livres actu Livres Actu

Accueil > David Le Breton > Signes d'identité : Tatouages, piercings et autres marques corporelles

Acheter ce livre - 18.5 €


4671ème dans les ventes


David Le Breton

0 abonné

Signes d'identité : Tatouages, piercings et autres marques corporelles (2002)

De David Le Breton chez Métailié
(2 votes, note moyenne : 4.0)

Paru le 05-04-2002 - Format : Broché - 228 pages - 21 x 14 x 0 cm - 298 g - ISBN 10 : 2864244268 - ISBN 13 : 9782864244264

Collection : Traversees

Tags : entretiens, historique, jeunesse, culture, quête, design, justice, identité, douleur, regrets, pratiques, tribalisme, piercings, corps, tatouage, anthropologie, marins, sociologie, sciences humaines, rock and roll.

Citations de Signes d'identité : Tatouages, piercings et autres marques corporelles (6)

Les modifications corporelles (tatouages, scarifications, etc.), même si elles miment parfois de manière explicite celles des sociétés traditionnelles, en sont bien éloignées en dépit du discours enthousiaste de ceux qui en revendiquent la filiation. La marque contemporaine est individualisante, elle signe un rejet singulier dont le corps n'est pas relieur à la communauté et au cosmos comme il l'est dans ces sociétés où l'homme cherche à se dissoudre dans le groupe, elle est à l'inverse une affirmation de son irréductible individualité.

Américains parfaitement intégrés, entendant bien ne renoncer à aucun des avantages de leur société, ils transforment les anciens rituels en performances, en techniques, en y recherchant une intense mise en jeu corporel où la douleur est souvent un ingrédient essentiel. ils s'efforcent de concilier un mode de vie américain qu'ils ne souhaitent en aucun cas perdre, avec des échappées imaginaires leur permettant d'explorer d'autres virtualités d'existence. Ils ne se soucient guère que les modifications corporelles soient faites pour sursignifier a nudité et non pour être dissimulées sous les vêtements.

« Les sociétés occidentales sont caricaturées sous les auspices du négatif, même si, paradoxalement, les "modern primitives" s'y épanouissent et ne témoignent d'aucune intention de les quitter. En contrepoint, les sociétés de la tradition, dans leur infinie complexité et diversité, sont stéréotypées sous la forme du "primitivisme" et du "tribalisme" muées en refuges, en ressources à utiliser pour conjurer nos insuffisances. Une mythologie évolutionniste renaît de ses cendres, mais au détriment cette fois du monde occidental. Transformées en fictions idéalisées comme "premières", ces sociétés des "origines" seraient, bien entendu, plus proches de la "nature", plus "authentiques", et donc révérées comme modèle à opposer à une insupportable modernité. On retrouve sous une forme contemporaine un épisode inédit de la longue postérité du thème du "bon sauvage" […] En outre, le lien symbolique est aisément fait entre ces sociétés "primitives" et les marques corporelles des populations "marginales". » (pp. 198-199)

« Même si le tatouage et le piercing sont aujourd'hui relativement bien intégrés dans la société, nombre de gens aiment entretenir la légende maudite du rejet et du mépris dans un discours d'autant plus désespéré qu'il est souvent en contradiction radicale avec les faits. […] Mais une sorte de nostalgie inconsciente se fait parfois jour pour cette histoire ancienne qui associait tatouage et marginalité. » (p. 79)

« Le questionnement autour du corps était cohérent, inévitable sans doute à ce moment où l'individualisme occidental connaissait une autre étape de son développement. Le corps, e tant qu'il incarne l'homme, est en effet la marque de l'individu, sa frontière, la butée en quelque sorte qui le distingue des autres. Il est donc le lieu de la séparation et non celui de l'alliance comme dans nombre de sociétés traditionnelles où il relie l'homme aux autres, au monde, au cosmos, à l'univers invisible. À l'inverse, dans les sociétés occidentales, depuis la Renaissance, le corps implique que l'homme soit séparé des autres (le corps comme lieu de démarcation de l'individu), de la nature (la nature est autre que l'homme, elle n'est plus cosmos mais simple environnement), et coupé de lui-même (le dualisme entre l'âme ou l'esprit et le corps, ou aujourd'hui entre l'homme d'une part et son corps de l'autre). » (pp. 16-17)

D. Le Breton citant les travaux de G. Simmel : "Le tatouage n'a pas la vocation d'être « une simple parure ». [...] Le tatoué multiplie les signes de son existence de manière visible sur le corps. [...] A travers son corps, l'individu interroge le monde et cherche son ancrage, part en quête d'une identité provisoirement acceptable".


Critiques de Signes d'identité : Tatouages, piercings et autres marques corporelles : avis de lecteurs (2)


  • Critique de Signes d'identité : Tatouages, piercings et autres marques corporelles par Apoapo (Babelio)

    Voici, sur le thème des marques corporelles dans l'Occident contemporain, une étude sociologique assez classique, comportant cependant suffisamment d'idées originales et inattendues pour ne pas être c...

    Lire la critique complète >
    Par Apoapo - publiée le 05/10/2019

  • Critique de Signes d'identité : Tatouages, piercings et autres marques corporelles par IreneAdler (Babelio)

    Sociologue reconnu pour ses travaux sur la mal-être de la jeunesse, il aborde ici le versant positif des modifications corporelles. Il a cherché à en savoir plus sur cet engouement pour le tatouage e...

    Lire la critique complète >
    Par IreneAdler - publiée le 11/07/2014

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter