livres actu Livres Actu

Accueil > Francisco Coloane > El Guanaco

Acheter ce livre - 18.4 €



Francisco Coloane

0 abonné

El Guanaco (1995)

De Francisco Coloane chez Phébus

Paru le 24-08-1995 - Format : Broché - 190 pages - 20 x 14 x 1 cm - 214 g - ISBN 10 : 2859403868 - ISBN 13 : 9782859403867

Collection : Littérature étrangère

Tags : récits, roman, croyances, onirique, indiens, bagne, légendes, société, peur, mythes, patagonie, terre de feu, malouines, littérature sud-américaine, chilien, littérature chilienne, littérature hispanique, argentine, amérique du sud, chili.

Citations de El Guanaco (10)

Il y a deux manières de s'éduquer : la première à l'école de la vie, et l'autre à celle des livres.

Il arrive que les rêves forcent le destin.

Enfin, l'une de ces créatures expliqua aux hommes que dans le jaind vivait Halpen, une femme au corps informe et gros comme une baleine, qui habitait sous la terre et se nourrissait de chair humaine, dévorant, tous ceux qui passaient à sa portée. En amour elle avait une sensualité de fauve. Elle était insatiable. Elle épuisait la virilité de tous les hommes qu'elle capturait, avant de les dévorer. Copulations et meurtres se succédaient pour cette femme qui ressemblait à une grosse baleine bleue. Après l'amour, la seule façon d'apaiser sa faim était de lui donner de grandes quantités de chair de guanaco. Alors seulement elle cessait de pourchasser les hommes.

A cette époque, j'étais heureux de porter une cape de guanaco, avec la laine à l'extérieur, ça ne tenait pas très chaud mais j'étais propre et plus fort pour affronter le froid ; je ne portais pas la laine du guanaco blanc, comme aujourd'hui. Les Ona vivaient longtemps, pleins de santé, robustes, fiers et heureux. Je n'aime pas la civilisation, il y a trop d'inconvénients, on n'est jamais propriétaire de son toit, de sa maison, parce qu'il faut acheter la terre à l'État. L'État dit que la terre lui appartient, mais la terre appartient aux Ona, alors comment peuvent-ils la vendre? Faut-il être civilisé pour posséder une terre? L'Ona est propriétaire de son arc, de ses flèches, de ses mocassins, de sa cape et de tout ce qu'il y a dans l'air, dans les plaines et au bord de la mer. Autrefois, l'Ona allait partout, personne ne lui demandait: D'où tu viens? Où tu vas? Qu'est-ce que tu fais? C'était mieux avant les barbelés. L'Indien n'aime pas les barbelés. Après il y a eu les troupeaux de guanacos blancs, les moutons, et les propriétaires ont commencé à traquer les Indiens, ils disaient qu'ils leur volaient des bêtes. Mais les indiens chassaient les vrais guanacos, presque aussi grands que les chevaux ; ils couraient plus vite que les chevaux, ils bondissaient au-dessus des clôtures. Un jour, un Ona dû prendre un mouton pour ne pas mourir de faim ; il ne savait pas que les moutons ont un propriétaire. Et pourquoi n'en manger qu'un alors qu'il y en avait des milliers ? C'est ce qu'ils disaient. Comme les vrais guanacos commençaient à manquer, les Ona capturaient des guanacos blancs, pour se nourrir, pas pour faire le commerce. Alors, les propriétaires ont commencé à tuer des Ona.

Les tempêtes qui rongent inlassablement le sommet du Cap Horn redoublent de violence à mesure qu'elles se rapprochent de la Terre de Feu. Les rafales chargées d'aiguilles de glace obligent les bateaux à naviguer sous le vent. A l'ouest du cap, à l'extrémité de la péninsule Hardy, la montagne rouge plonge dans la mer comme une tête de rhinocéros sur le point de charger. Un piton rocheux se dresse comme une corne menaçante, et un autre rocher, qui émerge à peine, suggère l'autre corne de la bête et ses fosses nasales d'où semblent jaillir bourrasques et tornades.

Aux Malouines, j'ai failli me noyer trois fois. Quand j'étais gosse, je suis tombé à l'eau. L'éclair circulaire de la mort, je le connais depuis qu'on ma sauvé des flots… Ma mère et ma tante m'ont sauvé à coups de baiser sur la bouche. Baiser… parfois je ne croie plus qu'en ça… Aux Malouines on dit : « Chie bien et tu vivras mieux.

Et il s'endormit en ronflant comme un porc. Ainsi s'achevaient la plupart du temps les beuveries de Cochon Rouge. Sam vida la bouteille. L'afflux d'alcool dans son sang fit surgir l'image d'un corps de femme à la peau brune, aux fesses nues, allongé à plat ventre dans l'herbe.

Quand un nouveau-né mourait, les indiennes Ona attrapaient aussitôt un de ces chiots et l'allaitaient comme un enfant. Si elles n'en trouvaient pas, elles se lacéraient les seins avec un coquillage tranchant ou avec la mâchoire d'un petit dauphin blanc, habituellement utilisée comme peigne.

Le Pelé lui avait appris à tuer les moutons sans les faire souffrir. On couche l'animal par terre, on écarte délicatement la fine laine de la gorge où on pratique l'incision en tirant la tête vers l'arrière, sur le genou plié, et, de la pointe du couteau on porte le coup final, à la manière d'un habile torero. Tuer est un métier. Celui qui tue un animal d'une main inexperte donne un triste spectacle et sombre à son tour dans l'animalité.

Les hauts sommets de la planète sont riches en légendes ; telles des gouttes perdues, elles voyagent sur les nuages, les glaciers, les filets d'eau ou de lumière qui s'infiltrent silencieusement dans les veines de la terre : elles franchissent les océans et leurs reflets brillent comme autant de miroirs de la geste de l'homme ou des dieux.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de El Guanaco : avis de lecteurs (4)


  • Critique de El Guanaco par Sachenka (Babelio)

    Deuxième lecture de Francisco Coloane, ce mois-ci, et deuxième déception. Et je crois que je suis le premier à qui cela fait mal. C'est que j'adore tellement cet auteur chilien et ses recueils de no...

    Lire la critique complète >
    Par Sachenka - publiée le 18/03/2020

  • Critique de El Guanaco par tristantristan (Babelio)

    Le style de Francisco Coloane ne se renouvelle pas. C'est limite glacial, comme pour Vargas Llosa. Ici, l'auteur nous présente des faits humains mêlés à des légendes.

    Lire la critique complète >
    Par tristantristan - publiée le 29/05/2019

  • Critique de El Guanaco par Acerola13 (Babelio)

    Mêlant légendes des Indiens patagons et récit des colons européens venus occuper des terres qu'on leur avait octroyées, El Guanaco conte la Patagonie, cette région isolée de tous et où se retrouvent v...

    Lire la critique complète >
    Par Acerola13 - publiée le 21/05/2018

  • Critique de El Guanaco par le_Bison (Babelio)

    Ce soir ou jamais, je t'emmène à l'autre bout du monde… Cap au sud-sud-ouest… Cap à l'extrême. Enfile ton poncho, j'emporte le disque de Florent Pagny, objet futile mais indispensable à toute tra...

    Lire la critique complète >
    Par le_Bison - publiée le 23/01/2014

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter