livres actu Livres Actu

Accueil > David Schickler > Comédie new

Acheter ce livre - 20.3 €


108960ème dans les ventes


David Schickler

0 abonné

Comédie new (2002)

De David Schickler chez Ed. De L'olivier
(7 votes, note moyenne : 3.8)

Imaginez un très vieil immeuble de l'Upper West Side, le Preemption, au coin de la 82e Rue et de Riverside Drive. Une de ces tours mythiques, presque gothiques, avec gargouilles, clochetons et mâchicoulis – on croit parfois y voir rôder le spectre de John Lennon ou le double de Mia Farrow. Tous ceux qui l'habitent – un comptable timide qui parle aux ascenseurs, un acteur raté, un étrange séducteur, une jeune fille à la recherche de l'amour, etc. – participent, sans le savoir, d'une même conspiration, ourdie par David Schickler. Hommage ironique et tendre à toutes les comédies américaines – qu'elles soient musicales, policières, sexy ou simplement comiques –, ce roman s'adresse à tous ceux que Manhattan, Central Park ou Greenwich Village font encore rêver. Entre le New York de Woody Allen, les bars branchés de Sex and the City et le monde magique d'Adorable voisine, David Schickler invente une géographie mystérieuse qui n'appartient qu'à lui.Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso.

Paru le 16-04-2002 - Format : Broché - 326 pages - 20 x 14 x 2 cm - 335 g - ISBN 10 : 2879292999 - ISBN 13 : 9782879292991

Collection : Littérature étrangère

Tags : littérature, roman, comédie, gothique, recueil, magique, étrange, curiosités, mysticisme, new york, amour, états-unis, littérature américaine, auteur américain, littérature anglo-saxonne, 21ème siècle, littérature, roman, comédie, gothique, recueil, magique, étrange, curiosités, mysticisme, new york, amour, états-unis, littérature américaine, auteur américain, littérature anglo-saxonne, 21ème siècle.

Citations de Comédie new (2)

Leonard Bunce désirait une femme mais manigança de se servir d'une autre. Léonard travaillait à Manhattan, il était avocat dans le cabinet Spuck et Hardison. Les deux femmes y étaient assistantes juridiques. Celle que Leonard désirait était Hannah Glorybrook, celle dont il manigançait de se servir, Alison Shippers.Alison avait trente-cinq ans et mesurait un mètre cinquante-huit. Elle était rebondie, avec de gros seins, et un corps vigoureux, mais les hommes l'intimidaient. Elle avait grandi dans le Maine et semblait bâtie pour devenir gardienne de phare ou ouvrière dans une conserverie. Elle avait un appartement à Gramercy Park et portait au bureau des tailleurs qui ne tablaient pas sur sa féminité. Le jeudi soir, elle s'offrait des sushis, unique plaisir citadin qu'elle se permit, puis s'appliquait un masque d'argile et regardait la télévision. Le samedi soir, Alison s'endormait en sanglotant.

Les choses se passent parfois ainsi, cela peut arriver. Il peut arriver que la ville fasse un petit signe de la main, qu'elle laisse deux êtres s'éprendre aussi totalement que James et Rally s'éprirent l'un de l'autre. Cette nuit là, ils ne montèrent pas seulement à l'assaut d'une pizzeria, ils prirent un taxi pour faire tout le tour de l'île. En l'honneur de la nouvelle année, le chauffeur leur offrit des buvards d'acide mais ils refusèrent. Leurs propres langues leur suffisaient, ils s'embrassèrent doucement, parlèrent peu. A trois heures du matin, ils étaient chez Rally, dans son appartement de SoHo, dans son lit, apprenant lentement à connaître le corps de l'autre. Ils se caressèrent, se taquinèrent, se sourirent, retardant la consommation. Ils échangèrent des murmures et des orgasmes. Elle lui chanta une chanson qu'elle se rappelait de son enfance. Au lever du soleil, ils sortirent devant la fenêtre sur le palier de l'escalier d'incendie, enveloppés de couvertures, pour regarder la lumière.


Critiques de Comédie new : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Comédie new par clefran45 (Babelio)

    Voilà un livre déstabilisant! New York, immeuble le Préemption..chaque chapitre évoque un personnage lié à ce lieu d'une manière ou d'une autre, en y ayant vécu, ou alors ami d'un de ses occupants. A...

    Lire la critique complète >
    Par clefran45 - publiée le 14/08/2016

  • Critique de Comédie new par OhOceane (Babelio)

    Ce roman est curieux et si court (303 pages dévorées d'une traite) et tellement sensible, vous savez au sens photographique du terme : il imprime quelque chose en vous. Alors, de quoi s'agit-il ? L...

    Lire la critique complète >
    Par OhOceane - publiée le 19/04/2011

  • Critique de Comédie new par Flot (Amazon)

    assurément l'idée de départ de ce livre est intéressante mais je l'ai trouvé assez plat finalementLivre à terminer pour le portrait qui est fait de la vie dans les flats new-yorkais mais pas pour l'aspect palpi...

    Lire la critique complète >
    Par Flot - publiée le 16/07/2009

  • Critique de Comédie new par BertrandGio (Amazon)

    Un principe simple, sans grande originalité : chaque chapitre de ce livre raconte l'histoire, le plus souvent intime, d'un occupant du "Preemption", un immeuble pittoresque du Nord-Ouest de Manhattan.Ces histoi...

    Lire la critique complète >
    Par BertrandGio - publiée le 14/08/2009

  • Critique de Comédie new par RIVOIRON CHRISTOPHE (Amazon)

    un decors simple mais riche: un immeuble de caractere ou les destinées de ses habitants se croisent et s'entre-melent... vivre les instants ou les boulersements de ses voisins, decriptez les codes de nos formes...

    Lire la critique complète >
    Par RIVOIRON CHRISTOPHE - publiée le 31/05/2002

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter