livres actu Livres Actu

Accueil > Elizabeth Maxwell > Et ils s'envoyèrent en l'air

Acheter ce livre


119511ème dans les ventes


Elizabeth Maxwell

0 abonné

Elisabeth « Betty » Maxwell, née Meynard, née le 11 mars 1921 et morte le 7 août 2013, est une historienne d'origine française et de nationalité britannique. Elle est spécialiste de la Shoah, et fonde en 1987 Holocaust and Genocide Studies, une publi... Plus >

Et ils s'envoyèrent en l'air (2015)

De Elizabeth Maxwell chez Presses De La Cité
(5 votes, note moyenne : 3.4)

L'existence de Sadie Fuller n'a rien d'un conte de fées. Divorcée d'un mari homo, mère d'une préado à l'humeur imprévisible, et amante régulière d'un cadre bedonnant rencontré par petites annonces, elle doit en outre donner le change à ses voisines, habitantes respectables de banlieue chic, qui la croient auteur de bluettes – alors que, en réalité, c'est avec des romans érotiques qu'elle gagne (largement) sa vie.
Quelle n'est pas sa surprise, un beau matin, de tomber nez à nez dans les rayons de son hypermarché avec l'un des héros qu'elle a créés : Aidan Hathaway, multimillionnaire sexy en diable, complètement paumé dans cette sordide réalité à mille lieues du glamour dans lequel il a toujours baigné…

Elizabeth Maxwell signe une comédie impertinente et loufoque, qui va à contre-courant des codes littéraires habituels en mélangeant et détournant les genres. Un livre qui vous fera pleurer de rire.

Paru le 09-04-2015 - Format : Broché - 299 pages - 22 x 14 x 2 cm - 407 g - ISBN 10 : 2258115728 - ISBN 13 : 9782258115729

Collection : Romans Domaine étranger

Tags : aventure, récits, fiction, roman érotique, chick lit, banlieue, loufoque, sorcières, diable, allemande, yoga, chevalerie, parcours initiatique, écrivain femme, magie, sexe, romanciers, fées, humour, romance.

Citations de Et ils s'envoyèrent en l'air (10)

Son domaine d'expertise à elle, c'étaient les romans de Jane Austen. J'ai ainsi été nourrie dès mon plus jeune âge à une vision du monde où l'amour, initialement contrarié, triomphe par miracle dans les derniers chapitres pour assurer in extremis l'indispensable happy end.

Quand on a vécu des années durant en la compagnie perpétuelle d'un enfant, faire les courses en solo peut s'avérer une expérience profondément déprimante.

Quand je décris un personnage, je me contente en effet d'esquisser certains de ses attributs et c'est à vous, lecteurs, de combler les lacunes.

Le corps humain a besoin de plus de quatre cents calories par jour pour survive. Moi, j'en avale autant d'un trait chaque fois que je passe chez Starbucks. Mais bon, tout le monde n'a pas mes aptitudes naturelles.

Toute célibataire méritait des fleurs et des diamants et un amant entièrement dévoué à la cause de son bonheur, comme Walter l'était à celui de Marguerite. Le champagne, les nuits étoilées, les baisers ébouriffants et les papillons dans le ventre, tel était notre dû à toutes.

Après tout, elle avait quarante-deux ans lorsqu'elle a rencontré son Walter, et depuis, elle nage dans le bonheur. Le fait qu'au contraire de ses héroïnes Jane Austen elle-même n'ait aucunement trouvé l'amour dans le dernier quart de sa vie ne troublait pas ma mère le moins du monde. Pas une fois elle n'a mentionné le fait que cette immense romancière est morte prématurément, seule et inconnue du public, à l'âge de quarante et un ans.

Seulement, les voitures sont comme des femmes. Il faut les choyer, les respecter. Toutes sont belles !

Quand un vagabond sans proches ni maison et qui a oublié jusqu'à son propre nom se met à vous parler d'amour, tous à vos filets ! Il a des papillons dans le compteur. Je n'ai rien contre les lépidoptères, mais vous voyez le topo.

...dans la vraie vie, le sexe est bien plus ridicule que dans les films ou dans les romans. Le plus souvent, il faut composer avec un éclairage peu flatteur, des bourrelets, de la transpiration et de la gêne. Pourtant, au fond de moi, j'espérais que l'expérience s'avérerait transcendante. Ou du moins divertissante.

Ce n'est pas la vie à laquelle j'aspirais. Personne ne rêve de devenir un jour mère célibataire, divorcée, la quarantaine bedonnante, le sourcil négligé, en manque flagrant d'un stage de fitness intensif. Personne ne nourrit le fantasme de conduire un jour un monospace Toyota bleu constellé de miettes d'aliments divers et non identifiés, ni d'être l'heureuse propriétaire d'un canapé en cuir aux accoudoirs criblés de taches de café. Hélas ! Qu'on en rêve ou non, ces choses-là ont le don de vous tomber dessus sans vous demander votre avis. Et il faut bien s'en accommoder.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Et ils s'envoyèrent en l'air : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Et ils s'envoyèrent en l'air par Shahare (Babelio)

    Auteur de romans érotiques à succès, divorcée d'un prof de yoga homo et mère d'une pré-ado, Sadie se retrouve un jour face à face avec un de ses personnages. Résumé très tentant, mêlant fantastique...

    Lire la critique complète >
    Par Shahare - publiée le 19/04/2016

  • Critique de Et ils s'envoyèrent en l'air par Rika972 (Babelio)

    Un super livre qui mélange romance et fantastique et qu'on n'a pas envie de lâcher. Il se lit facilement dès le début, ce qui fait qu' on s'attache aux personnages et l'histoire est est tout simplemen...

    Lire la critique complète >
    Par Rika972 - publiée le 28/03/2016

  • Critique de Et ils s'envoyèrent en l'air par ValentinePumpkins (Babelio)

    La petite lecture parfaite pour l'été ! Ce n'est pas du tout ce que je lis d'habitude (même si je confesse une passion fulgurante, mais heureusement aujourd'hui terminée pour la série After... J'en r...

    Lire la critique complète >
    Par ValentinePumpkins - publiée le 05/08/2015

  • Critique de Et ils s'envoyèrent en l'air par Isaloredan (Babelio)

    Je n'avais pas demandé ce volume, mais les Presses de la Cité me l'ont tout de même envoyé. Je ne regrette pas car la découverte fut sympathique. Ce roman reprend les codes de la romance érotique pour...

    Lire la critique complète >
    Par Isaloredan - publiée le 13/04/2015

  • Critique de Et ils s'envoyèrent en l'air par ingridfasquelle (Babelio)

    Elizabeth Maxwell vit à Dallas, sous le soleil californien, avec son mari, ses enfants et un chat grognon. Et ils s'envoyèrent en l'air est son premier roman publié aux éditions Presses de la Cité. ...

    Lire la critique complète >
    Par ingridfasquelle - publiée le 10/04/2015

Vidéos sur Et ils s'envoyèrent en l'air

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter