livres actu Livres Actu

Accueil > Enrique Vila Matas > Paris ne finit jamais

Acheter ce livre - 8.0 €


49132ème dans les ventes


Enrique Vila Matas

0 abonné

Paris ne finit jamais (2012)

De Enrique Vila Matas chez Bourgois

À l’occasion d’une conférence sur l’ironie, qu’il doit donner à Barcelone, un écrivain revient sur ses années de bohème et d’apprentissage littéraire à Paris. Sous la figure tutélaire d’Ernest Hemingway, il dit son amour pour cette ville à travers les souvenirs de ses premiers pas dans l’écriture, tandis qu’il habitait dans une chambre louée par Marguerite Duras à partir de 1974. Maniant en maître l’ironie et la digression, Vila-Matas offre une promenade décalée, à la fois tendre et grinçante, dans la mythique capitale. 

Enrique Vila-Matas est né à Barcelone en 1948. À dix-huit ans, il est embauché comme rédacteur dans une revue de cinéma, Fotogramas, pour laquelle il réalise parfois de fausses interviews. De 1974 à 1976 il vit à Paris et loue une chambre de bonne à Marguerite Duras. Il raconte ses aventures parisiennes trente ans plus tard dans Paris ne finit jamais (2004). De retour dans sa ville natale en 1976, Enrique Vila-Matas se consacre à l’écriture ; il est également chroniqueur pour divers journaux catalans. Il a reçu le prestigieux prix Herralde de Novela en 2002 et le prix Médicis étranger 2003 pour Le Mal de Montano.

« Récit d’apprentissage, réflexion sur la transcription du réel dans l’écriture, errance mélancolique d’une période révolue, super guide du routard germanopratin et bien plus encore, Paris ne finit jamais est un livre atypique et foisonnant dans lequel on prend plaisir à s’égarer. » (Baptiste Liger, Lire)

« Vila-Matas signe un autoportrait désopilant tout en épinglant les impostures d’une époque qui accoucha d’une souris dans le lit glacial du terrorisme intellectuel. On croise Sollers, des structuralistes en col mao, des cinéastes underground, des génies méconnus, des frustrés, de situs enragés. Et bien sûr […] Marguerite Duras. […] Son témoignage est drôle, gentiment cruel et jamais revanchard. » (André Clavel, L’Express)

« Artiste peint en jeune homme écrivant son premier roman, le narrateur nomade va, après un concours raté de doublés d’Hemingway à Cuba, s’installer dans la ville de la littérature. Sur le mode ironique, l’époque ayant changé, l’apprenti-écrivain arpente les lieux visités par son modèle. Ainsi, il part à la recherche de cet esprit qui a animé tous les écrivains étrangers (et français) qui ont vécu et écrit à Paris. » (Patrick Amine, Art Press)

« Paris ne finit jamais est le livre drôle, poétique, touchant et ironique d’une initiation à la littérature : comment l’on doit perdre ses illusions, ses croyances et ses apparences, ses postures en forme d’impostures pour mieux trouver son style, sa voix, écrire ses propres livres, bref, être soi. L’ironie constamment touchante, jamais abjecte ni condescendante dont fait preuve Vila-Matas tout au long de son livre, est l’incarnation de sa philosophie de l’écrivain et de l’écriture. L’ironie, c’est ne jamais adhérer complètement, être dans l’écart, là où il y a du jeu. » (Nelly Kaprièlian, Les Inrockuptibles)

Paru le 13-09-2012 - Format : Poche - 291 pages - 1 x 1 x 0 cm - 220 g - ISBN 10 : 2267023938 - ISBN 13 : 9782267023930

Collection : Titres


Critiques de Paris ne finit jamais : avis de lecteurs (0)

Ils parlent de Paris ne finit jamais

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter