alors symboliques du don réciproque de leur présence attentive l'un à l'autre, et de leur existence sensée l'un par l'autre. L'éphémère pouvoir imaginaire qu'ils se promettent et se donnent réciproquement, dans la réalité de leur corps, d'accéder au phallus, focalise le sens de leur désir, c'est-à-dire de leur être tout entier . Le fruit pour la femme d'un orgasme complet vaginal et utéro-annexiel éprouvé à l'occasion du coït est triple : l'apaisement de toute tension, la béatitude nirvanique, et chaque fois la conviction d'un bonheur jamais encore éprouvé. Elle ressent un émoi de tendresse reconnaissante pour son partenaire, dont la personne tout entière, seul témoin humain de son existence pendant la faille de temps et de conscience de son orgasme, justifie peut-être alors sa « fente », sans lui injustifiable ; la personne de son amant est associée à son sentiment et à son ressenti de rénovation.

C'est là, souvent, que se joue de façon compliquée le masochisme masculin, dans le fait qu'il doit se refuser à une régression maternante, alors qu'elle serait souvent tentante et surtout nécessaire à la restauration du morcellement auquel il est beaucoup plus soumis dans ses fantasmes que les filles. Elles sont tranquilles, c'est terminé. Il n'y a plus rien à couper. En effet, le morcellement castrateur, le garçon le risque réellement dans le corps à corps des combats. Il le risque imaginairement dans les fantasmes érectiles de conquêtes sexuelles, puisqu'elles sont toujours suivies de flexivité pénienne. Il le risque aussi symboliquement à travers son nom, dans les agissements extraconjugaux de sa femme, qui peuvent entacher son nom, dans les échecs de sa fratrie masculine qui porte son nom, de sa descendance qui porte son nom. Quant à son rapprochement de son père, dès qu'il l'ébauche corporellement et non fantasmatiquement, ou culturellement par une médiation symbolique, il peut être dominé par les affects qui découlent de ce qu'il projette sur le père, la jalousie de sa réussite, l'insuffisance de sa valeur par rapport à celle de son père. Et lorsqu'il est en état d'infériorité, quelle que soit la raison, et qu'il s'approche pour se faire un peu materner par ce père, une crainte liminaire est toujours là, celle de régresser, de devenir un bébé ; ou, si le père est un homme très fort et haut en verbe, le garçon craint de lui dire ses faiblesses, de peur d'être ridiculisé.

Le narcissisme du garçon est pris dans la nécessité de défendre l'érectilité de son corps fort et adroit, habile, redoutable, alors que la fille qui a accepté son sexe semble ne plus rien craindre, sauf d'être agressée par qui ne lui plaît pas. Aussi, elle développe très bien l'évitement, la prudence, l'économie, le sens de conservation. Le camouflage de ses trésors aussi.

Chose curieuse, maintenant que les femmes conduisent autant que les hommes, les filles aiment bien avoir une petite voiture parmi leurs objets hétéroclites, mais elles ne jouent pas à la petite voiture comme le font les garçons, qui s'engagent dans des jeux d'aller et venir, faire aller et venir leurs petites voitures, les faire se rencontrer ; ils s'identifient au plus fort, alors qu'elle soigne son propre corps, comme signe d'être l'objet préférentiel de l'homme.

Le désir d'intéresser les porteurs de phallus, les hommes, se montre par l'identification à la mère dans les soins ménagers, quand la mère est une bonne ménagère, et l'identification de son corps à un objet paré de signes qui la font regarder par les garçons, ou du moins se l'imaginent-elles. Les noeuds dans les cheveux, même actuellement où ce n'est plus la mode. Les colliers, les bracelets, et elle est pleine d'ingéniosité pour fabriquer elle-même tous ces affûtiaux qui sont des surcompensations de l'absence de son pénis, mais qui prouvent aussi la dynamique centripète d'attirer à soi le regard et l'attention des hommes.

Ce que les adultes doivent retenir, c'est que le sexe pour l'enfant n'existe pas encore ; il s'agit de régions érotiques voluptueuses d'ensemble et, ce qui est spécifiquement érotique passant inaperçu autant à l'enfant qu'aux adultes, il s'agit d'émois ressentis dans la vulve pour la fille, et le vagin peut-être, et pour le garçon d'émois érectiles de son pénis. La phase phallique est donc urétrale. Sur le pénis du petit garçon, la première fois qu'elle le voit, toute fille veut se précipiter en disant : « C'est à moi ça, donne-le-moi, je le veux. » Ça provoque d'ailleurs une hilarité chez le garçon, et un dépit chez la fille, de voir que le garçon ne se sent pas vexé. Immédiatement, c'est le retour à la mère : « Pourquoi, moi, j'ai pas ça comme lui ? » C'est là que la parole de la mère peut faire tourner le sens esthétique et éthique de la fille par des paroles justes qui identifient son corps au sien. Et, dans le corollaire, le corps du garçon au corps du père.

Dans l'expérience que j'ai pu avoir, lors des visites de jeunes filles en désarroi, il s'agissait toujours de suites de relations sexuelles qui n'avaient pas eu de sens pour elles, au moment où elles s'étaient laissées prendre aux moqueries de leurs camarades et des garçons devant leur réticence à se donner, alors qu'elles n'éprouvaient ni désir ni amour. Finalement, elles se laissent avoir pour ne pas paraître stupides, et aussi parce que court chez les jeunes filles la crainte d'être frigides. Or, bien sûr, elles se mettent justement dans les conditions de le devenir, si elles se donnent sans que ça ait aucun sens, ni éthique ni esthétique, ni symbolique, pour elles au moment où elles se donnent.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Essais, II : Sexualité féminine : avis de lecteurs (1)


  • Critique de Essais, II : Sexualité féminine par (Babelio)

    remarquable

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 29/12/2016

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter