livres actu Livres Actu

Accueil > Elisa Vix > Assassins d'avant

Acheter ce livre - 18.0 €



Elisa Vix

0 abonné

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes ... Plus >

Assassins d'avant (2017)

De Elisa Vix chez Rouergue
(18 votes, note moyenne : 4.2)

Mars 1989. Marie Moineau, une jeune institutrice est tuée dans sa salle de classe par un élève de dix ans qui, échappant à la police, est renversé par une moto et meurt à son tour. Vingt-cinq ans plus tard, sa fille Adèle, qui avait cinq ans au moment du décès de sa mère, décide d’enquêter. A son corps défendant, l'enquête va l'emporter bien au-delà de ce qu'elle imaginait.

Paru le 06-09-2017 - Format : Broché - 176 pages - 21 x 14 x 1 cm - 222 g - ISBN 10 : 2812614382 - ISBN 13 : 9782812614385

Collection : La Brune Au Rouergue

Tags : roman, témoignage, roman noir, polar noir, romans policiers et polars, angoisse, police, assassinats, écrivain femme, enquêtes, quête, journaliste, décalé, psychologie, psychologique, photographie, secrets de famille, médecine, meurtre, littérature française.

Citations de Assassins d'avant (10)

Il a seize ans et il se croit intouchable.Derrière mon bureau, je le fixe aussi, et je n'ai pas envie de sourire.Tu veux que je te raconte ta vie, Gamin ?D'abord, ce que tu sais déjà. C'est dur l'école, hein ? C'est tellement plus facile de tenir la dalle et terroriser le quartier. On se sent puissant. Pas comme quand on récolte un zéro en orthographe. Dommage, la classe, ça t'aurait rendu moins con.Ton père a foutu le camp. Banal.Ta mère est dépassée. Elle a peur de toi. Normal.Mais on s'emmerde sur la dalle. Feu de poubelle. Feu de bagnole. Celle du voisin, un pauvre type qui gagne le Smic.Port d'arme illégal. Une carabine à canon scié chargée pour tirer sur les pigeons, d'après toi.Dégradation de bâtiment public. T'aimes pas vraiment l'école, hein ? T'as raison : l'Education, voilà l'ennemi public numéro un.Caillassage. De la voiture du toubib qui remettra plus les pieds dans la cité. Cassage. Tes copains et toi êtes de toutes les manifs. Tu manies le Molotov avec maestria. Pas comme ton copain Momo qui s'est fait exploser la tronche.Agression sur une gosse qui avait repoussé tes avances. Les meufs, c'est de la viande, tu l'as appris dans les films X que tu mates toute la journée. Tu la menaces, la fille retire sa plainte.Vol de scooters. Vol de voitures.Tu t'en tires toujours. Mais un matin, tu deviens majeur. Et un jour, tu passes par la case prison. Et tu deviens un vrai dur. Tu peux jouer dans la cour des grands.Braquage. Violences avec arme. Tu séjournes plus de temps en prison que dehors. Tes enfants, si t'en as, grandissent sans toi. Ta femme va voir ailleurs. Tu baises avec tes voisins de turne.Voilà, Gamin, c'est ça la vie que tu te prépares. Pour toi, c'est déjà trop tard.(p. 90-91)

Avec une clairvoyance qui me surprend, ma sœur assène :- Tu peux pas à la fois nous mépriser et vouloir qu'on t'aime.Je digère en silence le diagnostic d'Angeline. Elle n'a pas tort. Je ne peux pas leur reprocher ce désamour sororal que j'éprouve également.

Je me suis inscrit récemment sur 'Copains d'avant'. Lors d'une de nos interminables gardes, un collègue m'avait certifié que c'était un bon plan pour revoir des filles qu'on avait croisées pendant sa scolarité. Mieux que Facebook.Pour l'instant, je croise surtout une emmerdeuse. Une jolie emmerdeuse, mais une emmerdeuse quand même.Qui m'a traqué, et menti.(p. 9)

« À l'époque, on ne me dit rien. On me cache tout. On m'épargne. Pour mon bien. Trop petite. Trop fragile. Trop dur à énoncer. Pendant huit jours, mon père me raconte que ma mère est en voyage. On l'enterre sans moi. »

Je n'aime pas les fêtes.Plus de trois personnes dans la même pièce, c'est une torture pour moi. Je ne comprends pas cet instinct grégaire, ce désir constant de célébration.

Ce matin, il se présente à ma porte, les yeux battus et la crinière emmêlée, comme un chien qui revient de fugue et sait qu'il va se faire engueuler. Mais il revient toujours, le chien, et, toujours, on lui ouvre cette foutue porte, car, au fond du coeur, on l'aime, malgré ses mensonges et ses manigances de clebs roublard.

Comparé au fracas de l'autoroute, le silence de l'appartement est comme une plongée en eau profonde après le vacarme des vagues. Reposante et angoissante.

Alors que je la contemple d'en bas, crucifié sur le tatami, tout devient limpide. Je me suis trompé l'autre jour, au café, Adèle est la femme dont je devais tomber amoureux. C'est ma rédemption.

« La salle de classe est occupée pour l'étude. Des gamins planchent sur leurs devoirs, aidés par un professeur. J'observe la pièce par l'imposte vitrée. C'est donc là que ma mère a rendu son dernier souffle. Sous le tableau jadis vert, la frise de lettres et les cartes de géographie? Est-ce là un endroit pour mourir? »

« La première fois qu'on me l'a déposé entre les mains, j'ai eu comme un étourdissement. Le flash d'un corps qui tombe emmêlé du visage de Ladji. Le pistolet m'a échappé, a heurté le sol avec un son mat. Livide l'instructeur m'a passé le savon de ma vie. Ce fut la seule fois. Ce ne sont pas les armes qui tuent, ce sont les gens. «

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Assassins d'avant : avis de lecteurs (17)


  • Critique de Assassins d'avant par Kimmidolll (Babelio)

    Un roman qui se lit vite et qui laisse planer le suspense jusqu'à la fin !

    Lire la critique complète >
    Par Kimmidolll - publiée le 04/06/2019

  • Critique de Assassins d'avant par Ziliz (Babelio)

    « On a tiré sur la maîtresse ! » L'école Jacques Prévert est sous le choc, et particulièrement les élèves du CM2 de Marie Moineau, enseignante appréciée de tous : « Je ne crois pas qu'elle avait des ...

    Lire la critique complète >
    Par Ziliz - publiée le 19/05/2019

  • Critique de Assassins d'avant par Mysterfool (Babelio)

    Un nouvel auteur dans mes lectures c'est important et une nouvelle c'est encore mieux. C'est court, on n'a pas le temps de se reposer, l'histoire est intéressante, les personnages sont attachants, on...

    Lire la critique complète >
    Par Mysterfool - publiée le 15/05/2019

  • Critique de Assassins d'avant par clopiju (Babelio)

    Superbe récit, haletant du début à la fin. L'écriture est efficace, sans superflu.

    Lire la critique complète >
    Par clopiju - publiée le 16/12/2018

  • Critique de Assassins d'avant par JML38 (Babelio)

    Roman dans lequel alternent deux voix. Celle d'Adèle dont la mère institutrice a été tuée dans sa classe par un garçon de 11 ans qui a lui-même trouvé la mort renversé par une moto après avoir échapp...

    Lire la critique complète >
    Par JML38 - publiée le 24/10/2018

  • Critique de Assassins d'avant par Tortellini (Babelio)

    Une mort vieille de vingt-cinq ans, une femme en quête de réponse, un homme en quête de repenti, des questions sans réponse à n'en plus finir … il n'en fallait pas moins pour me mettre l'eau à la bouc...

    Lire la critique complète >
    Par Tortellini - publiée le 10/10/2018

  • Critique de Assassins d'avant par lau2810 (Babelio)

    Que dire ? Déçue, je me faisais une joie de retrouver Elisa Vix. Après "Ubac" qui était vraiment très bien, "Assassins d'avant" n'a pas répondu à mes attentes, dommage !!! Bâclé, improbable,...

    Lire la critique complète >
    Par lau2810 - publiée le 04/08/2018

  • Critique de Assassins d'avant par Astazie (Babelio)

    Adèle, une jeune chercheuse au CNRS a besoin de savoir, il semble que dans sa famille un secret se cache. Elle veut savoir, et surtout comprendre pourquoi sa mère fut assassinée dans sa classe, ce 28 ...

    Lire la critique complète >
    Par Astazie - publiée le 31/05/2018

  • Critique de Assassins d'avant par Adl (Babelio)

    Même si ce n'est pas un coup de coeur, Assassins d'Avant est un très bon polar. Assez court, il va à l'essentiel sans s'encombrer de détours ni détails qui ne feraient qu'en remplir des pages. Si j'a...

    Lire la critique complète >
    Par Adl - publiée le 13/04/2018

  • Critique de Assassins d'avant par anyelka (Babelio)

    Ce roman policier est un roman court et incisif. Une fois prit en main, il est assez difficile de le lâcher avant de l'avoir terminé. Elisa Vix tout en allant à l'essentiel nous entraîne dans la quête...

    Lire la critique complète >
    Par anyelka - publiée le 31/01/2018

  • Critique de Assassins d'avant par elo_die (Babelio)

    25 ans après le meurtre de sa mère, maîtresse d'école abattue dans sa salle de classe par l'un de ses élèves, Adèle, décide de mener sa propre enquête sur le drame qui a marqué son enfance. Trop de zo...

    Lire la critique complète >
    Par elo_die - publiée le 16/01/2018

  • Critique de Assassins d'avant par nathavh (Babelio)

    Adèle Lemeur est chercheuse en médecine, elle est aussi la fille de Marie Moineau qui en mars 1989 a été tuée par un enfant dans sa classe. 25 ans plus tard cet événement la ronge toujours autant e...

    Lire la critique complète >
    Par nathavh - publiée le 04/01/2018

  • Critique de Assassins d'avant par stephanieplaisirdelire (Babelio)

    J'ai adoré ! Je suis restée en apnée du début à la fin et avançant avec fébrilité (craignant d'avoir découvert le pot aux roses trop rapidement), j'ai été scotchée par ce dénouement qui m'a soulevée l...

    Lire la critique complète >
    Par stephanieplaisirdelire - publiée le 17/12/2017

  • Critique de Assassins d'avant par Bazart (Babelio)

    Une photo, une simple photo jaunie découverte lors du déménagement de la maison familiale qui va être mise en vente et la vie d'Adèle Lemeur, jeune chercheuse au CNRS est bouleversée. Elle n'aime ...

    Lire la critique complète >
    Par Bazart - publiée le 08/12/2017

  • Critique de Assassins d'avant par Nadael (Babelio)

    « Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends. J'irai par la forêt, j'irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps… » ...

    Lire la critique complète >
    Par Nadael - publiée le 10/11/2017

  • Critique de Assassins d'avant par fuji (Babelio)

    Manuel est flic, Adèle fille d'une institutrice assassinée dans sa classe le 28 mars 1989. Adèle veut comprendre et pour cela elle a besoin de Manuel. Lui, était dans la classe ce jour-là, devenu po...

    Lire la critique complète >
    Par fuji - publiée le 10/09/2017

  • Critique de Assassins d'avant par lucia-lilas (Babelio)

    Je ne sais pas si l'on peut mesurer la qualité d'un livre à la vitesse à laquelle on le lit, mais si c'est le cas, on peut dire que c'est un polar « qui fonctionne » en ce sens qu'à peine commencé, im...

    Lire la critique complète >
    Par lucia-lilas - publiée le 07/09/2017
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Assassins d'avant

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter