livres actu Livres Actu

Accueil > Enrique Vila Matas > Impressions de Kassel

Acheter ce livre - 22.0 €


24824ème dans les ventes


Enrique Vila Matas

0 abonné

Impressions de Kassel (2014)

De Enrique Vila Matas chez Bourgois
(4 votes, note moyenne : 4.0)

Que peut avoir à faire un homme de lettres à la Documenta de Kassel, foire mondiale d'art contemporain? C'est pourtant bien un écrivain barcelonais que les commissaires de l'événement ont adressé une invitation pour une intervention inattendue: se présenter chaque matin dans un restaurant chinois afin d'écrire en public.
La perplexité et la timidité l'incitent d'abord à décliner cette proposition. Mais une jeune émissaire tactiquement envoyée à sa rencontre achève de le convaincre. Oscillant entre optimisme et pessimisme, marqué par une ironie permanente, "Impression de Kassel" aborde ainsi, au cœur de la fiction littéraire, la question de la représentation contemporaine et propose un bel éloge de l'art.

Paru le 02-05-2014 - Format : Broché - 358 pages - 20 x 12 x 2 cm - 290 g - ISBN 10 : 2267026570 - ISBN 13 : 9782267026573

Collection : Littérature étrangère

Tags : récits, roman, autobiographie, fiction, suspense, sculpture, angoisse, pessimisme, reportage, romanesque, obsessions, art, écrivain, absurde, ironie, art contemporain, autofiction, chinois, allemagne, espagne.

Citations de Impressions de Kassel (10)

......contrairement à ce que tant de gens croient, on n'écrit pas pour se distraire même si la littérature est l'une des choses les plus distrayantes du monde, on n'écrit pas non plus pour « raconter des histoires », bien que la littérature regorge de récits géniaux. Non. On écrit pour attacher le lecteur, pour se rendre maître de lui, le séduire, le subjuguer, entrer dans l'esprit d'un autre et y rester, pour l'ébranler, le conquérir…

Avais-je oublié Humboldt, ce personnage de Saul Bellow qui aimait à rappeler le jour où Artaud avait invité les intellectuels les plus brillants de Paris à une conférence ? Quand ils furent tous réunis, il ne lut rien, il monta sur scène et se contenta de crier comme un animal sauvage. Il semblerait qu'après avoir ouvert la bouche, Artaud n'ait pas arrêté de pousser des cris tonitruants tandis que les intellectuels parisiens effrayés ne bougeaient pas de leurs sièges. Pour eux, c'était un acte délicieux. Pourquoi ? Humboldt dit qu'Artaud avait d'une certaine façon compris que le seul art qui pouvait intéresser les intellectuels était celui qui célébrerait la primauté des idées. Les artistes devaient intéresser les intellectuels, la nouvelle classe. Aussi la situation de la culture et de l'histoire de la culture était-elle devenue le thème de l'art. C'est pourquoi un auditoire raffiné de Français écoutait respectueusement Artaud quand il criait. Pour eux, le but exclusif de l'art était de suggérer et d'inspirer des idées…

Kafka : « Est-il vrai qu'on peut s'attacher une jeune fille par l'écriture ? » On a rarement formulé avec autant d'ingénuité, de précision et de profondeur l'essence même de la littérature.

Y eut-il, un jour, meilleur dessin de la condition humaine que les points de suspension avec leur joyeuse suspension de ce qui, tout compte fait, ne peut aspirer qu'à être éternellement en suspens ?

Les gens qui soudain –ce qui est parfois mon cas, c'est pourquoi je me débrouille pour ne pas trop me laisser voir le soir –montrent un aspect d'eux-mêmes que nous n'aurions jamais imaginé, font toujours peur.

....elle a ri parce qu'elle venait de lire le curriculum vitae de Numminem inscrit dans le programme. La traduction de sa biographie en castillan était sûrement sortie directement du traducteur anarchique de Google : « M. A. Numminem est né en 1940 à Somero, Finlande. Il a fait des études de philosophie, de sociologie et de linguistique à l'université d'Helsinki […]. Il a composé des intimés philosophiques, des films écrits, des poèmes, expérience en génialité et tango. »

J'aurais aimé avouer, à ce moment-là, à Boston qu'il me semblait incroyable de ne pas avoir su remarquer, dès le premier instant, que le politique ou plutôt l'éternelle chimère d'un monde humanisé était inséparable de la recherche artistique et de l'art le plus avancé.

Jovani disait aussi, si ma mémoire ne me jouait pas des tours, qu'il fallait se demander qui souhaiterait vraiment avoir un urinoir signé dans le salon de sa maison. Les différences entre art exposé dans les musées et art sans foyer ni direction, art de l'intempérie si visible à Kassel dans diverses installations, ne pouvaient peut-être pas trouver meilleure synthèse que dans cette question.

Arrivé sur les lieux, n'ayant rien à y faire, j'aurai pu partir. Mais je me suis aussitôt dit que c'était tourner le dos à l'incertitude et je suis resté. Je ne devais absolument pas m'inquiéter du risque de m'ennuyer, me suis-je dit, parce que si je voulais m'occuper toute la nuit, il me suffisait, par exemple, de me demander ce que faisait Dieu avant de créer le monde.

C'est dans la grotte d'Artaud que je me suis souvenu de ma vieille conviction - toujours valide après vérification - que celui qui se consacre à la littérature n'a pas renoncé au monde, c'est celui qui l'a tout simplement expulsé ou ne l'a jamais admis comme locataire.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Impressions de Kassel : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Impressions de Kassel par Bookycooky (Babelio)

    Une scène dans le train, “« Pourriez-vous me dire ce qu'est ce paquet rangé dans le porte-bagages au-dessus de votre tête ? » demande un passager. Et l'autre de lui répondre : « Ah, c'est un McGuffin...

    Lire la critique complète >
    Par Bookycooky - publiée le 12/11/2019

  • Critique de Impressions de Kassel par (Babelio)

    Voyage en avant-garde. Dans un roman constamment drôle, malin et d'une rare intelligence, Enrique Vila-Matas met en scène, par un jeu de dédoublements (tant littéraire par la référence constante à Rou...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 05/07/2019

  • Critique de Impressions de Kassel par YANCOU (Babelio)

    Forte impression aussi avec ce livre de Vila-Matas, rédigé pendant et autour de son passage à la Documenta 13 de Kassel il y a deux ans. Une fois de plus, lire le Barcelonais ce n'est pas simplement l...

    Lire la critique complète >
    Par YANCOU - publiée le 01/06/2016

  • Critique de Impressions de Kassel par pasiondelalectura (Babelio)

    Enrique Vila-Matas est un auteur barcelonais qui excelle dans la metalittérature, ses récits se perdent entre l'autofiction et l'essai avec de nombreuses passerelles vers d'autres auteurs, d'autres ...

    Lire la critique complète >
    Par pasiondelalectura - publiée le 25/10/2014

  • Critique de Impressions de Kassel par LibraireDeParis (Babelio)

    Habitué à déstabiliser son lecteur par ses livres dénués de romanesque mais chargés en divagations d'auteur, Enrique Vila-Matas revient avec "Impressions de Kassel", qui réunit toutes ses obsessions. ...

    Lire la critique complète >
    Par LibraireDeParis - publiée le 18/07/2014

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter