livres actu Livres Actu

Accueil > Dror A. Mishani > La Violence en embuscade

Acheter ce livre - 21.0 €


32243ème dans les ventes


Dror A. Mishani

0 abonné

La Violence en embuscade (2015)

De Dror A. Mishani chez Seuil
(28 votes, note moyenne : 3.9)

Le retour de l’inspecteur Avri Avraham, encore traumatisé par son échec dans Une disparition inquiétante. Une valise contenant une fausse bombe a été déposée par un homme claudicant près d’un jardin d’enfants de Holon, banlieue classes moyennes de Tel-Aviv. Un suspect est vite trouvé, mais il a un alibi en béton. L’attention d’Avraham se porte alors sur Chaim, modeste traiteur en chambre qui livre chaque jour ses sandwichs avant d’accompagner ses deux fils au jardin d’enfants. Chaim aurait eu des mots avec la directrice, l’accusant de maltraitance. Et son comportement semble de plus en plus étrange depuis que la mère des garçons est partie visiter sa famille aux Philippines, prétend-il… Alors que l’étau se resserre autour de Chaim, on en vient à craindre qu’Avraham ait négligé les premiers éléments importants de l’enquête. Parallèlement, Mishani emmène habilement le lecteur, avec un temps d’avance sur l’enquête policière, à la recherche de la femme de Chaim, dont on est sans nouvelles… Avri devra prendre des risques, contre l’avis de sa hiérarchie, et suivre son intuition pour démêler une intrigue tout en faux-semblants, dans une atmosphère tendue et déroutante.

Universitaire spécialisé dans l’histoire du roman policier, fin connaisseur de la littérature française du XIXe siècle et intellectuel engagé, Dror Mishani, 39 ans, incarne avec puissance et originalité le renouveau du polar israélien. Il vit à Tel-Aviv où, ayant renoncé à son activité d’éditeur, il se consacre à l’écriture de la série « Avraham Avraham ».

Paru le 12-03-2015 - Format : Broché - 352 pages - 22 x 14 x 2 cm - 340 g - ISBN 10 : 2021077101 - ISBN 13 : 9782021077100

Collection : Seuil Policiers

Tags : 21ème siècle, israël, littérature israélienne, littérature française, meurtre, crime, manipulation, tel aviv, enquêtes, maltraitance, police, banlieue, mélancolie, juif, violence, romans policiers et polars, suspense, thriller, chroniques, récits, 21ème siècle, israël, littérature israélienne, littérature française, meurtre, crime, psychologique, décalé, mystère, enquêtes, attentats, maltraitance, police, angoisse, violence, drame, romans policiers et polars, thriller, chroniques, récits.

Citations de La Violence en embuscade (10)

-Tu ne te rends pas compte qu'il brasse de l'air ? Les vrais policiers savent que ça n'existe pas d'éradiquer totalement la violence. Partout, où il y a des être humains, il y a de la violence. On est tous déjà tellement abîmés !

Dès que la chance nous aperçoit, elle s'en va voir ailleurs.

- J'aurais abondé dans le sens d'Avi s'il était agi d'une agression spontanée, dit Maaloul. A l'intérieur de la crèche par exemple ou juste après la fermeture. Mais s'il y a effectivement un lien entre la valise et l'agression, j'y vois un type de comportement spécifique à la pègre : on pose une fausse bombe en guise d'avertissement, on profère des menaces par téléphone et ensuite on fixe un rendez-vous dans un endroit désert. C'est planifié comme chez les mafieux, rien à voir avec le pétage de plomb d'un parent inquiet. J'ai du mal à croire qu'un homme de cinquante-sept ans, sans casier judiciaire, soit l'auteur de tels actes. Les personnes comme lui peuvent avoir des accès de violence mais c'est rarement prémédité ou intentionnel. Je dirais plutôt qu'ils partent tout à coup en vrille.

Il s'assit sur un banc au fond de l'église, et attendit. L'allure du prêtre américain – chevelure blanche et longue barbe – qui apparut en haut de la chaire lui fit penser à un hippy des années soixante qui aurait découvert la foi en rentrant de la guerre du Vietnam. Le saint homme commença par déclarer qu'il dédiait ses paroles à Jennifer Salazar, une fidèle parmi les fidèles, qui avait, pour son grand malheur été assassinée. Il ne la mentionna cependant pas une seule fois dans la suite de son prêche dont le but était de convaincre ses ouailles que même si elles n'avaient pas vu de miracles durant leur vie, cela ne signifiait pas qu'il ne s'en produisait pas, ici et maintenant, en permanence.

ça ne serait pas plus simple de carrément leur dire?

Le seul mariage reconnu en Israël étant religieux, si deux personnes de religions différentes veulent se marient, elles sont obligées de le faire à l'étranger : Chypre est la destination la plus courante, car la plus proche, choisie par les Israéliens confrontés à ce problème.

Dans chaque enquête, il y a un moment où l'on croit que jamais le tableau ne s'éclaircira. On pense qu'il y a trop de détails, trop différents, trop éloignés les uns des autres. Aussi éloignés que les gens assis sur cette plage. On a l'impression que tout est noir ou masqué par le brouillard. Mais au bout d'un certain temps, les connexions se font et l'image s'éclaircit. Toujours. Un point s'allume soudain dans l'obscurité, qui jette une nouvelle lumière sur le reste, les détails apparaissent sous un autre jour, prennent un sens, s'ordonnent. Les éléments qui semblaient sans rapport entre eux se révèlent au contraire étroitement liés.

Dire qu'il était alors à Bruxelles, à mille lieues de tout cela, en train de savourer des vacances qui semblaient ne jamais devoir se terminer ! Il se contentait de rester informé par Internet et de temps en temps téléphoner à Eliyahou Maaloul ou à Ilana.– Ensuite, on a eu droit à notre version des Indignés. Tous les samedis soir, les centaines de policiers du district ont reçu leurs instructions et se sont déployés dans Tel-Aviv pour maintenir l'ordre et éviter que leurs manifestations, autorisées ou non, ne dégénèrent. On a eu notre dose de barrages renversés et de vitrines de banques du centre-ville brisées, sans compter ce militant qui s'est immolé par le feu. Parmi les forces de l'ordre, tous ceux qui le pouvaient ont fait des heures supplémentaires.

Ce n'est pas ton rôle, Avi. Ton rôle, c'est de mettre au clair les faits, pas le pourquoi des faits. Et d'apporter des preuves des pièces à conviction à l'appui.

Un frisson parcourut Avraham des pieds à la tête lorsqu'il entra dans la salle d'interrogatoire pour la première fois après ses trois mois d'absence. La climatisation, activée depuis le matin, avait nettement refroidi la pièce. Il se souvenait en détail de la dernière fois où il s'était assis là et de la femme qui lui faisait alors face. Il avait eu le temps à maintes reprises d'imaginer le prochain interrogatoire qui mènerait dans cette pièce. S'était vu entrer d'un pas ferme et assuré, avait pensé à la voix dure avec laquelle il commencerait à poser ses questions. Il n'était cependant pas censé le faire dans l'immédiat, même si ce fut sans doute une bonne chose. Comme de plonger la tête la première du haut d'une falaise dans une mer déchainée. Sans préparation.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de La Violence en embuscade : avis de lecteurs (14)


  • Critique de La Violence en embuscade par denisarnoud (Babelio)

    Le commandant Avraham Avraham est de retour à Tel Aviv après un congé sans solde de trois mois à Bruxelles. Toujours fragilisé par ses erreurs sur sa précédente enquête qui ont permis aux coupables de...

    Lire la critique complète >
    Par denisarnoud - publiée le 21/04/2015

  • Critique de La Violence en embuscade par BobPolar (Babelio)

    Hormis la description du mariage « mixte » de Haïm et son épouse qui se déroule à Chypre puisque l'union civile n'existe pas en Israël - mais qui toutefois valide les noces effectuées à l'étranger - l...

    Lire la critique complète >
    Par BobPolar - publiée le 09/09/2015

  • Critique de La Violence en embuscade par Electra (Babelio)

    J'étais heureuse de retrouver Avraham Avraham pour une nouvelle enquête à Tel-Aviv. Je ne me rappelais cependant pas que l'inspecteur israélien pouvait être aussi déprimé. En fait, il est encore traum...

    Lire la critique complète >
    Par Electra - publiée le 14/01/2016

  • Critique de La Violence en embuscade par mariecloclo (Babelio)

    J'avais découvert cet auteur de polar israélien avec son premier roman "Une disparition inquiétante", me retrouver à Tel Aviv avec le commissaire Avraham Avraham m'avait bien dépaysée. Aussi est-ce av...

    Lire la critique complète >
    Par mariecloclo - publiée le 01/08/2016

  • Critique de La Violence en embuscade par Esorlecram (Babelio)

    Ce second roman de Mishani vaut bien le premier! L'inspecteur Avraham Avraham n'a toujours pas digéré son semi-échec d' "Une disparition inquiétante", quand une nouvelle enquête devrait le relancer: d...

    Lire la critique complète >
    Par Esorlecram - publiée le 03/09/2016

  • Critique de La Violence en embuscade par MOUISSAT (Babelio)

    Je n'ai aucune critique à faire, bien au contraire. La violence en embuscade, la 2ème aventure de Avi, est à déguster sans modération, j'ai même envie de le relire dans quelques temps pour me replong...

    Lire la critique complète >
    Par MOUISSAT - publiée le 21/04/2017

  • Critique de La Violence en embuscade par Sylviegeo (Babelio)

    Deuxième volet des enquêtes d'Avraham Avraham, ce commissaire de Holon qui m'avait totalement séduite lorsque j'ai fait sa connaissance dans "Une disparition inquiétante", pour, entre autre, sa sincér...

    Lire la critique complète >
    Par Sylviegeo - publiée le 15/05/2017

  • Critique de La Violence en embuscade par clo73 (Babelio)

    Une belle découverte de cet auteur, de son univers et sa façon de raconter l'histoire..c'est écrit d'une manière différente des autres polars...original, avec une certaine retenue mais qui nous fait a...

    Lire la critique complète >
    Par clo73 - publiée le 12/06/2017

  • Critique de La Violence en embuscade par Colchik (Babelio)

    Dror Mishani a un talent particulier, celui d'instiller un malaise chez le lecteur en le plaçant aux côtés d'un individu dont il va suivre le fil des pensées. Nous savons que quelque chose est en trai...

    Lire la critique complète >
    Par Colchik - publiée le 03/07/2018

  • Critique de La Violence en embuscade par MeliMelolivresque (Babelio)

    Hanté par ses erreurs passées, le commandant Avraham doit démêler une étrange affaire. Une bombe factice a été retrouvée près d'une crèche de Holon, dans la banlieue de Tel-Aviv. Les suspects ne man...

    Lire la critique complète >
    Par MeliMelolivresque - publiée le 24/08/2018

  • Critique de La Violence en embuscade par loicdj (Babelio)

    Pour la deuxième fois nous sommes plongés dans la banlieue de Tel Aviv pour cette fois ci la découverte d'une valise avec une bombe fictive. Cette deuxième enquête pour Avraham Avraham va faire ressur...

    Lire la critique complète >
    Par loicdj - publiée le 29/05/2019

  • Critique de La Violence en embuscade par LesAutomnHalles (Babelio)

    Le décor : la mélancolie d'une banale banlieue de Tel Aviv. Les personnages : l'inspecteur Avraham Avraham, un homme taraudé par le doute, sur lui, sur sa vie, ses amours, ses suspects ; une directric...

    Lire la critique complète >
    Par LesAutomnHalles - publiée le 26/10/2019

  • Critique de La Violence en embuscade par Nikoz (Babelio)

    Avraham est décidément un "policier" très intéressant. Complexe mais par artificiel, erratique et méthodique.

    Lire la critique complète >
    Par Nikoz - publiée le 02/04/2020

  • Critique de La Violence en embuscade par christinebeausson (Babelio)

    Chirurgical, je dirais ... Un manuel d'école ... Comment doit se dérouler une enquête. Les pistes à suivre toutes tracées, décryptées et expliquées à tous, Pour ensuite montrer où est l'erreur. ...

    Lire la critique complète >
    Par christinebeausson - publiée le 25/05/2020
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter